Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le cotonnier Bt en Afrique : modèles et enseignements

16 Septembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM, #Afrique

Le cotonnier Bt en Afrique : modèles et enseignements

 

Nkechi Isaac*

 

 

 

 

Les producteurs de coton africains ont du mal à récupérer leurs investissements car ils n'ont pas accès à des semences de qualité qui peuvent augmenter les rendements et les profits.

 

« J'ai dépensé environ 5 millions de nairas, soit l'équivalent de plus de 12.000 dollars, dans l'agriculture au cours de la saison précédente et je me demande si je pourrai faire suffisamment de bénéfices pour couvrir mon investissement », a déploré Alhaji Salmanu Abdullahi, un producteur de coton du Nigeria.

 

Abdullahi et d'autres producteurs de coton affirment que malgré tous leurs efforts, ils récoltent moins d'une demi-tonne par hectare. Pendant ce temps, leurs homologues sud-africains obtiennent 1,5 à 2 tonnes par hectare en utilisant des semences génétiquement modifiées résistantes à des insectes (cotonnier Bt).

 

Dans un effort pour aider ses agriculteurs à augmenter leurs rendements, le gouvernement nigérian a récemment approuvé la commercialisation de deux de ses hybrides de cotonnier Bt produits au Nigeria. Il a également approuvé la culture du niébé Bt, une culture de base qui est une source importante de protéines pour de nombreux Africains de l'Ouest.

 

De nombreux pays africains se tournent vers le Nigeria, avec son importante population de plus de 200 millions d'habitants, pour qu'il prenne la tête du mouvement. Les experts ont émis l'hypothèse que le succès du Nigeria dans l'adoption de deux cultures génétiquement modifiées (GM) ouvrira l'ensemble du continent africain à l'acceptation de la biotechnologie agricole.

 

L'Afrique du Sud, le Soudan et eSwatini sont les seuls pays africains, à l'exception du Burkina Faso, à avoir introduit le cotonnier génétiquement modifié jusqu'à présent – une mesure qui a permis d'augmenter les rendements et d'améliorer la vie des producteurs de coton grâce à une réduction de l'utilisation des pesticides et à une augmentation des profits. L'Éthiopie a également approuvé la dissémination du cotonnier Bt dans l'environnement dans le cadre du processus réglementaire qui conduit à sa commercialisation.

 

Le Ghana, l'Ouganda, le Kenya et le Malawi ont également testé le cotonnier Bt et travaillent à sa commercialisation, mais ils disent que l'expérience du Burkina Faso les a rendus plus prudents. Les scientifiques nigérians, en revanche, affirment avoir tiré les leçons des erreurs du Burkina.

 

 

Burkina Faso vs Afrique du Sud

 

Comme l'Alliance pour la Science l'a déjà signalé, le cotonnier génétiquement modifié a été commercialisé au Burkina Faso en 2008. Comme cela s'est produit ailleurs dans le monde, il a rapidement gagné en popularité auprès des agriculteurs en raison de sa capacité à résister au ver de la capsule sans qu'il y ait besoin d'utiliser des pesticides coûteux et potentiellement nocifs. Cela signifie que les agriculteurs qui ont adopté le cotonnier génétiquement modifié ont utilisé moins d'insecticide, tout en tirant davantage de profit de la réduction des coûts et de l'augmentation des rendements.

 

Cependant, les sociétés cotonnières burkinabé avaient commencé à exprimer leurs inquiétudes sur le fait que la fibre étant plus courte que celle des variétés préférées, et qu'elles ne pouvaient pas obtenir des prix élevés sur le marché international. En 2016, le gouvernement a suspendu la production de coton Bt pendant que ses chercheurs travaillaient sur l'introduction du gène Bt dans les variétés locales à fibres plus longues.

 

Dans les années qui ont suivi la suppression progressive du cotonnier Bt, la production de coton a connu une baisse, faisant perdre au Burkina Faso sa première place dans le classement des producteurs de coton au profit du Mali.

 

En revanche, l'Afrique du Sud a engrangé des bénéfices réguliers depuis qu'elle a adopté le cotonnier Bt en 1997. Le pays a connu une hausse de la plantation de cotonnier Bt, les agriculteurs choisissant désormais de cultiver des variétés qui offrent à la fois une protection contre les insectes et des caractéristiques de tolérance à des herbicides.

 

Les variétés génétiquement modifiées représentent aujourd'hui 95 % du coton planté en Afrique du Sud, et les statistiques montrent que pratiquement aucun coton conventionnel n'est cultivé.

 

Malgré le coût élevé des semences, l'impressionnant taux d'adoption du cotonnier génétiquement modifié en Afrique du Sud peut être attribué aux avantages dont bénéficient les petits et grands agriculteurs. Parmi ces avantages, on peut citer l'augmentation des bénéfices due à de meilleurs rendements et à la réduction des traitements, ce qui réduit les coûts et contribue à améliorer la santé humaine et environnementale.

 

Le gouvernement sud-africain s'est montré très favorable aux cultures génétiquement modifiées en mettant en place la législation sur la biosécurité nécessaire pour gérer et réglementer l'industrie biotechnologique.

 

 

L'expérience des agriculteurs

 

Pendant ce temps, bien qu'il se soit fixé un objectif de production de 800.000 tonnes pour la saison 2018-19, le Burkina Faso n'a produit que 436.000 tonnes de coton. Les agriculteurs disent qu'ils souffrent de ne pas avoir accès au cotonnier Bt.

 

« Les agriculteurs paient le prix de cette décision avec leur santé et leur argent », a déclaré le producteur de coton burkinabé Wiledio Naboho à l'Alliance pour la Science. « En tant qu'agriculteur, je connais les souffrances que nous traversons. Ce n'est pas facile. En ce moment, je suis dans l'agriculture villageoise. Vous pouvez voir à quel point les agriculteurs souffrent. »

 

« Vous devez utiliser plus d'argent », a-t-il poursuivi. « Vous devez aussi utiliser plus de personnes [travail rémunéré pour les traitements] si vous voulez avoir une grande surface. Et à la fin de la journée, quand vous vous asseyez et faites vos calculs, vous pouvez venir et voir que vous n'avez pas eu plus d'argent. »

 

En comparaison, Khambi Frans Malele, un agriculteur sud-africain dans la force de l'âge, cherche d'autres partenaires pour développer sa ferme de coton Bt. Il veut investir davantage dans la culture du coton en raison des gains énormes qui peuvent être réalisés. Il encadre actuellement des jeunes pour qu'ils se joignent au mouvement et plantent du coton Bt parce que « c'est la voie à suivre ».

 

« J'ai quitté mon emploi en 1999 », a déclaré M. Malele. « Et donc, j'ai été agriculteur et heureusement, j'ai cette technologie, la biotechnologie, et comme vous pouvez le voir, le coton n'est pas difficile à planter. Une fois que vous le plantez, vous n'avez plus à vous soucier des mauvaises herbes. Il suffit de traiter une ou deux fois et c'est parti. »

 

« Jusqu'à présent, je suis sur les 150 hectares que j'exploite dans le coin », a-t-il poursuivi. « Je ne plante que du coton maintenant. Je ne parle pas seulement de moi en ce moment parce que nous sommes dix agriculteurs. Ceux qui veulent vraiment faire ce métier voient que ça marche et donc je ne suis plus seul ici. Quand vous plantez le coton, vous êtes sûr de pouvoir le récolter. Pendant la bonne saison, nous récoltons environ 1,5 à 2 tonnes par hectare, ce qui me semble correct. »

 

 

Leçons pour le Nigeria et d'autres pays africains

 

L'expérience du Burkina Faso a rendu le Nigeria plus prudent dans le développement des semences de cotonnier Bt, les scientifiques soulignant que le Nigeria ne répétera pas les erreurs du Burkina.

 

Le Dr. Mohammed Sagir, sélectionneur de plantes à l'Institut de Recherche Agricole de l'Université Ahmadu Bello et chercheur principal pour le cotonnier Bt au Nigeria, a déclaré que le Nigeria a tiré d'importantes leçons du Burkina Faso.

 

La semence nigériane a été développée en Inde, elle est adaptée au climat du Nigeria et n'a pas subi de rétrocroisements, ce qui a causé des problèmes au Burkina Faso.

 

« Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour améliorer nos semences de cotonnier locales », a déclaré M. Sagir. « Nos chercheurs ont bien travaillé. Nous savions qu'il y avait des problèmes avec le cotonnier Bt au Burkina Faso, mais nous avons évalué nos propres produits pour surmonter ces problèmes et utiliser le cotonnier Bt pour stimuler l'économie ».

 

_____________

 

Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/08/bt-cotton-in-africa-role-models-and-lessons-learned/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article