Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Dans la série « les petits et moins petits arrangements avec la réalité des faits » à EÉLV : M. Yannick Jadot sur la betterave

6 Septembre 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Activisme, #Politique, #betteraves, #Néonicotinoïdes

Dans la série « les petits et moins petits arrangements avec la réalité des faits » à EÉLV : M. Yannick Jadot sur la betterave
 

 

(Source et source)

 

 

Le 25 août 2020, l'eurodéputé EÉLV a été l'invité de France Info. Sa prestation a été résumée par FranceTVInfo par un titre qui claque comme une bannière au grand vent de l'ignorance, de l’incompétence, et de l’inconséquence, « VIDEO. Dérogation permettant l’utilisation d’insecticides néonicotinoïdes : "On veut tuer toute vie sur nos terres", dénonce Yannick Jadot ».

 

 

Franchement ! L'intention serait de « tuer toute vie » ? Quel grand complot ! A-t-on encore le sens des réalités et de la mesure chez EÉLV ?

 

Le reste est du même tonneau :

 

« ...une partie des néonicotinoïdes, maintenant, sont interdits au niveau européen... » ? Oui mais – et M. Yannick Jadot ne peut pas ne pas le savoir –, les autres pays membres de l'Union Européenne n'ont pas fermé la porte aux dérogations de 120 jours, et certains les utilisent pour sécuriser leurs production de betteraves.

 

« ...c'est pas 40 à 50 % de réduction de la production, ça, c'est une blague... » Quand les faits – les pertes annoncées pour les productions lourdement atteintes par la jaunisse – s'opposent au discours, on les balayent du revers de la main.

 

« ...une grande partie de notre sucre est exportée... » Et alors ? Est-ce une raison pour accepter que des producteurs perdent 40 à 50 % de leur production ? Ah oui ! il le nie ? Quelle est alors l'ampleur des pertes pour les producteurs qu'il est prêt à assumer ?

 

Vient alors l'argument qui tue, ou est censé tuer, repris en titre par FranceTVInfo. Puis il ajoute une couche à son mille-feuille argumentatif :

 

« ...moi, je viens de la Picardie, vous savez, et de l'Aisne, grand département betteravier. L'été, les betteraves sont arrosées H24 [24 heures sur 24]. On est en pleine sécheresse, c'est arrosé en permanence... » Où a-t-il vu ça ? Plus c'est gros...

 

M. Christophe Boizard (Agritof80) note dans un gazouillis que sur le bassin Artois-Picardie, 7 % des surfaces sont irriguables, dont 80 % pour les filières fleurs, pommes de terre et légumes.

 

L'essentiel des surfaces en betteraves sont non irriguées (moins de 12% des surfaces en France et encore moins dans l’Aisne). Du reste, quand on irrigue, on s'arrête à la mi-août pour éviter la production de nouvelles feuilles au détriment du sucre.

 

Le présentateur intervient : « Pas avec ces produits-là. [brouhaha. Les produits] sont mis autour des graines et pas pulvérisés. »

 

Réponse : « C'est ça le problème. Le problème, c'est l'enrobage qui tue toute biodiversité autour... » C'est la deuxième occurrence de l'argument de l'assassinat.

 

« ...tout ça pour être compétitif avec les Brésiliens ? » C'est un non sequitur devenu classique. Non, M. Yannick Jadot ! C'est pour protéger nos champs de betteraves de la jaunisse et in fine la filière betterave dans son ensemble et les activités induites et annexes.

 

« Alors que la réalité de ce que nous devrions faire, si Emmanuel Macron était cohérent avec son discours sur la souveraineté agricole, souveraineté alimentaire, c'est qu'on occupe nos terres avec du fourrage pour notre élevage, pour notre bétail, plutôt que d'importer le soja transgénique qui détruit l'Amazonie dans des conditions abominables. Faisons du fourrage pour notre élevage, ça participera à notre souveraineté alimentaire et la protection de l'environnement. » Quel prodigieux agronome ! Quel prodigieux économiste !

 

Voici une réaction, parmi bien d'autres :

 

 

(Source)

 

 

M. Gauthier Malgouyres se présente ainsi :

 

« Bon sens à l'épreuve de la pensée magique et des théories théoriques "L'éducation est le chemin de l'ignorance arrogante à l'incertitude misérable." Mark Twain »

 

La petite vidéo que nous commentons ici dégouline de pensée magique et d'ignorance arrogante.

 

En 1 minute 14, nous avons la biodivcalypse, le complot, les exportations inutiles, les importations malfaisantes (qui ne le seront évidemment plus quand nous importerons du sucre au lieu du soja brésilien...), le déni de réalité, l'invention d'une « réalité », la leçon d'agronomie et d'économie.

 

FranceTVInfo écrit encore :

 

« Ce sont les entreprises de la filière sucrière qui ont demandé cette dérogation, pour utiliser cet insecticide interdit depuis 2018 afin de lutter contre l’invasion de pucerons. Yannick Jadot a dénoncé les entreprises "qui bloquent le dispositif" de la transition écologique, des "entreprises de l’agro-alimentaire, des pesticides, très présentes au sein du gouvernement". »

 

Encore des complots ! Et donnez-nous des noms...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Pas plus tard que vendredi soir, échanges houleux avec une amie qui a sorti tous les poncifs écolos sur glyphosate/naturel/chimique/pucerons/bio/...
Amie infirmière au demeurant, pas trop génée de soigner ses malades avec d'infames substances.
Enfin , je dis houleux, même pas, tellement je n'avais pas envie de plomber la soirée (et les coups de pieds sous la table de mon épouse).
Brandolini et toussa...
Répondre
J
20h de TF1 dimanche soir : reportage sur l'or blanc Espagnol au sujet du coton.

Seule ombre au tableau : la consommation d'eau (et surtout rien sur le fait qu'il soit OGM)...
Répondre
F
Et dire que ce Monsieur est présidentiable...
Répondre
M
Non, ce n'est pas de l'ultracrépidarianisme. C'est un mélange de bêtise, d'ignorance, de sectarisme et de petits calculs politiques.
Ces gens-là sont un danger pour nos libertés, nos porte-monnaie et notre qualité de vie.
Répondre
B
En gros, les caractéristiques de dictacteurs.
B
J'ai appris un mot ce matin :
Ultracrépidarianisme.
Ou la faculté que s'octroient certains de donner leur avis sur tous les sujets sans en avoir les compétences vérifiées ou certifiées.
Ce qui gène les escrolos, c'est que les paysans réfléchissent et résonnent par logique avec pragmatisme dans le soucis de continuer à nourir les gens de façon " écologiquement et économiquement" valable.
Il en va de la pérennité des exploitations et donc de notre souveraineté alimentaire.
Répondre