Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Betterave et néonicotinoïdes : très fâché, Fanfan Veillerette fait la promotion d'un pesticide... de synthèse... « tueur d'abeilles »

9 Août 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Activisme, #critique de l'information, #betteraves, #Néonicotinoïdes, #Générations futures

Betterave et néonicotinoïdes : très fâché, Fanfan Veillerette fait la promotion d'un pesticide... de synthèse... « tueur d'abeilles »
 

 

Excellemment choisie, l'image d'une abeille sur du tournesol... Il y a des plaisantins qui cherchent du miel de betterave...(Source)

 

 

Un élément de plan d'action soigneusement formulé
 

Il va de soi que le communiqué « Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation annonce un plan de soutien gouvernemental à la filière betterave-sucre pour faire face à la crise de la jaunisse » a eu l'heur de profondément déplaire à la mouvance activiste anti-pesticides* (*de synthèse). Pour un mini-florilège, voir ici une dépêche de l'AFP ; le titre, « Un insecticide dangereux pour les abeilles bientôt réintroduit » est racoleur et faux... même dans l'hebdomadaire de Mme Géraldine Woessner...

 

L'élément du plan d'action du gouvernement qui fâche ?

 

« la proposition d’une modification législative cet automne pour permettre explicitement, pour la campagne 2021 et le cas échéant les deux campagnes suivantes tout au plus, le recours à l’article 53 du règlement européen n°1107/2009, comme le font d’autres pays européens confrontés aux mêmes difficultés, pour pouvoir prendre au moment des semis une dérogation de 120 jours pour les semences enrobées, dans des conditions strictement encadrées. Le règlement européen l’autorise à la condition "qu’une telle mesure s’impose en raison d’un danger qui ne peut être maitrisé par d’autres moyens raisonnables". »

 

 

Générations Futures « réagit et s'insurge »...

 

Générations Futures – la petite entreprise incorporée sous forme d'association loi 1901 au service du biobusiness – a publié un communiqué de presse rageur, « Dérogations pour les insecticides tueurs d’abeilles: Générations Futures réagit et s’insurge! »

 

Ah que coucou ! Ah non, ça c'était Johnny... Et lui, il était drôle dans cet épisode.

 

 

Ah que Générations Futures est scan-da-li-sée....

 

« Générations Futures est scandalisée par cette décision ministérielle qui constitue un recul important du gouvernement sur la question de ces insecticides ‘tueurs d’abeilles’. Cette décision est d’autant plus inacceptable pour l’association qu’il existe d’autres produits[1] homologués pour lutter contre le puceron de la betterave pour laquelle l’ANSES admettait dans un avis sur les néonicotinoides de 2018 qu’il n’y avait pas d’impasse[2] technique pour cette culture. »

 

 

...et fait la promotion d'un pesticide... de synthèse... « tueur d'abeilles »

 

La note 1, la voici :

 

« [1] Voir par exemple : https://ephy.anses.fr/ppp/afikill »

 

C'est plutôt vicieux... Qui connaît l'Afikill ?

 

 

 

 

C'est en fait le Teppeki (flonicamide), ce produit qui, précisément, n'a pas bien marché cette année et n'est de toute manière utilisable qu'une fois en saison ! Et c'est un produit de synthèse !

 

Pire... voici le premier élément des conditions d'emploi générales :

 

 

 

 

On ne se moquerait pas un peu du monde, là ?

 

Voilà une entité qui milite contre les pesticides – certes seulement de synthèse – prétendument au nom de la protection de l'environnement... Elle préconise d'utiliser un pesticide – de synthèse – par voie aérienne qui n'est pas sans effets sur les non-cibles plutôt qu'un insecticide en enrobage des semences qui ne touche que les insectes suceurs...

 

On peut s'interroger à ce stade : sont-ils submergés par la bêtise ou consciemment dans la posture revendicatrice destinée à alimenter un fond de commerce ? Qui, dans la clientèle de l'activisme anti-pesticides, s'apercevra de l'imposture ?

 

Relevons toutefois un progrès, sans nul doute réalisé à l'insu du plein gré de la petite collaboratrice du gros biobusiness : en faisant l'article pour le flonicamide, Générations Futures admet implicitement, d'une part, l'existence d'un problème et, d'autre part, l'inexistence d'une solution conforme à sa rhétorique.

 

 

En avant, la rhétorique militante...

 

Faisons un autre tour dans la rhétorique militante du communiqué de presse :

 

« "Ces dérogations pour un retour de l’emploi des néonicotinoïdes sur betterave constituent un recul inacceptable qui démontre que ce gouvernement plie aisément sous le poids des lobbies de l’agrochimie et de l’agriculture industrielle et a renoncé à être le leader de la lutte contre les insecticides tueurs d’abeilles en Europe !". Déclare François Veillerette, Directeur de Générations Futures . »

 

Aurait-il échappé à M. François Veillerette, directeur de Générations Futures, que le gouvernement s'est trouvé confronté à une levée de boucliers d'élus, y compris de sa majorité ? Quelle a été l'activité de lobbying de « l'agrochimie » ?

 

Pour l'agriculture dite « industrielle », nous savons : la betterave à sucre et l'agriculture biologique, c'est le divorce pour cause d'absence de solutions de protection des cultures. La betterave bio, en surface, c'est riquiqui. En rendement aussi ; il se murmure que c'est de l'ordre de moins 50 %.

 

 

(Source)

 

 

Le degré zéro des connaissances en agronomie
 

M. François Veillerette se fait même donneur de leçons d'agronomie :

 

« "Nous ne pouvons pas admettre que l’on revienne à l’utilisation de ces insecticides en enrobage de semence car cela revient à traiter à priori les cultures de betterave, ce qui constitue le degré zéro de l’agronomie, alors que la Directive européenne sur l’utilisation des pesticides préconise ‘la lutte intégrée contre les ravageurs’, ce qui sous-entend que le traitement chimique ne doit intervenir qu’en dernier recours et non pas avant même l‘apparition d’un ravageur ! Nous ne manquerons donc pas d’employer toutes les voies de recours possibles contre cette décision inique." Ajoute t’il »

 

Quelle imposture !

 

 

Les relais médiatiques ont joué

 

La cas Stéphane Foucart
 

M. François Veillerette a évidemment trouvé des oreilles complaisantes chez ses amis journalistes, certains militants.

 

Dans le Monde, M. Stéphane Foucart écrit dans un « Le gouvernement va réintroduire les insecticides "tueurs d’abeilles" » (mais le titre n'est peut-être pas de sa plume, et il est neutre dans l'édition papier) :

 

« Tandis que les syndicats betteraviers saluent l’annonce du gouvernement, les organisations de protection de l’environnement fulminent. François Veillerette, directeur de l’association Générations futures, dénonce "un recul inacceptable qui montre que ce gouvernement plie aisément sous le poids des lobbys de l’agrochimie et de l’agriculture industrielle, et a renoncé à être le leader de la lutte contre les insecticides tueurs d’abeilles en Europe". »

 

M. François Veillerette a certainement prononcé ces fortes paroles qui relèvent de l'aveuglement et de l'enfumage (rappel : plus d'une centaine d'élus se sont mobilisés pour faire cesser le scandale de la mise à mort d'une filière agro-industrielle). Mais était-ce judicieux de les reproduire ? Et ce, sans la mise en perspective qui serait la marque du bon journalisme d'information ?

 

Le contenu de l'article est aussi typiquement foucartien.

 

L'épouvantail de l'abeillecalypse est agité avec prestance :

 

« Cependant, un grand nombre de travaux conduits ces dernières années ont montré que l'impact des néonicotinoïdes utilisés en enrobage de semences pouvait être indirect. L'essentiel de ces produits – jusqu'à 98 % des doses appliquées sur les graines, selon des données industrielles – reste en effet dans les sols, où ils peuvent s'accumuler et contaminer, plusieurs années durant, les cultures ultérieures, ou encore les plantes sauvages poussant aux abords des parcelles. »

 

Là, on aimerait bien voir la source... Les autorités des pays qui permettent l'enrobage des semences avec des néonicotinoïdes – même pour des espèces très visitées par les abeilles comme le colza et le tournesol – doivent être irresponsables ; d'ailleurs, il n'y a plus d'abeilles chez eux (ironie)...

 

M. Stéphane Foucart nous surprend aussi : citant deux acteurs de la filière de l'agriculture biologique – non, non, il n'y a pas de conflits d'intérêts – il nous apprend que « la betterave cultivée selon le cahier des charges de l'agriculture biologique (très minoritaire) semble, elle, peu ou pas touchée par la jaunisse ». Il aura pris la précaution d'utiliser le conditionnel journalistique...

 

Ce qui est intéressant ici, ce sont les réactions... la bobo-écolosphère est décidément hors-sol. En bref, pour de nombreux commentateurs, le sucre est mauvais pour la santé et c'est donc une bénédiction que la filière crève...

 

 

FranceTVInfo sur le mode propagande
 

C'est de la propagande unilatérale, le porte-parolat chez FranceTVInfo, avec son « Néonicotinoïdes réautorisés pour les betteraves : Générations Futures dénonce un retour en arrière face à un "coup de pression des syndicats agricoles" ». En chapô :

 

« La France a décidé de lever l'interdiction d'une partie de ces insecticides pour permettre aux agriculteurs de lutter contre les pucerons verts qui attaquent les betteraves. Mais selon l'association écologiste, il existait "d'autres produits, des insecticides plus courants" et moins toxiques. »

 

Jusqu'où va la crétinerie journalistique ? « ...il existait "d'autres produits, des insecticides plus courants" et moins toxiques », mais : « "Ce n'est pas du tout une mesure d'urgence, pour la récolte de cette année il est déjà trop tard", affirme François Veillerette. » C'est donc que ces produits ne sont pas efficaces, non ?

 

Le complotisme s'étale... en pavé :

 

« On a choisi la solution de facilité en cédant aux producteurs français. »

 

Vraiment ? L'ampleur du désastre ne fait pas vraiment débat... plus d'une centaine d'élus sont montés au créneau... et le pisse-copie de FranceTVInfo gobe ? Mieux :

 

« Pour l'association de protection de l'environnement, "on est surtout face à un gros coup de pression des syndicats agricoles, qui ont voulu tester le nouveau ministre de l'Agriculture, demander une dérogation comme des collègues à eux dans d'autres pays européens.»

 

Vraiment ? Le pisse-copie de FranceTVInfo ne sait-il pas que la situation de la filière sucrière est catastrophique ? Il fait le porte-voix de M. François Veillerette par bêtise, incurie ou militantisme (ou une combinaison des trois). FranceTVInfo écrivait peu de temps auparavant dans « Jaunisse de la betterave : le gouvernement souhaite autoriser de nouveau un insecticide » :

 

« Les planteurs de betteraves alertent depuis plusieurs semaines sur la situation de la filière sucrière. Ils se disent démunis face aux pucerons verts, et à la jaunisse virale qui fait s'effondrer les rendements.

 

La Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB), affiliée à la FNSEA, avait prévenu que la France ne produirait pas cette année "600 000 à 800 000 tonnes de sucre" faute de solution contre ce virus. Soutenu par des élus locaux et nationaux, le syndicat demandait une dérogation pour utiliser des néonicotinoïdes afin de protéger les semences. »

 

Décidément, il y a les clowneries de l'activisme, et il y a l'indigence médiatique.

 

 

Post scriptum : regardez qui a signé la pétition de Générations Futures ?
 

La pétition est adressée à M. Julien Denormandie... Ministre de la Ville et du Logement... « et 1 autre » que nous vous laissons découvrir ci-dessous.

 

 

(Source)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

max 09/08/2020 13:03

On a aussi Fabrice Bonnifet qui a sortie un tweet pour relayer le monde, mais il la supprimé surement après la flopée de critique qu'il s'est pris.
https://twitter.com/YveCtx/status/1292020295314870272
Yannick Jadot nous en a sortie une bonne. Après les lobbies de l'agro-chimie, du nucléaire et pharmaceutique, voici le lobby de l'irrigation.
https://twitter.com/yjadot/status/1291690040498716672

max 09/08/2020 17:53

D'autre médias on suivis pour critiquer cette dérogation. Même modèle complotisme avec un lobby des betteraviers (ou du sucre) surpuissant ayant fait plier le gouvernement et des sources douteuses comme greenpeace ou des syndicats d'apiculteur anti-pesticides.
https://www.liberation.fr/france/2020/08/07/les-neonicotinoides-de-retour-dans-les-champs-de-betteraves_1796320
https://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/loiret/neonicotinoides-apiculteurs-inquiets-face-au-retour-du-poison-tueur-abeilles-1861104.html
https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/cinq-questions-sur-les-neonicotinoides-ces-insecticides-interdits-depuis-2018-et-reautorises-pour-2021-par-le-gouvernement_4068781.html

Seppi 09/08/2020 13:36


@ max le dimanche 09 août 2020 à 13:03

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

On trouvera le bijou de connerie ici :

https://twitter.com/AEGRW/status/1292377298100985856