Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Une petite histoire d'hydroxychloroquine et d'azithromycine

25 Juillet 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Covid-19

Une petite histoire d'hydroxychloroquine et d'azithromycine

 

 

Voici un article « scientifique » dont nous ne traduirons pas le résumé :

 

 

(Source)

 

 

Il est bien curieux de se présenter dans un tel article comme membre du Collectif Laissons les Médecins Prescrire. Mais nous n'avons certainement pas encore tout vu...

 

Se présenter comme membre du CLMP, c'est aussi pouvoir déclarer sans grimacer une absence de conflits d'intérêts. Quoique, ce genre de déclaration est souvent automatique ...

 

 

(Source) En fait, elle n'en fait pas officiellement partie mais y a participé et a notamment interrogé Mme Agnès Buzin

 

 

 

On peut aussi s'étonner que des médecins endocrinologue et gynécologue, ou psychiatre, ou encore chirurgien orthopédiste aient suivi des patients atteints (ou peut-être pas, qui sait...) de Covid-19.

 

Ce qui nous dispense de l'effort ?

 

 

 

 

Qu'en pense-t-on aussi à l'Assemblée Nationale où siège la députée docteure psychiatre Martine Wonner, à la Mission d'Enquête Covid-19 ?

 

 

(Source)

 

 

(Source) Il y a d'autres billets sur le sujet...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Il y a des gens qui osent prétendre qu'un antiviral baisse la charge... virale
https://twitter.com/Artoum2/status/1286950343985827841
Mais cette dame aurait sans doute guéri sans rien. Pas comme mon petit-neveu de 36 ans à qui ont a rien donné, sauf l'extrême onction près de 4 mois après son décès
Répondre
H
Je vous suis à 100% sur les questions agricoles Seppi, je suis même une de vos fans inconditionnelles. Sur votre combat contre l’hydroxychloroquine et l’azythromycine, je ne suis pas d’accord. N’étant pas médecin, je n’ai pas de compétences pour juger de l’efficacité de ces 2 médicaments, ni des publications scientifiques que j’essaie de suivre mais qui sont pointues. Je sais simplement que dans l’histoire de la médecine, procéder à des études avec placébo est quelque chose de relativement récent, le milieu du XXème siècle environ. Personnellement, je crois qu’il n’est pas éthique d’utiliser des humains comme cobayes en en laissant certains sans traitements par tirage au sort pour vérifier l’efficacité d’un médicament. Peut-être y a t-il des courageux prêts à signer un tel protocole et à prendre le risque d’être des sacrifiés de la médecine en tirant le mauvais numéro, mais franchement Seppi, accepteriez vous de signer l’engagement dans un tel protocole pour un de vos enfants qui tomberait malade ? Et je ne trouve pas dans le passé d’exemples d’épidémies où les médecins n’aient pas tenté de soigner coûte que coûte même si leur pharmacopée était pitoyable. L’interdiction de soigner me parait totalement incroyable à l’échelle de l’histoire humaine, et il me semble que ce délire n’a concerné qu’une poignée de pays dont les résultats en terme de morts par millions d’habitants sont tout de même consternants. Les pays asiatiques ont globalement laissé leur médecins soigner, je crois, même si c’est effectivement loin d’être la seule cause de leur succès contre le virus.
Maintenant, ma propre expérience Seppi : En mars dernier, je suis rentrée en France quelques semaines, un voyage annuel prévu. Début avril, je me suis retrouvée bloquée comme plein de gens. Dans la foulée, j’ai attrapé le Covid, cela n’arrive pas qu’aux autres. Plus de médecins pour soigner, les généralistes avaient consigne officielle de ne pas se déplacer, ni de recevoir en rendez vous des présumés Covid et il fallait appeler le SAMU. Fabuleux SAMU qui vous conseille du doliprane pour un rhume épouvantable, une toux qui me faisait régulièrement suffoquer, de la diarrhée, des nausées, et pire des arythmies cardiaques (et pourtant je n’avais pas eu d’hydroxychloroquine). J’ai donc trainé 3 semaines sans traitement médical dans un pays pourtant dit « moderne » avec un état se dégradant lentement et je peux vous assurer que le Covid est loin d’être une grippette pour tout le monde. Je voyais se profiler la réa et l’assistance respiratoire car je n’en pouvais tout simplement plus quand des amis infirmiers m’ont chuchoté le nom d’un médecin de campagne qui se déplaçait quand même et faisait des miracles contre le Covid. Je dis bien « chuchoter » car dans l’ambiance générale interdisant aux généralistes de soigner, c’était quasiment un secret. Ce médecin dissident m’a prescrit un antibiotique macrolide, cousin de l’azythromycine. 48h00 après, j’avais quasiment cessé de tousser, 5 jours après je n’avais plus rien sauf une grosse fatigue dont je sors seulement. ses dernières semaines. Merci à ce médecin qui a enfreint les consignes des experts gouvernements et je pense, m’a sauvé la vie. Et je pense que si en dépit de la reprise de l’épidémie actuellement en France, il y a si peu de morts et si peu d’hospitalisations, c’est parce que progressivement comme mon médecin dissident, de nombreux médecins généralistes se sont remis à soigner, avec ce qui fonctionne mais dans un grand silence pour ne pas avoir d’ennuis avec nos effroyables experts gouvernementaux qui ont tout de même 30 000 morts au compteur.
Répondre
A
Moi aussi je suis à 100% avec Seppi sur les questions agricoles, surtout sur le glyphosate que je pratique depuis qu'il existe. Comme vous, je ne suis pas d’accord sur sa position sur l’hydroxychloroquine et l’azythromycine. Surtout lorsqu'il y a moquerie contre le Prof. Raoult (et toute l'équipe derrière lui). Et puis en cherchant un petit peu, on peut même trouver que ce protocole était approuvé contre le coronavirus par l'OMS en 2005. Peut-on alors encore croire qu'il n'y a pas de lobbying pour nous vendre autre chose pour beaucoup plus cher ?
M
Le profil de Violaine Guérin ne pousse pas à lui faire confiance dans le domaine médical.
https://threadreaderapp.com/thread/1264480432395083784.html

Pour Martinne Wonner non plus. Ses propos sur Giléad et Bill Gates tiennent plus du complotisme de bas étage (type de complotisme repris par les anti-vax).
https://twitter.com/MartineWonner/status/1283404631922671617
Répondre
I
En plus, Max, Violaine Guérin a fait jeudi une vidéo en compagnie de membres de la crême de l'élite complotiste sur you tube à savoir :
Ema Krusi, l'entrepreneuse suisse qui s'est fait connaître par son coup de gueule anti vaccin
JJ Crévecoeur, le Belge exilé au Canada pour fuir la persécutiond e la famille royale belge qui défend des thèses complotistes anti vaccin et anti 5G
Saïm Labibi, le chirurgien compltoiste connu pour être un des animateurs du Libre PEnseur
et Tal Schaler, le médecin chamane qui dit que les maladies n'existent pas, que les virus sont nos amis, et que le SIDA est un mythe.

https://www.youtube.com/watch?v=eCv2BF9avpg&t=1433s

Claire que si elle a de telles fréquentations, on peut se méfier d'elle.
S

@ max (email) le samedi 25 juillet 2020 à 17:13

Re-bonjour et re-merci.

Oui, les profils de l'une et de l'autre sont inquiétants.

Cela dit, le commentaire de VG sur la méga-étude pourrie a été rationnel et pertinent.

Dans les auteurs de l'article qui fait l'objet de mon billet, il y a d'autres membres de Stop aux violences sexuelles.
P
Bonjour M.Seppi,
Je crois comprendre que vous n'êtes pas un fan du Dr.Raoult.....
Vous avez beaucoup plus de connaissances scientifiques que moi , alors je vous demande:
Si vous attrapez la covid-19 que faites-vous ?
Prendrez-vous le Remdésivir ? Essayerez-vous l'hydroxychloroquine et l'azithromycine ?
Ou que proposez-vous comme début de traitement ?
Répondre
S
@ PierreL. le samedi 25 juillet 2020 à 13:57

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Non, je ne suis pas particulièrement fan, mais ce n'est pas le problème.

Je touche du bois et prends mes précautions. Si je devais l'attraper, je pense que je ferai ce que me dira mon médecin.
U
Et alors ?
Plusieurs décennies de travail de recherche et quelques dizaines de publications m'ont montré que le peer-review des revues même prestigieuses est un processus très grossier, souvent biaisé, très loin de l'image donnée généralement.
Je conseille fortement la lecture de :
https://francais.medscape.com/voirarticle/3606128
témoignage de médecins hospitaliers victimes de ces biais, au détriment évident de la santé, voire de la vie, de patients.
Répondre
J
le peer review n'est pas la panacée, mais ça n'est pas le sujet, pointer les défauts des autres, qu'on peut toujours adresser par ailleurs ne répond en rien aux critiques sur ces articles..

pire que le peer review!!!
U
Bonjour Seppi
Avez-vous lu l'article que je cite ?
Il y est expliqué que des revues refusent de publier certaines données, pourtant susceptibles peut-être de sauver des vies. On a vu que certaines "prestigieuses" publient des articles manifestement douteux ( pour être poli ).
Des médecins dignes de ce nom se sentent tenus de faire connaitre des résultats positifs, et leur choix est limité : revue de moindre renom ou preprint.
La réaction de la direction (qui ?) mériterait beaucoup plus d'argumentation pour prétendre être prise au sérieux.
S
@ un physicien le samedi 25 juillet 2020 à 12:20

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Je partage votre avis sur la qualité du peer review.

Mais il y a une nuance de taille entre publier dans une revue ayant pignon sur rue (de bonne ou même de mauvaise qualité) et publier dans une revue prédatrice.

Et dans cette affaire, il y a tous ces "détails" incommodants comme la réaction outrée de l'IPLESP