Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Nouvelle étude : les cultures d'OGM réduisent l'utilisation de pesticides et les émissions de gaz à effet de serre

30 Juillet 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM, #Article scientifique

Nouvelle étude : les cultures d'OGM réduisent l'utilisation de pesticides et les émissions de gaz à effet de serre

 

Joan Conrow*

 


 

 

 

Au cours des deux décennies qui ont suivi leur adoption, les cultures génétiquement modifiées (GM) ont apporté des avantages environnementaux significatifs en réduisant l'utilisation de pesticides et les émissions de gaz à effet de serre, et en augmentant les rendements, selon une nouvelle étude.

 

« La technologie des cultures génétiquement modifiées continue de contribuer de manière importante à la réduction de l'empreinte environnementale de l'agriculture et à la sécurisation durable des approvisionnements alimentaires mondiaux », déclare Graham Brookes, directeur de PG Economics et co-auteur de l'article publié dans la revue GM Crops & Food, qui a fait l'objet d'une évaluation par les pairs. « Elle a également contribué à sortir de la pauvreté de nombreux petits agriculteurs pauvres en ressources et leurs familles dans les pays en développement. »

 

Bien que les groupes anti-OGM prétendent souvent que les cultures GM sont associées à une utilisation plus importante de pesticides, l'article note que la question est plus compliquée et nuancée, variant selon les pays et les cultures.

 

Dans l'ensemble, cependant, les agriculteurs ont réduit les pulvérisations de pesticides de 776 millions de kilogrammes, soit 8,6 %, entre 1996 et 2018 en adoptant des cultures génétiquement modifiées dotées de caractéristiques de résistance à des insectes (IR – insect resistant) et de tolérance aux herbicides (HT – herbicide tolerant). Cela équivaut à plus de 1,6 fois l'utilisation totale de produits phytosanitaires en Chine chaque année. En conséquence, les agriculteurs qui cultivent des plantes génétiquement modifiées ont réduit de 19 % l'impact environnemental associé à leurs pratiques de protection des cultures, selon un indicateur connu sous le nom de quotient d'impact environnemental (EIQ – environmental impact quotient).

 

Les cultures génétiquement modifiées ont également permis de réduire considérablement le travail du sol et la consommation de carburant, ce qui se traduit par une diminution des émissions de gaz à effet de serre équivalente, en 2018, au retrait de 15,27 millions de voitures des routes, constate l'article.

 

« Il est largement admis que l'augmentation des niveaux atmosphériques de gaz à effet de serre tels que le dioxyde de carbone, le méthane et l'oxyde nitreux est préjudiciable à l'environnement mondial », écrivent les auteurs. « Par conséquent, si l'adoption de la biotechnologie des cultures contribue à une réduction du niveau des émissions de gaz à effet de serre de l'agriculture, cela représente une évolution positive pour le monde. »

 

Les cultures génétiquement modifiées ont également augmenté les rendements, ce qui permet aux agriculteurs de cultiver plus de nourriture sans utiliser plus de terres. Au cours des 22 dernières années, les rendements ont augmenté en moyenne de 16,5 % pour le maïs IR et de 13,7 % pour le cotonnier IR. Quelque 17 millions d'agriculteurs dans le monde cultivent aujourd'hui des plantes génétiquement modifiées. La biotechnologie des cultures a été responsable de la production mondiale supplémentaire de 278 millions de tonnes de soja, 498 millions de tonnes de maïs, 32,6 millions de tonnes de coton fibre et 14 millions de tonnes de canola, selon l'étude.

 

Si les agriculteurs n'avaient pas eu accès à la biotechnologie des cultures en 2018, ils auraient dû semer 12,3 millions d'hectares (ha) supplémentaires de soja, 8,1 millions d'ha de maïs, 3,1 millions d'ha de cotonnier et 0,7 million d'ha de canola pour maintenir les niveaux de production mondiale. Cela équivaut à un besoin de 14 % de plus de terres arables aux États-Unis, d'environ 38 % de terres arables au Brésil ou de 16 % de la superficie cultivée en Chine.

 

« Cette technologie des semences a aidé les agriculteurs à être plus efficaces dans l'application des produits phytosanitaires, ce qui non seulement réduit leur impact sur l'environnement, mais leur fait gagner du temps et de l'argent », notent les auteurs. « Cette technologie modifie également l'empreinte carbone de l'agriculture, en aidant les agriculteurs à adopter des pratiques plus durables telles que le travail réduit du sol, qui a permis de diminuer l'utilisation de combustibles fossiles et de retenir davantage de carbone dans le sol. »

 

Les agriculteurs ont obtenu d'importants avantages environnementaux au cours des 22 dernières années en adoptant des variétés de maïs et de cotonnier résistantes à des insectes (IR). Cela a permis de réduire de 112,4 millions de kg l'utilisation de matières actives d'insecticides pour le maïs et de 331 millions de kg de matières actives d'insecticides pour le cotonnier.

 

La résistance de mauvaises herbes au glyphosate, un herbicide couramment utilisé, a été enregistrée dans certaines régions où les cultures génétiquement modifiées avec le trait HT sont largement répandues, note l'article. « Cela peut être attribué à la façon dont le glyphosate a été utilisé à l'origine avec les cultures GM HT, lorsque, en raison de son activité de post-émergence très efficace et à large spectre, il était souvent utilisé comme seule méthode de contrôle des mauvaises herbes », écrivent les auteurs. « Cette approche de la lutte contre les mauvaises herbes a exercé une pression de sélection énorme sur les mauvaises herbes et, par conséquent, a contribué à l'évolution de populations de mauvaises herbes dominées par des individus résistants. »

 

En conséquence, l'utilisation d'herbicides avec des cultures GM HT a augmenté dans la plupart des régions et l'indicateur EIQ s'est détérioré, par rapport au début des années 2000.

 

« Cette augmentation de l'utilisation des herbicides est souvent citée par les opposants à la technologie GM (par exemple, Benbrook) comme un échec environnemental de la technologie », notent les auteurs. « Cependant, ce que ces auteurs omettent de reconnaître, c'est que la quantité d'herbicide utilisée sur les cultures conventionnelles a également augmenté au cours de la même période et que, par rapport à l'alternative conventionnelle, le profil environnemental de l'utilisation des cultures GM HT a continué à représenter une amélioration par rapport à l'alternative conventionnelle. »

 

Dans certains pays, rapporte le document, les agriculteurs ont obtenu des réductions globales à la fois du volume d'herbicides utilisés (en termes de poids de matières actives appliquées) et des valeurs de l'EIQ au champ, par rapport aux cultures conventionnelles.

 

Dans d'autres pays, bien que la quantité moyenne de matières actives d'herbicides appliquée aux cultures GM HT soit plus élevée que celle des cultures conventionnelles, le profil environnemental des cultures GM est meilleur, tel que mesuré par l'indicateur EIQ, en raison de l'utilisation d'herbicides plus respectueux de l'environnement.

 

Au cours des 22 dernières années, l'utilisation de cultures HT a permis de réduire l'utilisation d'herbicides et d'améliorer les indicateurs environnementaux pour le maïs, le canola, la betterave sucrière et le cotonnier. L'utilisation d'herbicides dans la production de soja HT a légèrement augmenté, mais l'indicateur EIQ s'est amélioré de 12,9 % en raison de l'utilisation accrue d'herbicides plus respectueux de l'environnement, constate l'article.

 

____________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/07/new-study-gmo-crops-reduce-pesticide-use-greenhouse-gas-emissions/

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article