Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le Covid-19 perturbe l'approvisionnement en semences de l'Afrique, menaçant la sécurité alimentaire

8 Juillet 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Afrique, #Covid-19, #Semences

Le Covid-19 perturbe l'approvisionnement en semences de l'Afrique, menaçant la sécurité alimentaire

 

Joseph Opoku Gakpo*

 

 

Image : Shutterstock

 

 

La pandémie a rendu difficile pour certaines entreprises semencières africaines de produire et d'importer des quantités suffisantes de semences certifiées de qualité, suscitant des craintes quant à la sécurité alimentaire.

 

La pénurie de main-d'œuvre, la fermeture des frontières et les restrictions de circulation ont contribué aux difficultés que rencontrent certaines entreprises dans leur lutte pour fournir des semences de qualité aux agriculteurs à l'approche de la saison des semailles sur tout le continent.

 

La situation fait craindre une baisse de la productivité agricole et une menace pour la sécurité alimentaire, car on prévoit une pénurie de semences pour la plupart des cultures de base.

 

« Le Covid-19 est arrivé à un moment où beaucoup de sociétés semencières se préparaient à nettoyer leurs semences, ou se préparaient à en importer », a expliqué Augusta Nyamadi Clottey, secrétaire exécutive de la National Seed Trade Association of Ghana (NASTAG). « Le confinement est arrivé en mars. Et nous étions censés commencer à semer en mars. La plupart des semences que nous attendions de l'extérieur ne sont pas arrivées. »

 

Le Ghana importe une grande partie de ses semences améliorées de légumes et d'autres espèces, ainsi que d'autres intrants agricoles, d'Europe, d'Asie et d'Amérique. Ces produits sont maintenant plus chers à l'importation car les frontières ont été fermées aux vols commerciaux.

 

« Maintenant, au lieu d'utiliser un vol de passagers, vous devez louer un vol », a déclaré Mme Clottey. « Et cela augmente le coût. La différence de coût est d'environ 15 à 20 %. Malheureusement, la société de semences doit supporter tous ces coûts. Cela signifie que les marges bénéficiaires diminuent, que le coût de production augmente. »

 

Même les entreprises locales de semences qui produisent des semences certifiées pour la vente aux agriculteurs ont du mal à trouver de la main d'œuvre pour fonctionner correctement à cause du Covid-19.

 

« La plupart des entreprises qui nettoient leurs semences utilisent de la main d'œuvre. La dernière opération est faite par des êtres humains. Et à cause du confinement, et avec le Covid, elles ne font pas appel à des personnes pour faire le nettoyage. Même la récolte des semences dans les champs est un défi. Donc, si nous ne faisons pas attention, la qualité peut être compromise à un moment donné ou un autre », a-t-elle déclaré lors d'une session de webinaire sur l'impact du Covid-19 sur l'industrie semencière, organisée par l'Alliance pour la Révolution Verte en Afrique.

 

« Dans la région de l'Upper East, une entreprise emploie 150 femmes pour le nettoyage final des semences », a-t-elle ajouté. « Maintenant, elle ne peut plus compter que sur 25 personnes. Le travail est un véritable défi. La plupart des travailleurs du sud viennent du nord et ne peuvent plus venir dans le sud à cause du Covid. La plupart de ceux du nord viennent de l'autre côté de la frontière, du Burkina Faso, mais ne peuvent pas venir travailler maintenant parce que la frontière est fermée. »

 

Plusieurs autres régions d'Afrique sont confrontées à des difficultés dans la production de semences de qualité pour les agriculteurs en raison de la pandémie. Citant les prévisions de la Communauté Économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et d'autres organismes sous-régionaux, le CORAF – une association d'organisations agricoles et de recherche nationales de 22 pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre – prévoit que le Covid entraînera une pénurie de semences certifiées de diverses cultures de base pour la saison de culture 2020 dans toute la sous-région. Les cultures qui seront touchées sont notamment le maïs, le sorgho, le millet, le niébé et l'arachide.

 

Le niébé, par exemple, est un aliment populaire à forte teneur en protéines qui est consommé par environ 200 millions de personnes en Afrique. La demande de semences de niébé certifiées pour la campagne agricole 2020 au Mali, au Nigeria, au Niger, au Togo, en Côte d'Ivoire, au Tchad, au Cap-Vert et en Gambie est estimée à 150.000 tonnes. Mais le CORAF prévoit que seulement 2.800 tonnes de semences de niébé certifiées seront disponibles pour la saison de culture 2020 dans ces pays en raison du Covid-19. Il y a également une pénurie de semences d'arachide certifiées. La région du Sahel en Afrique de l'Ouest a besoin de 250.000 tonnes de graines d'arachide certifiées pour la campagne 2020. Mais seulement 5.000 tonnes devraient être disponibles.

 

Dans 12 pays d'Afrique de l'Ouest, dont le Bénin, la Guinée, la Gambie, le Sénégal et le Cap-Vert, moins de 10.000 tonnes de semences certifiées de sorgho et de millet seront disponibles pour la campagne agricole 2020, ce qui est loin de répondre à la demande prévue de 100.000 tonnes, selon le CORAF. Et bien que ces pays aient besoin de 200.000 tonnes de semences de maïs certifiées, seules 70.000 tonnes seront disponibles pendant la saison de culture actuelle.

 

« Si des mesures rapides ne sont pas prises pour faciliter l'accès des producteurs aux semences et autres intrants, les perturbations causées par le Covid-19 entraîneront inévitablement une baisse de la production agricole en raison de l'indisponibilité des semences de qualité requises pour planter au bon moment. » Le CORAF met en garde. « Un effort concerté devrait être fait pour assurer la disponibilité de semences certifiées des principales cultures vivrières de base et l'accès à celles-ci dans la région de la CEDEAO et du Sahel afin d'éviter les conséquences imminentes des impacts négatifs de la pandémie Covid-19 sur la production agricole. »

 

Les semences certifiées sont des semences de haute qualité produites selon des normes strictes par des entreprises de semences agréées afin de garantir qu'elles ont des taux de germination et de productivité élevés. On sait que l'utilisation de semences de mauvaise qualité est responsable de la faible productivité des exploitations agricoles en Afrique. Plus de 70 % des agriculteurs du continent n'ont toujours pas accès à des semences améliorées et de qualité. En l'absence de semences de qualité à cause du Covid-19, la productivité des exploitations agricoles risque de toucher le fond et de rendre plus difficile pour les agriculteurs de se nourrir et de nourrir leurs familles.

 

« C'est une vérité universelle que les semences de qualité exercent une profonde influence sur la productivité agricole, améliorant le rendement parfois jusqu'à 20 à 25 %, voire plus, si elles sont déployées dans le cadre d'un ensemble d'intrants améliorés », a observé Josiah Wobil, président du Conseil National des Semences du Ghana. « Nous avions fait de très bons progrès jusqu'à cette année. L'arrivée de la pandémie en Afrique de l'Ouest a changé la donne et a vraiment perturbé le bon déroulement de la production de semences à grande échelle. »

 

L'Association Africaine du Commerce des Semences, l'association mère continentale des acteurs du secteur des semences, a appelé à des efforts concertés pour garantir que des semences de qualité et améliorées parviennent aux agriculteurs en temps utile, malgré la pandémie.

 

« Le mouvement des semences à l'intérieur des pays et à travers les frontières ne devrait pas être affecté, étant donné que le coronavirus a une faible capacité de survie en surface, et qu'il est très improbable que le coronavirus puisse survivre au transport international », a déclaré Justin Rakotoarisaona, secrétaire général de l'association, dans une déclaration dont l'Alliance pour la Science a reçu copie. « Cela est particulièrement vrai pour les expéditions de semences traitées par des entreprises semencières professionnelles qui respectent déjà un protocole de manipulation sanitaire, phytosanitaire et hygiénique strict.

 

« La fermeture des frontières ou même le ralentissement des mouvements transfrontaliers de semences crée un problème important dans la chaîne d'approvisionnement en semences au niveau national, régional et mondial », a poursuivi M. Rakotoarisaona. « Dans un certain nombre de régions, c'est maintenant la saison des semailles et la livraison en temps voulu des semences et autres intrants agricoles est cruciale pour que les agriculteurs plantent à temps afin d'assurer la sécurité alimentaire, surtout après la crise sanitaire. »

 

Eric Danquah, professeur et directeur fondateur du Centre d'Afrique de l'Ouest pour l'Amélioration des Plantes à l'Université du Ghana, a déclaré que le Covid-19 a révélé des faiblesses dans les systèmes de la chaîne d'approvisionnement agricole à travers le continent qui doivent être traitées immédiatement.

 

« Il est troublant de constater que l'engagement des gouvernements envers le secteur a diminué, alors même que les pays sont confrontés à certaines des plus grandes menaces de l'histoire, notamment la croissance démographique et la pandémie de Covid-19, qui a perturbé les chaînes d'approvisionnement alimentaire à une échelle sans précédent », a-t-il déclaré. « Il est évident qu'une approche "business as usual" aggravera la situation déjà préoccupante de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Que le système alimentaire, en particulier en Afrique de l'Ouest, en sorte plus fort ou plus fragile dépendra de ce qui sera fait d'urgence pour créer des systèmes alimentaires autonomes. »

 

Les responsables gouvernementaux du continent racontent une histoire différente et offrent l'assurance qu'il n'y a pas lieu de paniquer.

 

« Nous avons rencontré des entreprises de semences. Elles nous ont assuré qu'il y a beaucoup de semences dans les pays. Il n'y a que les légumes dont nous avons maintenant une petite partie qui arrive. Mais ce n'est pas un problème... », a déclaré le Dr Solomon Gyan Ansah, directeur adjoint de l'agriculture au Ministère de l'Alimentation et de l'Agriculture du Ghana.

 

« En fait, cette pandémie a vraiment incité le gouvernement à reconnaître qu'à tout moment, nous devrions avoir des semences en réserves pour pouvoir les utiliser en cas de catastrophe. Et je crois que le gouvernement mettra en place des mesures pour s'assurer que nous avons des semences à tout moment », a-t-il ajouté.

 

_____________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/06/covid-19-disrupts-africas-seed-supply-threatening-food-security/

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

reflexion 08/07/2020 11:11

Encore une très jolie preuve que seule l'agriculture biologique est socialement économiquement environnementalement perenne.

Rendre les petit producteurs Africains dépendants de firmes et d'importation est criminel ; le COVID en apporte la concrétisation mais les lobbyistes vont toujours braire contre l'agriculture biologique qui les dérangent.

Libérez la semence fermière et laisser les petits producteurs indépendants de toutes firmes .

Il est là, fils spirituel de Seppi 08/07/2020 23:35

Vous n'avez pas compris, Bionel le Gros Malin. Cet article démontre que la fin du commerce mondial nuit à la sécurité alimentaire, déjà précaire, des Africains, dont l'écrasante majorité ne peut être autosuffisant en terme d'alimentation selon les études qui ont démontré que seule 1/3 de l'Humanité peut connaître l'autonomie alimentaire. Par contre on peut renforcer l'autonomie alimentaire des Africains ... si on les laisse développer l'agriculture scientifique (OGM, pesticides, drônes, etc.)

Seppi 08/07/2020 15:38

@ douar le mercredi 08 juillet 2020 à 11:45

Merci pour votre commentaire.

Vous êtes bien aimable de lui trouver une pensée...

En plus, il est raciste, de la pire espèce. Sous « Les nations africaines s'ouvrent à la biotechnologie végétales pour des gains potentiels en matière de sécurité alimentaire », le Bionel de compétition et Fregoli des pseudos a osé écrire :

« Grande démonstration que les lobbyistes marchants de POISONS sont même fiers est capables de se réjouir de leurs abus de faiblesse pour parvenir à leurs fins. »

Il faut comprendre : les nations africaines – collectivement et, partant, les Africains individuellement – seraient en situation de faiblesse, une situation dont les « lobbyistes » abuseraient.

Il était tellement content de sa formule qu'il s'est livré au plaisir solitaire – il a les plaisirs solitaires qu'il peut – de le reproduire... 28 fois.

Les habitants de Sainte-Agathe doivent se réjouir d'avoir ce sinistre personnage comme concitoyen.

Mais peut-être les a-t-il tellement saoulés avec ses idées fixes, ses rancoeurs, ses rancunes, ses manies de pervers narcisique qu'il ne lui reste plus que le plaisir solitaire de se palucher sur un clavier d'ordinateur – en quelque sorte intellectuellement, quoique le mot soit en l'occurrence impropre tellement la bêtise est crasse – et le plaisir masochiste de se faire battre à chaque fois qu'il aura pu extraire un jus immonde de ce qui lui tient de cerveau.

douar 08/07/2020 11:45

Les terribles famines qu'ont connu des pays subsahariens (en 1913 par exemple, décrite par Amadou Hampaté Ba) ont pu être éradiquées grace aux circuits longs qui permettent l'acheminement de denrées vitales dans le cas de calamités.
L'accès aux semences de meilleure qualité est aussi vital pour ces pays.

Vos propos sont simplement criminels, méprisants pour les agriculteurs de ces pays.
Vous êtes proprement inculte, historiquement, scientifiquement et économiquement, votre pensée relève simplement de la magie.
mais la magie n'est qu'illusion.