Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Une lettre ouverte réitère l'importance de l'élevage lors de l'épidémie de Covid-19

21 Juin 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #élevage, #Covid-19

Une lettre ouverte réitère l'importance de l'élevage lors de l'épidémie de Covid-19

 

AGDAILY Reporters*

 

 

Image : HannieVerhoeven, Shutterstock

 

 

D'éminents universitaires de quatre continents se sont joints à des organisations américaines, canadiennes et internationales représentant des millions d'agriculteurs, de producteurs et de vétérinaires pour signer une lettre ouverte contre la désinformation sur l'élevage pendant la pandémie.

 

Les signataires – dont l'Animal Agriculture Alliance, l'Association Vétérinaire Mondiale et l'Institut International de Recherche sur l'Élevage (ILRIInternational Livestock Research Institute) – ont précisé que la production de bétail est sûre et n'a pas joué de rôle dans la propagation du Covid-19, malgré des allégations récentes (et totalement infondées).

 

La lettre demande aux gouvernements et aux autorités de rassurer les consommateurs sur la sécurité de la viande, du lait, des œufs et du poisson, tout en travaillant avec les agriculteurs et les vétérinaires pour partager les leçons et l'expertise en matière de santé animale.

 

Cette lettre a été signée par plus de 65 groupes d'agriculteurs, associations de producteurs, vétérinaires et chercheurs, dont Animal Agriculture Alliance, North American Meat Institute et American Feed Industry Association ; par de nombreux universitaires d'UC Davis, de l'Université de l'État de l'Iowa et de l'Université de l'Arkansas, ainsi que l'ancien sous-secrétaire de l'USDA pour la sécurité alimentaire, Richard Raymond. Ce groupe se trouve aux côtés de groupes mondiaux, européens et canadiens similaires.

 

« Notre monde a besoin de la contribution du bétail. À l'échelle mondiale, 1,3 milliard de personnes dépendent du bétail pour leur emploi, tandis que des milliards d'autres dépendent du bétail pour nourrir leur famille. L'élevage fournit du lait, de la viande, du poisson et des œufs à un moment où l'accès à des aliments sûrs, nutritifs et abordables est nécessaire pour parer à une éventuelle crise alimentaire mondiale, et offre un soutien inestimable aux agriculteurs confrontés à de graves difficultés économiques, souvent existentielles»

 

La lettre se poursuit : « Nous demandons instamment aux autorités, aux groupes intergouvernementaux et aux ONG de soutenir ces efforts en :

 

  • Réaffirmant la sécurité de la production animale et rappelant aux consommateurs notre solide système de sécurité alimentaire, y compris le rôle important des vétérinaires et de la nutrition animale.

     

  • En réfutant les informations erronées qui tentent d'établir un lien entre le bétail et la propagation du Covid-19.

     

  • Consultant des experts en matière d'élevage, y compris des agriculteurs et d'autres parties prenantes de la chaîne alimentaire animale et humaine, afin de comprendre comment soutenir leurs efforts pour nourrir les communautés.

 

« Pendant cette pandémie, les exploitations d'élevage et la chaîne de valeur travaillent sans relâche pour garantir que nous ayons des aliments sûrs et abordables à manger et à boire. Il est vital que la société soutienne ces efforts et tire parti de leurs connaissances pour construire un monde plus résilient à l'avenir. »

 

La lettre ouverte peut être lue ici.

 

_____________

 

* Source : https://www.agdaily.com/news/animal-agriculture-time-covid-19/

 

Ma note :

 

La France n'a pas été particulièrement affectée par la désinformation. Il n'empêche qu'il faut, d'une part, rester vigilant et, d'autre part, tirer les leçons de la crise pour répondre au mieux à une éventuelle reprise de l'épidémie et à une nouvelle épidémie de grande ampleur ou une pandémie.

 

L'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES) a publié le 20 avril 2020 : « Covid-19 : pas de rôle des animaux domestiques dans la transmission du virus à l’Homme ». En résumé :

 

« Interrogée sur la transmission potentielle de la maladie Covid-19 par l’intermédiaire des animaux domestiques, l’Anses a réuni en urgence un groupe d’experts spécialisés pour répondre à cette question et a rendu un premier avis le 9 mars dernier. Des premiers résultats d’enquête sur l’infection éventuelle des animaux de compagnie dans les foyers de Covid-19 ou sur les modèles d’inoculations expérimentales de certaines espèces d’animaux domestiques acquis récemment conduisent l’Agence à actualiser son expertise. Des cas sporadiques de contamination d’animaux domestiques ont notamment été décrits et des infections expérimentales ont permis de démontrer la réceptivité de quelques espèces animales au virus (furet, hamster et dans une moindre mesure le chat). En prenant en compte ces nouveaux éléments, l’Anses considère néanmoins qu’il n'existe actuellement aucune preuve scientifique montrant que les animaux domestiques (animaux d’élevage et de compagnie) jouent un rôle épidémiologique dans la diffusion du SARS-CoV-2. »

 

Il suffit de pas grand-chose pour enflammer les esprits... et surtout les médias. Voir le cas des visons aux Pays-Bas. Le Monde exploite une dépêche de l'AFP sous le titre : « Les Pays-Bas ont commencé à abattre 10 000 visons après des soupçons de contamination par le coronavirus ». France Inter utilise le magique point d'interrogation pour un article de bonne facture, très informatif : « Du vison à l'homme, une première contamination au coronavirus ? » Le chapô :

 

« La ministre de l'Agriculture néerlandaise a annoncé qu'un homme avait probablement été contaminé par des visons d'élevage porteurs du SARS Cov 2. La comparaison des cartes génétiques des virus aurait conduit à cette conclusion. Cette première, demande à être confirmée par une publication scientifique. »

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Intéressant cette lettre ouverte.j'ai été choqué d'entendre un pdg du quatre40 dire que la crise était de la faute de l'élevage industriel.Ce pdg c'était déja singularisé en parlant en bien de L214.indirectement des filiales de sa multinationale financent ces mouvements.et pourtant Mr FABER est à la tête de Danone n° 3 mondiale par le chiffre d'affaire en produits laitiers juste derrière Lactalis et un peu éloigné de Nestlé.
Mr FABER veut faire un maximum de bénéfice avec des produits végétaux même s'ils sont ultra transformés,déséquilibré hormonalement et nécessite incorporation de calcium par des additifs dont on cachera l'origine(cherchez phosphate tricalcique en amérique et notament Canada).
Faute aux exploitations industrielles et pas a une contradiction près Danone réduit fortement ses approvisionnement en lait français passage de 1 milliard de litres a 750 millions annuels.les producteurs de tailles inférieures a la moyenne souffrent chez Danone
Répondre
I
J'espère que, dans le climat actuel, les chercheurs universitaires qui ont signé cette lettre ne seront aps victimes d'une cabale qui mènera à leur dépression ou à leur renvoie, voire pire. La mésaventure de Bret Weinstein et celle de Gordon Klein ont montré que les Universitaires risquent de plus en plus leur poste en raison de certaines prises de positions. Certes, ces mésaventures ne concernent aps l'elevage mais les sujets du racisme, mais ce qui leur ait arrivé pourrait arriver aux universitaires défenseurs de l'élevage
Répondre