Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Sortie du glyphosate » : la pédagogie Christian Huyghe, de l'INRAE, dans l'Opinion

18 Juin 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Glyphosate (Roundup), #critique de l'information

« Sortie du glyphosate » : la pédagogie Christian Huyghe, de l'INRAE, dans l'Opinion

 

Glané sur la toile 549

 

 

 

 

Le 9 juin 2020, l'Institut National de Recherche pour l'Agriculture, l'Alimentation et l'Environnement (INRAE) a publié un quatrième volet de ses travaux en réponse à un caprice du Président de la République, Emmanuel Macron, « Alternatives au glyphosate en grandes cultures : évaluation économique ».

 

Les volets précédents sont le scandaleux « Usages et alternatives au glyphosate dans l'agriculture française », de décembre 2017 – scandaleux parce qu'il laissait accroire qu'il existe des alternatives (réalistes) au glyphosate dans une grande majorité des situations alors que son tableau de synthèse, barbouillé de rouge, montre que tel n'est pas le cas –, et les évaluations économiques pour la viticulture (daté de juillet 2019) et l'arboriculture (daté de décembre 2019).

 

 

(Source)

 

 

On peut prendre connaissance des éléments de ce dernier volet sur le site de l'INRAE par le rapport lui-même, le résumé ou la page Internet dédiée, par les journaux agricoles et, maintenant, par un article de l'Opinion, signé Emmanuelle Ducros et citant abondamment, M. Christian Huyghe, directeur scientifique Agriculture de l'INRAE. « Fin du glyphosate en grandes cultures: l’Inrae démontre des possibilités... et des impasses économiques » annonce clairement la couleur.

 

L'article est illustré par un tracteur effectuant un travail superficiel du sol, avec cette légende : « Pour 80% des surfaces en grande culture en France, l’Inrae estime que le labour suffit à se débarrasser des plantes indésirables ». Oui, mais... le labour a un coût économique et environnemental désastreux et plus on s'en passe et s'en passera, mieux c'est et ce sera. Oui, mais... il n'y a pas de fixité dans les 80 et 20 % : une parcelle pourra ou non bénéficier d'un désherbage au glyphosate selon les circonstances, notamment en fonction de la flore à détruire ou des conditions climatiques.

 

M. Christian Huyghe a aussi évoque le fait qu'il peut y avoir « une impasse non agronomique, mais économique ou organisationnelle ». Le labour est chronophage et sa réussite tributaire des conditions météorologiques ; pour certaines exploitations, c'est tout le système de culture qui peut être remis en question.

 

Il a expliqué la démarche du rapport :

 

« "Ce travail, réalisé par des économistes et des agronomes, est original, explique Christian Huygue. Il repose sur des méthodes issues du monde médical, celles que l’on utilise en cas de suppression d’un médicament pour réévaluer les parcours de soins." Car l’étude de l’Inrae le dit clairement : il n’y a pas d’alternative chimique au glyphosate. Les deux herbicides homologués, le Dicamba et l’hormone 2.4D ont, selon Christian Huygue, "des profils toxiques et écotoxicologiques défavorables et moins bons que ceux du glyphosate. Nous nous sommes donc concentrés sur le travail du sol comme seule alternative." »

 

Malgré cela, toujours selon M. Christian Huyghe :

 

« Pour 18 % des surfaces en France, on peine à évaluer correctement l’impact de l’arrêt du glyphosate en l’état actuel des choses. On n’a pas forcément le détail des successions culturales, qui peut changer la donne [...]. Des rotations de culture simples (colza, blé, orge ou colza, blé, blé) peuvent favoriser l’apparition des plantes indésirables, et rendre l’usage du glyphosate nécessaire. »

 

On a envie d'ajouter : tout comme la nouvelle marotte « écologique » de laisser pousser et monter à graine certains espaces comme les bas-côtés des routes et chemins (ah, les coquelicots... 50.000 graines par plante...).

 

Et aussi que c'est par référence au passé, ou à la situation actuelle, que le rapport procède à une évaluation – dont il est admis qu'elle est partielle, l’Inrae préconisant des études plus poussées pour certaines situations. Quelles seront les solutions si, par exemple, une plante comme le chardon ou une vivace bien coriace devient un problème ?

 

Que vaut alors le chiffrage « en l'état » des effets économiques de 25,63 euros à l’hectare en moyenne (c'est pour les 18.1 % de la surface totale qui sont en techniques culturales simplifiées) ? Intéressant sans plus. Et c'est une moyenne... mettez un pied dans le four et l'autre dans le congélateur et, en moyenne, vous serez dans une position confortable...

 

Et qu'en est-il des techniques simplifiées, du semis direct, des couverts végétaux – de l'avenir de l'agriculture ?

 

« Ces techniques culturales, comme l’agriculture de conservation des sols, sont axées sur le non-travail du sol, qui favorise sa vie et sa biodiversité et la captation de carbone… Mais il faut du glyphosate pour détruire le couvert végétal ou les adventices avant de ressemer. "Il y a clairement une impasse, pose Christian Huygue. La seule alternative, c’est le labour occasionnel qui détruit l’intérêt agronomique de la technique culturale, et fait monter les coûts en flèche." La fin du glyphosate, en faisant exploser les usages du carburant, se chiffrerait alors à 80 euros à l’hectare et amputerait l’excédent brut d’exploitation des fermes de 16 %. Si l’on suit la logique du règlement européen, le retrait de la molécule est, dans ce cas, un non-sens. »

 

Le règlement européen ? Il assujettit le retrait d'une molécule du marché à l'existence d'une alternative d’usage courant sans impact économique majeur. Le bon sens, quoi...

 

 

(Source)

 

 

Précédemment, l'INRAE avait évalué les impacts économiques en arboriculture à une fourchette de 120 € à 432 euros/hectare, en pointant là aussi des problèmes agronomiques et organisationnels tels que les blessures aux racines par le désherbage mécanique et la gestion du matériel d'irrigation. Dans la France Agricole, un commentateur avait opiné que l'INRAE se trompait peut-être d'un facteur... 10, citant à l'appui de son chiffre la station expérimentale arboricole de La Morinière en Touraine.

 

Pour la viticulture, les études aboutissaient à un surcoût de moins de 150 euros/hectare à 400 euros/hectare en vignes larges et 450 euros/hectare à 1.200 euros/hectare en vignes étroites.

 

Tout ça pour un caprice et une manœuvre politicienne... Manu, press delete.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
les verts alemands: " le facteur décisif n’est pas la technologie, mais le résultat "
Wahou, c'est le fondement même de l'agriculture bio qui est mis à mal car l'AB a une obligation de moyens, pas de résultats.
Une redite de Den Xiaoping, "Peu importe qu'un chat soit noir ou blanc, s'il attrape la souris, c'est un bon chat"
Répondre
M
Arte à sortie ça hier. Un reportage supposer faire la lumière sur les OGM, mais c'est en fait un énième pseudo reportage anti-OGM. Il tente même de réhabilité Séralini et son infâme étude avec l'aide de Foucard (1h03). Il arrivent même à faire croire que l'étude Grace est l’œuvre de lobbyiste (1h17). Il y a aussi les affirmation habituelle sur le riz doré...
Bref Arte continue ça propagande anti-science.

https://www.youtube.com/watch?v=gg7NH5HZxNI
Répondre
J
Pseudo youtube: justinvideoman

Dans les commentaires il y en a encore qui pensent qu'il n'y a pas de pesticides dans le bio...
I
Arte reste fidèle à lui-même. Après si les Verts Allemands ont pu changer, la chaîne changera elle-même d'avis (j'espère).

@Justin
Vous êtes qui dans les commentaires ? Justin ou vous avez un pseudo ?
J
Vu!
C'est moi le posteur fou payé par les lobbies!
J
vous avez raté ça?

FLASH SPECIAL AFBV
15/06/2020
Des personnalités des Verts allemands se prononcent
pour une nouvelle réglementation des biotechnologies vertes
.

Plus de 20 personnalités du parti des Verts allemands viennent de signer une contribution détonnante sur les biotechnologies vertes:” Temps nouveaux, nouvelles réponses : réglementer le droit du génie génétique de manière moderne ».
-Partageant le diagnostic scientifique que “les OGM ne sont pas plus risqués que les technologies conventionnelles de sélection végétales” ces Verts développent plusieurs arguments en faveur de l’adoption des nouvelles biotechnologies (l’édition de gènes) comme le gain de temps pour la recherche.
-Ils concluent que la réglementation européenne actuelle sur les OGM « ne correspond plus à l’état actuel de la science » et que « le facteur décisif n’est pas la technologie, mais le résultat ».
-Ils invoquent « une évaluation technologique équilibrée et prudente en dialogue avec la science pour un nouveau génie génétique dans l’agriculture”.

Nous avons traduit en français ce document écrit en allemand (Cf texte ci-joint)- Voir le texte originel sur le site des verts :
https://www.gruene.de/artikel/neue-zeiten-neue-antworten-gentechnikrecht-zeitgemaess-regulieren
Répondre
I
Oui j'avais vu cela Justin. Peut-être Seppi en fera-t-il un article. En tout remise en question salutaire des Verts Allemands, j'espère que les Verts français, britanniques, autrichiens et d'autres pays suivront cet exemple.
P
Dans le domaine de l'agriculture, comme dans celui de l'énergie, le syndrome de Stockholm sévit. De reculade en reculade pour faire plaisir aux partis politiques qui veulent faire plaisir aux minorités écologistes qui vantent aux bobos un monde de bisounours et de licornes roses on arrive lentement au bord du précipice. C'est l'objectif final des écologistes. Maurice Strong l'avait clairement annoncé:«n'est-ce pas le seul espoir de La Planète de mettre fin à la civilisation industrielle ? N'est-ce pas notre mission que d'y parvenir ?". Le seul petit problème est que la décroissance de la population ne commencera que vers 2050 alors que les pénuries destinées à sauver la planète sont planifiées dans les années qui viennent. Passer de 7 milliards d'humains à moins de 1 milliard d'ici 2050, comment comptent donc faire les sauveurs de La Planète?
Répondre