Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le Covid-19 engendre de nouvelles habitudes d'achat alimentaire chez les consommateurs

14 Juin 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Covid-19, #Alimentation

Le Covid-19 engendre de nouvelles habitudes d'achat alimentaire chez les consommateurs

 

Michelle Bufkin, AGDAILY*

 

 

Image FamVeld, Shutterstock

 

 

Pour l'agriculture et l'industrie agroalimentaire, il a toujours été important de suivre les tendances des habitudes de consommation. Si le Covid-19 les a beaucoup changées, cela n'a pas changé l'importance de suivre et de comprendre les tendances des consommateurs.

 

De nombreuses tendances de consommation ont été centrées durant cette pandémie sur l'alimentation et la chaîne d'approvisionnement alimentaire. Bien qu'il y ait eu des perturbations dans certains épisodes de la pandémie, les experts estiment que les achats de panique et les pénuries ont commencé à se stabiliser pour la première fois depuis l'arrivée du Covid-19.

 

Cependant, même si le système alimentaire se stabilise, les habitudes et les tendances des consommateurs ont changé de manière radicale. Jessica Adelman, PDG de ESG Results, a abordé certaines de ces tendances dans son récent discours d'ouverture lors de la conférence virtuelle Alltech ONE.

 

L'un de ces changements concerne la discussion sur les aliments et le lieu de préparation des aliments. « En 2015, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, la consommation d'aliments apprêtés en dehors de la maison était plus importante que celle des aliments que nous préparons chez nous », a déclaré Mme Adelman.

 

 

Image de Colleen Michaels, Shutterstock

 

 

En raison de ce changement, les restaurants à service rapide (RSR), la restauration hors foyer et les plats à emporter se sont approprié la plus grande part de l'estomac au détriment des courses. Cette tendance s'efforçait de répondre à une société en constante évolution. En raison du Covid-19, de la distanciation sociale et du confinement, les gens sont beaucoup moins mobiles, ce qui a entraîné un grand changement dans le type et le lieu d'achat des aliments. Selon Mme Adelman, on prévoit qu'au deuxième trimestre de 2020, 100 milliards de dollars reviendront à la vente au détail et à l'épicerie.

 

En gros, cela signifie que les gens achètent plus de nourriture à l'épicerie pour la préparer chez eux. Selon les données de Nielsen fournies par Mme Adelman, « 18,8 milliards de dollars ont été dépensés en biens de consommation courante au cours du seul mois de mars, ce qui est directement attribuable aux achats dûs au coronavirus. »

 

Les gens parlent aussi davantage de la nourriture qu'ils achètent. Entre le 9 et le 22 mars, il y a eu 710.000 gazouillis liés à la cuisine, soit une augmentation de 60 % par rapport aux deux semaines précédentes. Dans la même période, il y a eu 250.000 gazouilis concernant la commande et la livraison et 80.000 gazouillis concernant uniquement les pizzas. « C'est une énorme augmentation, sismique, de 294 % par rapport au mois précédent », a déclaré Mme Adelman.

 

Le mode d'achat de la nourriture est également une habitude de consommation qui a changé à cause du Covid-19. Selon Mme Adelman, le Royaume-Uni était auparavant le plus grand marché d'épicerie en ligne, avec 7 %, et les États-Unis étaient en dessous de 4 %. Récemment, les États-Unis sont passés à 9 %, et on prévoit qu'ils pourraient atteindre 12 %.

 

« Selon les données de Nielsen, les commandes en ligne ont connu une forte hausse au mois de mars, avec une augmentation de 60 % », a déclaré Mme Adelman.

 

 

Image Maxx-Studio, Shutterstock

 

 

Les détaillants, de toutes tailles et de tous types, se sont concentrés sur l'expérience du client et de l'utilisateur au fil des ans. Cependant, le Covid-19 a montré que les consommateurs ne se soucient pas de l'infrastructure qui se trouve derrière. « Nous voulons simplement savoir que nous pouvons obtenir l'article que nous voulons, dans le lieu que nous voulons, quand nous le voulons, pour un prix compétitif », a déclaré Mme Adelman.

 

Cela pourrait être bénéfique pour les détaillants indépendants ou les producteurs qui cherchent à fournir des aliments directement au consommateur. Selon Mme Adelman, il est très important de rendre votre produit facilement disponible à l'achat, car elle prévoit que le commerce électronique continuera à se développer.

 

« Tout le monde devrait essayer de mettre ses marques en ligne aussi vite que possible. On devrait consacrer son temps et son énergie à trouver comment expédier ses produits partout de la manière la plus sûre possible », a déclaré Mme Adelman.

 

Une des tendances de consommation qui, selon Mme Adelman, devrait se poursuivre est la confiance dans la science.

 

« Il a été très intéressant d'observer comment le Covid-19 a conduit à une réévaluation des scientifiques, de la science, des médecins et, en général, au retour des experts », a déclaré Mme Adelman. « Nous pourrions être au point de basculement où les consommateurs permettront à la science de réintégrer le débat sur l'agriculture, l'alimentation et la nutrition. »

 

En ce qui concerne l'inclusion de la science dans notre discussion sur l'alimentation, Adelman rappelle à l'agriculture qu'il est important de se rappeler que le sujet de l'alimentation est émotionnel pour beaucoup de gens. Selon elle, le choix de la nourriture que nous donnons à nos enfants n'est pas comparable au type de voiture que nous achetons.

 

« La société pose des questions émotionnelles depuis une vingtaine d'années sur la science et la technologie dans l'alimentation », a-t-elle déclaré. « Nous, en tant qu'industrie, avons fait un travail assez mauvais et nous ne lui avons donné que des réponses scientifiques. À l'avenir, je pense que ce [le Covid-19] pourrait être le moment où nous verrons ces lignes de tendance se croiser. »

 

Pourquoi ces habitudes et ces tendances de consommation sont-elles si importantes ? Parce que, selon l'University College de Londres, il faut en moyenne 66 jours pour prendre une habitude. Pour beaucoup, nous approchons ou avons déjà dépassé ce seuil, ce qui signifie que les habitudes et les pratiques formées à cause de la quarantaine commencent à se consolider. Mme Adelman prédit : « Nous allons voir les consommateurs commencer à mélanger leurs nouvelles habitudes avec leurs anciennes. »

 

_____________

 

Michelle Bufkin est une spécialiste indépendante de la communication dont l'objectif est d'aider les producteurs à combler le fossé des connaissances entre la ferme et l'assiette qui existe aujourd'hui chez les consommateurs. Elle utilise son poste à plein temps de directrice des adhésions et de la communication de l'Association des Éleveurs de l'Arkansas pour interagir avec les producteurs et travailler à l'établissement de ce lien.

 

Source : https://www.agdaily.com/news/Covid-19-new-consumer-food-buying-habits/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

douar 15/06/2020 09:03

Un peu perplexe par rapport à cette analyse: s'il y a eu d'indéniables évolutions de la consommation, c'est avant tout la conséquence des limitations de déplacements et d'accès aux distributeurs/producteurs. D'où nécessité de farine des stocks de produits basiques (farine, oeufs, pates, jambon), où les signes de "qualité ont subitement disparu.
Avec le retour à la normale dans la liberté de circuler, je ne serais pas étonné de voir un retour à l'état initial, sauf si, les revenus disponibles baissent, comme le laisse présager la hausse du chômage.

Albert Amgar 14/06/2020 12:51

Je ne sais pas s'il y a de nouvelles habitudes de consommateurs, mais selon un article du Figaro du 13 juin, « Le tout bio et le tout vrac balayés pendant le confinement ».
« Si le confinement avait suivi le dogme du tout-bio, ou du tout vrac, jamais la chaîne alimentaire française n'aurait tenu pendant la crise. »