Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L'expansion de l'agriculture biologique rendrait les pandémies zoonotiques plus probables

2 Juin 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Covid-19, #Agriculture biologique

L'expansion de l'agriculture biologique rendrait les pandémies zoonotiques plus probables

 

Val Giddings*

 

 

Crédit : FAO

 

Le fléau qui nous afflige actuellement, Covid-19, s'il en a évidemment surpris certains, n'a en fait absolument rien de surprenant. Il était clairement à la fois tout à fait prévisible et prévu, avec des détails remarquables, et nous allons sans doute vivre des événements similaires dans le futur, pour lesquels nous espérons être mieux préparés. Mais grâce à une galvanisation sans précédent de la puissance scientifique, nous acquérons une compréhension plus spécifique du virus et de la manière de le traiter, de le gérer et de l'empêcher, ainsi que ses cousins, de faire des ravages similaires. Parmi ces nouvelles connaissances, nous en apprenons davantage sur les conditions spécifiques dans lesquelles de telles pandémies apparaissent.

 

Le 9 avril, le New York Times a publié un article sur un document de recherche qui met en lumière certaines des conditions qui augmentent le risque d'éruption d'une pandémie. Il n'est pas surprenant que les suspects habituels en abusent déjà pour promouvoir leurs causes favorites, en l'occurrence en plaidant pour des pratiques agricoles plus biologiques, plus inefficaces, promues sous le terme d'« agroécologie », qui aggraveraient en fait la situation. Ils le font, bien sûr, en faisant de l'agriculture moderne « intensive » le bouc émissaire de l'émergence des pandémies. Ces affirmations absurdes font tourner le monde à l'envers.

 

Le document de recherche cité par le New York Times a constaté que la déforestation et la fragmentation des habitats, en particulier en Afrique (le document se concentre sur l'Ouganda), ont augmenté le risque de transmission zoonotique – la propagation de maladies des animaux aux humains – de virus dévastateurs comme le coronavirus, le virus Ebola et le HIV. Les données semblent convaincantes. Les recherches montrent que les petits exploitants agricoles de subsistance sont les agents de proximité d'une grande partie de la déforestation et de la dégradation des habitats dans les forêts tropicales humides. Ces pratiques augmentent la fréquence des contacts étroits entre l'homme et les animaux sauvages, du type de ceux qui, nous le savons, ont entraîné à maintes reprises des conséquences indésirables.

 

Les suspects habituels du « plaidoyer » et du marketing à but lucratif mentionnés ci-dessus blâment l'agriculture moderne et intensive et les technologies qu'elle emploie. Ils s'indignent particulièrement des OGM et des pesticides avancés, ignorant la forte dépendance de l'agriculture biologique à l'égard de pesticides « naturels » hautement toxiques et destructeurs pour l'environnement comme le sulfate de cuivre ; ils condamnent également les autres moteurs du boom agricole de l'après-guerre et de la Révolution Verte, notamment les engrais de synthèse et les variétés hybrides, qui ont permis d'augmenter les rendements et de bannir la faim dans une grande partie du monde. Mais le type d'agriculture pratiqué par les petits exploitants décrit dans l'article du New York Times est notoirement inefficace, pratiqué à petite échelle et improductif, précisément parce qu'il n'utilise pas ces technologies modernes. L'agriculture sur brûlis ressemble beaucoup plus aux types d'agriculture biologique et indigène que préconisent ces idéologues affligés d'intérêts particuliers. Les recherches universitaires les plus optimistes et les plus crédibles des défenseurs de l'agroécologie reconnaissent que les pratiques qu'ils préconisent produisent des rendements de 30 à 50 % inférieurs à ceux des agriculteurs conventionnels.

 

Réduire les rendements de cette manière ne fera qu'accroître les pressions sur les habitats naturels, obligeant les populations croissantes à défricher toujours plus de terres pour faire pousser les cultures afin de satisfaire leurs besoins nutritionnels de base. Cela aggravera les risques de maladies et les risques climatiques comme le montrent de simples calculs.

 

 

Crédit : Tracy Beedy/World Agroforestry Centre

 

 

Les méthodes agricoles agroécologiques indigènes préconisées par de nombreux environnementalistes aujourd'hui ne sont « durables » que dans la mesure où elles sont utilisées à très petite échelle, dans de grandes zones de forêt indigène contiguës, qui peuvent rapidement se refermer et réparer les dégâts lorsque la parcelle est abandonnée parce qu'elle est devenue improductive après quelques années en raison de l'épuisement des nutriments déposés dans les sols par le feu. Cela fait baisser les rendements et incite les petits exploitants à passer à la parcelle suivante ; défricher, épuiser, laisser reposer, répéter. Lorsque le nombre d'êtres humains pratiquant de telles méthodes agricoles est faible, les parcelles petites et la forêt immense, ces pratiques peuvent persister pendant des centaines, voire des milliers d'années sans causer de dommages irréparables. Mais nous ne vivons plus dans un tel monde.

 

Ces faits montrent que ceux qui souhaitent réduire le risque de pandémie zoonotique (c'est-à-dire nous tous) doivent être de fervents défenseurs de l'amélioration de la productivité des petites exploitations agricoles. Les épidémiologistes, les économistes et les agronomes sont des alliés naturels à cet égard. La meilleure façon de réduire le risque que des virus animaux se propagent à l'homme est de réduire l'empiètement des humains sur leurs habitats. Comme l'indique le New York Times, « En Ouganda, la croissance rapide de la population signifie que davantage de personnes se taillent des parcelles de terres forestières pour nourrir leur famille... Des habitats vastes, sains et diversifiés, avec moins de frontières avec les populations humaines, seraient favorables, selon les chercheurs, en association avec le développement économique afin que les familles n'aient pas à s'approprier les terres forestières pour l'agriculture de subsistance. »

 

Un producteur de maïs GM en Afrique du Sud. Crédit : Reuters

 

Bien que de nombreuses personnes succombent dans les pays du Premier Monde à la mode d'exalter l'agriculture de subsistance et l'« agriculture paysanne » en croyant qu'elle est en quelque sorte plus vertueuse, authentique ou « naturelle », ce n'est pas la vie que les agriculteurs en difficulté du monde en développement choisissent pour eux-mêmes. Partout où les gouvernements leur ont laissé la liberté de choisir les graines qu'ils vont semer ou les méthodes qu'ils vont employer, la grande majorité choisit les intrants les plus avancés, les plus modernes et les plus efficaces qu'ils peuvent se permettre, y compris les pesticides modernes et les OGM. En fait, un nombre important d'entre eux choisissent de défier les restrictions gouvernementales et de planter des OGM même sans autorisation légale.

 

À mesure que le Covid-19 s'est répandu dans le monde, la plupart des gens se sont tournés vers la science pour trouver des réponses, et les gouvernements ont investi massivement dans des programmes visant à accélérer la recherche pour développer de nouveaux médicaments et vaccins (dont un grand nombre des plus prometteurs sont produits grâce au génie génétique avancé). Il n'y a pas eu de mobilisation apparente pour fabriquer en masse des remèdes homéopathiques et à base de plantes naturelles pour se protéger de cette épidémie trop naturelle.

 

En tant que société, nous avons compris que la solution résidait dans plus d'innovation, et non pas moins ; plus de progrès, et non pas un repli dans les fantasmes romantiques d'un passé où des fléaux bien pires que le Covid étaient les compagnons habituels d'une malnutrition quasi universelle.

 

Il en va de même pour l'agriculture. La science et la technologie sont la solution, pas le problème. Elles sont le moyen véritablement « vert » de nourrir et d'habiller l'humanité tout en réduisant le risque de pandémies émergentes.

 

D'autre part, les cultures améliorées grâce à la biotechnologie ont de solides antécédents en matière de réduction des intrants tout en augmentant les rendements, la durabilité et la rentabilité pour les agriculteurs d'une manière totalement compatible avec les objectifs déclarés de la production biologique, si ce n'est le dogme aveugle promu par certains de ses adhérents. Il n'y a pas de moyen plus vert de nourrir et de vêtir l'humanité tout en réduisant le risque de pandémies émergentes.

 

____________

 

Val Giddings est senior fellow à la Fondation pour l'Innovation et les Technologies de l'Information (Information Technology and Innovation Foundation – ITIF). Il a obtenu son doctorat en génétique et en biologie de évolution à l'Université d'Hawaï en 1980. Val peut être suivi sur Twitter @prometheusgreen

 

Source : https://itif.org/publications/2020/04/13/expanding-organic-agriculture-would-make-zoonotic-pandemics-more-likely

 

Et aussi :

 

https://geneticliteracyproject.org/2020/05/18/viewpoint-expanding-organic-agriculture-could-make-another-pandemic-more-likely/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Bonjour,
Je constate beaucoup d'amalgames dans cet article, entre agriculture ancestrale et agroécologie, j'ai vraiment beaucoup de mal à suivre votre raisonnement, d'autant plus que vos propos sur les rendements de l'agroécologie me semblent inexacts et bien loin de la réalité. Les grandes entreprises internationales, qui vont déforester à l'étranger pour faire de l'huile de palme par exemple, me semblent peu concernées lorsqu'il s'agit de permettre à la population de se nourrir, à moins, peut-être, que leur soit offert du Nutella à profusion ? Alors il vaudrait mieux déforester pour fournir du Nutella à toute la planète, mais les peuples indigènes, eux, n'ont qu'à trouver une autre solution pour se nourrir durablement car on les tiendrait pour responsables d'augmenter le risque de zoonoses... De la même manière, il va falloir m'expliquer comment la production intensive de maïs, destinée à nourrir du bétail, destiné à nourrir, en majeure partie, les pays occidentaux (au vu du coût de la viande !), va servir à nourrir les populations des pays en voie de développement... Le progrès ne se fait pas nécessairement en s'appuyant sur plus de technologies numériques ou électroniques, le progrès, c'est apprendre du passé et du présent (je vous invite à lire de nombreuses études sur l'impact des pesticides et intrants chimiques, non pas que sur les plantes et animaux, mais aussi sur l'animal humain, l'homme, vous sentez-vous plus concerné ?), c'est apprendre à comprendre, la nature, ce qui nous entoure, les relations entre les êtres vivants. Malheureusement, les lobbies sont puissants, et toujours là lorsqu'il s'agit de publier des études financées par leur soin et qui vont dans le sens. Et de masquer tout ce qu'il ne veulent pas que l'on sache... A bon entendeur...
Répondre
I
Léopardisse

Et bien, mon cher, je vais vous aider à y voir plus clair, si vous le voulez bien.

"Je constate beaucoup d'amalgames dans cet article, entre agriculture ancestrale et agroécologie,"

Et bien l'agroécologie est un terme mal défini derrière lequel on met tout et n'importe quoi, en plus, de nombreuses méthodes qualifiées d'agrocécologie s'inspirent ou reproduisent des méthodes anciennes et ancestrales, d'où le fait que la confusion entre les deux est légitime.

"Les grandes entreprises internationales, qui vont déforester à l'étranger pour faire de l'huile de palme par exemple, me semblent peu concernées lorsqu'il s'agit de permettre à la population de se nourrir, à moins, peut-être, que leur soit offert du Nutella à profusion "

Oui mais ce n'est pas vraiment le sujet de l'article. Peut-être voulez-vous dire que la culture de l'huile de palme est un symbole de l'agriculture intensif ? Alors deux choses l'une. Déjà les agences de recherche estiment que remplacer l'huile de palme par l'huile de soja ou de colza viendrait à augmenter les surfaces cultivées, leur solution est de faire une huile de palme durable. Ensuite, figurez-vous que 40% des palmiers sont cultivés par des petits exploitants et des coopératives, ce qui fait du palmier une des cultures les moins industrialisés au monde. Du coup sa culture peut être agroécologiquement compatible. Enfin le pb avec l'huile de palme est la déforestation, or, le bio ne s'oppose pas à la déforestation.

"De la même manière, il va falloir m'expliquer comment la production intensive de maïs, destinée à nourrir du bétail, destiné à nourrir, en majeure partie, les pays occidentaux (au vu du coût de la viande !), va servir à nourrir les populations des pays en voie de développement...

Encire une fois pas de rapport avec l'article, mais n'oubliez pas que l'agroécologie utilise aussi l'élevage.

"Le progrès ne se fait pas nécessairement en s'appuyant sur plus de technologies numériques ou électroniques, le progrès, c'est apprendre du passé et du présent ("

Justement le passé enseigne que la technologie et l'électronique peuvent être utiles pour améliorer l'agriculture si bien employés.

"je vous invite à lire de nombreuses études sur l'impact des pesticides et intrants chimiques, non pas que sur les plantes et animaux, mais aussi sur l'animal humain, l'homme, vous sentez-vous plus concerné "

Quels études ? Quels pesticides ? Les pesticides de synthèse qui ont des effets variables et une dangerosité variable ? Les pesticides naturels utilisés en bio et parfois pire que les pesticides de synthèse ? La littérature scientifique est plus complexe que vous ne semblez le penser.
" c'est apprendre à comprendre, la nature, ce qui nous entoure, les relations entre les êtres vivants.

C'est quoi la Nature ?

"Malheureusement, les lobbies sont puissants, et toujours là lorsqu'il s'agit de publier des études financées par leur soin et qui vont dans le sens. Et de masquer tout ce qu'il ne veulent pas que l'on sache... A bon entendeur..."

Là vous parlez des lobbys du bio, ce sont ces lobbyes qui cherchent à manipuler l'opinion ç coup d'étude financées par leur soin et qui vont dans leur sens (cf les travaux du Criigen sur les OGM financés par le biobusiness, Christophe Portier le toxicologue anti glyphosate proche de Big Bio, etc.) et cherchent à masquer ce qui peut les contredire (voir leurs efforts pour censurer le film Food Evolution qui défend les OGM).

En espérant vous avoir un peu éclairé.