Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Farm Babe : quelle est l'importance des étiquettes alimentaires ?

17 Juin 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Alimentation

Farm Babe : quelle est l'importance des étiquettes alimentaires ?

 

Michelle Miller, AGDAILY*

 

 

 

 

Est-ce que vous, ou quelqu'un que vous connaissez, tenez beaucoup compte des étiquettes des produits alimentaires ? Vous inquiétez-vous de la sécurité alimentaire ?

 

Il est temps de cesser d'avoir peur de notre alimentation.

 

Chaque année, des millions de chasseurs se rendent dans les grands espaces pour chasser de nombreux types d'animaux différents. Des cerfs aux oiseaux, le frisson de la chasse peut être passionnant pour tous ceux qui recherchent des sensations fortes, ou qui veulent nourrir leur famille avec des aliments délicieux produits naturellement dans la nature.

 

De quoi se compose donc leur régime alimentaire, à votre avis ?

 

Eh bien, ici dans le Midwest, il est courant d'entendre qu'on trouve facilement des cerfs (par exemple) dans les champs des agriculteurs... mangeant du maïs. On dit qu'environ 90 % des champs de maïs américains contiennent ce qu'on appelle du maïs GM, ou génétiquement modifié. Les OGM peuvent sembler être quelque chose de très effrayant. Qu'est-ce qu'un OGM ? Ça n'a pas l'air glamour. Ça ressemble à une mutation bizarre et effrayante qu'il ne faut pas mettre dans son corps, n'est-ce pas ?

 

Mais une fois que vous l'avez compris, ce n'est pas du tout effrayant. Je suis ici pour raconter mon histoire.

 

Il y a des années, j'ai regardé un « documentaire » sur l'approvisionnement alimentaire américain. Je ne vais pas vous dire que le régime alimentaire américain est nécessairement « sain » par rapport à celui d'autres pays, mais je pense que beaucoup de craintes inutiles m'ont été inculquées... comme à certains de mes lecteurs qui peuvent aussi en témoigner.

 

Donc, comme beaucoup d'autres, j'ai longtemps cru au battage médiatique. J'ai dépensé des milliers de dollars pour m'assurer que tout était bio. Je lisais les étiquettes comme une folle ; je craignais tout.

 

Avance rapide. Il y a un peu plus de sept ans, j'ai commencé à sortir avec un producteur de maïs de l'Iowa. La première fois que j'ai visité sa ferme, je lui ai posé des tas de questions. Après tout, je craignais les OGM. J'avais peur de toutes les choses effrayantes que j'avais entendues sur... oserai-je le dire... Monsanto.

 

Il m'a regardé comme si je venais d'une autre planète.

 

« ……… »

 

« Monsanto a fait des choses merveilleuses pour l'agriculture moderne ! » a-t-il déclaré.

 

Alors je l'ai regardé comme s'il venait d'une autre planète.

 

 

Michelle Miller et son compagnon

 

 

Cela fait maintenant six ans que nous vivons et produisons ensemble et, oh !, mon opinion sur l'agriculture a changé – pour le mieux. J'ai beaucoup appris – et vous devriez aussi apprendre – en parlant avec les agriculteurs, les producteurs, les générations d'agriculteurs qui travaillent dur et consacrent leur vie entière à nourrir le monde... 365 jours par an. Ce sont eux les experts. Leur gagne-pain, c'est le bien-être des animaux. Le sol. L'eau. La terre. C'est leur expertise, et pour beaucoup, c'est peut-être l'ensemble de ce qu'ils savent ! Ils voient les avantages d'une technologie avancée pour nourrir plus de gens sur moins de terres, et seront responsables de l'alimentation d'environ 9 milliards de personnes d'ici 2050. Sans les agriculteurs, nous ne serions rien. Ils sont le fondement de notre vie ! Malheureusement, trop de gens visitent Google et pas assez les exploitations agricoles, ce qui m'amène à mon point principal :

 

LE MARKETING !

 

LES ÉTIQUETTES ! LE GOUVERNEMENT ! LES CONTRÔLES ! LES MENSONGES ! LA PEUR ! L'INCONNU !

 

Alors voici la situation. Les agriculteurs représentent à peine 1 % de la population américaine. Les 99 % restants... enfin... disons que leur voix peut être un peu plus forte que la nôtre. 😉

 

Franchement, j'en ai vraiment assez des idées fausses qui circulent à propos du secteur, mais tout cela se résume à un mot : le fric.

 

Chaque fois que nous allons à l'épicerie, nous sommes confrontés à des étiquettes... partout... pour nous faire acheter un produit. Hormones, somatotropine bovine recombinée, antibiotiques, pesticides, biologique, naturel, vrai fromage, sans sucre ajouté, sans conservateurs, sans arômes artificiels, libre parcours, oeufs de poules nourries uniquement avec des produits végétaux, sans cage, nourris à l'herbe... la liste est longue.

 

Je suis ici pour vous dire que c'est surtout un tas de m... Ou... comme nous, les agriculteurs, aimons l'appeler... un engrais entièrement naturel et organique. 🙂

 

Saviez-vous qu'il n'y a pas d'hormones de croissance artificielles dans la production de poulet ? Et que le bio utilise aussi des pesticides ? Et qu'on n'utilise pas d'hormones de croissance artificielles dans la production porcine ? Que la somatotropine bovine recombinée (une hormone artificielle) est peu utilisée dans les élevages laitiers pour améliorer la production de lait ? Que les animaux ne sont pas « gonflés » aux antibiotiques ? Que le terme « naturel » n'est rien d'autre qu'un stratagème de marketing pour vous faire acheter un produit et n'a pas de définition formelle, même aux yeux de la FDA ? Que si jamais un animal tombe malade et a besoin d'antibiotiques, la loi fédérale impose des normes strictes en matière de délais d'attente... de sorte que toute la viande qui se trouve dans les rayons des magasins est exempte d'antibiotiques ? Que c'est pour savoir si on leur a donné quelque chose que les animaux sont souvent étiquetés ?

 

Voilà pourquoi je vous raconte mon histoire. J'ai été dupée. Et des millions d'autres aussi, et ce n'est pas juste.

 

La prochaine fois que vous entendez quelque chose de vraiment effrayant, creusez davantage la question ou demandez à un agriculteur. Ce n'est probablement pas effrayant du tout une fois que vous l'avez compris, c'est juste une tactique de marketing pour vous faire acheter un produit.

 

_____________

 

Michelle Miller, Farm Babe (@thefarmbabe, www.facebook.com/IowaFarmBabe) est une agricultrice, conférencière et auteure de l'Iowa. Elle vit et travaille avec son compagnon dans une ferme qui comprend des cultures, des bovins et des moutons. Elle pense que l'éducation est essentielle pour réduire l'écart entre les agriculteurs et les consommateurs.

 

Source : https://www.agdaily.com/insights/farm-babe-how-important-are-food-labels/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Chacun sait que les hormones de croissance c'est pour les bovins. Dire qu'on n'en utilise pas sur les poulets ne change au problème.
Répondre
I
Super témoignage, depuis le temps qu'ici je lis les articles de Michelle Miller j'avoue que je n'aurai jamais pensé qu'elle fut, un temps, une biotausaurus patentée. Comme quoi, les bonnes infos portées par les bonne spersonnes peuvent changer les gens en mieux.

Mais j'admire son ouverture à l'époque où elle était biotausaurus et qu'elle a décidé de continuer sa relation avec son actuel compagnon : je pense qu'en apprenant qu'il cultive des OGM et soutient Monsanto, de nombreuses femmes biotausaurus l'auraient largué. Félicitation à Mme Miller pour son ouverture et sa capacité à se remettre en question et à écouter.
Répondre