Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Coucou, revoilou Timothy Litzenburg, l'avocat racketteur qui fut à la manœuvre contre Monsanto

23 Juin 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Glyphosate (Roundup), #Monsanto

Coucou, revoilou Timothy Litzenburg, l'avocat racketteur qui fut à la manœuvre contre Monsanto

 

Nous attendons avec impatience un article des deux Stéphane du Monde...

 

 

(Source)

 

 

Timothy Litzenburg ? Faisons court : c'est l'avocat qui a été – ou prétend avoir été – aux manettes dans le contentieux lancé par des avocats prédateurs contre Monsanto sur la base de l'allégation que le glyphosate (RoundUp) a causé un cancer chez des plaignants recrutés par lesdits avocats. Nous en avons abondamment parlé sur ce blog.

 

Timothy Litzenburg est aussi un des principaux protagonistes de la manœuvre des « Monsanto Papers », cette stratégie qui a consisté à influencer le cours des justices états-uniennes en dévoilant des pièces des dossiers judiciaires censées démonter que Monsanto est décidément Monsatan. Rappelons aussi que deux Stéphane du Monde se sont fait les relais complaisants des ragots, médisances et calomnies en France.

 

Timothy Litzenburg a été « témoin » à la mascarade du Tribunal International Monsanto.

 

Et Timothy Litzenburg est cet avocat racketteur, ou maître chanteur, qui a cru pouvoir extorquer quelque 200 millions de dollars à une entreprise liée au Roundup en la menaçant de lui faire subir le même sort que Monsanto par un harcèlement médiatique. Et qui s'est fait pincer. Voir « Rififi chez les avocats prédateurs qui veulent faire les poches de Bayer-Monsanto » et « Litzenburg-gate : toujours rien dans le Monde et la plupart des médias français ».

 

Oui, « ...toujours rien... » L'armée des journalistes et « journalistes » activistes si diserts sur les « Monsanto papers » et le procès Dewayne « Lee » Johnson peut aussi être une Grande Muette ! Il n'y a guère eu qu'un article de Mme Géraldine Woessner dans le Point, « Le tombeur de Monsanto devant la justice américaine », fin décembre 2019.

 

L'affaire n'est nullement anodine comme semble le suggérer le titre de Mme Géraldine Woessner : le Département de Justice avait trouvé nécessaire de publier un communiqué de presse, de surcroît assorti du rapport accablant d'un investigateur. « Que faut-il de plus pour faire un scoop ? », avions nous écrit le 2 janvier 2020.

 

Timothy Litzenburg et son comparse Daniel Kincheloe ont comparu devant un tribunal fédéral.

 

La chaîne de télévision WHSV titre : « Virginia attorneys plead guilty to $200 million extortion scheme » (des avocats de Virginie plaident coupables à propos d'une tentative d'extorsion de 200 millions de dollars).

 

Le procureur général adjoint Brian A. Benczkowski de la division criminelle du Département de la Justice a notamment déclaré :

 

« Il s'agit d'une affaire dans laquelle deux avocats ont largement franchi les limites d'une défense agressive et ont pénétré profondément dans le territoire de l'extorsion illégale, dans une tentative effrontée de s'enrichir en extorquant des millions de dollars d'une société multinationale. »

 

Pour sa part, l'inspecteur en charge de l'enquête Delany De Leon-Colon du Service d'Inspection Postale des États-Unis (USPIS) – dont le rapport avait été publié avec le communiqué de presse susvisé –, a déclaré :

 

« Les conséquences de l'extorsion sont d'une grande portée, affectant non seulement des individus, mais aussi l'économie des États-Unis et les marchés financiers du monde entier. »

 

La sentence sera rendue le 18 septembre 2020.

 

L'article de la WHSV détaille les faits que les deux prévenus ont admis. Nous en avons relaté l'essentiel dans nos billets précédents.

 

Il s'agit évidemment d'une affaire particulière, mais elle est à notre sens illustrative des méthodes employées par les avocats prédateurs aux États-Unis d'Amérique.

 

Si les Monsanto Papers – lus avec un esprit critique – et toutes les manœuvres ouvertes autour du glyphosate ne suffisaient pas à démontrer l'état de déliquescence d'une partie de la société états-unienne...

 

On attend avec impatience un article des deux Stéphane du Monde. Après tout, n'est-ce pas là un de ces scandales – en l'occurrence un véritable, pas un bidonné – dont ils sont si friands ?

 

Peut-être qu'elles prendront aussi le temps de donner un avis, les Mme Marie-Monique Robin, marraine du Tribunal International Monsanto, et les éminences juridiques qui ont participé à la mascarade, dont Mme Françoise Tulkens, ancienne vice-présidente de la Cour Européenne des Droits de l'Homme (à laquelle elle n'a pas fait honneur en présidant la kangaroo Court). N'auriez-vous pas le sentiment d'avoir été menées en bateau par ce personnage qui a « largement franchi les limites d'une défense agressive » ?

 

Voici ce que Timothy Litzenburg a écrit pour le « tribunal » :

 

« Je suis un "avocat de procès" [trial lawyer], un euphémisme pour un avocat qui représente exclusivement des personnes lésées. Mon cabinet est impliqué, depuis des décennies, dans la représentation de personnes dans des affaires contre des sociétés multinationales géantes aux ressources presque illimitées.

 

Le grand égalisateur dans ce combat de David contre Goliath est le système américain de jury. Ces sociétés peuvent engager tous les avocats du pays les meilleurs et les plus chers, peuvent exercer une influence indescriptible au sein des pouvoirs exécutif et législatif du gouvernement américain, peuvent acheter des scientifiques pour mettre leur nom sur des études, et sont généralement engagées dans de vastes campagnes de relations publiques pour recueillir le sentiment de l'opinion publique à leur sujet.

 

Cependant, les avocats qui ne sont pas facilement intimidés et restent concentrés peuvent amener ces affaires à un endroit où rien de tout cela n'a d'importance : les procès civils américains devant un jury. [...] Comme nous le savons tous, les entreprises qui prétendent se concentrer sur la guérison des maux du monde ou "nourrir le monde" n'ont qu'un seul véritable objectif, celui de maximiser les recettes/le profit. Et, la seule chose qui conduira à un changement de leur conduite est de leur parler dans ce langage.

 

[…]

 

Un langage qui franchit largement les limites d'une défense agressive…

 

Additif de midi

 

La vraie source, reprise par la chaîne de télévision, est le Département de Justice.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
"Unbelievably, they also admitted that they weren't going to give any of this money to their clients -- you know, the cancer patients they claim to be helping. Instead, they intended to keep all the money for themselves and their associates."

https://www.acsh.org/news/2020/06/24/anti-monsanto-lawyer-and-usrtk-carey-gillam-collaborator-possibly-headed-prison-extortion-14865
Répondre
I
Baj si les Stéphanes écrivent un article, on sait d'avance ce qu'il dira

"Cette affaire révèle que Monsanto a des choses à cacher car il a été victime de chantage, si la firme était ccomplètement réglo, elle aurait envoyé cet avocat se faire voire et n'aurait pas cédé, mais elle l'a fait, ce qui prouve bien qu'elle fait des trucs malhonnête".
Répondre
U
Les Steph sont trop occupés à agonir un groupe de toxicologues(19) qui vient de publier ( dans 6 revues ) un texte affirmant que les perturbateurs endocriniens artificiels sont sans effet ou presque dans le monde réel.
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0887233320303209?via%3Dihub
Répondre