Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Un « remède » contre le Covid-19 à base d'Artemisia : vous êtes sérieux là ?

8 Mai 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Covid-19, #critique de l'information

Un « remède » contre le Covid-19 à base d'Artemisia : vous êtes sérieux là ?

 

 

 

 

Le 20 avril 2020, FranceTVInfo Réunion a publié « Coronavirus : le Covid-Organics un médicament élaboré à Madagascar ». En bref :

 

« Le président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina, a annoncé, dimanche soir, qu'un médicament efficace contre le Covid-19 a été élaboré par le laboratoire Albert Rakoto-Ratsimamanga. Le Covid-Organics contient de l'artémisia, plante cultivée sur la Grande île contre l'avis de l'OMS. »

 

On ne sait pas trop à quoi se rapporte ici « contre l'avis de l'OMS ». C'est peut-être une référence au fait que l'OMS déconseille vivement 'un « médicament » à base d'Artemisia annua utilisé contre... le paludisme.

 

FranceTVInfo Réunion – comme d'autres – a certes diffusé une information. Mais était-ce suffisant de rapporter une annonce du président de la République de Madagascar et de broder sur le sujet ?

 

M. le journaliste, vous avez écrit :

 

« Il a précisé : "Les malades traités avec le Covid-Organics ont été guéris", écrit L'Express de Madagascar. Il a poursuivi sa démonstration en expliquant que désormais Madagascar compte 39 patients guéris grâce à ce traitement et aucun décès. Il a ajouté : "Des malades en détresse respiratoire ont été tirés d'affaire et sont déjà sortis de l'hôpital". »

 

Ça n'a pas « percuté » ? Tout juste « 39 patients guéris grâce... » et le « médicament » se voit décerner un brevet d'efficacité !

 

La suite du texte souffle un peu de froid et surtout beaucoup de chaud :

 

« Il faut attendre une confirmation des experts internationaux, mais comme l'écrivent les rédacteurs de Madagascar, cette information va chambouler l'ordre établi dans le monde médical.

 

Le Covid-Organics pourrait propulser Madagascar sur le devant de la scène médicale internationale et bousculer le monde de la finance. L'artémisia étant produite essentiellement à Madagascar, en Afrique et en Asie. »

 

Bref, c'est irresponsable.

 

L'activisme insistant et débordant de M. Andry Rajoelina – qui n'est pas sans rappeler celui d'un Père Ubu d'outre-Atlantique – a fait le bonheur des médias. Ainsi, Jeune Afrique souffle la prudence le 19 avril 2020 avec « Coronavirus : à Madagascar, enquête sur le remède miracle évoqué par Andry Rajoelina » ; informe le 27 avril 2020 avec « Coronavirus : à Madagascar, le "remède" d’Andry Rajoelina coule à flots », les guillemets du titre incitant au scepticisme sur la nature du produit ; véhicule l'optimisme le 30 avril 2020 avec « [Tribune] Artemisia et plantes médicinales : le "Covid-Organics", symbole de la recherche malgache », une hallucinante intervention de M. Marcel Razanamparany, Président de l’Académie nationale de médecine de Madagascar. En bref, l’Institut Malgache de Recherche Appliquée (IMRA) est un institu renommé, donc (inférence subliminale) le remède est bon.

 

Cet activisme a aussi créé un certain chaos en Afrique. M. Andry Rajoelina fait distribuer son remède et certains pays sont (dits) prêts à se lancer dans l'aventure du Covid-Organics. C'est le cas des Comores, du Congo, de la Guinée-Bissau, la Guinée-Equatoriale et du Niger, etc.

 

 

La promotion forcenée d'un breuvage ne répugne pas à utiliser les arguments émotionnels.

 

 

(Source)

 

 

Mais, elle suscite aussi des résistances. Sous un titre ambigu, « Covid Organics l’Union africaine en discussion avec Madagascar au sujet d’un remède à base de plantes contre le Coronavirus », Afrik rapporte que Madagascar est prié d'apporté les preuves de la sécurité et de l'efficacité du remède. L'OMS exprime ses réserves sur le mode, obligé, du politiquement correct – voir cet excellent article de France Inter, « Contre le Covid-19, ces pays misent sur des "remèdes" naturels ou traditionnels (aux effets incertains) » :

 

« Interrogée par RFI, Charlotte Ndiaye, la représentante de l’Organisation mondiale de la santé à Madagascar, émet de grosses réserves à cet enthousiasme local : "À l’heure actuelle, nous n’avons aucune plante médicinale qui a fait preuve de son efficacité concernant la lutte contre le coronavirus. Nous émettons donc des réserves puisque vous savez que l’OMS ne peut émettre ce genre de recommandation que lorsqu’on a des évidences, des preuves factuelles scientifiques qui nous permettent de le faire. Cependant, l’OMS encourage et soutient au niveau africain les recherches faites vers l’utilisation de ces plantes médicinales", conclut-elle. L'organisation a d'ailleurs lancé des essais cliniques pour mesurer l'efficacité de plusieurs produits médicaux, dont des médicaments à base de plantes. »

 

Le 4 mai 2020, l'OMS a précisé sa position dans « L’OMS soutient une médecine traditionnelle reposant sur des éléments scientifiques probants », avec toujours le souci de ne froisser aucune susceptibilité. Artemisia annua figure dans le texte, mais il y a aussi cet avertissement :

 

« Au moment où des efforts sont faits pour trouver un traitement à la COVID-19, la prudence doit rester de mise pour ne pas verser dans la désinformation, particulièrement sur les médias sociaux, au sujet de l’efficacité de certains remèdes. De nombreuses plantes et substances sont proposées alors qu’elles ne répondent pas aux normes minimales de qualité, d’innocuité et d’efficacité et qu’aucun élément factuel n’atteste du respect de ces normes. L’utilisation de produits destinés au traitement de la COVID-19, mais qui n’ont pas fait l’objet d’investigations strictes, peut mettre les populations en danger et les empêcher d’appliquer des mesures telles que le lavage des mains et la distanciation physique qui pourtant sont des éléments cardinaux de la prévention de la COVID-19. Cela peut aussi accentuer le recours à l’automédication et accroître le risque pour la sécurité des patients. »

 

À la Réunion, Témoignages en propose un « décryptage » sous le titre : « Coronavirus : l’OMS pas contre le Covid-Organics ». Le début du résumé :

 

« Depuis que les chercheurs de l’IMRA ont découvert un remède contre le coronavirus à partir d’expériences sur les plantes médicinales, que ce remède a été testé avec succès et que le gouvernement malgache a soutenu le lancement de sa production à grande échelle, court une rumeur selon laquelle l’Organisation mondiale de la Santé serait contre l’utilisation du Covid-Organics. Cette rumeur vise à discréditer un remède que comptent désormais utiliser une vingtaine de pays en dehors de Madagascar. En réalité, le jugement de l’OMS n’est pas si tranché. […] Par conséquent, comme le travail des chercheurs de l’IMRA repose sur "des éléments scientifiques probants", le Covid-Organics mérite donc d’être soutenu par l’OMS. »

 

Confronté à ce niveau d'aveuglement et de bêtise, on a envie d'être grossier !

 

Toute cette agitation que l'OMS et l'Union Africaine tentent de tempérer ne sent pas très bon. On peut même flairer l'arnaque quand on lit « Madagascar: l'Académie de médecine tempère son avis sur le Covid-Organics » de RFI du 24 avril 2020 – une Académie qui avait osé un « Il s'agit de médicament dont les preuves scientifiques ne sont pas encore élucidées et qui risque de porter préjudice à la santé de la population, en particulier à celle des enfants » et dont le président s'est exprimé dans Jeune Afrique à notre sens sous la contrainte ou en service commandé.

 

Un article de blog sur Mediapart, « Covid Organics Madagascar : Remède Miracle ou Martingale » propose un décryptage fort documenté et, partant, convaincant. En bref :

 

« Le président de la République Malgache, annonce le 08 Avril la découverte d'un remède miracle à base d'une plante issue de la pharmacopée. Le 20 Avril une campagne de distribution de masse de la tisane à base d'artemisia Covid Organics, est lancée. Derrière des enjeux de santé publique, l'analyse des faits laisse supposer un coup financier reposant sur le succès d'une distribution massive. »

 

Il est en partie corroboré par un article du Parisien, « L’Artemisia, plante utilisée contre le Covid-19 ? Une Française à l’origine de l’initiative de Madagascar ».

 

 

 

 

Il y a, bien sûr, l'égo, « Afrique. Andry Rajoelina fait partie de l’Histoire, fait l’Histoire, est l’Histoire »... Il y a aussi le business... Toujours aussi peu lucide, FranceTVInfo Réunion titre le 22 avril 2020 « Coronavirus : le CVO est déjà en vente à Madagascar et sera bientôt exporté ».

 

C'est dans ce contexte que l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM) a publié « L’ANSM met en garde contre les produits présentés sur Internet comme des solutions au COVID-19, dont l’Artemisia annua - Point d'information ». En bref :

 

« Nous mettons en garde toute personne souhaitant acheter des produits vendus sur Internet présentés comme pouvant guérir ou prévenir l’infection à COVID-19. Nous avons par exemple constaté des messages portant sur l’Artemisia annua et ses supposées vertus thérapeutiques. Au-delà d’un risque d’inefficacité, le recours à ce type de produits en automédication peut présenter un danger pour la santé. »

 

Mais l'avertissement n'a pas été relayé par les médias généralistes, malgré une dépêche de l'AFP. De bons élèves, il n'y a guère qu'Ouest-France, avec « Coronavirus. L’Agence du médicament met en garde contre l’Artemisia et les remèdes sur Internet », l'Express (avec AFP), avec « Covid-19: l'Agence du médicament met en garde contre les "pseudo-traitements" sur Internet » et, à la Réunion, l'Info, avec « Coronavirus : l’ANSM met en garde contre les pseudo-traitements sur Internet ». Le sujet a aussi été évoqué au JT de 20 heures de France 2 du 5 mai 2020 en réponse à la question d'un internaute.

 

À l'heure où nous écrivons, FranceTVInfo a mis en ligne un article plus général évoquant l'OMS, l'Union Africaine et l'ANSM , « Coronavirus : la polémique sur le Covid-Organics, le remède malgache, devient politique ».

 

Mais le manque de réactivité des médias français pose problème. Leur indolence est la marque d'un manque d'esprit civique à l'égard des Français qui pourraient être tentés par un « remède » miracle qui arrive ou va arriver sur le marché parallèle fondé sur l'Internet, ainsi que des Africains francophones embarqués dans une vaste arnaque.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Pauvre de toi, naïf croyant en le bien fondé de toute entreprise officielle, tant de temps investi pour ne relayer au final que la cérébralement pauvre opinion d'un drone dont on aurait requis la mise en marche.
Ne sait-tu pas que l'artémisinine extraite de cette plante est utilisé dans le médicament officiel pour le paludisme, et malgré cela la plante elle même fût interdite en Europe?
La science est belle, l'homme est avare. On peut mettre un brevet sur une molécule, pas sur une plante.
Des études ont été réalisé par des médecins guidés par la science et non le profit, prouvant que la plante elle même donne des taux de guérisons du paludisme supérieur au médicament. Elles ne sont bien sûr pas crédible au yeux de l'OMS, enfin c'est surtout aux yeux de ses chiens de gardes que cela à de l'importance.
La physique quantique fondamentale nous as prouvé que l'intention de l'observateur influe sur le résultat de l’expérience il y a de ça deux siècle, et ça n'as pas encore atteint tout les étages chez les pseudo cérébraux. Normal dira-t-on les gens comme toi on des coupes-feu bien intégré pour se débarrasser de tout ce qui posent un trop gros challenge aux modèles qu'ils ont accepté trop tôt ou trop profondément.
Alors quelle est l'intention des personnes impliquées influant sur les résultats obtenus, d'une part maintenir un statut social digne du guru et le paiement des crédences pour la BM et le yacht; de l'autre empoisonner les gens volontairement ?
L'un me parait plus crédible que l'autre.
Répondre
I
Des arguments pour zététique?
Répondre
I
Bionel mon ami

Non des arguments pour ceux qui préfèrent écouter l'Académie de Médecine plutôt que le président malgache
M
Je fabrique mon génépi maison, c'est aussi une Artemisia, dois-je pour ma santé augmenter ma dose quotidienne?
Répondre