Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Qu'est-ce que l'aéroponie ? Un environnement unique pour la croissance des plantes

16 Mai 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Agronomie

Qu'est-ce que l'aéroponie ? Un environnement unique pour la croissance des plantes

 

Brian Boyce, AGDAILY*

 

 

 

 

L'aéroponie est un procédé de culture dans un environnement d'air ou de brouillard sans utiliser de sol ou un autre milieu.

 

 

Une douce brise brumeuse de nutriments s'étend sur des racines nues suspendues dans l'air, dans un système aéroponique qui produit de la nourriture pour les fans de toutes les technologies. Vous pouvez vous demander, qu'est-ce que l'aéroponie exactement ? La réponse : c’est un procédé de culture dans un environnement d’air ou de brouillard sans utiliser de terre ou un autre milieu. Alors que l'aéroponie est loin d'être la norme, de nombreux producteurs tirent profit de la production de fraises à partir de rien.

 

Le 9 avril, le leader du secteur, AeroFarms, a annoncé son intention de construire la plus grande ferme verticale intérieure du monde, de 90.000 pieds carrés (8.361 mètres carrés) à Abu Dhabi, la capitale des Émirats Arabes Unis. Dotée d'une technologie d'agriculture verticale en intérieur ultramoderne utilisant 95 % moins d'eau et zéro pesticide, la nouvelle installation devrait offrir plus de 60 postes hautement qualifiés, y compris des horticulteurs, des ingénieurs et des scientifiques des données, avec un laboratoire de recherche organoleptique et de phénotypage de précision de pointe, un centre de sélection de semences de pointe, un laboratoire d'analyses phytochimiques, un laboratoire d'apprentissage automatique et un laboratoire d'automatisation robotique et de drones.

 

 

Pour en savoir plus : https://aerofarms.com/2020/04/09/aerofarms-to-build-worlds-largest-rd-farm/

 

 

Et d'autres développements de ce genre sont en cours. Selon le rapport « Aeroponics Farming Market 2019 Global Analysis, Growth, Trends and Opportunities Research Report Forecasting to 2024 », de nombreux futuristes du monde entier envisagent l'aéroponie comme un moyen de produire plus de nourriture sur moins de superficie, et lorsqu'ils sont couplés à l'énergie solaire, peut-être moins énergie. Mais il y a des inconvénients, et à l'heure actuelle, les ingénieurs sont en train de travailler en partenariat avec les producteurs pour les réduire et maximiser leur efficacité.

 

 

Avantages et inconvénients de l'aéroponie expliqués

 

L'avantage évident de l'aéroponie est le volume de plantes qui peuvent être cultivées toute l'année sur un espace limité. Certains systèmes de culture de tomates rapportent jusqu'à 7,7 rotations de cultures par an, contre 3,47 pour les méthodes de culture traditionnelles, ce qui augmente considérablement le poids généré par plante. Mais il ne suffit pas de suspendre des pots pour que cela fonctionne et il faut faire très attention. Dans le cadre du système global, il faut prendre en compte les besoins particuliers de chaque espèce. Le carbone, l'hydrogène et l'oxygène sont présents à la fois dans l'air et dans l'eau, mais la conductivité électrique (CE) et le pH de l'eau doit varier en fonction de la plante. La plupart des plantes préfèrent un pH d'environ 6,0, et l'eau dure a tendance à être aux environs de 8,0, ce qui signifie que des systèmes d'adoucissement de l'eau seraient nécessaires pour les opérations utilisant de l'eau de puits. Ceci est particulièrement important avec un système aéroponique, car l'eau sera directement pulvérisée sur les racines et il n'y aura pas de sol pour servir de tampon. N'oubliez pas que le pH est une échelle logarithmique, non linéaire, ce qui signifie qu'un passage de 7,0 à 6,0 représente un facteur 10 pour l'acidité.

 

 

Image de Cergios, Shutterstock

 

 

Le même soin doit être pris avec la CE, car la laitue pousse le mieux avec environ 1,6. Si la CE de l'eau du robinet utilisée dans l'opération est de 0,3 avant d'ajouter des nutriments, concocter une solution pour que le système aéroponique l'élève à 1,6 signifierait que près de 19 % des choses dissoutes dans l'eau seraient des choses que la plante ne veux pas. Comme tous les producteurs le savent, les principaux nutriments des plantes comprennent l'azote, le phosphore et le potassium, les nutriments secondaires étant le calcium, le magnésium et le soufre, ainsi que le fer, le zinc, le molybdène, le manganèse, le bore, le cuivre, le cobalt et le chlore. Mais alors que les cultivateurs traditionnels sont habitués à dépendre de la Terre elle-même pour en fournir une bonne partie, dans un système aéroponique, la recette pour les racines doit être créée spécifiquement pour chaque plante en termes de type et de stade. Si cela vous semble impliquer beaucoup de calculs, vous avez raison.

 

Et le même type de considérations s'applique en ce qui concerne la qualité de l'air, la température et la lumière. Les racines nues qui pendent dans l'air sont beaucoup plus sensibles à la température à l'une ou l'autre des extrêmes, ainsi qu'à la lumière, ce qui entraîne des coûts initiaux substantiels par rapport à la portée de l'opération.

 

Mais les points positifs suffisent à faire avancer les gens. Une fois établi, le système aéroponique peut être ajusté pour faire pousser n'importe quoi, des légumes verts aux baies et aux tomates, en ajustant simplement les intrants. Et avec une approche verticale toute l'année, le volume possible fait danser les investisseurs. L'absence de sol offre également un environnement exempt de maladies.

 

 

Aéroponie : bon pour un test

 

Un autre gros avantage de l'aéroponie est que de nombreux kits Do It Yourself sont disponibles à l'achat en ligne. Vous pouvez commencer petit au printemps quand il commence à faire chaud et déterminer si vous souhaitez vous développer. Mais si l'idée de tomates fraîches en janvier vous plaît, l'effort en vaut peut-être la peine.

 

_______________

 

* Source : https://www.agdaily.com/crops/what-is-aeroponics/

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
"Mais si l'idée de tomates fraîches en janvier vous plaît, l'effort en vaut peut-être la peine."

Sauf qu'il n'est nullement obligatoire de passer par l'aéroponie comme mode de production pour satisfaire cette envie .

Écrire ceci n'est qu'une énorme tromperie .
Répondre
C
@Il est là, fils spirituel de Seppi17/05/2020 18:53

serre "classique" = aucun sens !

il existe des serres chauffées ou non chauffées et c'est tout .

Ce sont l'importation (et non l'exportation) et les serres chauffées qui me déplaisent à cause des mauvais impacts énergétique /carbone pour produire de la tomate EN HORS SAISON. A coté de ces trois mauvaises solutions il existe le moyen de produire pour celui pour qui l'idée de tomates fraîches en janvier lui plaît. C'est un métier un vrais ...
I
Oui mais les deux autres solutions sont l'exportation ou la culture sous serre "classique", soit deux solutions qui vous déplaisent Bionel mon ami. Alors que là l'impact écologique est assez faible et la solution est intéressante.
I
Du coup je me demande. Est-ce que cette avancée scientifuque ne pourrait pas nous permettre de dégager encore plus de terres cultivées ou d'élevage pour les rendre à la vie sauvage ?

Bon après inconvénient autre : il est possible que la nourriture soit produite par des savants et qu'on ait encore moins d'agriculteurs... on pourrait alors faire en sorte que ce soient des agriculteurs qui travaillent dans ces laboratoires aux côtés des savants ?
Répondre
J
@seppi

Après réflexion, je ne trouve pas ce concept vraiment intéressant pour la production alimentaire. Par contre il peut être intéressant d'un point de vu médical pour cultiver des plantes qui synthétisent certaines molécules. Un peu comme les cultures servant à faire de l'insuline.
S
@ JC le mardi 19 mai 2020 à 14:36

Bonjour,

Merci pour votre commentaires -- ainsi que pour les autres commentaires polis postés sur ce fil.

En fait, je pense qu'il y a bien d'autres problèmes à régler avec ces systèmes de production ultra-intensive. Ils produisent certainement du blé et de l'oseille pour ceux qui vendent les concepts et les matériels. Ils ne produiront certainement pas le blé dont on fait mon pain.
C
JC19/05/2020 14:36

L’intérêt le plus important en aéroponie reste l'importante économie en eau donc préservation de la ressource.

En effet le métabolisme est modifié ce qui engendre des des plantes boostées, gorgées d'eau,insipides, aux valeurs nutritionnelles amoindries et qui se conservent très mal après récolte.

C'est un concept peu viable .
J
@Coq de France

Oui, je sais que ce sont 2 techniques assez semblables. Ce que j'ai pu avoir comme retour sur l'aéroponie, c'est que les plantes cultivées de cette façon arrivent à beaucoup mieux assimiler les nutriments est ont du coup une croissance très forte.
Ça peut être intéressant dans bien des cas, mais il faut bien se dire que cette forte croissance peut changer le métabolisme de certaines plantes qui n'ont pas l'habitude d'avoir une croissance aussi rapide.
Il reste le problème de mise en place d'un tel système et de son entretien.
C
JC18/05/2020 10:05

Bonsoir,

l'aéroponie est de l’hydroponie, c'est juste une variante de cette technique.
M
Bonjour, il faut toujours des innovations ! L'avenir se charge du tri. Mais cela fait avancer la science (rationnelle) à l'inverse des gourous bobos !
Répondre
C
André en pleine découverte de mon métier ...
Répondre
C
Il est la, fils spirituel de Seppi17/05/2020 08:13
"Vous travaillez en acquaponie Bionel mon ami ? Je pensais que vous travailliez dans l agriculture sous serre.... vous changez souvent de forme d agriculture ?"

André, que trouves tu d'incompatible à conduire une serre en hydro culture?
Moi je te confirme qu'il y a seulement 40 ans, oui c'était en 1980 en tant qu'horticulteur je bossais sous serres en hydro culture avec un docteur en physiologie végétale nous travaillons précisément à cette époque en hydroponie sur le développement de solutions nutritives (solution colloïdale).
L'hydropnie est la base de toute forme de cultures hors sol avec solutions nutritives, en effet, l'aquaculture, l'aéroponie n'en sont que des dérivées.

Alors André je te confirme non je ne change pas souvent de forme d'agriculture en 1980 j'étais juste en avance sur le non travail du sol ;-))
Donc André autant te dire qu'avec mes différentes formations et expériences professionnelles hyper enrichissantes (conventionnelle/bio) je sui un biotausaurus bien éclairé qui possède de solides compétences et connais un peu le sujet en production agricole de ce fait, ce ne sont pas toutes les intox fackes news véhiculées (très souvent par des incompétents voir ignares complets ) contre l'agriculture biologique qui changerons la donne.
I
Vous travaillez en acquaponie Bionel mon ami ? Je pensais que vous travailliez dans l agriculture sous serre.... vous changez souvent de forme d agriculture ?