Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les chiens détectent le coronavirus « bien mieux que les machines ou les tests »

31 Mai 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Covid-19

Les chiens détectent le coronavirus « bien mieux que les machines ou les tests »

 

Justin Cremer*

 

 

Kössi renifle le coronavirus à l'université d'Helsinki. Image : Anna Hielm-Björkman

 

 

Le meilleur ami historique de l'Homme peut-il aider dans la lutte contre le plus grand ennemi actuel de l'Homme ? Des équipes de recherche du monde entier profitent du remarquable sens de l'odorat des chiens pour les entraîner à détecter la présence du coronavirus.

 

À l'université d'Helsinki, les chercheurs pensent que les chiens renifleurs Kössi et Lucky pourraient s'avérer être des détecteurs plus rapides et plus précis du SARS-CoV-2, le virus qui provoque le Covid-19, que toute autre méthode actuellement disponible.

 

En utilisant des échantillons d'urine collectés auprès de patients dans toute la Finlande, l'équipe de recherche a entraîné les chiens à différencier les échantillons positifs et négatifs. Plus encourageant encore, les chiens semblent également être capables de détecter la présence du Covid-19 avant que les patients ne présentent des signes de maladie.

 

Mme Anna Hielm-Björkman, professeure associée de recherche clinique animale à l'université, a déclaré que son équipe a recueilli des échantillons d'urine auprès de membres des familles de patients atteints de Covid qui n'avaient pas encore été testés ou qui avaient été testés négatifs auparavant. Dans de nombreux cas, les chiens ont détecté la présence de la maladie et lorsque les chercheurs ont ensuite demandé à ces membres de la famille de se soumettre aux tests traditionnels, ils ont été confirmés comme étant positifs.

 

« Nous avons découvert que les chiens peuvent voir qu'une personne va tomber malade environ quatre à cinq jours avant qu'elle ne manifeste la maladie. C'est vraiment encourageant car cela signifie que la sensibilité des chiens est meilleure que les tests », a déclaré Mme Hielm-Björkman.

 

Les tests actuels de Covid-19 donnent généralement des résultats en deux ou trois jours, mais les chiens sont capables de fournir des résultats instantanés. C'est en partie pour cette raison que des projets de recherche similaires sont en cours aux États-Unis, en France, en Allemagne, en Suisse et au Japon. Le gouvernement britannique a récemment annoncé une subvention de 549.000 dollars US pour financer une étude sur les chiens renifleurs de Covid par l'université de Durham, la London School of Hygiene and Tropical Medicine et l'association caritative Medical Detection Dogs.

 

Un projet de recherche de l'école de médecine vétérinaire de l'université de Pennsylvanie (Penn Vet) qui entraîne les chiens à détecter la salive et l'urine positives au Covid-19 devrait commencer le dépistage préliminaire sur des sujets humains vivants dès juillet.

 

 

Mettre à profit les compétences en matière de « pisse-mails »

 

La raison pour laquelle les chiens sont si doués pour détecter la présence du virus est, bien sûr, leur remarquable odorat. Si l'habitude des chiens de renifler tout ce qu'ils rencontrent peut être exaspérante pour les humains qui les accompagnent dans leurs promenades, cette « lecture de leurs pisse-mails », comme le dit Mme Hielm-Björkman, leur fournit toutes sortes d'informations et leur permet d'identifier certaines odeurs. Les chiens de détection peuvent être entraînés à renifler tout ce qui se trouve sur leur chemin, des moisissures aux drogues illicites en passant par les personnes disparues. Avec un entraînement adéquat, ils peuvent également détecter la présence de la source de la plus grande pandémie de l'histoire.

 

« L'odorat des chiens est des millions, voire des milliards de fois supérieur à celui des machines utilisées pour la recherche de molécules. Les chiens peuvent trouver des molécules en très, très petite concentration. Par exemple, si vous aviez un verre d'eau contenant entre une et 100 molécules de ce que vous cherchez, un chien pourrait le trouver, alors que les meilleurs systèmes de détection par des machines auraient besoin de 18 millions de molécules », a déclaré Mme Hielm-Björkman.

 

Mme Hielm-Björkman a souligné que des recherches supplémentaires doivent être menées pour confirmer si les chiens détectent spécifiquement le SARS-CoV-2 plutôt que la présence d'un autre virus, mais a déclaré que les résultats préliminaires sont très prometteurs. Ces derniers jours, son équipe a présenté des échantillons d'urine de patients souffrant de maladies non liées au coronavirus, comme l'asthme et la bronchite, et les chiens n'ont pas réagi. Cela l'amène à penser qu'après des tests supplémentaires, la question de la spécificité sera bientôt réglée.

 

Les chiens d'Helsinki utilisés dans le programme de détection du Covid ont été sélectionnés à partir d'une liste de chiens de détection du cancer avec lesquels l'équipe de Mme Hielm-Björkman travaille depuis quatre ou cinq ans. En raison de la nouveauté du coronavirus, ils n'ont pas voulu mettre les chiens ou leurs maîtres en danger inutilement. Lucky et Kössi ont été sélectionnés parce qu'ils sont les chiens d'un membre de l'équipe de recherche. Dans le cas de Kössi, un talent manifeste pour flairer la maladie a également été un facteur décisif. Trouvé à l'origine abandonné dans une boîte en carton le long de l'autoroute à Malaga, en Espagne, Kössi a été emmené dans un refuge et finalement adopté et ramené en Finlande. En tant que chiot, le Galgo a montré un intérêt inhabituel pour la gueule d'un chien et d'un chat avec lesquels il vivait, ce qui a conduit son maître à les faire examiner pour détecter un cancer. Les deux résultats ont été positifs.

 

 

L'effort international

 

Si le parcours de Kössi est remarquable, Mme Hielm-Björkman a déclaré que « n'importe quel chien dans n'importe quel pays pourrait être dressé à faire la même chose ». À condition qu'ils soient motivés à travailler pour des friandises.

 

Son équipe à Helsinki a été en contact étroit avec ses homologues en Pennsylvanie et au Royaume-Uni et elle a déclaré que toutes les personnes impliquées dans cette recherche voient un potentiel incroyable dans l'utilisation de chiens pour aider à lutter contre le Covid-19 et les futures pandémies. Sur les quelque 500 chiens de détection professionnels de Finlande, elle estime qu'une cinquantaine pourraient travailler comme renifleurs de Covid d'ici l'automne, à la recherche de la présence de coronavirus aux postes frontières et dans les lieux d'habitation denses comme les maisons de retraite. Comme les chiens peuvent fournir des résultats presque instantanés, ils pourraient également éviter aux travailleurs essentiels des quarantaines inutiles.

 

De manière quelque peu surprenante, Mme Hielm-Björkman a souligné que les économies financières étaient l'une des principales raisons d'utiliser des chiens de détection.

 

« Quand on pense à la somme d'argent que chaque pays a déjà épensée pour combattre et contrôler le Covid, il est fou de penser à quel point le monde serait différent si nous avions eu ces chiens. Mais il n'est jamais trop tard pour commencer une bonne action, alors j'espère simplement que les organismes gouvernementaux et les bailleurs de fonds pourront en voir le potentiel », a-t-elle déclaré, ajoutant qu'un programme complet de formation à la détection canine pourrait coûter aussi peu que 1,1 million de dollars.

 

« Je pense que lorsque nous aurons les premières données publiées et examinées par des pairs qui montrent que cela fonctionne vraiment et que les chiens sont en fait bien meilleurs que les machines et les tests qui sont actuellement disponibles, alors je pense que les gouvernements commenceront à s'y intéresser », a-t-elle ajouté.

 

_____________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2020/05/dogs-sniff-covid19/

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article