Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le Covid-19 et les industries agroalimentaires dans l'Opinion

19 Mai 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Covid-19, #critique de l'information

Le Covid-19 et les industries agroalimentaires dans l'Opinion

 

Glané sur la toile 537

 

 

Source: Pixabay

 

Lundi, 11 mai 2020 : l'Opinion publie deux articles, « Agroalimentaire: le secteur résiste au prix de blessures profondes » de Mme Emmanuelle Ducros et un entretien, « Richard Girardot (Ania): "Il faut avoir le courage de dire que la déflation sur les produits alimentaires, c’est fini" ».

 

L'agroalimentaire n'est évidemment pas le seul secteur à avoir subi – et à subir encore ces prochains temps – des blessures profondes. Mais le premier article est salutaire – tout comme le deuxième du reste :

 

« Il est des images trompeuses : celles des caddies des Français confinés remplis de coquillettes, de farine et d’œufs laissent croire que l’agroalimentaire français a prospéré pendant le confinement. La réalité est beaucoup plus contrastée. »

 

La réalité est une situation préoccupante avec, selon un sondage réalisé par l'Association Nationale des Industries Agroalimentaires (ANIA), une baisse globale des chiffres d’affaires de 22 % et une forte augmentation des coûts. Rapporté à l'échelle nationale, à 17.000 entreprises, cela fait un manque à gagner de 10 milliards d'euros.

 

« Les PME sont les plus touchées : 80 % d’entre elles accusent une baisse de leurs revenus, quand les grands noms ont résisté. Les ventes ont baissé pour 40 % de ces derniers, ont été stables pour environ un tiers et en hausse pour 30 %. Une prime aux produits de masse qu’il faut relativiser : les Français ont constitué des stocks de certains produits, et n’en achètent plus ensuite pendant quelque temps. »

 

Les plus sinistrées sont les entreprises tournées vers la restauration hors-domicile et l'export.

 

C'est à placer dans un contexte plus large :

 

« "Nous nourrissons des inquiétudes pour les prochains mois, car l’étape suivante, ce sont des défaillances. Notamment pour les TPE et les PME", se désole Stéphane Dahmani [économiste de l’ANIA]. "Il ne faut pas oublier qu’elles sont des éléments de vitalité importants pour les territoires, partout en France." »

 

Ce sont en effet des milliers d’emplois directs et indirects qui sont en jeu, parfois l'ossature sociale d'un territoire.

 

Peut-on adhérer aux propos de M. Richard Girardot, président de l’ANIA ? Il en est deux qui nous intéressent plus particulièrement.

 

Voici, remis dans son contexte, celui qui a servi de titre à l'article :

 

« Je comprends bien que le gouvernement soit préoccupé par la crise sociale qui ne va pas manquer de suivre la crise sanitaire et donc, par l’inflation des prix de vente des denrées alimentaires. Cependant, je mets en garde : si l’on veut affirmer et défendre la souveraineté alimentaire française, thème qui a émergé dans la crise, il faut avoir le courage de dire que la déflation sur les produits alimentaires, c’est fini. »

 

C'est un courage que l'on aurait dû prendre il y a bien longtemps et qui porte sur l'ensemble de la chaîne alimentaire et de valeur, de la fourche à la fourchette. Assurer un pouvoir d'achat par des prix bas ou créer du pouvoir d'achat par une activité économique dynamique, telle est la question.

 

M. Richard Girardot a aussi été interrogé sur « les sujets de fond qui agitaient le secteur » :

 

« Le débat sur la composition des produits a été mis en sommeil, mais les nouvelles attentes du consommateur en matière de choix de produits, de circuits d’achats, nous obligent. Les exigences de traçabilité et de transparence sont toujours là. L’industrie française doit avoir les moyens d’investir pour répondre à ces attentes fondamentales de la société. »

 

Et si l'on exploitait cette crise majeure pour un examen lucide des « attentes fondamentales de la société » ? Certaines sont très artificielles. La traçabilité, au-delà d'un minimum raisonnable, est-elle réellement une attente des consommateurs (de la très grande majorité) ou une béquille assurant le maintien d'acteurs économiques comme les associations de consommateurs ou les vendeurs d'applications électroniques de traçage... voire un argument de vente d'acteurs de la filière agroalimentaire désireux de capter des parts de marché au détriment de leurs concurrents ?

 

Il faut avoir le courage de dire que la filière agroalimentaire doit avoir les moyens d'investir pour répondre à une attente fondamentale de la société : celle de se nourrir et de disposer d'une alimentation abondante, saine, de qualité, au juste prix. Ajoutons : issue autant que possible du tissu économique français, et d'un tissu résilient.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

max 19/05/2020 18:39

La meilleur chose que l'état aurait à faire, se serait de diminuer les taxes, charges et impôts qu'elle fait peser sur l'agriculture et la population (l'industrie aussi, en faite tout les secteurs économique Français), la charge administrative (qui finis par couter un pognon de dingue comme dirait l'autre) et les normes qui étouffe notre agriculture.

un physicien 19/05/2020 13:55

Hors sujet mais intéressant : On n'a pas vu d'effet cocktail (https://www.efsa.europa.eu/en/news/pesticides-first-cumulative-risk-reports-published)

Seppi 21/05/2020 14:26

@ un physicien le mardi 19 mai 2020 à 13:55

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

J'avais noté et il y a un article dans les cartons.

Il est là, fils spirituel de Seppi 19/05/2020 12:58

Sinon une dernière solution : mettre en place une meilleure politique sociale et un partage plus équitable des richesses ;) Cela permettrait àd es Français d'acheter de la nourriture plus chère et aux agriculteurs d'être mieux rémunérés. Pourquoi pas taxer les stars multimilionnaires du Showbiz ? Vu qu'elles sont branchées solidarité et ne veulent plus consommer, elles seront contentes de donner plus d'argent aux instances sociales d'aides aux plus démunis, non ?

Seppi 21/05/2020 14:31

@ Il est là, fils spirituel de Seppi le mardi 19 mai 2020 à 12:58

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Piquer les ronds des stars du showbiz multimillionnaires, pourquoi pas… je n'en suis pas.

Quant au "partage plus équitable des richesses", certains s'y sont attelés avec une ardeur bien plus grande que celle que l'on entend déployer en France. On a vu les résultats…

Piquer les ronds des gens riches qui investissent dans l'économie pour, selon la rhétorique en cours, financer par la voie administrative et étatique la relance du système économique n'est pas une bonne idée.

Alex 19/05/2020 07:41

Pendant le confinement, les Français ont pris, en moyenne, 2.5 Kilos :
http://www.leparisien.fr/societe/confinement-les-francais-ont-pris-2-5-kg-en-moyenne-06-05-2020-8311575.php

Ils ont également plus cuisiné :
https://www.huffingtonpost.fr/entry/en-confinement-37-des-francais-ont-cuisine-plus-de-plats-maison_fr_5ec28094c5b6a773ee2b2fc1

Quand je pense qu'avant le confinement, c'étaient les plats industriels qui étaient dénoncés comme cause de surpoids...

Seppi 21/05/2020 14:35

@ Il est là, fils spirituel de Seppi le mardi 19 mai 2020 à 12:56

Oui, les "plats industriels" peuvent causer du surpoids… les "bons petits plats" faits maison aussi. Le paysage de la diététique et des sciences de la nutrition est pollué par des idéologies.

Il est là, fils spirituel de Seppi 19/05/2020 12:56

Oui mais bon on ne peut nier que les plats industriels peuvent causer du surpoids, le fait que les Français aient grossi alors qu'ils ont plus cuisiné que jamais ne prouve pas que les plats industriels ne sont pas une cause importante. Là les Français ont surtout grossi parce qu'il était plus difficile de faire des activités physiques. Par contre pour avoir une vision équilibrée il faudrait faire l'expérience de confiner des gens, certains mangeront que des plats cuisinés, d'autres que des plats industriels, d'autre un peu des deux et on verra lesquels grossissent plus.

douar 19/05/2020 09:36

"Quand je pense qu'avant le confinement, c'étaient les plats industriels qui étaient dénoncés comme cause de surpoids"
Excellente remarque.
Surtout que certains aimeraient voir par exemple, l'étiquettage Nutriscore généralisé (coucou Olivier V.) alors que c'est l'exemple type de fausse bonne idée, en droite ligne de du dirigiste française.
Ce confinement aura permis de vérifier la validité de certaines hypothèses, pollution atmosphérique, décroissance etc...
Après, serons nous capables d'en tirer les conclusions?
Perso, j'en doute mais j'espère me tromper.