Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Ils sont beaux, les coquelicots à Paris ! Ils ont laid les couplets antipesticides niais !

2 Mai 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Activisme, #Pesticides

Ils sont beaux, les coquelicots à Paris ! Ils ont laid les couplets antipesticides niais !

 

Glané sur la toile 528

 

 

Ils sont beaux, les coquelicots à Paris ! Ils ont laid les couplets antipesticides niais !

 

 

(Source)

 

 

C'est donc un médecin, membre du conseil d'administration d'Alerte des Médecins sur les Pesticides (AMLP), qui a écrit cette connerie :

 

« Des coquelicots en plein cœur de @Paris ! Quand on en aura assez de voir mourrir par milliers nos agriculteurs de #Parkinson #lymphomes et l’obésité de la population accentuée par les #pesticides on en arrêtera l’usage suicidaire! @coquelicots_ »

 

Et c'est un agronome qui a répondu, avec un peu plus de tact que nous.

 

Y a-t-il de quoi s'extasier devant un parterre fleuri, manifestement semé ? Il y a en revanche de quoi s'indigner devant des propos aussi ineptes, s'agissant tant de la mortalité des agriculteurs (voir l'étude AGRICAN) que du lien allégué entre obésité et pesticides. L'usage des pesticides serait suicidaire ? Où sont les preuves de l'hécatombe ?

 

L'activisme étale ici les preuves de son incompétence, ou de son aveuglement, ou de son cynisme et mépris des faits et de ses interlocuteurs... ou des trois.

 

M. Michel Fouchault, agriculteur et conseiller régional d'Île-de-France, a répondu :

 

« Moi aussi je trouve ça beau @Paris les fleurs mais dans les champs c'est incompatible avec la qualité sanitaire des aliments que vous souhaitez dans votre assiette. Chaque métier a ses exigences .

Vos raccourcis douteux sur des usages suicidaires sont à vomir et sans fondement. »

 

 

(Source)

 

 

Sur quoi, M. Jean-François Corty répond par une référence à un article qu'il a co-écrit dans Libération du 11 décembre 2019, « Pesticides et santé des riverains, un enjeu de cohésion sociale et de démocratie », avec M. Pierre-Michel Périnaud, président d'AMLP :

 

« A l’heure où la science oriente les politiques après avoir été méprisée, inspirez vous des publications scientifiques recensées à la fin de cette tribune et gardez votre vomi pour le mépris envers les agriculteurs precaires dont tout le monde se moque. »

 

Oulah ! L'ultima ratio de Schopenhauer arrive bien vite, avec des sophismes du hareng rouge (diversions) ! Mais la référence à la tribune dans Libé est fort utile : leur argumentation en soutien des maires qui ont tenté d'instaurer par arrêté des zones de non-traitement de 150 mètres autour des habitation (voire un kilomètre), fondée sur un empilement de sophismes et un joli picorage de références (cherry picking) se termine comme suit :

 

« Du bien-être global des agriculteurs, accompagnés vers une transition bio par des décisions moins frileuses d’un Etat qui serait plus soucieux de l’intérêt général et de la biodiversité que des profits de certains, dépend aussi notre santé à tous, et par là même celle de notre démocratie. »

 

Comme souvent dans ce genre de littérature, l'activisme anti-pesticides se double d'un activisme anticapitaliste s'agissant des « profits de certains » (suivez mon regard...) et pro-capitaliste s'agissant du biobusiness.

 

Voici un autre élément des « échanges » surréalistes :

 

 

 

 

« ...On nourrira la planète une autre fois » ? Quelle abjection ! Comment peut-on être aussi imperméable au bien-être, voire à la vie, d'autrui ?

 

 

Nous laisserons le dernier mot à M. Vincent Guyot :

 

« Surtout garder les en plein cœur de @Paris, nous, on s'occupe juste de VOUS nourrir et NOUS sommes #fiersdevousnourrir . #AgriculteurS #AgricultureS ...Vous êtes combien déjà à @Paris … de bouches à #Nourrir ? »

 

 

(Source)

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

justin 04/05/2020 09:24

Page wiki du coquelicot:
Papaver rhoeas est également une plante-réservoir pour certains agents phytopathogènes d'importance économique. Elle héberge notamment le virus de la jaunisse grave de la betterave (BYV closterovirus), le virus de la jaunisse modérée de la betterave (BMYV, Beet mild yellowing virus) et le virus de la jaunisse occidentale de la betterave (BWYV, Beet western yellow virus), le virus latent italien de l'artichaut (AILV, artichoke Italian latent nepovirus) et le virus de la mosaïque du navet (TMV, turnip mosaic potyvirus), le virus X de la pomme de terre (PVX, Potato X potexvirus), le virus du flétrissement de la fève (BBWV, broad bean wilt fabavirus) et un champignon ascomycète, Leveillula taurica, agent de diverses formes d'oïdium26.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Coquelicot#Nuisibilité

Il est là, fils spirituel de Seppi 04/05/2020 12:59

Oui mais vous savez mon cher Justin je pense que beaucoup de biotausaurus diront

"Oui ben c'est naturel, c'est mieux que les saloperies de produits chimiques de merde qui détruisent la biodiversité"

"Oui ben on est pas obligé de produire autant, on met fin au gaspillage alimentaire et on devient vegans et hop on a la solution pour laisser les coquelicots décimer certaines récoltes"

"Oui ben la nature a créé les maladies c'est bien qu'elles doivent être mieux que les produits de protection qui sont créés par les humains. Et pis bon les humains sont des animaux, la nature a créé les maladies pour que les espèces animales soient régulées,de quel droit notre espèce y échapperait-elle ? Nous sommes des animaux, on a pas plus le droit que les autres animaux d'être protégés par la maladie"

jp 02/05/2020 13:42

il faut protéger la biodiversité je suis tout avait d'accord .mais au lieu d ' accusée les agriculteurs de tuer celle ci messieurs et mesdames les députés (bien sur je ne généralise pas) regardé lors que vous sortait de Paris autour de vous dans la campagne beaucoup d' agriculteurs plantes des arbres ou des haies car les parasites de parasites se trouve souvent dans les haies. Ne faites comme ce chef de service des urgents d' un chu de Paris qui a dit au début du confinement que ce dernier était moins suivie en province q'à Paris et que le dimanche des élections on a vu des parisiens se promené les uns contre les autres, et oublier pas que les commerces alimentaires sont fournie par les agriculteurs qui ne sont pas confine eux.et actuellement je suis entrain de lire livre q'on peu télécharge sur le site éditions QUAE, faune sauvage biodiversite et santé public quel défis il est trés intéressant est pose des questions pertinantes

Jacques Lemiere 03/05/2020 07:30

non il ne faut pas A PRIORI protéger la biodiversité, formule qui ne veut d'ailleurs rien dire...
l'agriculture n'a pas pour objet de protéger la biodiversité, on peut m^me dire que sont objet est opposé sur les terres cultivées...... mais on va commencer par définir la biodiversité...

ensuite protéger la biodiversité...

jean 02/05/2020 13:06

Pourquoi les journaux ne montrent jamais qu'il y a encore et toujours des coquelicots qui fleurissent de mai à juillet dans les campagnes.Contrairement aux hystéries des "on veut des coquelicots" les pesticides n'ont pas fait disparaître les coquelicots.