Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Coronavirus : la France n'aura pas faim, mais les autres pays ? » de Mme Géraldine Woessner dans le Point

26 Avril 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Alimentation

« Coronavirus : la France n'aura pas faim, mais les autres pays ? » de Mme Géraldine Woessner dans le Point

 

Glané sur la toile 526

 

 

(Source)

 

 

Encore un article frappé au coin du bon sens de Mme Géraldine Woessner que ce « Coronavirus : la France n'aura pas faim, mais les autres pays ? » paru dans le Point le 8 avril 2020.

 

En chapô :

 

« Des centaines de millions de personnes dépendent, pour leur survie, des exportations en céréales d'une quinzaine de pays dans le monde, dont la France. »

 

En voici le début :

 

« Alors que nos journaux s'interrogent quotidiennement sur la capacité des distributeurs français à maintenir dans leurs rayons différentes marques de pâtes, du lait bio et nos saveurs préférées de yaourt, d'autres ont des angoisses autrement plus pressantes. Auront-ils à manger… tout court ?

 

Ces derniers jours, l'ONU et l'OMS se sont efforcées de sonner l'alarme, sans être réellement entendues : les perturbations liées au coronavirus font courir un risque de pénurie alimentaire mondial, qui impacterait terriblement les pays les plus pauvres comme les moins bien dotés en terres agricoles, bien au-delà des 812 millions de personnes souffrant déjà de malnutrition dans le monde.

 

La France n'aura pas faim

 

"Il y a quelque chose de paradoxal à voir les débats se focaliser, chez nous, sur les épandages d'engrais printaniers de l'agriculture, alors qu'ils représentent la sécurité alimentaire de plusieurs pays", relève Sébastien Abis, chercheur associé à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) et coauteur de l'ouvrage annuel Le Déméter, sorte d'encyclopédie des enjeux alimentaires dans le monde. »

 

« Il y a quelque chose de paradoxal » ? Oui, coronavirus ou pas... Et encore plus quand on sait que les engrais et produits de protection des plantes représentent la sécurité alimentaire de la France, et même de ceux qui ont tenté d'instrumentaliser l'épisode de particules fines de fin mars pour faire avancer leur idéologie et les intérêts d'un secteur de l'économie.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
De toute manière, les consommateurs "bio" se tournent vers le conventionnel dès que le prix s'élève un peu trop ou quand, plus basiquement, il n'y a pas de marchandise faute de récolte (zéro récolte en bio, ça arrive ou chute importante). Donc, l'intermittence du bio est possible grace à la régularité du conventionnel.
C'est d'ailleurs la même chose pour la production d'électricté.
Répondre
I
Et c'est encore plus paradoxal que ceux qui s'opposent à ce que l'on exporte une partie de nos denrées alimentaires au nom du locavorisme sont végétariens ou vegans, or, si on exporte pas de légumes ou de céréales vers certains pays, les habitants de ces derniers devront manger encore plus de protéïnes animales pour survivre.

Mais il est vrai que l'incohérence, on ne la dénonce que chez les autres, on la trouve toujours acceptable quand c'est nous.
Répondre
M
Bonjour, bon sens ! mais le vrai sens paysan ! mon père cultivait des fruits et était content qu'ils servent l'agriculture Française, avec les contraintes Espagnoles et Italiennes des années 70 ! On devient fous !
Répondre
U
Un peu hors sujet, mais qui mérite d'être connu :
The global cropland-sparing potential of high-yield farming
https://www.nature.com/articles/s41893-020-0505-x.pdf
Répondre