Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Pour Mme Fanny Agostini, la nouvelle référence agricole, c'est... Virgile

21 Mars 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information

Pour Mme Fanny Agostini, la nouvelle référence agricole, c'est... Virgile

 

 

 

Pour les « faucheurs volontaires » qui ont perturbé le colloque organisé par l'Association Française des Biotechnologies Végétales (AFBV) le 3 mars 2020 à Lyon, « Martine à la ferme : c'est possible » (voir ici, ici et ici). Progressons donc vers l'avenir par un retour vers le passé de bientôt 70 ans...

 

Mme Fanny Agostini, dans sa chronique matinale, « Rendez-vous à la Ferme », du 28 février 2020 sur Europe 1, a trouvé mieux : « "Les géorgiques" de Virgil (sic) : un auteur romain au secours de la PAC. »

 

On peut déguster la séquence audio, ou lire le texte sur le site d'Europe 1.

 

 

Et on peut se passer de commentaires...

 

« En l’an 30 avant Jésus Chris [sic], l'auteur romain Virgil [re-sic] écrivait une ode à la paysannerie intitulée "Les géorgiques". Il y fait l’apologie des rythmes naturels et du travail paysan et offre toutes [re2-sic] une palette aussi techniques [re3-sic] que poétique sur la façon de conduire les troupeaux et les cultures, selon les principes de l’agro-écolologie.

 

[…]

 

On peut mettre de la poésie partout, même avec la PAC c’est possible si l’on s’attarde sur les écrits d’un auteur romain. Virgil [re4-sic] a pensé l’agriculture en l’an 30 avant Jésus Chris [re5-sic]. Ces textes sont magnifiques, c’est une ode à la paysannerie qui s’appelle "Les géorgiques". Ce qui est bluffant c’est le caractère très actuel qui trouve une résonance percutante avec les enjeux auxquels le monde agricole est confronté aujourd’hui.

 

Ce Monsieur Virgil aurait donc inventé « les principes de l'agro-écologie » – ou les aurait empruntés à un auteur plus ancien – il y a 2050 ans...

 

Et aujourd'hui :

 

« Des associations d’éleveurs se penchent en ce moment sur les textes de Virgil [sic] pour redéfinir leur rapport au métier. »

 

Labour et semailles, mosaïque du calendrier agricole de St-Romain-en-Gal (Rhône), début du IIIe siècle, musée de St Germain-en-Laye)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
En espérant qu'elle ait appris depuis comment l'agriculture romaine prenait sa main d’œuvre: instrumentum vocale.

Et il me semble que les latifundia ait été l'équivalent antique de l'agro-industrie.
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

En quelque sorte, oui.
I
Oui enfin si je me souviens bien de ce texte (mais je l'ai connu au collège donc mes souvenirs peuvent s'estomper) le Virgil proposait surtout une vision très idéalisée de la paysannerie.
M'enfin vue que Madame Agonisti propose de revenir à la tractation par les chevaux, je suppose quand un prochain épisode, continuant sur cette lancée, elle va se baser sur les écrits de Xénophon pour savoir comment élever nos canassons. J'espère que si un jour sa TV tombe en panne elle n'ira pas lire des auteurs antiques pour savoir comment la réparer.
Répondre
U
" la terre d'elle-même, ..., répand pour eux une nourriture facile,... les doux sommes sous les arbres.., "
L'écolo-bobo existait déjà il y a vingt siècles, au centre de la Ville. l avait juste plus de talent poétique.
Répondre
M
Bonjour, affligeant ! Cette Mme Agostini devrait aller 1 mois chez un laitier pour voir du concret !
Répondre