Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Non, le jambon ne tue pas », nous dit M. Jean de Kervasdoué dans le Point

27 Février 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Alimentation, #Santé publique

« Non, le jambon ne tue pas », nous dit M. Jean de Kervasdoué dans le Point

 

Glané sur la toile 483

 

 

Lire l'article de M. Jean de Kervasdoué avant d'avaler. (Source)

 

 

« Non, le jambon ne tue pas » est une nouvelle chronique salutaire de M. Jean de Kervasdoué dans le Point.

 

En résumé :

 

« L'économiste de la santé décrypte une fake news qui a fait beaucoup de bruit : les liens entre cancers et charcuteries contenant des nitrites. »

 

En introduction :

 

« 91 % des Français ont confiance en la science et les chercheurs, selon un sondage Ifop. Il importe de préserver ce précieux capital quand, sur Internet, cette jungle informationnelle, foisonne une multitude de sources contradictoires. Or, comme dans l'exemple choisi ici, il arrive que la confusion s'installe entre le point de vue de certaines associations, celui des chercheurs et celui, encore différent, des instances de régulation. Comme chez certains religieux, il arrive que la noblesse de la cause militante l'emporte sur la rigueur.

 

Outre le fait qu'il est regrettable de diffuser de fausses informations, cela peut être grave quand elles ont des conséquences ; or certaines de ces déclarations infondées peuvent structurer l'opinion et avoir des effets tangibles quand les politiques s'en emparent, engagent des frais inutiles et élaborent des réglementations littéralement insensées. »

 

En conclusion :

 

« Terminons par la science, la vraie, qui montre qu'à partir des mêmes publications les recommandations en matière de charcuterie et de viande varient. Les recherches publiées aujourd'hui sont méthodologiquement critiquables et les liens si tenus que, l'année passée, 14 personnes, dont 3 représentants d'usagers, toutes n'ayant aucun conflit d'intérêts avec l'industrie de la viande, ont proposé dans une des plus prestigieuses revues médicales que « les adultes continuent de manger leur niveau actuel de viande rouge et de produits carnés transformés à moins qu'ils n'aient eux-mêmes envie de changer ».

 

Quant aux peurs alimentaires, il faut les chasser. Pour ceux qui chercheraient à faire le tri entre le vrai, le faux, l'incertain et le n'importe quoi, lisez Pierre Feillet* – ses conseils sont solides, raisonnables et structurés –, puis appréciez vos repas en toute conviviale sérénité. Il n'est pas vrai que tout ce qui est bon est interdit ou fait grossir ! »

 

Il manque peut-être deux éléments : les quantités de nitrites et de nitrates absorbés avec d'autres aliments, particulièrement les légumes et le rapport risques/bénéfices de l'utilisation des nitrites dans les charcuteries. On peut certes faire sans nitrites, mais faire sans dans des spécialités est une chose, et faire sans dans toute la production charcutière est une autre.

 

____________

 

*  Pierre Feillet, Tout savoir sur notre alimentation – Démêler le vrai du faux ! edp sciences, 2018

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Il est là 27/02/2020 21:19

"14 personnes, dont 3 représentants d'usagers, toutes n'ayant aucun conflit d'intérêts avec l'industrie de la viande".

Par contre, une métanalyse a étudier 29 études qui ont démontré un lien entre consommation de charcuterie et augmentation des chances d'avoir un cancer. Résultat des courses :

deux des 29 études présentaient un risque de biais modéré, 25 un risque de biais grave et 2 un risque de biais critique. Les domaines de biais les plus souvent jugés critiques étaient les biais dus au risque de confusion, les biais dus aux données manquantes et les biais de notification sélective des résultats. Bien que cette méta-analyse indique une association modeste entre la consommation de viande transformée et un risque accru de CRC, notre évaluation de la validité interne justifie une interprétation prudente de ces résultats, car la plupart des études incluses ont été jugées présenter des risques de biais graves ou critiques.
7https://www.nature.com/articles/s41430-020-0576-9?fbclid=IwAR18WNQyH8_77ARPizSflVKNP1cIYCNZ2PW4QhrMECM-uLjBAid4NotHDgg

Marc 27/02/2020 13:44

Bonjour, le seuil retenu pour les nitrates dans notre alimentation date de plus de 70 ans et seulement sur une seule étude américaine. Que ces bobos nous citent un seul cas mortel dû à une intoxication de charcuterie avec des nitrites (avec une dose raisonnable, bien sûr). S'il n'y a plus de nitrites, bonjour les intoxications avec des tranches de jambon de plus de 8 jours dans les frigos des particuliers !