Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L'agribashing dans le Monde des Stéphane et dans l'Agri de Jean-Paul

22 Février 2020 , Rédigé par Seppi

L'agribashing dans le Monde des Stéphane et dans l'Agri de Jean-Paul

 

 

Le titre me laisse tout de même songeur (Source)

 

 

Deux Stéphane du Monde Planète ont produit quasiment deux pages sur l'Agribashing et la cellule Déméter mise en place par le gouvernement. Celle-ci a pour objectif « [d]'apporter une réponse globale et coordonnée à l’ensemble des problématiques qui touchent le monde agricole en menant collégialement [d]es actions » et d'organiser la prévention et l’accompagnement des professionnels du milieu agricole, la recherche et l’analyse du renseignement, le traitement judiciaire des atteintes et la communication (sur la toile le 13 février 2020). Ces articles, c'est, sur la toile :

 

 

 

On admirera du second article :

 

« L'agribashing s'est imposé comme un "point Godwin" de la critique du système agricole intensif – ce moment d'une discussion où un mot jeté au visage de son interlocuteur disqualifie toute son argumentation d'un coup d'un seul. Cette efficacité redoutable fait soupçonner la main invisible de professionnels de la propagande. Ce n'est pourtant pas le cas... ou alors peut-être seulement au début. »

 

C'est-y le cas, ou c'est-y pas le cas ?

 

M. Gil Rivière Wekstein est aussi appelé à la barre :

 

« "Je ne pense pas qu'il y a de l"'agriculture bashing', en fait", expose-t-il dans une vidéo enregistrée au Salon de l'agriculture, théorisant l'usage du concept tel qu'il sera employé par la suite. "En revanche, ce qu'il y a, c'est un 'bashing', une mise en cause systématique et constante de certains outils. dont dispose l'agriculture." Une mise en cause "mensongère avec une volonté de nuire au système le plus vertueux de la planète", tient à préciser M. Rivière-Wekstein, assurant qu'il ne s'agissait pas là du "fruit de l'élaboration d'une commande". »

 

Alors, y a-t-il eu « main invisible de professionnels de la propagande », ou pas ? Les auteurs de l'article lancent le soupçon ; le démentent ; le font renaître, mais « peut-être seulement au début » ; produisent un démenti... Ah ! Le complotisme...

 

Et le démenti, quelle valeur ? M. Gil Rivière-Wekstein a aussi été présenté :

 

« L'homme, qui se présente comme "rédacteur d'Agriculture et environnement", anime un site Internet destiné au secteur et possède une micro-société de conseil, Amos Prospective, qui affiche des chiffres d'affaires supérieurs à 250000 euros ces dernières années. »

 

N'y voyez surtout pas malice...

 

Cette contribution de M. Gil Rivière Wekstein a fait l'objet d'un échange sur Twitter.

 

 

(Source)

 

 

(Source)

 

 

Il préférait « l’un des modèles le plus respectueux de l’environnement et de la santé » (ou « l’un des systèmes le plus vertueux de la planète » ? Les Stéphane ont maintenu « au système le plus vertueux de la planète ».

 

C'était la séquence « déontologie journalistique » au Monde...

 

L'article se termine par une nouvelle référence à une main invisible... évidemment démasquée...

 

« Levier d'influence commode, l'agribashing a cependant l'inconvénient de ne faire parler d'agriculture que de manière négative. Ainsi, la FNSEA n'en use plus qu'avec modération, et son pendant positif, l'"agriloving", monte en force sur Twitter. Mais ce concept porte, lui, la patte de professionnels de la communication :il a été conçu par Bioline, une filiale d'InVivo, le premier groupe coopératif agricole français. »

 

C'est curieux...

 

« ...la FNSEA n'en use plus qu'avec modération » ? Dans la version papier de l'article, le chapô se lit :

 

« La FNSEA brandit ce concept pour dénoncer le dénigrement de l'agriculture. »

 

En tout cas, sur Twitter, la FNSEA n'a utilisé ni « agribashing », ni « agriloving » depuis le 1er novembre 2019 (nous n'avons pas exploré le passé plus lointain).

 

Et nous aimerions connaître la source de l'imputation du droit d'auteur sur « agriloving » à Bioline... « une filiale d'InVivo, le premier groupe coopératif agricole français ».

 

Il nous a semblé qu'« agriloving » était l'œuvre d'un groupe de jeunes agriculteurs de Franche-Comté... Mais ils doivent être trop bêtes pour inventer le mot tout seuls (ironie)...

 

 

 

 

Dans l'Agri, M. Jean-Paul Pelras a fait un petit tour de la presse dans « Agribashing : y aurait-il une presse anti-agricole ? » Le Monde y est évoqué, y compris son « Le gouvernement entend museler les lanceurs d’alerte sur la question animale », une tribune de M. Aurélien Barrau, Mme Florence Burgat et M. Jean-Baptiste Del Amo, qui estiment que Déméter « revient à criminaliser une contestation pacifique et légitime ». Nous avions écrit à son sujet : « "Cause animale" : la délinquance cautionnée dans une tribune dans le Monde – et par le Monde ». Il l'est aussi, le Monde, par un dessin qui vaut tous les laïus.

 

M. Jean-Paul Pelras conclut sur « Le gouvernement a créé une cellule militaire pour surveiller les opposants à l’agro-industrie », une tribune dans Reporterre « aux termes soigneusement choisis » :

 

« Parmi les signataires on retrouve Nicolino et Cueff, maire de Langouet connu pour son décret (retoqué par les tribunaux) contre les pesticides, Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne, François Veillerette, directeur de Générations Futures ou encore Jean-François Julliard directeur de Greenpeace France.

 

Du beau monde qui ne sait pas forcément ce qu’il en coûte de troquer le pulvérisateur contre la bêche, mais qui veut pouvoir se rendre, sans contrainte sur les exploitations pour y contrôler les activités agricoles… Aidé en cela par une presse qui surfe sur les tendances sociétales, dans un contexte où il faudrait désormais clairement expliquer aux Français ce qu’ils mangeront quand il ne restera plus aucune exploitation à “visiter” ! »

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article