Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Fongicides SDHI : « La science répond à l’UIPP », disent-ils...

20 Février 2020 , Rédigé par Seppi

Fongicides SDHI : « La science répond à l’UIPP », disent-ils...

 

 

Nous l'avons déjà référencée : l'Union des Industries de la Protection des Plantes (UIPP) a mis en ligne une vidéo de décryptage de l'étude de P. Bénit et al., Evolutionarily conserved susceptibility of the mitochondrial respiratory chain to SDHI pesticides and its consequence on the impact of SDHIs on human cultured cells (sensibilité conservée au cours de l'évolution de la chaîne respiratoire mitochondriale aux pesticides SDHI et sa conséquence sur l'impact des SDHI sur des cellules humaines en culture).

 

 

L'affront ne pouvait pas rester sans réponse... Cela a donné sur le site militant End [tête de mort] SDHI un fort prétentieux et péremptoire « La science répond à l'UIPP », avec en sous-titre : « Incompétence ou malhonnêteté, l’UIPP masquée derrière l’anonymat tente d’argumenter… sans espoir ! »

 

D'emblée nous avons droit à une très étonnante diversion : l'UIPP avancerait « masquée derrière l'anonymat », alors que son identité en tant qu'auteur de la vidéo s'étale au grand jour !

 

Le résumé est tout aussi désarmant :

 

« Notre étude est résumée ainsi dans la vidéo. Après avoir constaté que l’administration de SDHI aux cellules n’avait aucun effet toxique, nous aurions "créé des conditions très particulières qui ont abouti à la mort des cellules", et conclu sur cette base à la toxicité des SDHI. Rassurons le public : une telle escroquerie intellectuelle ne serait pas publiable dans Plos One, ni dans aucune revue scientifique digne de ce nom. En réalité, ce ne sont pas les conditions expérimentales, mais bien les SDHI qui tuent les cellules (comme le montre dans larticle publié dans Plos One, la figure 3 D-F). En outre, nous montrons que cet effet toxique ne se produit pas, assez logiquement, dans conditions expérimentales qui rendent la chaine respiratoire superflue (alors qu’elle est absolument vitale dans la "vraie vie"). »

 

 

 

 

 

Ce qui est mis en citation à l'intérieur de la citation ne figure pas dans le texte de l'UIPP.

 

La vidéo de l'UIPP n'allègue – et n'insinue pas non plus – une « escroquerie intellectuelle » (et, ne soyons pas naïfs, ce genre de chose est bien publiable...).

 

« ...les SDHI qui tuent les cellules... » ? Ben oui... dans les conditions expérimentales particulières.

 

Quant à la dernière phrase, elle nous laisse perplexe : l'UIPP affirme que, dans la vraie vie, les cellules ne sont pas privées de glucose... les activistes répondent que la chaîne respiratoire « est absolument vitale dans la "vraie vie" ».

 

Nous n'entrerons pas dans la réponse, sauf à relever le premier paragraphe :

 

« De façon anonyme, c’est-à-dire sans la signature d’aucun scientifique, les industriels de l’agrochimie réunis dans l’UIPP (Union des Industries de la Protection des Plantes) viennent de commettre une vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=BQL9da6qENw) supposée réduire la portée de notre étude parue en 2019 dans la revue américaine PLoS ONE (http://endsdhi.com/wp-content/uploads/2019/11/2019-Benit-et-al-version-française-PlosOne19.pdf). Un tel anonymat dénote l’incapacité des auteurs à en assumer le contenu et nous n’avons pas pour habitude de répondre à de tels documents anonymes. C’est pourtant la première fois qu’un embryon d’argumentaire scientifique est émis sans invective ni insulte. Nous prenons donc le temps de répondre sur le fond à cette vidéo. »

 

C'est vraiment faire un bien mauvais procès à l'UIPP et aux auteurs de l'analyse. Et pour les invectives et insultes...

 

En définitive, il y a là deux monologues. Et aucune réponse sur la question des doses.

 

 

Mais ce n'est pas tout... (voir la vidéo).

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
C'est affligeant ! Toujours démonter les arguments scientifiques par des bobos qui ne connaissent rien sauf dans la désinformation !
Répondre