Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Traiter les gens de « stupides » ne va pas leur apprendre les réalités de l'agriculture

17 Janvier 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Divers

Traiter les gens de « stupides » ne va pas leur apprendre les réalités de l'agriculture

 

Michelle Bufkin, AGDAILY*

 

 

Images Brandi Buzzard Frobose

 

 

Tête de lard... parle à mon cul, ma tête est malade. Je sais que tu l'es, mais que suis-je, moi ? Je suis le poing, tu es l'oreiller ; tout ce je dis ne fait qu'enfoncer des plumes.

 

Ce sont là des insultes que vous n'avez probablement pas utilisées depuis l'école primaire. Pourquoi ? Parce qu'elles sont puériles. Pourtant, nous utilisons fréquemment des insultes similaires, comme « stupide » ou « idiot », sur Internet.

 

Cela est-il efficace en tant que représentations de la filière agricole ? Selon Brandi Buzzard Frobose, ce n'est pas le cas. Sur son blog, Buzzard’s Beat, Brandi a inventé une lettre ouverte à la représentante Alexandria Ocasio-Cortez au plus fort du débat sur le Green New Deal.

 

La lettre a attiré l'attention au niveau national et a permis à Brandi d'être présentée sur MSNBC et Fox and Friends.

 

 

J'ai joint l'acte à la parole et j'ai écrit une lettre à la representante Alexandria Ocasio-Cortez.

J'ai très respectueusement expliqué que les éleveurs et les agriculteurs ont rendu le boeuf plus durable que jamais et qu'il y a d'autres problèmes plus urgents avec des effets réels sur lesquels nous pouvons nous concentrer.

J'espère que vous la lirez et la partagerez afin qu'elle la voie réellement. Je lui ai envoyé un courriel et je l'ai également taguée sur Twitter, j'espère donc que cela contribuera à entamer un dialogue entre elle et l'agriculture !

 

 

Tout au long de la lettre, Brandi apporte des informations sur l'agriculture et l'élevage et salue même le dévouement d'Ocasio-Cortez. Elle n'insulte pas une seule fois la représentante.

 

« Les gens ne sont pas stupides parce qu’ils ne connaissent pas l’agriculture, ils n’ont tout simplement pas les mêmes opportunités ou connaissances que nous. Il y a beaucoup de choses que je connais très peu – mais cela ne me rend pas stupide pour autant, mais simplement ignorante de leur mode de fonctionnement », a expliqué Brandi.

 

Brandi s'engage activement sur les réseaux sociaux et par le biais des médias, s'efforçant d'apprendre aux gens ce qu'est l'agriculture moderne d'une manière unique, informative et consensuelle. Pour elle, cela doit mener à un dialogue. Et elle a des conseils à donner à ses collègues qui font du plaidoyer : peu importe si vous parlez à une chaîne de télévision ou si vous êtes cité pour un article, choisissez toujours quelques points dont vous voulez que votre public se souvienne et utilisez les souvent. Cela fait que, quelle que soit la partie de votre entretien qui est utilisée ou quelle que soit la citation qui en est extraite, votre point de vue est entendu.

 

 

 

 

En cherchant véritablement à éduquer, non seulement votre auditoire vous fait confiance, mais cela peut également vous donner de la crédibilité. C'est cet effort d'éducation qui a fait que les messages de Brandi sont devenus viraux et qu'elle apparaisse à la télévision nationale.

 

Cependant, devenir « viral » n'était pas le but de la lettre à Ocasio-Cortez. L'éducation, l'explication des problèmes et la clarté des points de vue sur le Green New Deal étaient le principal objectif de la lettre. Mais le fait que ces objectifs aient été atteints de manière agréable et respectueuse a contribué au succès de la lettre.

 

Sur son blog, discutant des choses qui n'ont pas été vues dans l'interview de MSNBC, elle aborde l'objectif par sa lettre et son plaidoyer : atteindre les gens. « Notre objectif est-il de toucher des gens qui sont d'accord avec nous ? Je me réjouis d'avoir l'occasion de parler avec les parents urbains, un peu plus âgés, de la génération Y, qui regardent probablement MSNBC, et j'espère être une ressource pour eux. Je vous mets au défi de faire de même. »

 

Son conseil à quelqu'un qui cherche à être un défenseur ou à servir de ressource pour l'agriculture est simple. Établissez un lien et suivez la règle d'or : traitez-les comme vous aimeriez être traités.

 

Son expérience lui a appris que la façon la plus efficace d'éduquer est de bien traiter les autres. « Presque tout le monde veut juste apprendre. Ils veulent poser des questions et recevoir des réponses dans un environnement respectueux », a déclaré Brandi.

 

 

 

 

Les insultes mettent cet environnement en danger et réduisent la probabilité que quelqu'un vous utilise comme ressource pour des informations sur l'agriculture.

 

Lorsque vous parlez, en tête-à-tête ou en ligne, visez l'éducation au lieu d'insinuer leur manque de connaissances. N'oubliez pas que les injures ne vous mènent nulle part. Ils ne sont pas stupides, mais n'ont pas eu autant de chance de connaître l'agriculture que ceux qui ont connu la vie à la ferme ou dans un ranch.

 

Brandi a expliqué que les gens ont peur d'être considérés comme stupides, donc ils pourraient ne pas poser de questions.

 

« Les gens ne veulent pas apprendre de quelqu'un qui est méchant avec les autres sur Internet ou de quelqu'un qui les traite de "stupides" », a-t-elle déclaré. « Ils veulent apprendre d'un agriculteur ou d'un éleveur. Ils veulent apprendre de vous. »

 

_____________

 

Michelle Bufkin est une spécialiste de la communication indépendante dont le but est d'aider les producteurs à combler chez les consommateurs d'aujourd'hui le fossé des connaissances de la fourche à la fourchette. Elle utilise son poste à temps plein en tant que directrice des adhésions et de la communication à l’Arkansas Cattlemen’s Association pour interagir avec les producteurs et travailler à l’établissement de ce lien.

 

Source : https://www.agdaily.com/features/agriculture-communication-education/

 

 

° o 0 o °

 

 

Lettre ouverte*

 

Bonjour membre du Congrès,

 

Vous ne me connaisez ni d'Adam ni d'Éve mais je suis vos activités depuis plusieurs mois ; déjà avant les élections et encore plus maintenant que vous avez pris vos fonctions. Je suis très fière de voir tant de femmes occupant des postes de direction dans la capitale nationale et le dernier discours sur l’état de l’Union a souligné le début d’un nouveau chapitre de la politique américaine : celui qui implique plus que jamais les femmes. C’est une bonne chose et je soutiens cette nouvelle normalité !

 

Cependant, en tant que productrice de bœuf dans les régions rurales du Kansas travaillant avec ma famille pour élever du bétail, je ressens le besoin de signaler certains faits sur l'agriculture qui ont été déformés dans votre Green New Deal. En tant qu'éleveuse, je suis fière de produire du bœuf = sûr, sain et abordable pour une nation affamée. Nous produisons du bœuf aux États-Unis de manière plus durable et efficace que jamais – saviez-vous que les États-Unis produisent près de 20 % du bœuf mondial avec seulement 9 % du bétail mondial ? C'est assez étonnant et raconte une belle histoire sur notre efficacité dans l'utilisation des ressources à notre disposition !

 

En tant qu'éleveuse, je peux vous dire que nous prenons la qualité des grands espaces très au sérieux – la qualité de l'air, du sol et de l'eau est de la plus haute importance pour nous ici parce que, eh bien, nous sommes ceux qui vivent au milieu de nulle part. C'est pourquoi notre segment de l'agriculture travaille activement à réduire chaque jour notre impact sur l'environnement. Par exemple, de 2005 à 2011, la filière bovine américaine a réduit ses émissions de gaz à effet de serre et sa consommation d'eau de 2 % et 3 %, respectivement. Cette réduction des émissions atmosphériques place nos chiffres à seulement 2 % de la somme totale des GES américains, selon l'EPA. Comparativement, le secteur américain des transports contribue à hauteur de 28 % aux émissions de GES.

 

 

L'un de mes endroits préférés : à cheval dans nos pâturages avec de hautes herbes vertes !

 

 

Vous vous demandez peut-être comment nous, agriculteurs et éleveurs, réduisons notre empreinte. Bonne question :

 

  • Nous utilisons une meilleure génétique bovine pour produire des animaux qui donnent de la viande plus savoureuse en utilisant moins d'eau et d'intrants de la terre.

     

  • Chaque année, nous utilisons les meilleures technologies à notre disposition pour nous aider à gérer la santé et la croissance de nos animaux afin que nous puissions utiliser efficacement nos ressources.

     

  • Saviez-vous que les vaches sont de grandes contributrices à la valorisation alimentaire ET au recyclage ? Les vaches peuvent valoriser des aliments comme la pulpe de betterave à sucre et les fanes de carottes – des choses qui autrement seraient gaspillées comme sous-produits de la production alimentaire – et les transformer en viande. Cela réduit la quantité globale de déchets alimentaires dans notre grande nation. De plus, quel autre animal connaissez-vous qui puisse manger de l'herbe et la transformer en un délicieux steak ? Sérieusement, les vaches sont comme des super-héroïnes.

 

Représentante Ocasio-Cortez, j'apprécie votre dévouement à l'amélioration de notre terre et à la recherche d'un avenir durable, mais je vous prie de bien vouloir engager une conversation avec vos électeurs et vos collègues qui ont une formation en agriculture. Les vaches ne sont pas le problème – les près de 264 millions de voitures sur les routes des États-Unis sont un problème flagrant. J'applaudis vos efforts pour rendre les véhicules plus respectueux de l'environnement et si vous pouvez vous engager à travailler sur le transport, je vous assure que mes collègues agriculteurs et éleveurs et moi-même continuerons d'améliorer nos pratiques pour continuer à réduire notre impact déjà négligeable sur l'environnement.

 

Capture stupide 7

Grands espaces et jeunes veaux = certaines de mes choses préférées.

 

 

Je serais heureuse de recevoir vos questions, commentaires ou même une visite à notre petit ranch pour voir les vaches.

 

Merci de votre temps – n'hésitez pas à prendre contact avec nous.

 

Cordialement,

 

Brandi Buzzard Frobose

Éleveuse, épouse, maman et intendante de la terre

 

__________

 

* Source : www.buzzardsbeat.com/2019/02/an-open-letter-to-alexandria-ocasio-cortez-from-a-kansas-rancher.html/

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
la vraie question est de savoir quel est le domaine dans lequel un politique est fondé à parler agriculture??<br /> <br /> quand on a des souhaits concernant l’agriculture... bannissement des substances chimiques, taille des fermes maximum ou autre..il faut des justifications..<br /> <br /> si la démonstration de la nuisance n'est pas claire ...ça ne regarde pas un politique ça devrait d'ailleurs concerner la justice...<br /> <br /> on a un vrai problème avec la vénération de l'environnement.. cela peut conduire à un rejet de potentiellement TOUTE activité agricole.
Répondre
S
@ Jacques Lemiere le dimanche 19 janvier 2020 à 11:51<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> J'ai des doutes sur votre mention de la justice.<br /> <br /> Quant à la vénération de l'environnement, il y a des situations où le rejet de toute activité agricole n'est plus potentiel, mais réel, et ce, explicitement ou implicitement par l'interdiction de pratiquer une agriculture productive et économiquement sensée.<br /> <br /> Cela ne me pose pas de problème quand il s'agit de protéger un biotope remarquable et digne d'être protégé (pas n'importe quelle zone humide). Cela m'en pose un quand on refuse un barrage de Sivens (qui, soit dit en passant, aurait aussi alimenté en eau un agriculteur bio...).
I
Belle initiative à laquelle j'applaudie. Je compte sur vous, @Seppi, pour faire de la veille documentaire sur le blog de cette jeune éleveuse et nous dire s'il y a eu un retour de Ocasio-Cortez, je l'espère.<br /> <br /> Sinon je suis d'accord avec ce message, il faut apprendre aux gens en fonction de nos compétences et apprendre des gens en fonction des leurs. Comme je le dis, je préfère écouter un climatologue du GIEC parler du RCA plutôt qu'un mathéicien car ce climatologue a les compétences nécessaires pour me parler de ce sujet ? De même je préfère écouter un agronome comme @Seppi me parler d'agriculture plutôt qu'un assistant social militant à Géné Future. Par contre le jour où j'ai besoin de l'aide d'un assistant social, je me tournerait plus vers lui que sur @Seppi.<br /> <br /> Du coup si un agriculteur ou un agronome qui fréquente ce blog a du temps à perdre et accepterait de me contacter pour me parler agriculture, je suis ouvert. En échange, je lui parlais d'histoire et d'archives vu que ce sont mes domaines de compétences.
Répondre
S
@ Il est là le lundi 20 janvier 2020 à 12:42<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Je vais intervenir ici pour un appel à la prudence : la question du climat est en partie idéologique et spéculative. Le mathématicien ne convaincra pas le "climatologue", ou plutôt nombre de "climatologues" parce qu'il leur est devenu très difficile de se dissocier du consensus. Ceci à supposer que le mathématicien ait "a point" comme on dit en anglais.
S
@ Jacques Lemiere le dimanche 19 janvier 2020 à 11:46<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Je suis d'accord avec vous… mais sans me prononcer sur la fin...
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Vous avez allumé là une belle mèche… Je vais rester prudemment en dehors des échanges sur le climat. et le RCA.
I
Jacques Lemière<br /> <br /> Je ne déni pas aux non-experts le droit d'avoir raison, loin de là. Cela dit je préfère que le non-expert convainc l'expert que son avis est le plus pertinent avant de chercher à me convaincre moins. Donc oui je veux bien que le matéhématicien m'apporte des éléments remettant en cause la thèse du climatologue .... mais à condition qu'il ait, au préalable, convaincu le climatologue de la justesse de son élément.
J
qu'entendez vous par écouter???<br /> si vous entendez un mathématicien vous apporter un élément mettant en cause ce que dit un climatologue logique ou factuel..alors le mathématicien a raison...<br /> <br /> ce que vous exposez est la confiance ne la validité des compétences...<br /> or elle n'est possible que si elle est contestées et surtout de extérieur..<br /> <br /> ce n'est pas parce que seppi est agronome que ce qu'il dit est valable..<br /> mais parce qu'il apporte des éléments factuels .
U
Quelle serait la probabilité qu'une telle lettre soit répercutée dans nos média ? Quasiment nulle.
Répondre
S
@ Nicias le jeudi 23 janvier 2020 à 20:21<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire (si, si…)<br /> <br /> Superbe ad hominem… enfin, ad feminem...
S
@ un physicien le vendredi 17 janvier 2020 à 09:45<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Elle n'est pas nulle pour les journaux que l'on classerait "à droite". Pour le Monde, l'Obs, Marianne avec Nataco Polasse et Péricha Légony, etc., elle est de zéro.
N
l'article est écrit par une lobbyiste à la solde d'un syndicat d'éleveur de boeuf aux hormones. Si ça se trouve elle a fait un stage chez monsanto pendant ses études.