Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Point de vue : l’acceptation de la technologie alimentaire par la génération Z pourrait nous permettre de surmonter cette atmosphère de peur

12 Janvier 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Alimentation

Point de vue : l’acceptation de la technologie alimentaire par la génération Z pourrait nous permettre de surmonter cette atmosphère de peur

 

Amanda Zaluckyj, AGDAILY*

 

 

Image de MOLPIX, Shutterstock

 

 

Repères :

 

Les baby boomers, maintenant papy boomers, tout le monde connaît.

La génération X désigne, selon la classification de William Strauss et Neil Howe, le groupe des Occidentaux nés entre 1966 et 1976. D'autres spécialistes la définissent par la période 1961-1981.

Les milléniaux, ou Génération Y, regroupent l'ensemble des personnes nées entre 1980 et 1999, les post-milléniaux débutant à l'an 2000.

Et la génération Z, vous l'aurez déviné, sont nés dans ce siècle (qui, comme bon nombre ne savent pas, a commencé en 2001 car il n'y a pas eu d'année 0).

 

 

Les enfants sont l'avenir. Et dans ce cas, j’espère sincèrement que c’est vrai.

 

La grande majorité de la génération Z n’a aucun problème avec un avenir alimentaire axé sur la technologie. Une étude réalisée par Ketchum, une entreprise de communication basée à New York, a révélé que 77 % des membres de la génération Z n'avaient pas de problème avec les aliments produits à l'aide de la technologie. Ils ne sont que 67 % des millenniaux, 58 % de la génération X et 58 % des baby-boomers à avoir dit la même chose.

 

Ces résultats représentent certainement un changement bienvenu. L’acceptation des consommateurs est le principal obstacle à l’adoption de nouvelles technologies par le secteur agroalimentaire. Une promenade décontractée dans l'épicerie nous le montre. Les étagères sont remplies de produits portant le label indéfendable « Non-GMO Project » et des mentions totalement dénuées de sens, comme « entièrement naturel ». Le marché est évidemment favorable à l’utilisation de ces gadgets de marketing, ce qui reflète les demandes des consommateurs.

 

Cependant, à mesure que la génération Z grandit et fait de plus en plus de choix d'achats alimentaires, nous pourrions assister à un changement. Ils représentent 26 % de la population et dépensent directement entre 29 et 143 milliards de dollars. Il existe un énorme potentiel pour exploiter ce marché et mettre fin à un marketing à l'ancienne fondé sur la peur.

 

Il y a cependant un hic : les entreprises qui souhaitent intégrer avec succès la technologie doivent d'abord familiariser les consommateurs avec la technologie alimentaire. Et cela implique à la fois des informations scientifiquement fondées et des tactiques faisant apprl à l'émotion. Les entreprises doivent donc expliquer le comment et le pourquoi. Elles devraient expliquer comment elles ont produit la nourriture et pourquoi c'est important.

 

L'initiation à la technologie alimentaire est vraiment importante pour l'acceptation du public. C’est une leçon que Monsanto aurait souhaité apprendre plus tôt. S'ils l'avaient fait, nous vivrions peut-être dans un monde très différent.

 

Je me souviens d’avoir visité le siège de Monsanto à Saint-Louis il y a quelques années. Nous étions littéralement dans le ventre de la bête et parlions avec les gens qui ont contribué au lancement des cultures génétiquement modifiées près de 20 ans plus tôt. À l'époque, l'entreprise pensait qu'il ne lui restait plus qu'à vendre l'idée des OGM à ses consommateurs – les agriculteurs. Ils n'ont jamais pensé à convaincre le grand public de les accepter également.

 

Malheureusement, nous sommes encore sous le choc de cette énorme erreur. Les groupes environnementaux, qui étaient pour la plupart opposés à Monsanto, ont inversé le récit. La plupart des gens ne savent pas que les OGM sont respectueux de l’environnement, des agriculteurs et des consommateurs. Au lieu de cela, les activistes ont transformé les OGM en monstres effrayants tapis dans vos placards et réfrigérateurs (littéralement – des « Frankenfoods »). Et c’est comme ça que nous en sommes arrivés là.

 

La génération Z pourrait constituer un tournant. Les gens qui mangent et achètent la nourriture sont ouverts à ce que nous faisons. Ils n’ont pas peur de la technologie et de la science. Et ils comprennent que les progrès dans ces domaines peuvent aider à résoudre les problèmes du monde réel. Pour auant que les entreprises adoptent la bonne approche, nous pourrons surmonter cette atmosphère de peur.

 

Imaginez ! Un monde où vous pouvez entrer dans une épicerie et découvrir un type d’emballage tout à fait différent. Là où nous avons maintenant des étiquettes dénuées de sens, nous pourrions avoir des entreprises alimentaires axées sur une nutrition accrue et une réduction des calories vides. Les acheteurs chercheraient à savoir ce qui se trouve dans leur nourriture et non ce qui ne se trouve pas dans le produit. Nous pourrions demander où va l’agriculture et comment elle peut résoudre davantage de problèmes mondiaux, au lieu de blâmer les agriculteurs pour tout ce qui ne va pas actuellement.

 

Oh, quel monde ! J'espère sincèrement que la génération Z pourra aider à inaugurer ce monde meilleur.

 

_____________

 

* Amanda Zaluckyj blogue sous le nom The Farmer's Daughter USA. Son objectif est de promouvoir les agriculteurs et de lutter contre la désinformation qui tourbillonne autour de l'industrie agroalimentaire américaine.

 

Source : https://www.agdaily.com/insights/generation-z-food-tech-acceptance-moving-forward/

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Il est là 12/01/2020 21:26

J'avoue que je partage le scepticisme de Jean. Je suis bien content de voir autant de jeunes défendre les OGM mais ne risquent-ils pas d'être à leur tour pollués par l'idéologie des anti-OGM et le devenir à leur tour ?

Seppi 13/01/2020 16:07

@ Il est là le dimanche 12 janvier 2020 à 21:26

Bonjour,

Merci pour votre commentaire… Aux Etats-Unis, je pense, les gens finiront pas apprécier les produits GM qui présentent un réel avantage pour eux, comme les champignons ou les pommes qui ne brunissent pas, ou encore les pommes de terre produisant moins d'acrylamide à la cuisson. Idem pour les Bangladeshis et les Indiens (dans ce cas grâce à la contrebande et la production illégale de semences) pour l'aubergine Bt, sans protéines sous la forme de chenilles. Ou encore pour les Nigérians et bientôt les Ghanéens pour le niébé Bt.

jean 12/01/2020 12:38

C'est Bien.il faut vivre d'espoir.Mais ces Jeunes ne seront ils pas désinformés par ce militantisme qui gangréne nos institutions publiques et modifieront les programmes scolaires.Vendredi soir je parlais avec une personne de 10 ans mon ainé de ce que notre instituteur (qui vient de mourir à 96 ans)nous apprenait.Moi j'ai appris avant d'aller en 6° les maths de ceux qui allaient au Certificat d'étude.Aujourd'hui l'enseignement ne fait il pas des gens incapables de relativiseret d'être autonome dans leurs critique des âneries médiatiques.?j'ai appris que le XX° siécles avaient débuté en 1901.Mais le gout du profit n'a t il pas conduit à réduire le XX° siécle à 99 années pour faire plus tôt les bénéfices du passage au 3° millénaires

Seppi 15/01/2020 14:36

@ jean le dimanche 12 janvier 2020 à 12:38

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

A vrai dire, je n'en sais rien et ne me hasarderais pas à faire une prévision, qui serait de toute façon délicate, surtout qu'elle concernerait l'avenir.

La désinformation a de beaux jours devant elle, mais peut-être que les éléments de désinformation sont comme les piles Wonder: ils ne s'usent que quand on s'en sert. Autrement dit, ils finiront par s'user et devront être remplacés par d'autres.

Et c'est de notre rôle de lutter contre la désinformation.