Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Fongicides SDHI : la cerise sur le gateau de M. Pierre Rustin était pourrie !

24 Janvier 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Pesticides, #Activisme, #SDHI

Fongicides SDHI : la cerise sur le gâteau de M. Pierre Rustin était pourrie !

 

 

Le jeudi 23 janvier 2020, l'Office Parlementaire d'Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST) a procédé à des auditions sur les fongicides SDHI – inhibiteurs de la succinate déshydrogénase et bloquant la respiration cellulaire. Ont été entendus :

 

  • Mme Francelyne Marano, professeur émérite de biologie cellulaire et de toxicologie à l’Université Paris-Diderot, membre du Haut Conseil de la Santé Publique ;

 

  • M. Pierre Rustin, directeur de recherche, et Mme Paule Bénit, ingénieure de recherche, à l’INSERM, auteurs d’une publication scientifique concluant à un risque pour les organismes exposés aux SDHI ;

 

  • M. Roger Genet, directeur général, Mme Caroline Semaille, directrice générale déléguée en charge du pôle produits réglementés, de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES), et M. Jean-Ulrich Mullot, pharmacien, président du groupe d’experts ayant produit pour l’ANSES le rapport d’expertise de janvier 2019 sur les SDHI.

 

Nous nous limiterons ici à un point particulier : à la fin de son audition, M. Pierre Rustin a tenu à présenter sa « cerise sur le gâteau ». Mme Géraldine Woessner a retranscrit :

 

« Nous avons demandé à la FNSEA, à l'UIPP, à l'anses, quelle était l'influence sur les rendements d'utiliser les SDHI. Ils n'ont pas été capables de nous donnr des chiffres. Les seules données qu'on a viennent de Monsanto, c'est insupportable. »

 

 

(Source)

 

L'argument est au mieux trompeur. Il suffit de s'intéresser à la question et de chercher un peu pour savoir quels sont les effets des maladies cryptogamiques sur les rendements (et la qualité sanitaire des produits) et quels sont les gains que les agriculteurs (et les consommateurs) dégagent de l'utilisation de fongicides. Mais il tourne en boucle comme le montre cet extrait du site End [tête de mort] SDHI.

 

Lors de l'audition, M. Pierre Rustin l'a épicé : « Et puis on ment aux agriculteurs ! »

 

En cause, une présentation un peu trompeuse des résultats d'un essai et, cerise sur le gâteau, de (prétendument) Monsanto. Ah ! Mondiablo... Le format du grand graphique évoque cependant une diapo de présentation PowerPoint. Voir ci-dessous.

 

 

 

 

Nous n'avons pas retrouvé l'image originale, mais une autre source, SpecialtyHybrids.com.

 

 

 

 

Le graphique de droite est le même que celui présenté par M. Rustin.

 

 

 

 

Notons que ce graphique ne prétend pas démontrer l'efficacité des SDHI, mais de l'application d'un fongicide à base de SDHI et strobilurine (une association destinée à minimiser les risques d'apparition de résistances) au stade R3 de la culture, et ce, dans des conditions de faible pression parasitaire.

 

En présentant les résultats dans un autre graphique avec des barres commençant à 0 plutôt qu'à 67 boisseaux/acre – et, ironiquement, dans un format plus petit qui minimise aussi visuellement les écarts –, M. Pierre Rustin a entendu démontrer que les fongicides SHDI ne servent à rien. Il a aussi ajouté des barres représentant des intervalles de confiance... fort probablement imaginés et imaginaires.

 

Ainsi, à tromperie alléguée, tromperie et demie avérée...

 

M. Cédric Villani, vice-président de l'OPECST s'est précipité avec enthousiasme dans le triple piège de l'argumentum ad Monsanto, de la prétendue tromperie et de l'inefficacité des fongicides SHDI (on pourrait aussi ajouter le sophisme de la généralisation à partir d'un exemple unique).

 

 

(Source)

 

 

M. Gérard Longuet, président de l'OPECST, a remis les choses en place avec maestria :

 

« ...les marges économiques d'un producteur sont assez faibles et trois à quatre pour cent de productivité, c'est la différence entre le fait de continuer une activité et d'être obligé de l'arrêter. »

 

Il y toutefois un gros os de plus : quand le rendement augmente de 73,1 à 75,8 boisseaux/acre, il augmente de 3,7 % et non de 2,7 %. De même, le passage de 70,4 à 73,4 boisseaux/acre représente un gain de 4,3 % et non de 3 %.

 

On pourra rétorquer que l'erreur réside dans l'addition de « % ». Mais quand on veut dire au munster qu'il pue, mieux vaut ne pas être un maroilles.

 

 

(C'est à visionner!)

 

 

Voici la source du graphique : https://monsanto.com/app/uploads/2017/05/fungicide-response-planting-date-soybean.pdf. Bravo Christophe ! 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

WillyP 24/01/2020 09:53

Concernant les graphiques, ce ne sont pas ceux réalisés par M. Rustin qui sont trompeurs (à part pour les barres d'erreurs, là dessus je n'ai pas d'élément de discussion), mais bien les originaux ; il s'agit de tronquer l'échelle d'un graphique (ne pas partir de 0, comme M. Rustin le corrige), mais présenter une fenêtre qui zoome sur les extrémités des graphiques pour maximiser l'impact visuel d'une différence qui est peu importante. Cette petite manipulation est bien connue dans le domaine scientifique et s'appelle l'effet d'échelle. On peut aisément se rendre compte de l'effet d'échelle en comparant les valeurs chiffrées (73 vs 75 et 70 vs 73 : les écarts sont peu importants...). La représentation graphique correcte de cette information est donc bien celle que propose M. Rustin (barres d'erreur exclues, encore une fois je ne sais pas comment elles ont été construites).

Seppi 01/02/2020 20:13

@ WillyP le vendredi 24 janvier 2020 à 09:53

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Vous entamez ici une discussion sur le caractère trompeur -- ou non -- du graphique que M.Rustin (ou quelqu'un pour lui) a débusqué sur le site du Learning Center de Monsanto.

Chacun se fera son opinion, et sans nul doute personne ne démordra de la sienne.

La mienne est du style normand bien que je sois alsacien pur porc.

Non, c'est pas bien de ne pas partir de 0 ou de préciser le caractère tronqué en… tronquant.

Mais les données sont claires. L'échelle de l'ordonnée est là, détaillée. Les rendements sont indiqués sans ambiguïté. Et le document s'adresse à des spécialistes de la culture du soja (la majorité d'entre eux la pratique) qui ne sont pas des perdreaux de l'année.

Ce que Rustin a fait, c'est de l'activisme indigne d'un chercheur et indigne d'un intervenant s'adressant à la représentation nationale. C'est vraiment petit bras.

M. Rustin a mis en ligne les diapos qu'il a/aurait présentées lors de l'audition (endsdhi.com/wp-content/uploads/2020/01/OPESCT-texte.pdf). Horresco referens, celle sur le prétendu truandage de Monsanto a été retravaillée, sans que cela soit précisé sur la page en question on celle qui y mène… Ils ont visiblement lu mon article et… ben quand on veut donner des leçons d'honnêteté…

Un dernier mot sur votre évaluation de la différence. M.Gérard Longuet l'a exprimé en termes très justes : cela peut être la différence entre pouvoir poursuivre son activité (agricole) ou y mettre fin.

WillyP 26/01/2020 09:07

Sauf que l'effet d’échelle table sur l'impact visuel initial de la difference des deux graphiques, qui se produit avant la lecture de l’échelle et qui reste a l'esprit (si tant est que le lecteur prête ensuite attention a l’échelle, ce qui n'est pas acquis). Le document de Monsanto n'est pas organisé de manière a présenter les résultats scientifiquement, mais avec un objectif de communication, et donc une légère manipulation de la manière dont l’information est présentée (que cette manipulation soit consciente ou non). Par contre comme vous le dites, la pertinence de la différence est a évaluer par l'utilisateur (mais si l'utilisateur sait qu'il doit se méfier du graphique et ne regarder que les chiffres pour faire son choix, c'est mieux.)

fm06 25/01/2020 07:05

Ce serait trompeur si le point de départ du graphique était omis. Ce n'est pas le cas. Le chiffres sont explicites: passer de 73.1 à 75.8 c'est une progression de +3,7%. Cela peut vous sembler faible, c'est votre point de vue. Qu'en pensent les producteur de soja? Est-ce qu'ils sont assez riches pour faire fi d'une augmentation de 3,7%?

Justin 24/01/2020 09:01

On a le nom des 450 scientifiques? La page du Monde est payante.
C'est juste pour savoir si on a des géologues dans le lot (bref, des scientifiques dont la spécialité n'a rien à voir avec le sujet)

Seppi 02/02/2020 16:01

@ Il est là le vendredi 24 janvier 2020 à 12:48

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Et le CRIIGEN est devenu une institution de rattachement...

Seppi 02/02/2020 15:58

@ WillyP le vendredi 24 janvier 2020 à 12:07

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Un lecteur m'a fait parvenir un autre courriel. Oui, ça a ratissé large, très large.

Celui-ci est savoureux : quelles que soient vos compétences, pourvu que vous soyez médecin ou scientifique… signez.

Seppi 01/02/2020 19:45

@ Justin le vendredi 24 janvier 2020 à 09:01

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

La liste est ici : http://endsdhi.com/wp-content/uploads/2020/01/Appel-Liste.pdf

Paléoentomologiste, ça va ? Médecin "homéopathe", ça va ? CRIIGEN comme institution d'origine ? Et PRAT LIB ?

fm06 25/01/2020 07:04

Ce serait trompeur si le point de départ du graphique était omis. Ce n'est pas le cas. Le chiffres sont explicites: passer de 73.1 à 75.8 c'est une progression de +3,7%. Cela peut vous sembler faible, c'est votre point de vue. Qu'en pensent les producteur de soja? Est-ce qu'ils sont assez riches pour faire fi d'une augmentation de 3,7%?

Il est là 24/01/2020 12:48

Gilles Rivière-Walenstein a annoncé sur son twitter que parmi les signataires on trouvait, entre autre, une spécialiste de la littérature italienne contemporaine soit quelqu'un d'aussi bien placé pour signer une telle tribune que moi je suis bien placé pour écrire un livre sur l'histoire des Rois du Myanmar.