Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Dispositif Demeter : 130 chercheurs réclament un droit d'intrusion dans les élevages !

25 Janvier 2020 , Rédigé par Seppi Publié dans #Activisme

Dispositif Demeter : 130 chercheurs réclament un droit d'intrusion dans les élevages !

 

 

Une illustration bien gore pour faire pleurer (source)

 

 

Ce n'est évidemment pas présenté de cette façon. Sur Animaux Online, la dépêche de l'Agence France-Presse, s'intitule « 130 chercheurs réclament une protection des lanceurs d'alerte ». En chapô :

 

« Quelque 130 enseignants-chercheurs, principalement en sciences sociales, ont demandé mardi, dans une lettre ouverte à la Garde des Sceaux, une protection des lanceurs d'alerte sur la question du bien-être animal, face à "l'influence grandissante", selon eux, des lobbies de l'élevage intensif. »

 

On croit rêver ! C'est en fait aussi une pétition sur Change.org, « Protégeons les lanceurs d’alerte concernant la condition animale ! », sous-titrée « La transparence et le droit à l’information à l’épreuve des lobbies ». On croit rêver (bis) ! La puissance et la capacité de nuisance des « lobbies »sont décidément incommensurables (ironie)...

 

« L’influence grandissante des lobbies dans les décisions publiques prend depuis quelque temps une dimension préoccupante pour notre démocratie. Fin 2019, ces groupes d’intérêts industriels ont ainsi obtenu la création d’une cellule du renseignement dédiée entre autres à la surveillance des lanceurs d’alerte concernant la condition animale. Le dévoiement, dans l’intérêt des lobbies de l’élevage intensif, de ressources publiques, dont celles du renseignement chargé d’assurer la protection des populations civiles contre des actes meurtriers est inquiétant. Aujourd’hui, ces mêmes groupes d’influence engagent toutes leurs forces pour vous voir légiférer contre les lanceurs d’alerte. »

 

« ...légiférer contre les lanceurs d'alerte »... Paranoïa quand tu nous tiens ! Les travaux en cours portent essentiellement sur une modification de la loi permettant de sanctionner les intrusions dans les élevages et de faire des risques sanitaires une circonstance aggravante, selon la France Agricole (réservé aux abonnés).

 

Cette pétition est évidemment faite pour faire pleurer dans les chaumières, avec force références à des cas de maltraitance (allégués), dénoncés à tort ou à raison. Mais il y a aussi :

 

« Ces groupes d’intérêts vous demandent aujourd’hui de dresser des murs autour de leurs élevages afin que le public ne puisse pas savoir ce qui s’y passe. Mais comment peut-on décider de condamner celles et ceux qui se sacrifient pour montrer les sévices dont sont victimes les plus faibles, ceux qu’une tradition de pensée nomme les sans-voix, par de grands groupes industriels ? »

 

Les preneurs d'images clandestines seraient donc « celles et ceux qui se sacrifient », des martyrs ? Et « les sévices » seraient le fait « de grands groupes industriels » ?

 

 

L'illustration par Ouest-France

 

 

Mais on peut souscrire à l'opinion sur « [l]’influence grandissante des lobbies ».

 

En l'occurrence, il s'agit du lobby végan et de l'abolition de l'élevage (rappelons à toutes fins utiles que L214 s'est fait financer à hauteur de 1,14 million d'euros pour 2018 et 2019 par l'Open Philanthropy Project, qui est en lien avec des start-up qui développent des produits de substitution à la viande).

 

Un lobby qui a instrumentalisé / bénéficie du soutien de 130 personnes du monde académique et de la recherche – rayer la mention inutile, à moins que vous ne jugiez que les deux sont applicables. En tête de gondole :

 

  • Florence Burgat, Philosophe, Directrice de Recherche à l’INRAE affectée à l’ENS

     

  • Emilie Dardenne, Maîtresse de Conférences à l’Université de Rennes 2

     

  • Romain Espinosa, Économiste, Chargé de recherche CNRS à l’Université Rennes 1

     

  • Elise Huchard, Chercheuse à l'Université de Montpellier

     

  • Marie-Claude Marsolier-Kergoat, Chercheuse CEA affectée au MNHN

     

  • Nicolas Treich, Économiste, Toulouse School of Economics (INRAE)

 

Lorsque nous avons consulté le site, le commentaire suivant avait été mis en avant :

 

« Tuons cette race humaine qui ne mérite pas sa place sur Terre.... »

 

Mme Virginie C. montrera sans doute l'exemple en s'immolant...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonjour, l'agriculteur a tout intérêt à bien soigner ses animaux car c'est son argent. Les éleveurs bio les élèvent dans leur chambre à coucher ! n'ont jamais de mortalité ? Que tous ces chercheurs signataires de ce manifeste reste dans leurs bureaux à pantoufler avec notre argent. Un grand ménage devrait être fait devant tous ces paresseux ! Ils ne resteraient pas plus de 2 jours à suivre un éleveur dans sa ferme à travailler 12 heures ou plus. Et eux combien d'heures de travail effectif par semaine ?
Répondre
S
@ Marc le lundi 27 janvier 2020 à 15:19<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Il y a de quoi s'offusquer, en effet.<br /> <br /> Et dire que la première signataire est directrice de recherche à... l'INRAE, maintenant affectée à l'ENS.
J
Ces chercheurs : comment se fait il qu'ils ne relaient jamais les informations du ministère de l'agriculture concernant la 1° cause de mortalité des abeilles et qui se nomme insuffisance de soins aux abeilles ????<br /> là ils participent a une campagne de désinformation.Et les tentatives d'incendie dans les fermes , aimeraient ils des visites de surveillances de leurs labos,de leurs maisons et des présentations fausses de leurs Pratiques
Répondre
S
@ Il est là le dimanche 26 janvier 2020 à 14:54<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> Marci pour votre commentaire et les liens.<br /> <br /> J'ai déjà vu une vidéo d'un cas de maltraitance dans un "refuge" tenu par ces illuminés. Mais en l'absence de vigoureuse médiatisation, le résultat n'est pas fameux.<br /> <br />
S
@ jean le samedi 25 janvier 2020 à 16:55<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Mais voyons… les zapiculteurs sont des gens si gentils… ils zaiment leurs zabeilles et ne leur font jamais de mal.
I
Je l'ai déjo dit ici, Jean, mais ce serai une bonne idée de prendre une caméra et de filmer les refuges pour animaux des associations veganimalistes, comme elles soutiennent cette méthode pour les élevages, elles trouveront normal qu'on leur fasse la même chose. <br /> <br /> Mais avant on peut commencer à enquêter sur leur propagande en faveur de l'alimentation vegan pour chiens et chats qui a été recoonu comme acte de maltraitance, pourtant cette pratique est soutenue par L214 et Peta. <br /> <br /> https://www.l214.com/les-animaux-domestiques-de-compagnie<br /> https://vegan-pratique.fr/conseils-pratiques-vegan-pratique/chiens-et-chats-vegan/<br /> https://www.facebook.com/219075308118516/posts/4006731406019535/<br /> <br /> Déjà on peut voir pour dénoncer une telle incitation à la maltraitance non ?
I
Agronomes, j'oubliais, si vous m'entendez et me lisez, faites des tribunes, faites des tribunes pour expliquer l'importance de l'élevage, son rôle, les méthodes pour l'améliorer, ne laissez plus les tribunes être librement signées par des activistes qui ne connaissent pas votre métier. Certes, des journaux vont vous rejeter, mais d'autres vont vous accepter. Regardez les médecins qui défendent l'expérimentation sur les animaux, ils ont fini par signer une tribune dans Libération. N'hésitez pas à les imiter.
Répondre
S
@ Il est là le samedi 25 janvier 2020 à 16:15<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Ce serait effectivement une démarche salutaire.
I
J'ai vu les 130 chercheurs. En effet, la majorité d'entre eux viennent des sciences sociales et humaines, il y a certains scientifiques dont un astrophysicien et des éthiologues. Alors ma question : quelle légitimité ont ces chercheurs pour s'exprimer sur l'élevage ? Certes, on a des éthilogues mais bon, ceux-là étudient les animaux d'élevage ou les animaux sauvages ? Je ne pense pas qu'un éthiologue spécialisé dans la vie des loups soient mieux placés pour nous parler de la vie des moutons ou des cochons ! Et la grande question à deux balles : où sont les agronomes ? les scientifiques qui étudient la production de nourriture et savent pourquoi telle pratique est employée et par quel autre pratique il est possible de la remplacer ? Ils sont en vacance aux Maldives ? <br /> <br /> Je sais ce que certains vont se dire. pourquoi moi qui mangent de la viande 5 fois toutes les deux semaines et diminuent également sa consommation de produits laitiers et d'oeuf je prends la défense des éleveurs ? Pourqoi je soutiens cette cellule ? Car elle dénonce... sans rien expliquer. Certes, c'est bien beau de montrer un animal mort faute de soin, mais cela veut-il dire que l'éleveur est négligeant ou maltraitant ? Si ca se trouve il a appelé le vétérinaire et celui-ci n'a pu sauver l'animal. Certes, bien beau de montrer les truies en cage, mais il faut expliquer pourquoi. Certes bien beau de montrer le porcelet castré, mais faut expliquer aussi que c'est pour rendre la viande commestible. Certes bien beau de montrer le veau retiré à sa mère mais faut expliquer que les éleveurs ne connaissent pas 'autres méthodes, pour le moment. Certes, ces biens beaux de montrer la mise à mort des poussins mais on explique pas que l'éleveur n'a tout simplement pas les moyens d'élever des coqs etc ... En plus, ils n'expliquent pas si des alternatives peuvent exister. Résultat des courses : l'éleveur passe pour un connard et un monstre, et on voit bien ces éleveurs qui se font taiter de fasciste, de nazis, d'assassins, qui retrouvent des menaces de mort sur leurs maisons etc ... sans jamais qu'on voient ces 130 chercheurs s'en émouvoir. Enfin, si parfois ils s'en émeuvent, mais leur discours est de dire "Ouin ouin c'est pas bien d'attaquer comme ça l'éleveur mais c'est un méchant donc il l'a cherché" ou de dire "Ouin ouin c'est pas bien car c'est pas productif" sous-entendant que ce qui est condmnable dans ces attaques c'est leur caractère improductif , non leur conséquence poour l'éleveur. <br /> <br /> Donc au lieu d'écouter ces non-experts, écoutons les experts du sujet, les agronomes. Oui les agronomes montrent que des pratuiques sont durs pour les animaux mais ils expliquent pourquoi et cherchent des alternatives pour les régler, qu'ils expliquent alors les solutions pour les alléger et les supprimer dès que possible; Alors si des agronomes me lisent, écoutez ce que j'ai à dire : allez vers les gens, ne vous reposez pas sur les activistes et les vulgarisateurs de pacotille, allez vers les gens et expliquez, expliquez l'aggriculture et les moyens de l'améliorer !
Répondre
S
@ Il est là le samedi 25 janvier 2020 à 15:30 <br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Ce n'est que très marginalement une question pour les éthologues ou les agronomes. C'est une question de droit.