Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Miviludes, lutte contre les dérives sectaires, anthroposophie et biodynamie

2 Décembre 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Divers

Miviludes, lutte contre les dérives sectaires, anthroposophie et biodynamie

 

 

Le sénateur Yannick Vaugrenard (Loire-Atlantique - SOCR) a posé la question écrite suivante (n° 13035) au Ministre de l'Intérieur Christophe Castaner :

 

« M. Yannick Vaugrenard attire l'attention de M. le ministre de l'intérieur sur l'anthroposophie, cette "philosophie" inventée par Rudolf Steiner, qui se veut proche de la nature et qui voit le monde comme mû par des forces spirituelles. Considérées comme fantaisistes par les scientifiques, les théories antroposophiques ont prospéré dans le domaine de la médecine, l'agriculture, l'éducation et la banque.

 

Dans l'agriculture, les thèses de l'anthroposophie se basent sur la biodynamie, technique consistant à cultiver en prêtant attention au cosmos et qui se caractérise par l'application de principes ésotériques et astrologiques, tels que l'influence de la lune et des planètes sur les cultures, ou la capture des énergies cosmo-telluriques dans les cornes de bovins enterrées dans le sol. Ces rituels sont liés à la cosmologie religieuse du fondateur de l'anthroposophie. Dans le monde de l'éducation, l'anthroposophie a directement inspiré les écoles Steiner, du nom du fondateur de cette doctrine, qui fournissent une pédagogie alternative. Dans le domaine de la médecine le journal "Science et avenir" dans un article pointe le « scandale de l'Iscador, médicament anthroposophique anticancéreux » à base de gui fermenté, vendu en France selon ce journal sans autorisation.

 

En France, toutes les associations de lutte contre les dérives sectaires mettent en garde contre l'anthroposophie, et certains s'inquiètent des liens qui pourraient exister entre l'anthroposophie et certains ministères, notamment suite à un article en faveur de la biodynamie publié dans la revue du ministère de l'agriculture.

 

Aussi, il lui demande de lui confirmer, comme cela fut indiqué en séance de questions au Gouvernement au Sénat le 2 octobre 2019 : que les missions et les moyens de la mission de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) ne seront absolument pas remis en cause, à la suite de la décision de la rattacher à son ministère ; que la nouvelle organisation ne se réduira pas à la lutte contre une seule forme d'emprise, que l'ensemble des dérives sectaires sera appréhendé dans le cadre de ses missions, et que la vigilance restera de mise quant à cette question de l'anthroposophie. »

 

Nous attendons la réponse avec impatience...

 

Mais M. Yannick Vaugrenard (ou un autre parlementaire) aurait aussi pu demander au Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume s'il comptait faire supprimer « La biodynamie, credo des domaines Gérard Bertrand » du site de son ministère.

 

 

 

 

Nos pérégrinations nous ont mené à « FORMATION officielle en BIODYNAMIE : SAISINE DU MINISTÈRE DE L’AGRICULTURE » sur un site qui se consacre à la lutte contre cette dérive sectaire sous un bandeau pondéré, « BIODYNAMIE : des vérifications scientifiques, dans le domaine du possible ? – la biodynamie pourrait-elle devenir "scientifique", en se libérant de l'anthroposophie ? »

 

Nous y avons appris qu'il existe une « Formation professionnelle qualifiante », reconnue par un « Brevet Professionnel de Responsable d’Entreprise Agricole (BPREA) en Agriculture Biodynamique », formation assurée par les lycées agricoles d'Obernai (Bas-Rhin) et Segé (Maine-et Loire), une formation bénéficiant donc des fonds publics.

 

Voudriez-vous poser une autre question, M. le Sénateur ?

 

Soyons clair : que des gens veuillent pratiquer une agriculture qui répand à dose quasi homéopathique de la bouse de vaches (des vaches heureuses pour que la bouse soit de qualité) ayant séjourné dans des cornes de vaches enterrées pendant l'hiver, c'est leur droit le plus absolu. Que ces pratiques soient promues par le Ministère de l'Agriculture (et le Ministre ?) et sur fonds publics, c'est en revanche guère admissible.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O
J'aie fait une formation en agriculture biologique et ce n'est pas facile d'en venir sur ce qu'est l’anthroposophie face à des formateurs clairement luné par des Pierre Rabbi et autres depuis un moment.<br /> Le mieux c'est de s'en tenir à un discours simple dans la recherche de la rationalité face à cela.<br /> A noter, face à cela.<br /> Et bien c'est très simple le sable coquillé c'est de la nacre, et qu'est qu'une corne de vache?<br /> Et bien de la nacre aussi. Voilà qui explique pas mal de chose, en effet la nacre permet de réduire l'acidité des sols, et c'est exactement encore la même réaction qui se fait aussi en ajoutant du calcaire à un sol acide, ce qui se fait encore.<br /> Moralité, contrairement à ce que prétendre les anthroposophes, la rationalité existe et ce n'est pas le fait de petits hommes verts ou autres, car en effet les thèses de Rudolf Steiner vont plus loin encore que de la corne de vache ou de la rotation du soleil pour faire pousser les tomates.
Répondre
M
Les substances en biodynamie ont-elles subies tous les examens nécessaires pour les produits honteusement dénommés "pesticides" ? pourquoi 2 poids et 2 mesures ? Les fournisseurs de produits "bio et/ou biodynamie" sont-ils tellement pauvres qu'ils n'osent pas faire la promotion de leurs produits, ou alors, ils font l'autruche sur leurs revenus ! Qu'ils soient plus honnêtes sur ce sujet (mais c'est tabou !). Leur fabrication n'est pas contrôlée, leur commercialisation assez opaque, leurs utilisateurs se gardent, trop souvent, de ne pas les inscrire sur le journal des cultures … et bien d'autres ! Que la règlementation soit la même pour tout le monde. Je connais des vignerons en biodynamie qui achètent du raisin ailleurs lorsque la météo n'a pas été clémente, parce qu'il faut bien vendre et cher !
Répondre
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Non, ce n'est pas la pauvreté… c'est l'impossibilité ou du moins la grande difficulté de démontrer un effet positif et une absence de nocivité. Et quelques tours de passe-passe.
E
Pourquoi vouloir empecher de telles pratiques ? Quelqu un a t il demandé aux pratiquants eux meme de s expliquer ? Je vois dans cet article un acharnement contre une pratique qui se veut bio et en lien avec son environnement. En effet, nous devrions arrêter de subventionner 2 formations qui apportent des connaissances et des reflexions differentes sur l agriculture, mais continuer a financer plus de 100 autres formations qui enseignent a leurs eleves comment pulveriser du glyphosate ? Au vu du changement climatique actuel, je tablerai plus sur de petites unites de production bien localisees comme celles promues par ces biodynamistes avec un respect du sol des vegetaux et des animaux plus qu un systeme de production qui malheureusement aujourd'hui encore ne pense qu en termes financier sans se soucier de l environnement, et qui favorise une production a l echelle de la nation (beauce = cereales, bretagne = porcs, grand ouest et montagnes =lait...). Alors si on peut resoudre nos soucis sur la relation entre la societe et la nature avec pour seuls surplus des preparations de bouses de vaches mises dans des cornes et rependues a dose homéopathique, ou est le probleme ? Et je tiens a rappeler que en france, de nombreux noms de prestiges de vignobles passent peu a peu en biodynamie... pourquoi ? Quelqu un s est il renseignė ? Et pourquoi en Allemagne, en suisse, en belgique en hollande et au Danemark la biodynamie ne subit elle aucune pression concernant une soi disant "derive sectaire" ? Bref, je trouve aberrant de toujours vouloir bloquer les initiatives que d autres tentent de mettre en place. Bonne soiree a tout le monde.
Répondre
S
@ Il est là le mardi 03 décembre 2019 à 08:00<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre tentative.
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Mais j'ai eu du mal à suivre…<br /> <br /> Résumons tout de même : si des gens veulent cultiver en suivant le cours des planètes, grand bien leur fasse. Que l'argent public finance des charlataneries, non !<br /> <br /> Quant aux noms de prestige, ils se font leur beurre sur la naïveté de leurs clients.
I
.La réponse à votre question est très simple Etpourquoipas : d'un côté des pratiques agricoles validées par les institutions scientifiques spécialisées dans la santé (Ademe) ou la recherche agronomique, de l'autre des pratiques pseudo-scientifiques non-reconnus aussi bien par les institutions de santé que la recherche agronomique, sauf par certains chercheurs de l'INRA et encore de manière plus modérée. Exemple le glyphosate qui n'est pas le croque mitaine que certains médias décrivent mais un des pesticides les moins nocifs pour la planète et la santé si utilisé avec parcimonie.<br /> <br /> " ? Au vu du changement climatique actuel, je tablerai plus sur de petites unites de production bien localisees comme celles promues par ces biodynamistes"<br /> <br /> Et vous ne balancez pas cela au pif, vous avez avec vous des travaux de chercheurs en agronomie ou de l'Académie d'Agriculture qui valident cette idée ?<br /> <br /> " Et je tiens a rappeler que en france, de nombreux noms de prestiges de vignobles passent peu a peu en biodynamie... pourquoi ? "<br /> <br /> Parce qu'ils utilisent d'autres techniques en plus type sulfate de cuivre ou du souffre pardi !<br /> <br /> " Et pourquoi en Allemagne, en suisse, en belgique en hollande et au Danemark la biodynamie ne subit elle aucune pression concernant une soi disant "derive sectaire" ? " Est-ce bien sûr ? <br /> " Bref, je trouve aberrant de toujours vouloir bloquer les initiatives que d autres tentent de mettre en place. Bonne soiree a tout le monde."<br /> <br /> C'est pas parce que qq'un lance une initiative pour lutter contre un problème que cette initiative est la bonne. Si un jour un savant décidait de créer un virus pour éradiquer la moitié de l'humanité, moi même qui suit convaincu que l'exploision démographique est un souci et une cause majeur des problèmes écologiques (sans être la seule) je bloquerai son initiative. <br /> <br /> Bonne journée à vous et au passage un petit site internet pour y voir plus clair <br /> <br /> https://labiodynamieaurisquedelanthroposophie.com/
M
Non certainement pas. Ça ne colle ni avec les définitions d'une secte ni avec celles d'un parti politique.<br /> Il n'y a en général pas de pensée unique dans un parti de pays démocratique. Allez expliquer aux membres des partis libertaires français qu'il faut obéir aux ordres du chef et essayez de sortir d'une secte...
Répondre
J
Ne pensez vous pas que les partis politiques peuvent être assimilés a une secte. Pensée unique celle du parti, obéissance à un chef , cotisation pour être membre. Le moindre désaccord et on vous jette. A méditer monsieur le sénateur
Répondre
S
@ xc le mardi 03 décembre 2019 à 19:08<br /> <br /> Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Conclusion : il y a des partis qui peuvent effectivement se faire du souci. Et, en fait, nous aussi.
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Non ! Je pense que pour bon nombre de partis, on a dépassé ce stade. Quand il y a encore un calife, il y a beaucoup d'Iznogoud… Pour la pensée, il faut souvent chercher… Et les désaccords se terminent de plus en plus en départs volontaires et atomisation. Je partage l'avis de Murps.
X
Si un parti n'a pas une "ligne" autour de laquelle peuvent se fédérer adhérents et sympathisants, des responsables pour le gérer, des représentants habilités à s'exprimer en son nom, des adhérents capables de laisser de côté leurs divergences mineures avec lui au profit de ce qui les en rapproche, alors il peut se faire du souci.