Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Interdire Noël ? Pourquoi donc ?

25 Décembre 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Risk-monger, #Activisme

Interdire Noël ? Pourquoi donc ?

 

Risk-monger*

 

 

 

 

Cet article a été publié à l'origine le 24 décembre 2012 et fait partie de la mise à jour de mon ancien site de blog [celui de Risk-monger]. Il est intéressant de voir comment, sept ans après, bon nombre de mes affirmations visant à montrer à quel point les anti-Noël étaient ridicules semblent désormais politiquement incorrectes. Comme le récit peut changer rapidement !

 

[Ma note : le titre original est « Pourquoi il faut bannir Noël ». Il n'a pas été à mon goût.]

 

 

Noël signifie carnage – c'est la grande découverte de Ferdinand le canard dans le film de 1995, Babe, le cochon devenu berger.

 

Noël est une période de consommation et, pour beaucoup d'entre nous en Occident, d'excès. Cela peut signifier trop manger (y compris du foie gras et du caviar) et trop boire, trop de cadeaux dont nous n'avons pas besoin ou que nous ne désirons pas (présentés dans un papier cadeau insensé pour cacher leur importante contribution à l'épuisement des ressources) et de longs voyages pour passer une journée avec des gens que nous pourrions plutôt ne pas voir les 364 autres jours de l'année. Nous abattons des arbres pour les mettre dans nos maisons, les parant de bibelots invraisemblables qui annoncent notre stupidité à nos voisins (dont la seule ambition, semble-t-il, est de nous battre par 12 jours de consommation électrique débridée).

 

Seul un crétin essaierait de défendre Noël comme une période écologiquement durable de l'année, et il est inutile de faire un petit effort et d'essayer de modifier quelque peu les traditions pour rendre ce jour un peu moins dévastateur pour l'environnement : si nous voulons faire notre part pour sauver la planète, il faut arrêter cette folie appelée « Noël ». La religion du consumérisme a révoqué le symbolisme chrétien avec l'histoire d'un aimable bonhomme en manteau rouge.

 

Les éco-religieux sont revenus aux traditions saisonnières païennes donc, sans pertinence religieuse, il devrait être facile et assez rationnel de bannir Noël une fois pour toutes. C'est un mythe politiquement incorrect qui n'est ni durable, ni souhaitable. Si nous abolissons Noël, nous arrêterons le consumérisme rampant, la destruction de l'environnement, la consommation malsaine et les mauvais traitements infligés aux animaux (et pas seulement aux rennes).

 

Alors pourquoi ne le faisons-nous pas ?

 

Des gens ont essayé (y compris ma célèbre belle-sœur). Je me retrouve parfois dans des conversations désagréables avec des gens qui utilisent ces arguments pour souligner leur aversion pour les traditions de Noël, la religion et, franchement, leur dégoût des autres. Ils ont été personnifiés dans des caricatures comme Ebeneezer Scrooge [le protagoniste du roman de Charles Dickens, A Christmas Carol, publié en 1843] ou le Grinch : des gens sans cœur et sans beaucoup d'esprit humain.

 

 

Si vous ne pouvez pas les vaincre…

 

Il faudrait un écologiste très courageux pour assumer cette personnalité et résister à la machine de marketing souple et vile connue sous le nom de « complexe industriel de Noël ». En bref, ils n'osent pas coller notre tradition insoutenable devant notre nez.

 

Une rapide analyse des sites Web internationaux de Greenpeace, des Amis de la Terre et du WWF ne produit pas un seul mot cette année à propos de Noël : pas de campagnes pour supplier les supporters de rendre Noël plus durable, pas d'indications sur la façon d'éviter le carnage (PeTA et Gaia en ont fait de même) – il semble qu'ils aient déjà banni Noël (ou peut-être sont-ils trop occupés à lever des fonds juste avant la date limite de la saison des « dons » déductibles d'impôt). Je comprends bien que se positionner comme le Grinch n'attire pas de dons défiscalisés, mais cela me dérange toujours. Greenpeace, les Amis de la Terre et le WWF devraient au moins essayer de nous conseiller sur la façon de célébrer Noël de manière plus durable. Peuvent-ils simplement faire semblant ?

 

 

À la Casa Monger, nous mesurons notre arbre par sa surface au sol

 

 

Cependant, le Risk-monger ne croit pas que Noël soit simplement la saison des ravages environnementaux. Les achats qu'il termine, à la dernière minute comme d'habitude, ne sont pas considérés comme un consumérisme rampant devenu fou, mais comme un moment symbolique qui concentre ses pensées vers les besoins et les intérêts de ceux qu'il aime. Les célébrations s'inscrivent dans une longue tradition d'insertion de joie et de musique au point le plus froid et le plus sombre de l'année; insufflant espoir et amour à une époque de désolation et de dépression.

 

Noël est le moment de tendre la main et d'essayer d'aider les moins bien lotis. L'espoir, la foi, la charité et l'amour ne sont pas des arguments rationnels (je concéderai ici la victoire aux écologistes), mais des arguments très humains qui aboutissent à ce concept appelé « Noël ».

 

 

Praticité c. authenticité

 

Oui, il y a des opportunistes qui utilisent Noël pour fourguer des marchandises qu'ils n'ont pas pu vendre durant l'année et beaucoup d'entre nous succombent au « consumérisme obligatoire » de la saison. Mais pouvons-nous faire quelque chose pour rendre Noël plus durable ? Avons-nous vraiment besoin d'un vrai arbre avec des guirlandes lumineuses à l'intérieur de nos maisons ? Avons-nous besoin de manger autant de nourriture riche (contraire à l'éthique) ? Avons-nous besoin de donner autant de cadeaux bon marché et inutiles ?

 

La réponse est : bien sûr que non ! Nous n'avons pas besoin de ces traditions non durables, mais le défi est celui de l'authenticité. Noël est une célébration que nous avons reçue de nos parents et que nous transmettons à nos enfants. L'adaptation de nos traditions pour suivre nos écorécits actuels peut provoquer des frictions « spirituelles », de sorte que tout changement devrait être presque imperceptible (le groupe des droits des animaux, Gaia, a fait quelque chose d'intéressant avec l'introduction du faux gras – les ONG environnementales n'ont rien fait similaire).

 

L'authenticité est un défi et un obstacle pour changer nos traditions. Ma sœur m'a donné une fois un certificat pour Noël disant qu'elle avait fait un don en mon nom à une ONG qu'elle aimait (alors que l'idée semblait noble, elle pensait à elle plutôt qu'à moi... ce qui m'a déplu, un peu comme un morceau de charbon [c'est une référence à une tradition de la Saint-Nicolas qui consiste à donner un morceau de charbon aux enfants qui n'ont pas été sages]). Les sapins de Noël en pot meurent toujours quand j'essaie de les replanter et les sapins artificiels ne reflètent pas un vrai Noël (enfin... il est aussi... artificiel). Nous pourrions simplement commander des pizzas la veille de Noël, mais ce ne serait pas une façon authentique de célébrer une occasion spéciale (et d'honorer nos ancêtres).

 

L'authenticité de la tradition sous-tend l'esprit de Noël. Les arguments rationnels ne remplacent pas toujours et ne devraient pas toujours remplacer les sentiments et les traditions du cœur.

 

 

Coupez dans la daube émotionnelle… sauf à Noël

 

Certains pourraient argumenter : « Mais M. Monger, vous prétendez toujours que nous devons minimiser les influences émotionnelles qui entravent notre prise de décision rationnelle et fondée sur des preuves, mais maintenant, la veille de Noël, vous devenez tout doux et mielleux et vous ignorez les erreurs évidentes dans nos traditions en faveur des contes et des annonces vides de sens ». C'est vrai, mais je suis généralement très dérangé et énervé par les lobbyistes environnementaux qui, avec des arguments émotionnels sans fondement, font plus de mal que de bien.

 

Je pense que stériliser Noël pour que ceux qui ont perdu cette tradition se sentent mieux ferait plus de mal que de bien à la saison de la bonne volonté. Je soupçonne les principales ONG environnementales de comprendre cela et d'avoir décidé de garder le silence au lieu d'essayer de nous conseiller de célébrer Noël de manière plus durable.

 

Ce Noël, je passerai un moment tranquille la nuit, assis au coin du feu, regardant les guirlandes lumineuses sur mon vrai arbre, pensant aux cadeaux que je dois encore acheter pour mes proches pendant que je sirote un bon vin et que je déguste une cuisine raffinée. Je ne penserai pas à quel point je ne suis pas durable dans mes choix. Mes pensées, guidées par les chants de Noël, seront dirigées vers la foi, l'espérance, l'amour et la charité.

 

Tant que les plus rationnels ne pourront pas me dépouiller de ces traditions, je voudrais souhaiter à tous le meilleur pour la période des fêtes. Adeste fideles !

 

___________

 

David pense que la faim, le SIDA et des maladies comme le paludisme sont les vraies menaces pour l'humanité – et non les matières plastiques, les OGM et les pesticides. Vous pouvez le suivre à plus petites doses (moins de poison) sur Twitter et la page Facebook de Risk-monger.

 

Source : https://risk-monger.com/2019/12/18/why-we-must-ban-christmas/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jacques Lemiere 25/12/2019 23:20

bon noel continuez ce bon boulot