Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Il n'est pas toujours facile pour les amateurs de filtrer les bonnes informations sur Internet »

28 Décembre 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Divers

« Il n'est pas toujours facile pour les amateurs de filtrer les bonnes informations sur Internet »

 

 

 

Le biologiste Volker Stollorz est un journaliste scientifique qui dirige le Science Media Center Germany, une source indépendante d'informations scientifiques. Son organisation propose des connaissances spécialisées et des avis aux journalistes chaque fois que la science fait la une des journaux.

 

 

 

Volker Stollorz, comment, selon vous, Internet a-t-il changé la façon dont les amateurs et les journalistes accèdent aux informations scientifiques ?

 

L'acquisition de connaissances s'est démocratisée. Les connaissances scientifiques sont aujourd'hui plus librement accessibles. Lorsque j'ai commencé à travailler comme journaliste scientifique en 1992, il n'y avait pratiquement pas d'Internet. Nous avions besoin de l '« Oeckl » [un répertoire de la vie publique] pour nos recherches, un répertoire d'adresses d'importantes institutions publiques. Vous les appeliez et si vous aviez de la chance, vous aviez un expert en ligne qui pouvait vous aider. La recherche d'experts est devenue beaucoup plus facile pour les journalistes, ainsi que pour les amateurs.

 

 

Le BfR est impliqué dans l'étude des risques des produits de consommation, des aliments et des produits chimiques. Comment la perception du public a-t-elle changé ?

 

La nouveauté est qu'en tant qu’institution scientifique, le BfR peut maintenant communiquer directement avec le public via Internet, alors qu'auparavant, il fallait que des journalistes ouvrent les portes. Avec certains instituts scientifiques, j'ai aujourd'hui l'impression qu'ils pensent que le simple fait de mettre leur contenu sur le Web et sur Twitter est une communication scientifique efficace à laquelle le grand public aura accès. Ce n'est bien sûr que très rarement le cas. Atteindre le grand public est un art que l'on retrouve généralement dans le journalisme.

 

 

Internet a facilité l'accès aux connaissances – cela présente-t-il aussi des inconvénients ?

 

Dans leurs relations avec la science, les amateurs, et souvent aussi les journalistes professionnels, sont facilement sensibles à l'illusion d'avoir compris quelque chose sans que ce soit le cas. Ils ne sont pas conscients de leur propre incompétence dans l'évaluation des connaissances. Filtrer ce qui est correct, important et utile dans le processus de prise de décision à partir du flot d'informations qui circule sur Internet n'est pas facile pour le profane. Cela peut fonctionner, mais cela peut aussi échouer de façon spectaculaire.

 

 

Que peut-on faire à ce sujet ?

 

Ce qu'il faut avant tout, ce sont des institutions dignes de confiance à travers lesquelles des informations correctes et importantes sont mises à disposition et qui fournissent des preuves crédibles. Il vous reste cependant à les trouver dans la « jungle » d'Internet, car de nombreux groupes d'intérêt disposant de ressources abondantes sont également présents. Ils ne se soucient pas de produire des informations correctes, importantes et utiles, tout ce qui les intéresse, c'est la publicité et, dans le pire des cas, la désinformation. Le journalisme, en tant que portier, faisait tout simplement office de filtre pour écarter une grande partie des « déchets d'information ». Les personnes qui contemplent la crise des médias journalistiques avec schadenfreude devraient s'en souvenir.

 

 

À propos des fake news : où est la frontière entre la liberté d'expression et la propagation intentionnelle de faussetés ?

 

Je ne suis pas fan de cette expression, je préfère parler de désinformation dans le sens de « la science ne sait pas exactement non plus, donc, pour commencer, nous ne devrions rien faire ». L'industrie du tabac a été extrêmement efficace face aux risques pour la santé du tabagisme passif. Nous devons bien sûr faire la distinction entre opinion et information. Aucune loi n'empêche les gens de croire à un non-sens scientifique complet, mais à mon avis, la diffusion délibérée de fausses informations ne relève pas, dans une large mesure, de la liberté d’exprimer une opinion. Il y a des limites ici. Un fabricant de produits pharmaceutiques n'est pas autorisé à prétendre non plus que son médicament peut guérir le cancer si ce n'est pas le cas.

 

 

Les fausses nouvelles ne sont-elles pas un peu dépassées ? Les gens ont toujours caché, déformé ou falsifié les faits quand cela leur convenait.

 

Sans aucun doute, il y a toujours eu de la propagande. Aujourd'hui, cependant, il est possible d'approcher certains groupes de la population en ligne sans que le reste du monde s'en aperçoivent. Tout le monde dans les réseaux sociaux vit dans sa propre petite bulle où ils sont nourris avec des « informations » spéciales et ne sont plus directement impliqués dans les opinions des autres. Je pense que cela sera extrêmement dangereux pour la démocratie si nous n’apprenons pas à y faire face.

 

Ce qu'il faut, ce sont des institutions fiables qui fournissent des informations correctes et importantes.

 

 

Les médias sont également critiqués ; ils sont accusés de partialité et de manipulation. Cela ne devrait-il pas être un sujet de réflexion ?

 

La lutte pour les clics met le journalisme sérieux sous pression. Il n'est pas possible de se procurer des informations scientifiquement fiables dans un court laps de temps – nous parlons parfois d'une question de secondes ici – ou de mettre des experts crédibles devant un microphone. En tant qu'institutions obligées de rechercher la vérité, le journalisme et la science sont ici fondamentalement dans une position similaire.

 

 

De quelle manière ?

 

La science ne peut pas non plus simplifier des informations complexes au point de tomber finalement dans l'erreur. Elle doit aussi communiquer l'incertitude, car la science doit également faire face à une perte de confiance. Elle est souvent accusée d'avoir été « achetée ». Cependant, s'il ne s'agit plus de rechercher des connaissances fiables et que la seule discussion porte sur la lutte entre intérêts, la communication démocratique n'est plus possible.

 

______________

 

Pour plus d'informations : www.sciencemediacenter.de

 

Source : magazine scientifique BfR2GO, 2019-1, https://www.bfr.bund.de/cm/364/bfr-2-go-issue-1-2019.pdf

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

guss 01/01/2020 15:08

"C'est l'invasion des imbéciles."

Effectivement, ici même nous constatons des spécimens capables de faire la promotion des poisons pesticides et saletés OGM.
Voir certains prix Nobel comme ensorcelés par ces même spécimens est immense désolation; notre civilisation est bien sur la mauvaise pente .

Il est la 01/01/2020 15:46

Lire votr commentaire le redonne espoir en notre civilisation Gugus je vous remercie

guss 29/12/2019 17:56

@Il est là, votre démarche d’orienter les lecteur vers ce blog démontre plutôt bien que vous ne connaissez rien et que vous ne comprenez même pas à moitié les questions d’agronomie; sinon vous auriez au minimum honte de cette démarche car vous orienté les gens vers la désinformation la plus grande. (c’est un empilement de glanes; mais surtout un véritable amas de fackes news agricole)
Dans le cas contraire vous seriez le parfait collabo de lobbyistes promoteurs d’une forme d’agriculture socialement, durablement, écologiquement dévastatrice.
Ce qui dans votre domaine de prédilection ne devrait d’ailleurs pas vous échapper.

Il est la 01/01/2020 15:45

Ok Seppi je l envoie a vous et a Hbsc Xris des la fin de cette semaine

Seppi 01/01/2020 14:12

@ Il est là le lundi 30 décembre 2019 à 09:31

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Je ne vais pas dire a priori que je suis preneur, les sujets à traiter étant tellement nombreux. Mais pourquoi pas… Envoyez-le aussi à HBSC par l'onglet "contact".

Il est là 30/12/2019 09:31

Ah mon cher Gugus

En fait c'est justement au moment où je n'y connaissais rien du tout que j'orientais les gens vers les mouvements biotausaurus, c'est à partir du moment où j'ai commencé à faire qq recherches que j'ai commencé à orienter les gens vers des institutions comme l'Académie d'Agriculture, l'INRA ou le blog de Seppi. ET lire le blog d eSeppi m'a d'ailleurs permi de me rendre compte à quel point les biotausaurus 'nont pas d'autres arguments que les insultes et les appels à la nature belle et douce mais qu'on sait pas trop ce que c'est. Du coup maintenant et bien disons que je comprends à 10% les enjeux agricoles et la recherche en agronomie. Du coup je dois être collabo ;)

Pour mon domaine de prédilection... et bien je ne suis pas historien de l'agriculture contrairement à Hbsc Xris, je suis de formation historien du fait politique, du fait religieux et de la presse au XIXème siècle, alors certes en étudiant la presse d'époque j'ai eu des choses à dire sur l'agriculture mais je ne suis pas vraiment pas un spécialiste de l'histoire de l'agriculture. Par contre étudier la presse du XIXème siècle m'a permis de me rendre compte que déjà à l'époque les citadins étaient pleins de clichés sur les paysans et que les journalistes parlaient déjà avec autorité d'un domaine qu'ils ne connaissaient que fort peu.

Si ca vous intéresse @Seppi je pourrai vous envoyer le passage de mon mémoire de recherche où je parle de l'analyse de la paysannerie par les deux journaux de droite que j'ai étudié pour mon mémoire de 1848 à 1870 ;)

Seppi 29/12/2019 19:19

@ guss (email) le dimanche 29 décembre 2019 à 17:56

Bonjour,

Merci pour votre commentaire (si, si…).

L'arsenal rhétorique est largement pourvu…

Vous devez avoir ces très solides compétences que vous déniez à "il est là" pour sortir une telle artillerie...

Il est là 29/12/2019 11:33

Je suis bien d'accord avec ce bonhomme, le gros souci d'internet est que les gens pensent qu'ils sont aussi calés que les experts pour parler avec autorité de tous les domaines des sciences dures et humaines. Or, en l'absence de compétences nécessaires, quand on aborde un domaine scientifique en science humaine ou dur sans avoir la formation nécessaire pour l'aborder, on ne comprend qu'à moitié. Perso dans ma vie privée de tous les jours, je ne parle pas beaucoup des sciences agronomiques car je n'ai aucune compétence en agronomie, alors quand des gens me posent des questions dessus je leur suggère d'allez voir de bonnes sources comme le blog de Seppi. Dans ma vie de tous les jours, je parle surtout des domaines où j'ai une expertise : l'histoire et les archives ;)

Seppi 29/12/2019 19:02

@ Il est là le dimanche 29 décembre 2019 à 11:33

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

"Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d'imbéciles qui, avant, ne parlaient qu'au bar, après un verre de vin et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite alors qu'aujourd'hui ils ont le même droit de parole qu'un prix Nobel. C'est l'invasion des imbéciles."

Umberto Eco