Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les agriculteurs reçoivent 12 cents de chaque dollar consacré au repas de Thanksgiving

24 Novembre 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Economie

Les agriculteurs reçoivent 12 cents de chaque dollar consacré au repas de Thanksgiving

 

AGDAILY Reporters*

 

 

Image de Bochkarev Photography, Shutterstock

 

 

Les agriculteurs et les éleveurs gagnent seulement 12,1 cents sur chaque dollar dépensé par les consommateurs pour leur dîner de Thanksgiving, selon l'édition annuelle de Thanksgiving de Farmer's Share [la part de l'agriculteur], la publication de la National Farmers Union. Le numéro très populaire de Thanksgiving de Farmer’s Share compare le prix de vente au détail des articles des dîners de fête traditionnels au montant que l’agriculteur reçoit pour chaque article qu’il cultive ou élève.

 

« Alors que nous nous réunissons autour de la table du dîner de Thanksgiving cette année, nous devrions prendre le temps de saluer et remercier les agriculteurs et les éleveurs familiaux qui fournissent nos repas de Thanksgiving », a déclaré le président de la NFU, Roger Johnson. « Alors que le coût des aliments festifs continue de baisser pour les consommateurs, les revenus des familles d'agriculteurs et d'éleveurs américains ont chuté de manière spectaculaire au cours des sept dernières années. Nous sommes au cœur du pire ralentissement économique des exploitations agricoles depuis des générations et nous espérons que Farmer's Share pourra aider à illustrer ce fait auprès du grand public. »

 

En moyenne, les agriculteurs reçoivent 14,6 cents de chaque dollar dépensé par les consommateurs tout au long de l'année, tandis que plus de 85 % du coût des aliments couvrent la commercialisation, la transformation, la vente en gros, la distribution et la vente au détail. Comme le montre le Thanksgiving Farmer's Share, la part des agriculteurs est encore plus faible pour les produits alimentaires de Thanksgiving.

 

Les producteurs de blé ont touché en moyenne un maigre 0,03 dollar sur 12 petits pains vendus 2,669 dollars dans le commerce de détail. Les producteurs de lait n'ont reçu que 1,66 dollar pour un gallon de lait de 4,59 dollars. Et les producteurs de dinde, qui élèvent le plat de base de Thanksgiving, n'ont reçu que 0,06 dollar pour une livre vendue au détail à 1,49 dollar. Johnson affirme que le chiffre de 0,06 $ – bien que saisissant à lui seul – est particulièrement effarant quand on sait que les intégrateurs de volaille ont pris 0,62 dollar la livre.

 

« Les grands intégrateurs qui contrôlent les marchés de la volaille ont utilisé leur grand pouvoir de négociation pour supprimer les gains des hommes et des femmes qui élèvent nos poulets et nos dindes tout en se faisant des profits record », a déclaré Johnson. « Alors que les producteurs de volaille prennent tous les risques de la production, ils ne reçoivent que 5 à 6 cents la livre pour les dindes et les poulets. Les intégrateurs prennent les mêmes dindes et poulets, les traitent, puis décuplent leur prix de vente. »

 

Thanksgiving offre une occasion de sensibiliser les gens à la production alimentaire, y compris aux idées fausses sur les coûts des aliments, a expliqué Johnson. « Les agriculteurs et les éleveurs jouent le rôle le plus précieux dans la production de la nourriture servie lors des dîners de fête, mais ils ne gagnent que quelques sous pour leurs produits. La part de l’agriculteur dans le dollar consacré à l’alimentation au détail continue de baisser d’une année à l’autre, alors que les entreprises du secteur alimentaire enregistrent des profits record et que les exploitants vendent les fermes familiales. Ce n'est certainement pas ce que le consommateur veut, mais c'est ce qui se passe dans les coulisses de ses jours fériés de Thanksgiving. »

 

Johnson a exhorté les consommateurs à prendre note de ce qui se passe dans le système alimentaire et à soutenir les politiques qui bénéficient aux agriculteurs et aux éleveurs familiaux. Les personnes intéressées peuvent en apprendre davantage sur NFU.org.

 

Farmer's Share est fondé sur des calculs tirés du rapport mensuel sur les prix de l’agriculture établi par le Service National des Statistiques Agricoles du Département de l’Agriculture des États-Unis et sur des prix calculés pour les produits d’épicerie courants au supermarché Safeway. La part de l'éleveur dans les ventes au détail de dinde est communiquée par la Contract Poultry Growers Association of the Virginias, les données nationales sur les prix à la ferme de la dinde ne reflétant pas le montant reçu par les producteurs.

 

La Thanksgiving Farmer's Share peut être consultée et téléchargée ici [ou voir ci-dessous].

 

_____________

 

* Source : https://www.agdaily.com/news/farmers-12-cents-thanksgiving-dollar/

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Excellent article qui montre à quel point les prix payés aux agriculteurs et aux éleveurs sont bas, tandis que transformateurs et revendeurs, font un jackpot. Et tandis qu'il existe un commerce équitable des produits exotiques : café, chocolat, etc... il n'existe aucune démarche similaire en faveur des agriculteurs français. A quand le commerce équitable pour l'éleveur laitier, pour l'éleveur à viande, pour le maraicher, pour le céréaliculteur ? A quand un double affichage des produits : "xx payé au producteur" ? Est-il normal que des éleveurs laitiers français vivent avec moins de 500 euros par mois, des éleveurs de volaille avec moins que le smic ou que des maraichers qui font la semaine de 35h en 2 jours peinent à atteindre les 1200 euros mensuels (et souvent moins) ? Et je ne parle pas de ces pauvres gosses à qui on a vidé le cerveau et que des marchands de rêve exploitent dans leurs fermes modèles, sous prétexte de formation, avant des les envoyer s'auto-détruire physiquement, moralement et financièrement en faisant du bio. Une honte.
Répondre
S


@ Hbsc Xris le mardi 26 novembre 2019 à 03:05

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Gil Rivière-Wekstein vient de produire "L’État, le grand gagnant de la loi Egalim"

https://www.agriculture-environnement.fr/2019/11/25/etat-le-grand-gagnant-de-la-loi-egalim

Un autre caillou dans la chaussure du gouvernement...
H
Ce que vous dites est complètement pertinent Seppi, surtout si on pense aux coûts des infrastructures tant des industries de transformation que de la grande distribution ainsi qu'au coût de la main d'oeuvre.
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Je pense que le jackpot, c'est en France pour le consommateur et pour le gouvernement. Les profits des transformateurs et de la grande distribution ne sont pas mirobolants, contrairement à ce qu'on nous raconte.

Le gouvernement, incapable de produire une politique stimulant l'activité économique (pour l'agriculture, il s'emploie même à la détruire…), est ravi que la grande distribution se fasse la guerre des prix. Quand on ne peut pas distribuer des hausses de pouvoir d'achat, les prix bas sont pain bénit.

"xx payé au producteur" créerait de gros problèmes… enfin pas insurmontables pour les députés qui font preuve d'une grande inventivité quand il s'agit de trouver les propositions les plus stupides. Mais cela n'empêcherait en rien les producteurs de publier les chiffres, par exemple sous forme de publicités.

Pour la honte, je vais avoir un article dans les cartons.