Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Arrêt des produits phytos (pas bio et bio) : que se passerait-il ?

27 Octobre 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Pesticides

Arrêt des produits phytos (pas bio et bio) : que se passerait-il ?

 

Glané sur la toile 426

 

 

Que se passerait-il si on arrêtait complètement les produits phytosanitaires ?

 

Le gazouilleur AgriBio a répondu par un fil assez complet, abordant les points les plus importants.

 

 

(Source)

 

 

C'était en réponse à un gazouillis que nous oserons qualifier de crétin, une opinion qui rejoint sans doute celle, un peu plus développée, de M. Alexandre Carré. Une opinion confortée par la suite des échanges sur ledit fil, dans lequel est développé un consternant cocktail d'arrogante suffisance et d'abyssales insuffisances...

 

 

(Source)

 

 

Au moins aurons-nous eu un fil twitter d'un agriculteur dont on ne saurait prétendre qu'il défend sa chapelle, si tant est qu'il en ait une – autre que la rationalité, s'entend.

 

Deux gazouillis pour gourmets, le troisième étant un constat dont nous devrions tous être preneurs :

 

 

 

 

J'ai tout de même été un peu surpris de lire : « En bio il existe des produits phyto pour le taupin ». Il me semble qu'il manque la négation. Du coup, je suis allé fureter. Et j'ai trouvé une perle :

 

« Arvalis teste également depuis deux ans des méthodes de lutte alternatives aux pesticides. Dans leurs essais, l’épandage de 120 kg de blé incorporé à 15 cm avant le semis du maïs donne des résultats aussi performants que les meilleurs traitements de semences chimiques. En effet, cet épandage de blé attire les ravageurs et permet à la culture de maïs de prendre suffisamment d’avance pour résister aux attaques postérieures éventuelles. »

 

Avez-vous bien lu ? 120 kg de blé, c'est en gros 144 kg de pain, en gros la consommation annuelle de 2,6 personnes. Tout ça pour se passer d'un pesticide* (* de synthèse) et ne pas pécher contre le catéchisme du bio...

 

Et avez-vous encore bien lu ? Semer à 15 cm... combien de gazole ?

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

yann 29/10/2019 09:22

L'INRA et le CNRS en laissant divaguer dans leurs rangs de faux chercheurs mais vrais militants qui ne cherchent plus de réponses a leurs questions mais des preuves de leurs croyances qu'ils finissent par trouver dans des corrélations empiriques aperçus dans des tableau de nuages de points "patatoïde" donnant des droites de régressions fantomatiques deviennent méprisables et une honte pour la recherche française. Arvalis ne semble pas être tomber dans se travers et continue de montrer un pragmatisme certain envers les techniques/sciences de l'agronomique. Ils sont néanmoins financé par des fonds publics et restent aux ordres. Mais j'ai pu constater un certain nombres de fois leurs capacité a ne pas "fâcher "leurs financeurs par des "habilités" de langage sans pour autant raconter de bêtises lors de conférences entre autre. Leurs discours sur l'intérêt des mélanges de semences en culture de blé tendre qui baisseraient l'utilisation des pesticides en est un exemple. Lors de comptes rendus de leurs expérimentations, ils noient le poisson sans vexer les croyants ni leurs donneurs d'ordres mais sans affirmer de bêtise sur cette solution que beaucoup voudraient miraculeuse. En "OF" les ingénieurs avec qui je discute sont furieux de devoirs tous les ans remettre en place des essais pour arriver à trouver un intérêt technico économique à cette pratique. Ils ont même l'impression d'être prit pour des "cons" de devoir retravailler une question dont ils ont la réponse depuis des années. Avec des centaines d'essais, répartis sur toute la France, depuis plus de 20 ans et une puissance statistique énormes ils connaissent le résultat qui est qu'il n'y a pas d'intérêt mais doivent tous les ans sur ordre, revérifier pour essayer d'en trouver un. Pour eux c'est une perte de temps, d'argent et ce n'est surtout plus une question dont on n'a pas la réponse et ils auraient mieux a faire que de chercher des preuves qui n'existe pas!

max 27/10/2019 18:00

"Arvalis teste également depuis deux ans des méthodes de lutte alternatives aux pesticides. Dans leurs essais, l’épandage de 120 kg de blé incorporé "
C'est les mêmes qui disent que l'on gâche de la surface avec l'élevage en les nourrissant soi-disant avec des récoltes prévue pour l'homme. Et la gâcher 120 kg de blé ça passe.

Il est la 27/10/2019 11:13

Beau twitt de cet agricilteur. Mais Alexandre Carre a raison tant que science po invitera des biotausaurus comme vendana shiva les dirigeants ne rallieront jamais une agriculture scientifique. Donc la tentative est belle mais les résultats seront limités

Francois Brethes 27/10/2019 22:53

@ max: Arvalis est un institut technique semi-public, présidé par une agricultrice, financé principalement par une taxe sur les principales productions végétales. Même si ses recherches et expérimentations doivent inéluctablement aller, plus ou moins, dans le sens du vent politique, il m'étonnerait qu'Arvalis ait un jour affirmé que l'élevage gâcherait de la surface et "des récoltes prévues pour l'homme"! Par contre, il est certain que ce genre d'expérimentation nourrit les fantasmes des opposants aux pesticides.Pour autant, cet institut, au service de tous les agriculteurs, doit leur trouver des solutions alternatives pratiques, quand d'autres s'évertuent à interdire les solutions les meilleures.