Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Véganisme, alimentation à base de produits végétaux et santé du cerveau

11 Septembre 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #article scientifique, #critique de l'information, #alimentation

Véganisme, alimentation à base de produits végétaux et santé du cerveau

 

 

 

 

Un bon article de Médisite

 

Médisite a publié le 2 septembre 2019 un article documenté et sourcé, avec un conditionnel journalistique de prudence, « Le régime vegan serait néfaste pour votre cerveau ». En résumé :

 

« Le régime végan, appelé couramment régime vegan, consiste à éliminer tout aliment provenant de l’exploitation animale. Exit la viande, le poisson, les œufs, le beurre, le fromage, le lait ou encore le miel ! S’il fait de plus en plus d’adeptes, ce régime est largement controversé. Dernièrement, un médecin alerte sur ses risques sur notre cerveau. »

 

 

L'article scientifique

 

Le médecin lanceur d'alerte est Mme Emma Derbyshire, qui a publié « Could we be overlooking a potential choline crisis in the United Kingdom? » (Pouvons-nous passer à côté d'une éventuelle crise de la choline au Royaume-Uni ?) dans BMJ Nutrition, Prevention & Health

 

En voici le résumé :

 

« La choline peut être assimilée aux acides gras oméga-3 en ce qu’il s’agit d’un nutriment "essentiel" qui ne peut pas être produit par le corps en quantités suffisantes pour les besoins de l’homme.

 

L'Institute of Medicine (IOM)1 des États-Unis et l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA)2 admettent que la choline joue un rôle important dans le corps humain et ont établi des valeurs de référence alimentaires. L'American Medical Association3 a publié en 2017 un nouvel avis indiquant que les suppléments de vitamines prénatals devraient contenir des quantités de choline "fondées sur des preuves". De même, l'American Academy of Paediatrics4 5 (à partir de 2018) a invité les pédiatres à aller au-delà de la simple recommandation d'un "bon régime alimentaire" et de veiller à ce que les femmes enceintes et les jeunes enfants aient accès à des aliments qui fournissent des quantités adéquates de nutriments "constructeurs du cerveau", la choline étant répertorié comme l'un d'entre eux.

 

Malheureusement, au Royaume-Uni, la choline n'est pas encore incluse dans les bases de données sur la composition des aliments, les principales enquêtes sur la nutrition ni les recommandations officielles. Le présent article traite de la situation actuelle de la choline et explique pourquoi il faut faire davantage pour inclure et surveiller cet élément nutritif essentiel au Royaume-Uni. »

 

Voici les références citées :

 

  1.   Institute of Medicine. Food and Nutrition Board (1998) Dietary Reference Intakes: Thiamin, Riboflavin, Niacin, Vitamin B6, Folate, Vitamin B12, Pantothenic Acid, Biotin, and Choline. In: . Washington, DC: National Academies Press, 1998. Google Scholar

 

  1.   European Food Safety Authority. Dietary reference values for choline. EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (NDA) EFSA Journal 2016;14. Google Scholar

 

  1.   American Medical Association (2017) AMA backs global health experts in calling infertility a disease. Available: https://www.ama-assn.org/delivering-care/public-health/ama-backs-global-health-experts-calling-infertility-disease [Accessed 29th April 2019]. Google Scholar

 

  1.   American Academy of Pediatrics (2018) food for thought: AAP aims to ensure kids get key nutrients for brain development. Available: https://www.aap.org/en-us/about-the-aap/aap-press-room/Pages/Food-for-Thought-AAP-Aims-to-Ensure-Kids-Get-Key-Nutrients-for-Brain-Development.aspx [Accessed 29th April 2019]. Google Scholar

 

  1.   Schwarzenberg SJ , Georgieff MK , Committee on Nutrition . Advocacy for improving nutrition in the first 1000 days to support childhood development and adult health. Pediatrics 2018;141:e20173716–10. doi:10.1542/peds.2017-3716 Abstract/FREE Full Text Google Scholar

 

 

Un article de vulgarisation dans Neuroscience News

 

Neuroscience News a produit un article de vulgarisation, « Vegan and Plant-Based Diets Worsen Brain Health » (les régimes végans [ou végétaliens, le véganisme poussant le refus des produits animaux à des domaines autres que l'alimentation] et à base de végétaux aggravent la santé du cerveau).

 

En voici le texte :

 

« Résumé : Selon des chercheurs, un régime végan ou à base de plantes peut être mauvais pour la santé de votre cerveau, surtout si votre apport en choline est déjà faible.

 

Source: BMJ

 

La dynamique derrière le passage à des régimes à base de végétaux et végans pour le bien de la planète est louable, mais risque d'aggraver une consommation déjà faible d'un nutriment essentiel impliqué dans la santé du cerveau, avertit une nutritionniste dans le journal en ligne BMJ Nutrition, Prevention & Health .

 

Pour aggraver les choses, le gouvernement britannique n'a pas recommandé ni surveillé les niveaux alimentaires de cet élément nutritif – la choline – qui se trouve principalement dans les aliments d'origine animale, a déclaré la Dr Emma Derbyshire, de Nutritional Insight, une société de conseil spécialisée dans les domaines de la nutrition et des sciences biomédicales.

 

La choline est un nutriment alimentaire essentiel, mais la quantité produite par le foie ne suffit pas à satisfaire les besoins du corps humain.

 

La choline est essentielle à la santé du cerveau, en particulier pendant le développement du fœtus. Elle influence également la fonction hépatique, avec des déficiences liées à des irrégularités dans le métabolisme des graisses sanguines ainsi qu'à des dommages cellulaires causés par les excédents de radicaux libres, écrit le Dr Derbyshire.

 

Les principales sources alimentaires de choline se trouvent dans le bœuf, les œufs, les produits laitiers, le poisson et le poulet, tandis que des concentrations beaucoup plus faibles se retrouvent dans les noix, les haricots et les légumes crucifères tels que le brocoli.

 

En 1998, reconnaissant l’importance de la choline, l’US Institute of Medicine a recommandé des doses journalières minimales. Celles-ci vont de 425 mg/jour pour les femmes à 550 mg/jour pour les hommes, et 450 mg/jour et 550 mg/jour pour les femmes enceintes et les femmes allaitantes, respectivement, en raison du rôle essentiel joué par l'élément nutritif dans le développement du fœtus.

 

En 2016, l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments a publié des besoins quotidiens similaires. Cependant, des enquêtes nationales sur l'alimentation menées en Amérique du Nord, en Australie et en Europe montrent que l'apport habituel en choline est en moyenne en deçà de ces recommandations.

 

« C’est… inquiétant, étant donné que la tendance actuelle semble être à la réduction de la viande et à des régimes à base de plantes », explique le Dr Derbyshire.

 

Elle félicite le premier rapport (EAT-Lancet) visant à élaborer un plan alimentaire sain basé sur la promotion de la durabilité environnementale, mais suggère que les apports limités en lait entier, en œufs et en protéines animales recommandés pourraient affecter l'ingestion de choline.

 

Et elle ne comprend pas pourquoi la choline ne figure pas dans les recommandations alimentaires britanniques ni dans les données nationales de suivi de la population.

 

« Compte tenu des rôles physiologiques importants de la choline et de l’autorisation de certaines allégations de santé, on peut se demander pourquoi la choline a été négligée pendant si longtemps au Royaume-Uni », écrit-elle. « La choline est actuellement exclue des bases de données sur la composition des aliments du Royaume-Uni, des principales enquêtes sur l'alimentation et des recommandations en matière d'alimentation », ajoute-t-elle.

 

 

Les principales sources de choline alimentaire se trouvent dans le bœuf, les œufs, les produits laitiers, le poisson et le poulet, tandis que des concentrations beaucoup plus faibles se retrouvent dans les noix, les haricots et les légumes crucifères tels que le brocoli. L'image est dans le domaine public.

 

 

Il serait peut-être temps, suggère-t-elle, que le Comité Consultatif Scientifique indépendant sur la Nutrition du gouvernement britannique renverse cette tendance, d’autant plus que l’importance de la choline pour la santé humaine et les inquiétudes grandissantes concernant la durabilité de la production alimentaire de la planète sont de plus en plus importantes.

 

« Il reste encore beaucoup à faire pour sensibiliser les professionnels de la santé et les consommateurs à l’importance d’un régime alimentaire riche en choline et aux moyens d’y parvenir », écrit-elle.

 

« Si la choline n'est pas obtenue dans les quantités nécessaires à partir de sources alimentaires proprement dites, des stratégies de supplémentation seront nécessaires, en particulier en ce qui concerne les étapes clés du cycle de vie, telles que la grossesse, lorsque les apports en choline sont essentiels au développement du nourrisson », conclut-elle.

 

 

La flak végane : « mensonges et propagande »...

 

Il va sans dire que cet article a reçu un tir nourri de flak végane. L'article publié dans BMJ Nutrition, Prevention & Health vient avec une déclaration d'intérêts :

 

« Clause de non-responsabilité : ED a siégé aux comités consultatifs sur la choline, mais n'a pas reçu de financement pour la rédaction de cet article ni pour ses frais de publication en libre accès.

 

Intérêts concurrents : ED a écrit cet article de manière indépendante et n'a pas reçu de financement pour l'écrire. Il a été écrit uniquement pour sensibiliser le public à la choline. Elle a toutefois prodigué des services de consultance et de conseil aux groupes suivants : The Meat Advisory Panel, Marlow Foods (Quorn), the Health Supplement Information Service et the British Egg Information Service, entre autres.

 

Provenance et examen par les pairs : Non commandé et non examiné par des pairs de l'extérieur. »

 

 

Pour rappel : le régime recommandé par la Commission EAT-Lancet

 

« EAT est une fondation internationale à but non lucratif crée par la Stordalen Foundation, le Stockholm Resilience Centre et le Wellcome Trust dans le but de catalyser une transformation du système alimentaire. »

 

La choline est essentiellement apportée par les aliments d'origine animale ? Le Commission EAT-Lancet – une entité autoproclamée – recommande des apports journaliers de 250 grammes de produits laitiers et 84 grammes de viande/oeufs/poisson (dont 14 grammes de bœuf/porc/agneau).

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article