Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Pourquoi il faut manger moins de viande » dans le Parisien ? Pourquoi il faut gober moins de bobards...

28 Septembre 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Alimentation, #élevage

« Pourquoi il faut manger moins de viande » dans le Parisien ? Pourquoi il faut gober moins de bobards...

 

Glané sur la toile 404

 

 

« Pourquoi il faut manger moins de viande », publié par le Parisien sous la signature de Mme Émilie Torgemen est encore un de ces articles vite torchés en alignant quelques lieux communs vite trouvés sur la toile et tenant de la contre-vérité ou de l'information fallacieuse.

 

En chapô :

 

« L’élevage est responsable d’une grande part des émissions de gaz à effets de serre et de la consommation d’eau. L’alimentation animale est aussi en cause dans la déforestation. »

 

Tout est dit, ou presque... Il y a aussi cette belle « infographie »

 

 

 

 

Mais qu'apprend-on dans les écoles de journalisme ? La source, Jiminis, est un marchand de produits à base d'insectes qui s'est prétendument donné une « mission » : « changer (un peu) le monde et faire entrer petit à petit les insectes dans notre alimentation. » Fiable, la source ? Fiable l'infographie ? Il y a sur le site de Jiminis un graphique avec des chiffres différents pour la « consommation » d'eau.

 

 

 

 

Et pour en rester aux histoires d'eau, les chiffres qui sont régulièrement balancés sont hautement contestables. Ils sont issus de la méthode Waterfootprint qui comptabilise tout comme une « consommation ». Dans le cas des bovins, quelque 94 % de la « consommation » correspond à l'eau de pluie (ou d'irrigation, eau elle-même issue de la pluie, qui peut être très ancienne si l'eau a été puisée dans une nappe fossile) qui a servi à produire les fourrages.

 

L'eau de pluie, si elle n'avait pas servi à la production de fourrage, aurait aussi été « consommée ». Ou, dit autrement, l'eau de pluie a été valorisée par l'élevage.

 

Mais la plupart des journalistes s'abreuvent aux seules sources qui débitent les âneries collant avec leurs partis pris (et les attentes du lectorat et, partant, de la direction et des soutiens financiers).

 

M. Benoît Rouillé, responsable de projets à l'Institut de l'Élevage, a produit un petit fil Twitter avec des explications illustrées telle que la suivante.

 

 

 

 

Pour le reste des explications allez sur site.

 

Dans cet article, nous aurons échappé à l'invitation de passer aux modes alimentaires végétaux :

 

« Faut-il supprimer l'élevage pour autant ? Ce n'est pas la position du WWF. "Si on veut développer l'agriculture bio, il faut de l'élevage, ne serait-ce que pour avoir en quantité suffisante de l'engrais organique, c'est-à-dire à base de déjections", insiste Arnaud Gauffier, co-directeur des programmes de l'ONG au panda. »

 

Encore une idée largement répandue. L'« engrais organique », c'est des éléments fertilisants pris sur un champ ou un pré pour en alimenter un autre. On prélève sur l'un pour enrichir l'autre, et une partie des éléments s'en va avec la vente des produits de la ferme.

 

Par ailleurs, selon M. Gérard Cagna, « sociologue de l'alimentation » – il serait plutôt chef cuisinier –, notre alimentation serait « à plus de 60 % d'origine animale ». Ce chiffre est curieux, pour tout dire invraisemblable. Selon ce site – qui référence ses sources – la part des produits d'origine animale dans les disponibilités serait de 34 % pour les calories et 63 % pour les protéines en France.

 

Et, bien sûr, nous sommes gratifiés de la fable du « poumon de la planète » pour aboutir à :

 

« Conclusion, pour lutter contre le réchauffement, on ne remplace pas le bœuf par le poulet, on baisse sa consommation de toutes ces espèces. »

 

Encore un effort, et nous aurons une police de l'assiette.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Hbsc Xris 28/09/2019 20:21

Ah et j'oubliais : rappelons que le maraichage en serre (bio y compris) c'est en moyenne, à peu près 0,7 m3 d'eau au m2/an, et environ 1m3 au m2 pour des plantes très consommatrices comme des melons.
Donc en retirant 1/4 à l'hectare pour les allées, cela fait entre 5250m3 et 7500m3 /ha/an.
Parlons en litres comme l'infographie, histoire de faire peur : entre 5 250 000 litres et 7 500 000 litres /ha/an. Vite, refusons de manger des légumes poussés en serres !

jean 28/09/2019 22:39

Dans ma région les précipitations annuelles sont en moyenne de 900 mm c'est a dire sur 1 m2 vous récupérez 90 cm d'eau soit 900l/ an ou 9 millions de litres a l'ha.1mm de pluie c'est 10m3 à l'ha
Nous pourrions reprendre les élucubrations des écologistes et attribués au 60 millions de Français la consommations de la totalités des précipitations sur nos 550 000 km2 .avec 900 mm j'arrive au petit chiffre de 8100 m3 par personne et par an!!!!

Hbsc Xris 28/09/2019 20:09

Infographie totalement ahurissante ! Bon, je n'élève pas des bovins, mais je suis "encerclée" d'amis éleveurs bovins qui me commentent souvent leurs ventes. Il faut entre 1ha et 2ha à l'année en plein air intégral pour nourrir un bovin. Cela dépend de la richesse du pâturage, du régime des précipitations et de l'habilité de l'éleveur à gérer ses parcelles en alternant beaucoup. En viande, un bovin part à 6-8 mois en veau et vers 2-3 ans en boeuf. A cet âge, on en tirera à peu près 200 kg en viande sur 600 kg en vif. Donc prenons le pire cas de figure, 3 ans à nourrir pour 6 ha consommés : à 26 gr de protéines les 100 gr de viande bovine, cela fait 52 kg de protéines pour 200 kg de viande, donc 8,6 kg de protéines à l'hectare.
Sur très bonne pâture, on doit arriver au double 16 kg de protéines à l'hectare.

Seppi 04/10/2019 14:02

Bonjour,

Merci pour votre série de compléments.

Je tire mon chapeau…

Pour les légumes, il faudrait aussi cesser de manger ceux de plein champ : ils auront nécessité à peu près autant d'eau.

Il est là 28/09/2019 14:52

Perso je ne désapprouvepas cet article. Il rappelle bien que le positionnement de la majoritré des chercheurs est de dire qu'il faut manger moins de viande et pas forcément de tout supprimer. Après oui dommage qu'il fassse appel au témoignage de la WWF au lieu d'appeler des chercheurs enagronomie alors que nous en avons de très bon en France.

Par contre oui je trouve dommage qu'il nous sorte cette infographie qui reprend le sempiternel raccourci des 15 000 litres d'eau. Mais bon personne n'est parfait.

Seppi 04/10/2019 11:54

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Chacun son point de vue...

jean 28/09/2019 12:16

avec 300litres de lait a 33grammes de matières protéiques on arrive a 1kg de protéines animales .prenez des vaches pas poussées a 7500litres par an n chargement très très faible a seulement 1UGB / ha il faut seulement 0,04 ha de terre pour obtenir 1 kg !!!

Seppi 04/10/2019 11:07

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Lumineux et simple. Comment n'y avais-je pas pensé ! J'avais aussi voulu aborder cette question en prenant la viande, mais c'est beaucoup plus compliqué.

cocorico 28/09/2019 14:26

Merci Jean pour votre témoignage qui établit bien la vérité; ce qui va forcement déplaire aux lobbyistes.