Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les agriculteurs aux « frontières de la prospérité » choisissent les semences GM

1 Septembre 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM

Les agriculteurs aux « frontières de la prospérité » choisissent les semences GM

 

Reg Clause*

 

 

 

 

Les agriculteurs aux frontières de la prospérité choisissent les semences GM.

 

Ils adoptent tellement cette technologie que 54 % des terres cultivées consacrées à la technologie GM se trouvent dans des pays en développement, tels que l’Afrique du Sud, le Brésil et l’Inde, et aussi le Bangladesh, le Honduras et le Myanmar.

 

C’est peut-être la conclusion la plus importante du nouveau rapport annuel du Service International pour l’Acquisition d’Applications Agricoles Biotechnologiques (ISAAA), qui suit les plantations d’OGM depuis plus de deux décennies.

 

 

 

 

Selon le rapport, les OGM sont « la technologie de culture la plus rapidement adoptée ces derniers temps ». Ils représentaient moins de 2 millions d’hectares en 1996, année de leur première commercialisation, et sont montés à près de 192 millions d’hectares l’année dernière.

 

Bien que les grandes fermes des États-Unis et du Canada soient à l’origine de la majeure partie de cette croissance (j’ai semé et récolté des cultures biotechnologiques dans l’Iowa depuis des années), les agriculteurs qui choisissent les OGM viennent en majorité de pays pauvres. Ces agriculteurs ont choisi la biotechnologie pour améliorer leurs finances et leur sécurité alimentaire. Les bénéfices supplémentaires incluent une réduction du recours aux produits chimiques et au travail du sol, ce qui constitue d'excellents résultats environnementaux. Ce choix améliore la prospérité des familles et des communautés.

 

Le communiqué de presse de l’ISAAA cite Rosalie Ellasus, une agricultrice des Philippines que je connais depuis plusieurs années. Elle est membre du Réseau Mondial d'Agriculteurs (GFN - Global Farmer Network), et j’ai fait partie du jury qui l’a choisie comme première récipiendaire du prix Kleckner du GFN pour le développement du commerce et de la technologie.

 

« Il n’y avait même pas trace d’insectes nuisibles, et pourtant nous n’avions pas appliqué d’insecticide », a-t-elle déclaré à propos de son maïs génétiquement modifié. « De plus, nous n’avons plus besoin de visiter notre champ de maïs tous les jours, ce qui nous procure une tranquillité d’esprit. »

 

L'année dernière, des agriculteurs comme Rosalie ont semé des OGM en nombre record. Les OGM couvraient 191,7 millions d'hectares, pour être exact. C’est environ 474 millions d’acres, soit plus de 740.000 milles carrés ; une grande superficie [ma note : c'est 1.917.000 kilomètres carrés, 3,5 fois la superficie de la France métropolitaine]. Selon l'ISAAA, 70 pays au total ont adopté les cultures biotechnologiques, que ce soit en culture ou en importation. Cela inclut tous les pays de l’Union européenne.

 

Depuis 1996, les scientifiques ont étudié les OGM, les régulateurs les ont examinées et les militants politiques ont beuglé à leur sujet. Tout cela pendant que les agriculteurs et les consommateurs les adoptaient.

 

Les écologistes sensés ont reconnu les avantages des cultures biotechnologiques. L'ISAAA calcule qu'au cours de la dernière génération, la productivité des OGM a permis d'économiser 183 millions d'hectares de terres. Cela a atténué la pression pour convertir les forêts tropicales humides et autres zones sauvages en terres cultivées. Les OGM ont également réduit les émissions de carbone d'une quantité équivalente à la suppression de près de 17 millions de voitures de la route pendant une année entière.

 

Nous voyons aussi beaucoup d’autres innovations. L'année dernière, les Indonésiens ont planté pour la première fois de la canne à sucre résistant à la sécheresse. Un nombre de plus en plus grand de cultures GM présentent des caractéristiques conçues pour plaire spécifiquement aux consommateurs, telles que les pommes et les pommes de terre qui ne brunissent pas. Le riz doré, qui lutte contre un type particulier de malnutrition dans les pays en développement, est également en train d’être accepté.

 

La biotechnologie fait désormais partie intégrante de l'agriculture – et à mesure que les agriculteurs des pays en développement y auront davantage accès, ces personnes joueront un rôle encore plus important dans la résolution de nos problèmes de sécurité alimentaire et de lutte contre le changement climatique. Bon pour les agriculteurs; super pour nous tous.

 

______________

 

Reg Clause

Agriculteur, Iowa, États-Unis

 

Reg Clause représente la quatrième génération à gérer la nouvelle Clause Family Farm Grand Junction, dans l'Iowa. L'exploitation produit du maïs, du soja, du bétail et des petits-enfants. Reg est bénévole en tant que membre du conseil d’administration du Réseau Mondial d'Agriculteurs et occupe actuellement le poste de président. Reg possède une vaste expérience dans le conseil aux entreprises ; il est spécialisé dans le développement des affaires, y compris les études de faisabilité, la planification des activités et la structuration financière pour des clients aussi divers que les biocarburants, les établissements vinicoles, la transformation de la viande, le marketing de niche, etc. Ses travaux lui ont permis de parcourir de nombreuses régions du monde pour mener une analyse approfondie des systèmes de production agricole.

 

* Source : https://globalfarmernetwork.org/author/rclause/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
I
Et bien<br /> <br /> Dire que beaucoup dans les pays riches estiment qu'ils sont plus éduqués et plus intelligents que dans les pays pauvres, cet exemple, montre que, sur beaucoup de sujets, les ressortissants des pays pauvres ont plus de jugeote que nous, nous devrions les applaudir humblement pour la leçon d'humilité et de confiance à la science qu'il nous donne.<br /> <br /> Et tout mon soutien à ces agriculteurs courageux qui parviennent à résister aux pressions des militants politiques qui ne savent rien mais ont un avis sur tout.
Répondre