Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les agriculteurs indiens veulent avoir accès à des technologies agricoles innovantes

3 Août 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Inde, #OGM

Les agriculteurs indiens veulent avoir accès à des technologies agricoles innovantes

 

Malwinder Singh Malhi*

 

 

 

 

Il est très difficile d'empêcher une bonne idée de se répandre.

 

Telle est la dernière leçon tirée de la découverte, au printemps dernier, que le brinjal génétiquement modifié est cultivé illégalement en Inde (son autorisation n’a pas encore été approuvée).

 

 

 

 

Le problème est que, bien que les organismes de réglementation aient déterminé, il y a près de dix ans, que cette culture était sans danger pour la consommation humaine, le gouvernement indien n'a toujours pas approuvé son utilisation commerciale. Cela signifie que les agriculteurs indiens n’ont pas accès à un outil agricole important. Cela signifie également que la culture de ce type de brinjal est illégale.

 

Je veux être clair sur un point : personne ne devrait enfreindre la loi. Les agriculteurs qui cherchent à lever l’interdiction politique imposée par l’Inde à l’une des meilleures technologies OGM du monde devraient utiliser le système politique et non enfreindre les règles de notre pays.

 

Il est facile pour moi de comprendre pourquoi les agriculteurs chercheraient par tous les moyens à utiliser cette plante prometteuse.

 

Je crois fermement en la biotechnologie. Bien que je ne l’aie jamais utilisée sur ma ferme indienne, dans l’État du Penjab, j’ai pu constater les avantages qu’elle présente avec le cotonnier Bt, reconnaître sa sécurité et estimer qu’elle offre un potentiel énorme pour les agriculteurs et les consommateurs.

 

Le brinjal est l’un des légumes les plus importants de l’Inde. Connu aux États-Unis et ailleurs comme « aubergine », il fait partie de notre alimentation. Certains le considèrent comme un produit pour les pauvres, car les consommateurs à faible revenu en dépendent. D'autres l'appellent le « roi des légumes », car c'est une très bonne source de vitamines, de minéraux et de nutriments. À peu près tous les Indiens mangent du brinjal, quels que soient leurs revenus et leur statut social.

 

De nombreux petits agriculteurs et agriculteurs marginaux cultivent le brinjal pour leur consommation personnelle. Ceux qui le cultivent pour gagner leur vie apprécient sa rusticité et sa capacité à résister à la sécheresse.

 

Mais la plante est vulnérable à de nombreux organismes nuisibles, notamment le foreur des fruits et des pousses (fruit and shoot borer – FSB). Les larves de cette espèce de papillon de nuit se régalent de brinjal. Si elles ne sont pas contrôlées, elles peuvent dévaster des champs entiers. Les agriculteurs tentent de limiter les dégâts en appliquant des insecticides, mais l'efficacité de ces traitements est limitée.

 

Le problème est que les larves s’enfoncent profondément dans le fruit, là où les insecticides ne parviennent pas. Pour cette raison, de nombreux agriculteurs effectuent des traitements excessifs, ce qui augmente les coûts de production et expose également à des risques personnels.

 

Pendant les activités de la Journée Mondiale de l’Environnement, le 5 juin dernier.

 

Mais la technologie offre une excellente solution : le brinjal Bt, comme on l’appelle, contient une capacité naturelle à vaincre le FSB. Les larves ne mangent tout simplement pas ces plantes. Cet incroyable outil de protection des cultures aiderait beaucoup les agriculteurs indiens à fournir un légume sûr et nutritif.

 

Malheureusement, des activistes anti-science ont répandu des mensonges sur les OGM et les agriculteurs indiens ne sont pas autorisés à les semer.

 

Nous savons la vérité, cependant. Les scientifiques et les régulateurs de notre pays ont donné leur approbation au brinjal Bt. De plus, nous pouvons nous référer à l'expérience de notre pays voisin, le Bangladesh, où les agriculteurs ont accès à la plante GM.

 

« Les agriculteurs qui cultivent le brinjal Bt au Bangladesh voient une production triple de celle d’autres variétés de brinjal, à un coût deux fois moindre, et obtiennent de meilleurs prix sur le marché », déclare Jahangir Hossain, qui travaille pour un programme de l'Université Cornell d'aide aux petits agriculteurs pauvres en ressources au Bangladesh.

 

Le brinjal indien Bt a presque certainement été introduit clandestinement dans notre pays depuis le Bangladesh, dont la frontière est adjacente à notre pays.

 

Cela ne devrait pas nous surprendre : les agriculteurs indiens veulent aussi, tout simplement, la technologie qui aide tant d’agriculteurs bangladais.

 

Je sais certainement ce qu'ils ressentent. Bien que je ne produise pas de coton sur ma ferme, j’ai vu comment le cotonnier Bt a aidé l’agriculture indienne. Le temps est venu pour nous d’utiliser la modification génétique dans les cultures vivrières, comme beaucoup de pays l’ont déjà fait. Le brinjal Bt est un candidat évident pour la commercialisation.

 

Nous ne devrions pas nous arrêter là. Je produis des graines de moutarde sur ma ferme et souhaiterais l'introduction de semences de moutarde génétiquement modifiées, que j'adopterais immédiatement. Cela me permettrait de cultiver plus de denrées alimentaires sur moins de terres, ce qui profiterait à tous en maintenant les prix bas pour les consommateurs et en aidant l'environnement.

 

Malwinder lors d'une interview.

 

Depuis plusieurs années, je porte un turban jaune en guise de protestation silencieuse contre le moratoire injuste et non scientifique de l’Inde sur les cultures vivrières transgéniques telles que la moutarde génétiquement modifiée. Cela m'a bien servi comme sujet de conversation et m'a permis de parler aux autres des avantages de la technologie du XXIe siècle et de la raison pour laquelle l'Inde en a besoin de davantage dans l'agriculture.

 

En fin de compte, les autorités indiennes ne disposent que d’un moyen de prévenir la culture illégale de brinjal Bt : légalisez-la et autorisez l’approbation de cette technologie importante mise au point par des scientifiques agronomes indiens.

 

_____________

 

Malwinder Singh Malhi

 

Agriculteur, État du Penjab, Inde

 

Malwinder est un agriculteur de troisième génération qui cultive du riz, du blé, des pommes de terre, des pois, de l'avoine fourragère, du ray-grass et de la moutarde dans le cadre d'une rotation sur leur ferme de 10 hectares située dans l'État du Penjab, en Inde. Il est un membre actif de l'Indian Young Farmers Association. Malwinder a plus de 30 ans d’expérience dans le transfert de technologies agricoles aux agriculteurs en termes de nouveaux produits et solutions pour augmenter la productivité. Il travaille dans les zones rurales de presque tous les États indiens depuis 1984 et collabore avec les producteurs du nord de l'Inde depuis plus de 28 ans. Il est particulièrement familiarisé avec les problèmes de l’agriculture au Penjab et dans l’Haryana. Malwinder a une riche expérience internationale. Il a présenté des exposés au Congrès international du riz en Chine et au Congrès mondial du riz au Japon. Il a également participé à des conférences Nuffield en Australie et en Irlande. Sa mission dans la vie est de servir la communauté agricole mondiale.

 

Source : https://globalfarmernetwork.org/2019/07/indias-farmers-want-access-to-innovative-agriculture-technologies/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Il est là 03/08/2019 08:51

Tout mes encouragements à cet homme courageux qui défend une agriculture scientifique. Continuez votre combat Monsieur Malhi, vous avez tout mon soutien.

Ah si seulement les militants écologistes, notamment le fameux magazine Brut pouvait interroger des gens comme lui au lieu de donner la parole à des personnes comme Shiva ou Lucet, l'écologie se porterait mieux et serait rationnelle. Hélas ce n'est pas le cas :(

Un discours à lire et à faire partager aux indécis et aux pro-OGM les premiers pour les rallier définitivement les seconds pour les renforcer.

Cela dit je me permets une critique aux propos de Monsieur Malhi. Quand il dit que persnne ne doit violer la loi. J'avoue que je suis nuancée, quand la loi est mauvaise il n'y a rien de mal à la violer. En fait ces paysans indiens me font penser aux combattants des droits civiques, violer de mauvaises lois pour que le gouvernement les remplace par de bonneslois, c'est une forme de résistance que j'approuve.

Seppi 09/08/2019 12:22

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Mais je n'entends pas entrer dans le domaine philosophique, forcément complexe.

max 03/08/2019 14:13

"Cela dit je me permets une critique aux propos de Monsieur Malhi. Quand il dit que persnne ne doit violer la loi."
Les faucheurs utilisent l'argument de désobéissance civil pour se justifier et commettre leurs exactions. Ils ont été critiqué sur ce point. Même si je comprend parfaitement ceux qui cultive du brinjal bt (qui n'a jamais dépassé les 80km/h), ne pas pas faire de désobéissance civil est un moyen de ne pas se mettre au même niveau que les faucheurs et montrer qu'on est meilleurs qu'eux. En plus si la désobéissance civil fait passer médiatiquement les faucheurs pour des héros, ce n'est pas le cas pour les agriculteurs plantant des OGM. On risque juste un nouvelle article bidon avec en titre " les petits paysans Indien dépendant des multinationales des semences"
L'inertie des politiques (pas seulement en Indes mais aussi en Europe et en France particulièrement) manipulé par des ONG et des personnalités (Greenpeace, Mr S, Vandana Shiva) est bien sur particulièrement lamentable. Mais aucun d'entre ne seras jamais condamné pour ça.