Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« L’Europe a-t-elle déjà perdu la bataille des nouvelles biotechnologies? » de M. Marcel Kuntz dans l'Opinion

2 Juillet 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #CRISPR, #Union européenne, #Politique

« L’Europe a-t-elle déjà perdu la bataille des nouvelles biotechnologies? » de M. Marcel Kuntz dans l'Opinion

 

Glané sur la toile 362

 

 

« L’Europe a-t-elle déjà perdu la bataille des nouvelles biotechnologies? » de M. Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS, enseignant à l’Université Grenoble-Alpes et Médaille d’Or de l’Académie d’Agriculture de France 2017, dans l'Opinion, n'est pas un article d'opinion, mais un quasi-constat, quoique sous la forme interrogative dans le titre.

 

Un constat fondé sur une analyse du « paysage » des brevets CRISPR (CAS 9 et autres « ciseaux moléculaires ») portant sur plus de 2000 brevets et publiée dans Nature Biotechnology.

 

Les États-Unis d'Amérique sont leaders pour les améliorations techniques du système CRISPR et les applications médicales. La Chine domine dans les secteurs industriel et agricole. C'est à notre sens le résultat du dynamisme du système éducatif et de la libre entreprise chez les premiers, et des investissements stratégiques chez l'autre.

 

Même la Russie se lance dans l'aventure scientifique et technologique avec « un programme fédéral de 111 milliards de roubles (1,7 milliard de dollars) pour créer des nouvelles variétés de cultures et d’animaux modifiés par gene editing ».

 

Et l'Europe ? Engluée dans son « principe de précaution » qui vaut principe d'inaction et dans le dysfonctionnement des institutions, tant au niveau national qu'à Bruxelles (où se conjuguent et s'amplifient les dysfonctionnements nationaux).

 

Que s'est-il passé en France depuis le malencontreux arrêt de la Cour de Justice de l'Union Européenne du 25 juillet 2018 qui impose aux nouvelles technologies d'édition des gènes de passer sous les fourches caudines d'une réglementation sur les OGM dont l'objectif réel est de les interdire de production (mais pas d'importation) ? Rien ! Que s'est-il passé à Bruxelles ? Fondamentalement rien !

 

« On peut ici parler de naïveté ou d’incurie, au choix » écrit M. Marcel Kuntz. C'est plutôt les deux.

 

Et c'est un quasi-constat à notre sens parce que perdre une bataille... Encore faut-il passer la surmultipliée pour rattraper le train du progrès.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article