Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Serres « bio » chauffées ? Le silence est d'or, Monsieur le Ministre !

27 Juin 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Agriculture biologique, #Politique

Serres « bio » chauffées ? Le silence est d'or, Monsieur le Ministre !

 

 

 

 

Nous l'avons vu dans des épisodes précédents, notamment ici : ça chauffe dans le monde du/de la bio sur la question de savoir s'il y a lieu d'interdire en France – en surtransposition de la réglementation européenne – le chauffage des serres « bio », hormis pour le maintien hors gel et la production de plants.

 

La filière se déchire, il y a des coups bas... Une pétition lancée par la Fédération Nationale de l'Agriculture Biologique (FNAB) et trois entités du monde militant demande au Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation de soutenir une interdiction franco-française.

 

La décision revient au Comité National de l’Agriculture Biologique (CNAB) de l'Institut National de l'Origine et de la Qualité (INAO). Le Ministère de l'Agriculture dispose de deux sièges dans ce comité pléthorique ; ses voix ne feront vraisemblablement pas la différence.

 

Mais l'essentiel n'était-il pas de faire le buzz, de rameuter le ban et l'arrière-ban, de susciter une réaction favorable, et de faire indirectement pression sur les autres membres du comité en les exposant au châtiment du tribunal de l'opinion publique s'ils ne votent pas « bien » ? Car, voyez-vous, le Ministère de l'Économie dispose aussi de deux sièges dans ce comité et n'a pas été interpellé, lui.

 

La stratégie de mise sous pression a donc visé un point faible. Et cela a marché.

 

M. Didier Guillaume, Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, a cru bon de réagir. Prenons-le d'Ouest-France, « Agriculture bio. Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume opposé aux serres chauffées ».

 

Vraiment ?

 

« "Il y a un débat, aujourd’hui, qui nous interroge beaucoup, […] c’est celui du chauffage des serres. Je ne suis pas favorable au chauffage des serres, parce qu’il faut respecter les rythmes biologiques", a déclaré le ministre qui concluait un séminaire international sur l’agriculture biologique, organisé à Paris. »

 

Et d'insister :

 

« Évoquant son action en tant que président du département de la Drôme pour développer le bio dans les cantines, Didier Guillaume a insisté : "Nous devons être très clairs, on mange des produits alimentaires de saison, on ne mange pas des fraises en décembre, on ne mange pas des pêches en janvier, ça, c’est la règle de base".

 

"L’éducation à l’alimentation, l’éducation au bien manger est absolument indispensable", a ajouté Didier Guillaume [...] »

 

Oui, mais...

 

« […] tout en mettant en garde contre les pays qui n’appliqueraient pas ces principes et l’arrivée en France "de tomates néerlandaises en janvier, en février, en décembre". »

 

On n'est plus dans l'art du « en même temps », mais dans celui du « n'importe quoi ».

 

M. le Ministre aurait-il l'intention d'interdire l'importation de tomates bio en hiver, nos amis Bataves étant spécialement avertis ? Sur quelle base ? Avec quels moyens ?

 

Tout compte fait,

 

« "Si c’était interdit en France et permis dans d’autres pays européens, ça ne réglerait pas le problème de l’économie, des relations économiques. Je pense qu’il faut tout peser, que le comité national de l’agriculture biologique doit peser tout cela, j’ai donné ma position personnelle qui est très claire", a ajouté le ministre lors d’un point presse. »

 

Peut-être eût-il fallu « peser tout cela » avant de s'épancher ainsi dans un discours dont la chute apporte la démonstration éclatante de l'incohérence des propos.

 

Nous ajouterons qu'on n'attend pas d'un ministre qu'il donne sa « position personnelle ».

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Djoub83 28/06/2019 21:11

Merci pour ces liens.
La filière bio pionnière est en train de soulever un profond débat quant aux questions d'éthique de "la bio".

Cela pourrait ce retourner contre elle dans le sens ou si l'on suit sa logique on retourne au boeuf et au brabant!

Si l'on ne peut pas utiliser d'énergie fossile pour chauffer des serres pourquoi en utiliserait-on pour animer des tracteurs?
Plus de blé Renan issue de la mutagenèse, l'agriculture numérique et robotique n'en parlons même pas etc...

La réalité c'est que les fondateurs du bio business sont en train de se faire doubler par la grande artillerie de la distribution et ça ne leur convient pas du tout!

Seppi 29/06/2019 08:55

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Vous avez raison : après avoir fait (pour certains d'entre eux) une campagne éhontée de dénigrement de l'agriculture conventionnelle et de ses produits pour promouvoir les leurs, les acteurs de la filière "historique" se rendent compte que leur marché de niche, qui leur assurait une rémunération supérieure, est en train de se banaliser et de "s'industrialiser" à leur détriment.

Courez vite acheter la France Agricole de cette semaine. Tout est dit, ou presque, du dilemme dans l'éditorial.

Djoub83 27/06/2019 19:52

Puisqu'on y est pourquoi tolérer encore le stockage en frigo des pommes et des poires. On est aussi sur du saison hors et contre nature! Certains agris bio plus cohérents ont réimplanté des espèces anciennes qui permettent de conserver les fruits plus longtemps sur l'arbre, mais je pense bien que, malgré tout, on passe par la case frigo pour pouvoir manger des pommes toute l'année!

Seppi 28/06/2019 19:12

Bonjour,

Merci pour ce commentaire et le précédent.

Les pratiques des journalistes…

Quant au SmartFresh, la page Wikipédia en français me semble plutôt équilibrée. Oui, il est apparemment sans effet ou avec risques acceptables. Voir notamment :

https://agriculture.gouv.fr/sites/minagri/files/avis_remu_smartfresh_cle0e62a8.pdf


https://www.agrofresh.com/about-us/product-safety/

Seppi 28/06/2019 18:26

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Bonne question, merci de l'avoir posée !

Effectivement, en "bio" on ne devrait produire, vendre et consommer que des fruits qui auront été stockés selon des modes "naturels" et traditionnels.

Ah le bon goût des Rambour d'Hiver de mon enfance, farineuses à souhait…

Si je comprends bien ce site, on peut même utiliser l'atmosphère contrôlée en "bio"... et pour le "toute l'année", on y est presque car il ne manque que juin et juillet.

http://www.produire-bio.fr/wp-content/uploads/2017/03/Calendrier_pomme_poire_2017_web.pdf

Djoub83 28/06/2019 07:10

Ce doc fait parti de la trop longue série de désinformations massives et anxiogènes dont nos médias se régalent de nous pommader régulièrement!
Attention de ne pas tomber dans le panneau.
L'agriculteur Thierry Clos, qui est mon voisin par ailleurs, avait été abusé par les journalistes qui venaient faire un doc sur son système de conservation de pommes.
Le résultat s'est avéré à charge contre ses pratiques sans qu'il ait pu faire quoi que ce soit!
Ce genre de pratique est courante chez nos désinformateurs médiatiques.
Pour le coup je ne suis pas scientifique au point de certifier que ce procédé est sans effet sur le produit et l'environnement, mais sachant dans quelles conditions cela a été diffusé, je n'accorde aucune crédibilité à cette émission qui doit être à ranger dans la case des émissions à éviter!
Il faut toujours raison garder face à ce genre d'info!

ma pomme 27/06/2019 23:50

Ce que vous écrivez est vrais mais la réalité est pire encore !

Voyez donc : https://youtu.be/FjoMVi_kWi0

Albert Amgar 27/06/2019 08:40

Effectivement, on n'attend pas d'un ministre qu'il donne sa position personnelle, ce dont tout le monde s'en fout, néanmoins, c'est tout de même lle même ministre qui prône le retour de l’agriculture de nos grands-parents!

Seppi 27/06/2019 10:06

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Ce qui est remarquable, c'est qu'il arrive à être cohérent : revenons à l'agriculture de grand-papa… ne mangeons que des produits de saison. J'ai de "bons" souvenirs : pommes de terre, pommes de terre, pommes de terre...