Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Parasitisme: peut-on soigner les plantes par les plantes? » de M. Marc Mennessier dans le Figaro

1 Juin 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Agronomie

« Parasitisme: peut-on soigner les plantes par les plantes? » de M. Marc Mennessier dans le Figaro

 

Glané sur la toile 348

 

 

« Parasitisme: peut-on soigner les plantes par les plantes? » est un long article de M. Marc Mennessier publié dans le Figaro du 24 mai 2019. Long car pédagogique (et sourcé).

 

En résumé :

 

« Purins, macérations, infusions, décoctions...: les préparations à base d’ortie, de prêle ou de consoude ont le vent en poupe, surtout depuis l’interdiction des pesticides dans les jardins en vigueur depuis le 1er janvier. Mais leur efficacité contre les parasites des plantes n’a jamais été scientifiquement prouvée. »

 

Un passage à relever :

 

Une vraie référence !

 

« Premier constat: contrairement à ce qu’affirment leurs promoteurs, les préparations à base de plantes, notamment la macération d’ortie très souvent mise en avant, ne sont pas une pratique agricole ancienne ou traditionnelle remise au goût du jour. Dans une étude publiée en 2012, la Société nationale d’horticulture de France (SNHF) a constaté que ni Caton l’Ancien, ni Olivier de Serres, ni Jean-Baptiste de La Quintinie, agronomes de référence qui se sont succédé depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque de Louis XIV, n’en font mention dans leurs écrits. Au siècle dernier, l’ortie commence à être citée dans l’abondante bibliographie consultée par la SNHF mais uniquement pour ses usages en pharmacie humaine, alimentaires (la soupe d’orties est un régal!) ou textiles. En fait, il faut attendre le début des années 2000 pour voir les présumées vertus phytosanitaires de l’ortie figurer dans certaines revues de vulgarisation. Si tradition il y a, elle est de toute évidence très récente… »

 

Et un autre :

 

« Autorités peu regardantes

 

"En fait, les fabricants de ces produits qui entrent dans la catégorie des préparations naturelles peu préoccupantes à usage phytopharmaceutique, ou PNPP, ne sont pas tenus de prouver leur efficacité, poursuit Daniel Veschambre. Contrairement aux produits phytosanitaires classiques, leur autorisation de mise sur le marché est délivrée sans qu’ils soient soumis à des tests officiels réalisés ou contrôlés par des tiers." Dans les faits, les autorités administratives se montrent assez peu regardantes: tant que les spécialités qu’on leur soumet présentent peu de risques pour la santé humaine ou l’environnement, elles accordent leur feu vert.

 

Du coup, on peut objecter que s’ils ne font pas de bien, ces "médicaments naturels" ne font pas de mal non plus. "C’est un peu comme pour l’homéopathie, sauf qu’avec les végétaux il n’y a pas d’effet placébo", souligne Daniel Veschambre. »

 

En fait d'« [a]utorités peu regardantes », nous avons des autorités qui s'emploient à promouvoir les charlataneries phytopharmaceutiques... même la biodynamie, n'est-ce pas M. le Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation ?

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article