Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Les agriculteurs indiens intensifient leur campagne de désobéissance civile pour semer des OGM

28 Juin 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM, #Inde

Les agriculteurs indiens intensifient leur campagne de désobéissance civile pour semer des OGM

 

Alliance Cornell pour la Science*

 

 

 

 

La campagne de désobéissance civile « satyagraha des semences » continue de faire boule de neige en Inde alors que de nombreux agriculteurs organisent des rassemblements et des manifestations pour semer des graines génétiquement modifiées (GM) en défiant ouvertement les lois restrictives.

 

Le mouvement a débuté le 10 juin avec 1.500 agriculteurs participant à un rassemblement à Akot, dans le Maharashtra, où des graines de cotonnier GM tolérantes aux herbicides (HT) ont été semées publiquement, malgré la menace d'une peine de prison de cinq ans et de lourdes amendes.

 

Depuis lors, au moins cinq manifestations similaires ont eu lieu et d’autres sont prévues cette semaine [L'article original est daté du 17 juin 2019].

 

L’escalade du mouvement de désobéissance civile signifie que les groupes anti-OGM, qui sont en grande partie financés par des sources européennes, sont maintenant en guerre ouverte contre les agriculteurs pauvres de l’Inde, les dirigeants activistes appelant à l’emprisonnement des manifestants.

 

Les agriculteurs d'Akot ont également déclaré leur soutien aux petits exploitants agricoles de l'Haryana, qui cultivent du brinjal Bt résistant à des parasites malgré un moratoire national imposé par le gouvernement central en 2010 à la demande d'activistes anti-OGM.

 

Trois jours après l'action du 10 juin, une cinquantaine d'agriculteurs se sont réunis le 13 juin dans le village d'Anandwadi, dans le district de Shrigonda (Maharashtra), pour poursuivre la campagne de désobéissance civile en semant publiquement des graines de cotonnier HT sur un acre [environ 4.000 mètres carrés] appartenant à un agriculteur, Mahadeo Khamkar.

 

 

Une deuxième vidéo de cet événement montre que les femmes ont dirigé le semis des graines génétiquement modifiées interdites.

 

Les agriculteurs d'autres endroits ont également pris l'habitude de se partager des selfies qui les montrent défiant ouvertement la loi en semant du cotonnier HT interdit.

 

Le 16 juin, un autre agriculteur, Nilesh Nemade, de Telhara, dans le district d'Akola (Maharashtra), a lancé une action directe non violente en semant des grines GM sur un acre avec la participation déclarée de 200 autres agriculteurs.

 

Les photos de cet événement montrent que la police était présente mais n'a pris aucune mesure, bien que les agriculteurs aient défié ouvertement les lois interdisant la plantation de cultures GM non approuvées.

 

Un jour plus tard, un autre agriculteur, Sanjay Shelke de Jitapur, dans le district d’Akola (Maharashtra), a partagé des photos d'agricultrices semant des graines de cotonnier GM.

 

Des photos ont également été partagées sur les réseaux sociaux par Pramod Tamale, un producteur de coton de Plugao, dans le district de Wardha (Maharashtra), qui a déclaré qu'il semait des graines GM sur trois acres de terre.

 

L'agriculteur Pramod Tamale a déclaré qu’il ne respecterait pas une loi qui entrave ses progrès et limite sa liberté.

 

D'autres agriculteurs annoncent également des événements à venir, le satyagraha des semences. Par exemple, Baburao Appaji Golde du district de Jalna (Maharashtra), a déclaré qu’il organiserait un semis de cotonnier HT le 20 juin.

 

Des détails ont également été communiqués sur un événement du 18 juin, alors que de nombreux autres sont attendus les jours suivants, que la dynamique s'accélère et que les agriculteurs sèment des graines interdites en solidarité les uns avec les autres et avec ceux qui sont menacés de poursuites.

 

Le terme « satyagraha », qui signifie chercheur de vérité, a été inventé par le leader de l'indépendance indienne, Mahatma Gandhi, qui a dirigé des manifestations non violentes de désobéissance civile contre les lois de l'époque coloniale qui interdisaient aux Indiens ordinaires de produire, par exemple, leur propre sel.

 

Les agriculteurs indiens d’aujourd’hui comparent les lois modernes qui leur interdisent d’adopter de meilleures semences qui les aideront à améliorer leurs moyens de subsistance – promulguées à la demande de groupes anti-OGM promouvant des semences « traditionnelles » et la persistance de la pauvreté rurale – à l’époque coloniale. Ils se sont engagés à résister à l'imposition continue de ces lois.

 

En réponse, la militante anti-OGM Aruna Rodrigues a intenté une action en justice et exigé que « les coupables [les agriculteurs] fassent l'objet de poursuites pénales, selon qu'il convient ».

 

Vandana Shiva, une militante anti-OGM qui facture aux clients occidentaux 40.000 $ d'honoraires pour ses prises de parole et un billet d'avion de première classe tout en défendant les vertus de la pauvreté indienne, a publié un communiqué de presse déclarant que les agriculteurs « sont des criminels et seront traités comme tels ».

 

Cela signifie que Shiva et d'autres militants anti-OGM exigent que des milliers – voire des dizaines de milliers – de petits agriculteurs indiens soient passibles de cinq ans d'emprisonnement ou de lourdes amendes pour avoir suivi les traces de Gandhi et mené une campagne de satyagraha des semences.

 

Cependant, il peut être difficile pour le gouvernement indien d’envisager d’emprisonner un grand nombre d’agriculteurs alors que leur seul crime est de semer des graines qui sont déjà largement utilisées ailleurs dans le monde – et que le faire reviendrait particulièrement à faire plaisir aux groupes qui ont un programme explicite de lutte contre le développement.

 

La revendication des agriculteurs est étayée par le fait que le brinjal Bt est cultivé légalement et avec succès au Bangladesh voisin depuis plusieurs années. Les agriculteurs de ce pays ont pu réduire considérablement leur utilisation de pesticides et améliorer leurs moyens de subsistance.

 

Alors que le brinjal Bt est déjà cultivé au Bangladesh, d’autres cultures vivrières Bt, telles que le maïs, sont cultivées des Philippines à l’Espagne, en passant par l’Amérique du Nord et du Sud. L'Inde cultive avec succès le cotonnier Bt depuis de nombreuses années. Le cotonnier tolérant à des herbicides est également largement cultivé, de l'Australie aux États-Unis.

 

Il existe également un consensus mondial sur le fait que les cultures GM actuellement sur le marché sont aussi sûres que les autres et que leur adoption dans le monde entier a contribué à apporter des améliorations environnementales.

 

______________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2019/06/indian-farmers-escalate-civil-disobedience-campaign-sow-gmo-seeds/

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article