Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Le moment est venu de faire converger l'agriculture et la technologie CRISPR – voici pourquoi

9 Mai 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #CRISPR

Le moment est venu de faire converger l'agriculture et la technologie CRISPR – voici pourquoi

 

Oliver Peoples, AGDAILY*

 

 

 

 

Comme c'est souvent le cas dans l'industrie de la biotechnologie en période d'innovation et de progression rapide vers la commercialisation, le secteur de l'agriculture connaît actuellement une période d'excitation et de réflexion à propos de ses propres avancées technologiques.

 

Les avancées de l'agriculture sont devenues des sujets fréquents de discussion et de débat, car le pour et le contre de technologies telles que les aliments génétiquement modifiés (souvent appelés OGM) et l'utilisation de méthodes d'agriculture biologique par rapport à d'autres méthodes continuent de gagner du terrain dans la conscience des consommateurs et sur les rayons des magasins d'alimentation. Cependant, maintenant plus que jamais, le concept d'édition du génome d’une plante pour modifier la composition biologique réelle à l’aide d’une méthode précise telle que CRISPR est de plus en plus présent dans les discussions sur les technologies de l’agriculture.

 

Imaginez la technologie CRISPR comme une paire de ciseaux moléculaires qui permet aux scientifiques d’apporter des modifications précises au génome de la plante, telles que la suppression d'une paire de bases d’un gène pour l'inactiver ou l’insertion d’un ADN de plante pour ajouter un trait ou une fonction à la plante. Pour bénéficier du statut non réglementé, les modifications apportées aux plantes à l'aide de la technologie CRISPR ne doivent utiliser que de l'ADN de plante, pas de l'ADN non végétal. En substance, la technologie CRISPR permet aux scientifiques d'exploiter pour la première fois la diversité génétique des plantes afin d'exploiter les gènes déjà présents dans le règne végétal.

 

Malgré tous les progrès technologiques réalisés dans l'agriculture nord-américaine, y compris le développement d'hybrides, le déploiement de caractères biotechnologiques et l'utilisation de méthodes d'agriculture de précision, il y a encore d'importants besoins non satisfaits dans la filière. Les conditions météorologiques de plus en plus imprévisibles, les pénuries d'eau et la réduction des terres arables rappellent fréquemment la nécessité d'innover davantage. Avec l'augmentation de la demande en aliments et en protéines à mesure que la population humaine croît et gagne en prospérité, des améliorations radicales du rendement des cultures pourraient aider les producteurs à relever le défi de la sécurité alimentaire mondiale. De nouvelles technologies, telles que CRISPR, peuvent également être déployées pour améliorer le profil nutritionnel de certaines cultures – la production de blé à haute teneur en fibres et d'huiles plus saines en sont des exemples à court terme.

 

Le rôle joué par l'USDA au cours des dernières années pour stimuler l'innovation dans l'agriculture ne peut pas être sous-estimé. En 2018, l'USDA a publié une déclaration du Secrétaire à l'Agriculture, Sonny Perdue, clarifiant sa position sur l'utilisation de CRISPR, une déclaration soulignant qu'il ne réglementera pas de manière excessive l'utilisation de la technologie dans le secteur, ce qui « donnerait le feu vert » aux cultures modifiées par édition de gènes.

 

Cette décision a marqué un point d'inflexion important pour le secteur agricole, plusieurs entreprises et universités étant allés de l'avant avec leurs technologies agricoles. Un examen du site Web du Service d'Inspection Zoosanitaire et Phytosanitaire de l'USDA révèle qu'un nombre important de technologies ont déjà été approuvées par l'organisme de réglementation, notamment celles de Calyxt (technologie blé/TALEN), Benson Hill (maïs) et DuPont Pioneer (maïs), ainsi que la demande de Simplot (pomme de terre) de l’année dernière.

 

Pour notre part, Yield10 a reçu le statut non réglementé de l'APHIS en septembre 2017 pour une cameline modifiée par édition du génome. Notre société est en train de développer plusieurs nouveaux caractères de rendement, de teneur en huile et de résistance à la sécheresse, en s'appuyant sur l'édition du génome CRISPR-Cas9 pour créer des impacts positifs sur des plantes telles que la cameline, le canola, le soja, le riz et d'autres cultures importantes du point de vue de l'agriculture. Tandis que nous testons notre trait C3008 dans notre programme d'essais sur le terrain 2018, nous avons également achevé récemment l'édition du génome d'une lignée de cameline à l'aide de trois traits de teneur en huile empilés, et reçu le statut non réglementé de l'USDA-APHIS en septembre 2018, ce qui nous permet de planifier des essais sur le terrain en 2019. Nos lignées de plantes de cameline à triple édition sont basées sur une voie de biosynthèse des huiles introduite directement dans la plante – le tout à l'aide de l'édition de génome CRISPR.

 

En plus de notre travail utilisant la technologie CRISPR dans le canola et la cameline, nous identifions également de nouvelles façons d'utiliser la technologie de modification des gènes et du génome afin d'améliorer l'ADN, le rendement en graines et la résilience d'une des cultures commerciales les plus rentables des États-Unis, le maïs. Notre programme de développement précoce du maïs récemment lancé introduit de nouvelles caractéristiques qui ont clairement démontré la capacité d'influencer la photosynthèse et le rendement en biomasse dans d'autres plantes, ce qui indique que nous pourrions avoir les mêmes résultats positifs et les mêmes progrès pour le maïs.

 

Un grand nombre des progrès réalisés par notre société et d’autres ont été réalisés avec la contribution de scientifiques de renom et d'innovations développées par des entreprises publiques et privées. Yield10, par exemple, a eu recours à la technologie CRISPR pour une utilisation en agriculture grâce à un accord de recherche conclu avec le Broad Institute et Pioneer (appartenant à Corteva Agriscience) qui a permis de combiner notre expertise en modélisation métabolique afin d’identifier de nouvelles cibles de rendement avec la possibilité de déployer les nouveaux traits en utilisant la technologie CRIPSR. Nous espérons que le secteur changera peut-être ses habitudes par rapport aux modèles concurrentiels traditionnels qui ralentissaient souvent l’innovation biotechnologique et qu'il évoluera vers la création d'un accès à la technologie et à l'expertise en matière de plantes grâce à des accords de licence et à des projets de recherche communs. Ce concept créerait en fin de compte un écosystème d’innovation permettant de nouvelles avancées en termes de rendement et de caractéristiques nutritionnelles qui profiteront aux producteurs comme aux consommateurs.

 

Beaucoup pensent qu'on se souviendra un jour de l'USDA et de sa position sur l'édition du génome comme ayant ouvert la voie à des technologies novatrices qui auront un impact très réel sur la disponibilité et la qualité des aliments dans le monde. Cette augmentation du rendement des cultures ne se limite pas « simplement » à nourrir les populations affamées dans les pays en développement ; elle aurait également un impact nettement positif sur les coûts de la santé dans les pays plus développés du fait de l’amélioration des profils nutritionnels d’huiles et d’ingrédients alimentaires largement consommés. Tandis que les universités et les entreprises continuent de mettre cette vision en avant, nous pensons que l'avenir de l'innovation en agritech et CRISPR est très prometteur.

 

_______________

 

Oliver Peoples, PhD, est PDG de Yield10 Bioscience, une société de biosciences agricoles qui se consacre au développement de technologies novatrices afin d’améliorer de façon radicale le rendement des cultures destinées à la consommation humaine et animale pour renforcer la sécurité alimentaire mondiale.

 

Source : https://www.agdaily.com/technology/time-convergence-agriculture-crispr-technology/

 

 

Mes notes :

 

1. Et pendant ce temps, en Europe, et plus particulièrement en France...

 

2. Et pendant ce temps, un slogan de campagne électorale est « une Europe qui protège »... de quoi ? De tout ce dont nous avons peur de manière irrationnelle.

 

3. Et pendant ce temps, le dossier des nouvelles techniques d'amélioration des plantes est au point mort à Bruxelles (et à Paris).

 

4. Et, pendant ce temps, qui siège au conseil d'administration de Calyxt ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jp 11/05/2019 12:39

cher maitre Folace mon commentaire n'était adresse qu'a Murps je suis désole si vous l'avait pris pour vous

jp 10/05/2019 22:47

Murps si tu dit cela pour moi sache que je n'rien contre les ogm ni contre les nouvelles technologies pour l'amélioration des plantes j'ai une formation horticole espaces verts et viticole donc je pas intellectuellement perturbée ,je disait cela avec humour ce n'est pas de ma faute si tu en n'a pas et j ai une formationde technicien

jp 09/05/2019 09:17

attention les écologistes vont nous dire que cela revient à faire des ogm

Seppi 11/05/2019 17:19

Bonjour,

Merci pour votre commentaire sarcastique… mais c'est déjà fait !

Seppi 11/05/2019 15:55

@ Maître Folace le ‎samedi‎ ‎11‎ ‎mai‎ ‎2019‎ ‎11‎:‎12

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

La CJUE a effectivement dit… sur la base du droit européen existant et sur la base de ce que lui avait dit la juridiction française… sur la base de ce que les "écologistes", ici des "faucheurs volontaires" lui avaient dit.

Maître Folace 11/05/2019 11:12

J'avais bien compris le second degré pourtant vous ne croyez pas si bien dire. En juillet 2018 la CJUE a décidé que les organismes obtenus par mutagenèse sont des OGM sauf ceux obtenus anciennement par des méthodes aléatoires "dont la sécurité est avérée depuis longtemps"

Murps 10/05/2019 00:04

Certains semblent bien perturbés intellectuellement...
Une forme de monomanie avec délires paranoïaques, le tout totalement déconnecté du monde réel.