Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

La fille du fermier : manger « bio » plutôt que « conventionnel » ne fait aucune différence en termes de risque

26 Mai 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Alimentation, #Agriculture biologique

La fille du fermier : manger « bio » plutôt que « conventionnel » ne fait aucune différence en termes de risque

 

Amanda Zaluckyj*

 

 

Les scientifiques ayant analysé la liste des « douze salopards » ont trouvé que remplacer les produits conventionnels par des produits bio ne se traduit pas par une réduction des risques parce que les résidus dans les produits conventionnels sont minuscules.

Source: Journal of Toxicology

 

 

Fondamentalement, c’est la raison pour laquelle la liste des Dirty Dozen (les douze salopards) de l'Environmental Working Group (EWG) m’énerve autant. Parce que c’est un mensonge absolu. L'EWG indique aux gens quels fruits et légumes contiennent le plus de résidus de pesticides. Et il suggère de passer aux produits biologiques pour éviter les aliments les plus « sales » de la liste. Cela donne l'impression que l'information est utile aux gens.

 

En réalité, il n'en est rien. Étant donné que le risque associé aux résidus de pesticides dans les produits issus de l'agriculture conventionnelle est si infime, pour autant même qu'il y en ait un. Remplacer des produits « sales » par des produits biologiques (généralement plus coûteux) n'a aucun effet. Autre que de faire paraître l'EWG comme de bons gars tout en faisant la promotion de son business, bien sûr.

 

Voilà donc la vérité : vous n'avez pas à vous soucier des résidus de pesticides dans les fruits et légumes. Ce n’est pas un risque. Arrêtez de vous soucier de l'étiquette. Le plus important pour votre santé et votre bien-être est de manger régulièrement beaucoup de fruits et de légumes.

 

_____________

 

 

Amanda Zaluckyj blogue sous le nom The Farmer's Daughter USA. Son objectif est de promouvoir les agriculteurs et de lutter contre la désinformation qui tourbillonne autour de l'industrie agroalimentaire américaine.

 

Source : https://www.thefarmersdaughterusa.com/2019/04/swapping-organic-for-conventional-doesnt-make-any-difference-in-risk.html

 

 

Ma note : remplacez EWG par Générations Futures et le message s'applique à la France.

Le titre doit se limiter à la question des résidus de pesticides. Pour les éléments et substances naturelles nocives (contaminations bactériennes, mycotoxines, graines et éléments de tige de datura…) c'est une autre affaire.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jp 26/05/2019 19:01

je suis d'accord avec vous monsieur CHONDROYANNIS mais aussi il ya l'influance de certains journalistes qui font peur au gens et qui ne vérifie pas leurs sources et beaucoup oublie que les plantes ont aussi leurs défenses naturelles qui peut étre dangereux pour l'homme (rendre stérile ,qui peuvent etre cancérigene et comme vous le disait justement ,d' autresla maladie de parkinson ou perturbateur endocrinien mais bien sur si on dit cela soit nous somme des imbecile ou au ordre des firmes phytosanitaires je vourdrais savoir si monsieur Séralini et un viticulteur bio,et un restaurateur voulait faire:boire un verre de glyphosate pour montré la dose dangereux des fous

Seppi 30/05/2019 07:12

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Et des défenses naturelles… mortelles.

Emmanuel Viac 26/05/2019 11:13

Incroyable, dire encore des conneries pareilles en 2019, c est de se moquer du monde tant sur le fond que la forme. Cela me semble tres lobbying, mode influanceur...
Passer votre chemin ou prenez votre petit vers de pesticide, point de cancer a l horizon....

Seppi 30/05/2019 07:14

@ Murps le ‎dimanche‎ ‎26‎ ‎mai‎ ‎2019‎ ‎19‎:‎53

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

La qualité argumentative est effectivement au top...

Seppi 29/05/2019 19:35

@ Pascal CHONDROYANNIS le ‎dimanche‎ ‎26‎ ‎mai‎ ‎2019‎ ‎17‎:‎56

Merci pour votre commentaire.

Assez bonne synthèse. Mais c'étaient (de mémoire) 53 ou 54 morts, et c'étaient des graines germées de fenu grec.

Et il y a eu récemment des intoxications au Datura en Martinique…

Et pour produire les pyréthrines "naturelles", il faut utiliser dans les plantations de pyrèthre des fongicides… de synthèse…

Etc.

Seppi 29/05/2019 19:26

Bonjour,

Merci pour votre commentaire (si, si…).

En fait, quand je prends un café, je prends une tasse de pesticides… Cherchez Bruce Ames, 99,99 (99.99)%

Murps 26/05/2019 19:53

J'aime beaucoup le "petit vers" de pesticide autant que la qualité des arguments présentés.
Bescherelle ta mère !!!
http://bescherelletamere.fr/

Pascal CHONDROYANNIS 26/05/2019 17:56

Et oui, ça fait toujours mal quand on rappelle des faits avérés, qui vont à l'encontre du discours politiquement correct sur l'horreur des pesticides et du Round-up. Rappelez-vous les 80 morts et 4000 intoxiqués en 2011 par les graines de soja germé "bio", les 24 cas d'intoxication sévère au Datura stramonium mélangé aux graines de sarrazin pour de la farine"bio" en Paca en 2012, pour ne citer que ces cas bien documentés. Sans parler des soit-disant pesticides"bio", bouillie bordelaise, puissant poison qui s'accumule dans les sols et qui fait l'objet d'un intense lobbying bio pour éviter sa réglementation, huile de neem perturbateur endocrinien majeur, la roténone utilisée en bio jusqu'en 2011, agent de la maladie de Parkinson, le pyrèthre puissant insecticide "bio". Mais ces produits ne sont-ils pas "naturels" donc bons et sanctifiés par le biobusiness. De" surcroît comme les rendements en bio sont inférieurs de 30 à 40% par rapport au conventionnel, il faut y aller de bon coeur avec des produits peu efficaces et non sélectifs.
Quand on est croyant et persuadé de défendre le camp du bien, peu importe les faits.