Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Ces pommes peuvent-elles changer la conversation sur les OGM ?

16 Mai 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #CRISPR

Ces pommes peuvent-elles changer la conversation sur les OGM ?

 

Justin Cremer*

 

 

 

 

Une pomme qui ne brunit pas. De la laitue qui ne se fane pas. Des avocats qui ne tournent pas après avoir été coupés...

 

S'agit-il des aliments qui vont séduire des consommateurs sceptiques à l'égard de la modification génétique ? Jack Bobo le pense.

 

Bobo, vice-président pour la politique mondiale et les affaires gouvernementales de la société de biotechnologie Intrexon, est convaincu que l'utilisation de la science pour créer « plus de ces produits que les gens veulent et qu'ils aiment » va finalement changer le discours sur les OGM.

 

Intrexon a déjà mis certains de ces produits sur le marché. Sa pomme Arctic Golden et sa pomme Arctic Granny Smith ont reçu l'approbation réglementaire aux États-Unis et au Canada en 2015, tandis que sa variété Arctic Fuji a été approuvée par les autorités canadiennes et le Département Américain de l'Agriculture et attend l'approbation finale de la US Food and Drug Administration (FDA) dans le cadre d'un processus d'évaluation volontaire.

 

Jusqu’à présent, les consommateurs semblent beaucoup vouloir des pommes qui ne bruniront pas lorsqu’elles sont tranchées, meurtries ou entamées. Intrexon a annoncé avoir déjà planté un million de pommiers et prévoit d'en planter un million de plus pour répondre à la demande.

 

Bobo est clairement enthousiasmé par le succès initial de la société, mais aussi par la façon dont la modeste pomme – cet incontournable des paniers-repas dans les écoles – peut modifier l’opinion des consommateurs qui, paradoxalement, « ne se sont jamais souciés de la façon dont leur nourriture est produite ».

 

« Nos pommes sont le premier OGM de l'histoire du monde que les consommateurs achèteront parce que c'est un OGM plutôt que malgré le fait qu'il s'agisse d'un OGM », a-t-il déclaré à l'Alliance pour la Science en marge du récent symposium de la Société Internationale de Biosécurité (ISBR) à Tarragone, en Espagne.

 

Jack Bobo au symposium de l'ISBR à Tarragone, en Espagne, le 1er avril 2019.

 

 

« La science, c'est ce qui est cool »

 

Mais Bobo a lui-même admis que la soif d'informations des consommateurs sur les aliments qu'ils consomment dépasse leurs connaissances réelles. Une étude récente ayant montré que les personnes qui s'opposent aux aliments GM et professent les opinions les plus extrêmes pensent qu'elles connaissent le mieux la science, alors qu'elles en savent le moins, il semblait juste de lui demander si son affirmation est vraiment exacte. Les consommateurs pensent-ils vraiment que la pomme Arctic est un produit GM, et est-ce même important ?

 

« Beaucoup de gens voient juste un trait qu'ils aiment et ne prêtent pas beaucoup d'attention à la science », a-t-il déclaré. « Mais nous pensons que la science est ce qui est cool à ce sujet et nous voulons qu'ils le sachent. »

 

Alors, quelle est la science ? En bref, les pommes brunissent lorsque leurs composés phénoliques sont exposés à l'oxygène. Dans les pommes Arctic, l'enzyme qui dirige ce processus d'oxydation, la polyphénol oxydase (PPO), est réduite au silence par la modification d'un gène. Le résultat est une pomme avec moins d'un dixième de la PPO d'une variété conventionnelle, ce qui n'est pas suffisant pour permettre le brunissement. Les pommes ne deviennent pas pour autant des monstres de la nature ; elles finissent toujours par pourrir comme les variétés conventionnelles.

 

Que l'on soit d'accord avec Bobo ou non sur le fait que c'est « cool » est en grande partie hors de propos. La vraie raison pour laquelle les pommes Arctic attirent les consommateurs, a-t-il déclaré, c’est qu’il y a un avantage évident en termes de durabilité.

 

 

Réduire le gaspillage alimentaire

 

Les pommes sont le troisième aliment le plus gaspillé aux États-Unis, derrière le pain et les pommes de terre. Des estimations suggèrent que 40 % de toutes les pommes cultivées en Amérique se retrouvent à la poubelle à cause d'un brunissement superficiel et de talures. Bobo pense que notre problème de gaspillage alimentaire fait de la pomme Arctic un « produit que les gens comprennent très facilement ». Pour quelqu'un qui croit que l'avenir de l'agriculture dépend en grande partie de la manière dont la conversation est encadrée, c'est un gros avantage.

 

« La façon dont nous parlons des choses compte. Nous devons recentrer le débat sur la durabilité en matière de santé et de sécurité, car une fois qu’il est question de durabilité, le calcul change et les gens sont prêts à faire des choses différentes », a déclaré Bobo. « Ils pourraient acheter la pomme Arctic à cause de la commodité, mais cela leur permet surtout de se raconter une histoire positive sur leur contribution à la réduction du gaspillage alimentaire ».

 

Même si la réduction du nombre de pommes gaspillées ne résout pas le problème en soi, donner aux consommateurs un produit qu’ils peuvent vraiment acheter en bonne conscience peut aider.

 

« Nous avons besoin d'une approche globale. Aucune solution unique ne résoudra le gaspillage alimentaire, le changement climatique ou la sécurité alimentaire », a-t-il déclaré. « Il va y avoir mille petites choses. Mais toutes ces choses réunies se cumulent en quelque chose d'important ».

 

 

« Les gens s’inquiètent de ce dont on leur dit de s'inquiéter »

 

En tant qu'ancien fonctionnaire du Département d'État qui a renoncé à ce qu'il a appelé le « meilleur job du gouvernement », parcourant le monde en prononçant des discours sur la politique agricole mondiale et l'avenir de l'alimentation, Bobo sait qu'il est important de formuler un message. Dans un récent Ted Talk, il a abordé des sujets tels que l’économie comportementale, la psychologie cognitive et la perception des risques afin de comprendre « pourquoi nous craignons les aliments que nous consommons ».

 

 

La réponse courte, dit-il, est que « les gens s'inquiètent de ce dont on leur dit de s'inquiéter ». En conséquence, des opposants passionnés aux OGM ont pu créer l’impression que les aliments génétiquement modifiés peuvent présenter des risques pour la santé, même si la science montre clairement que ce n'est pas le cas. C’est aussi la raison pour laquelle les supermarchés américains regorgent de produits aux étiquettes absurdes tels que l’eau « sans gluten » ou d’innombrables produits « sans OGM » qui n'existent pas sous forme d'OGM.

 

Cela crée de la confusion chez les consommateurs. Par conséquent, pour de nombreuses personnes, le choix judicieux au supermarché consiste à éviter tous les risques perçus, même en l'absence de risque réel. Bobo soutient que si les consommateurs étaient plus conscients de certains faits de base, tels que, par exemple, le fait que la plupart des enzymes utilisées dans la fabrication de produits préférés tels que la bière, le vin et le fromage sont génétiquement modifiés, ils feraient de meilleurs choix.

 

« Je pense qu'il serait utile que nous discutions davantage du fait que de nombreux auxiliaires technologiques et enzymes sont génétiquement modifiés », a-t-il déclaré. « L’un des aspects tristes de l'étiquetage actuel en biotechnologie, et cela partout dans le monde, c’est que les enzymes ne sont pas étiquetés. Eh bien, si votre bière, votre vin et votre fromage étaient tous étiquetés, pourquoi vous soucieriez-vous de votre huile de maïs ou de soja ? Vous ne le feriez pas. »

 

Même si nous sommes loin d’éliminer les craintes liées aux OGM, Bobo a déclaré qu’il était encouragé par la réaction à la pomme Arctic et par l’approbation récente par la FDA américaine du saumon à croissance rapide conçu génétiquement par AquaBounty, une filiale d’Intrexon (« nous faisons tout ce qui est controversé », a-t-il plaisanté au symposium de l'ISBR). Produire des aliments que les consommateurs veulent acheter va aller beaucoup plus loin que de ressasser les mêmes arguments que ceux qu'utilisent les partisans des OGM depuis des années.

 

Il fait valoir que souligner leurs antécédents prouvés en matière de sécurité, les perspectives de réduction importante du nombre d'applications de produits chimiques dangereux ou le caractère d'élément nécessaire pour nourrir une population mondiale en croissance rapide est bel et bien pertinent, mais ce sont des arguments qui ne parviennent pas à convaincre la plupart des gens.

 

« Les gens ne vont pas changer leur comportement au bénéfice de quelqu'un d'autre. Ils doivent avoir un avantage tangible pour eux-mêmes ; alors vous devez avoir les produits que les gens veulent », a-t-il déclaré.

 

_____________

 

* Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2019/04/can-apples-change-gmo-conversation/

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
..." Produire des aliments que les consommateurs veulent acheter va aller beaucoup plus loin que de ressasser les mêmes arguments que ceux qu'utilisent les partisans des OGM depuis des années"...
Sachant que les consommateurs ne veulent surtout pas acheter d' OGM mais des produits bio merci pour cette précieuse précision.

..."alors vous devez avoir les produits que les gens veulent », a-t-il déclaré."...
La demande porte sur des produits bio, les gens refusent les OGM, voir toutes triturations biotechnologiques que les lobbys tentent de faire passer par tous moyens pour indispensables.
Les gens ne sont pas dupes et savent parfaitement ce qu'ils veulent dans leurs assiettes.
Répondre
S
@anti malbouffe le ‎vendredi‎ ‎17‎ ‎mai‎ ‎2019‎ ‎22‎:‎38

Merci pour votre condescendance…

“Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet.” (Georges Courteline)
A
Seppi, visiblement toujours à coté de la plaque ou en hors sujet .

En réponse à cette affirmation: "...savent parfaitement ce qu'ils veulent dans leurs assiettes." Seppi êtes vous un minimum sérieux, lorsque vous osez écrire :" Quelle part de marché le "bio?" ?

Fidèle à vous même, vous balancez vraiment n'importe quel argument en pâture dans le but de dénigrer le bio; mais encore une fois les gens ne sont pas dupes et à ce petit jeu vous vous décrédibilisez de plus en en plus, c'est super et nous vous en remercions pleinement.

En effet, toute personne un minimum informé est évidement au courant qu' actuellement la demande en bio est nettement plus forte que la production elle même puisque le conventionnel couvre encore aujourd’hui la plus grande partie des surfaces à partir de la mon pauvre Monsieur il est évident que la part de marché bio n'est pas un indice cohérent avec la demande. (saisissez vous vos âneries?)
Il faut juste s’appeler Seppi pour oser écrire ce style d'arguments hyper idiots simplement en vue de toujours venir discréditer le bio.

Les gens ne sont pas dupes, ils savent parfaitement ce qu'ils veulent dans leurs assiettes; votre mauvaise mayonnaise lobbyiste ne prendra jamais...
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Vous avez raison : "Les gens ne sont pas dupes et savent parfaitement ce qu'ils veulent dans leurs assiettes." Quelle part de marché le "bio" ?