Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

L'agriculture face aux phénomènes climatiques extrêmes : un défi mondial

28 Avril 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Divers

L'agriculture face aux phénomènes climatiques extrêmes : un défi mondial

 

Ruramiso Mashumba et Larry Sailer*

 

 

 

 

Nous vivons aux antipodes du monde et nous ne nous sommes jamais rencontrés en personne. Cependant, en tant qu’agriculteurs qui ont été confrontés à une catastrophe naturelle majeure ce mois-ci [mars 2019], nous avons beaucoup en commun.

 

Vous avez probablement déjà vu les gros titres et les reportages. En Afrique australe, des centaines de personnes sont mortes du fait du passage du cyclone Idai au Mozambique et au Zimbabwe. Le nombre de morts continue de croître. Pendant ce temps, dans le Midwest septentrional des États-Unis, la neige, suivie de fortes pluies et d'inondations massives, a causé des dommages de plusieurs milliards de dollars aux routes, ponts et propriétés privées de l'Iowa, du Missouri, du Nebraska et du Dakota du Sud.

 

Ce sont deux des pires catastrophes météorologiques de tous les temps survenues dans les endroits où nous vivons et travaillons. Bien qu'aucun de nous n'ait été directement touché, nous connaissons beaucoup de personnes dont la vie a changé pour toujours.

 

Nous sommes tous deux membres du Réseau Mondial des Agriculteurs (Global Farmer Network), une organisation internationale qui réunit les agriculteurs pour discuter des défis et des opportunités, nous fournissant une plate-forme pour raconter nos histoires, partager nos expériences et apprendre les uns des autres. L'un de nous cultive des pois mange-tout, du riz, du maïs et du sorgho au Zimbabwe et l'autre, du maïs et du soja dans l'Iowa. Sous nos différences superficielles, il s'avère que nous partageons beaucoup des mêmes intérêts : nous dépendons tous deux de technologies de pointe, du commerce mondial et de bonnes infrastructures.

 

Nous sommes maintenant confrontés aux effets de conditions météorologiques extrêmes sans précédent.

 

Nous avons tous les deux connu de fortes pluies et vu les routes devenir impraticables, alors que les rivières et la mer envahissaient les villages et effaçaient des fermes entières. Personnellement, nous n’avons pas souffert comme tant d’autres. Certaines parties du Zimbabwe ont même bénéficié de la pluie torrentielle qui a mis fin à une vague de sécheresse.

 

 

 

 

Les habitants du Mozambique ont enduré la pire météo. Un important effort de secours humanitaire est actuellement en cours. À court terme, nous devons nous concentrer uniquement sur la survie : veiller à ce que le plus grand nombre de personnes possible traverse cette crise.

 

Bientôt, cependant, nos pensées devront se tourner vers le rétablissement et la prévention. Nous pouvons également tirer une leçon de notre interdépendance. Le port de Beira est l'épicentre de la dévastation au Mozambique – et la population du Zimbabwe compte sur cette ville côtière pour ses importations et ses exportations. Longtemps après le retrait des eaux de crue, nous subirons la douleur supplémentaire des perturbations économiques.

 

Les agriculteurs du Zimbabwe et de l’Iowa vivent peut-être dans des mondes différents, mais nous nous trouvons tous les deux dans des zones enclavées et nous comptons sur une infrastructure pour nous aider à transporter des biens et des services au-delà des frontières et des océans.

 

Bien que l’Iowa et le Midwest américain n’aient rien vu de semblable aux morts qui ont affligé l’Afrique australe, sa population a beaucoup souffert. Nous avons vu des villes entières inondées, des fermes familiales emportées et des animaux morts entassés partout.

 

Où que nous vivions, que ce soit dans un pays en développement ou dans le pays le plus avancé de la planète, les agriculteurs savent que nous ne faisons pas que de l’agriculture. Nous sommes dans le domaine de la gestion des risques. Tout ce que nous faisons consiste à tirer parti de nos ressources naturelles et des bonnes opportunités tout en réduisant l'impact des défis tels que les phénomènes météorologiques extrêmes.

 

 

 

 

Au Zimbabwe, le cyclone nous rappellera à la gestion appropriée des récoltes. Nous ne pouvons pas simplement laisser le grain sur le terrain et supposer qu’il sera encore là des mois plus tard, prêt à être repris. Au lieu de cela, nous devons en stocker davantage, en utilisant des séchoirs et des silos pour le protéger des éléments. Il serait également utile d’avoir un meilleur marché de l’assurance, de manière à pouvoir souscrire des polices nous permettant de couvrir nos paris.

 

De plus, nous devrions investir dans la génétique des semences afin que nos cultures puissent bénéficier non seulement des technologies de résistance à la sécheresse dont nous avons désespérément besoin, mais également de la résistance aux inondations et au sel.

 

En Iowa et dans le Midwest, les inondations peuvent donner une leçon sur la valeur de la conservation des sols. À mesure que les eaux se retirent et que nous entrons dans la saison des semailles, les agriculteurs qui pratiquent la culture sans labour et utilisent des cultures de couverture peuvent voir un retour immédiat sur ces investissements. Ces stratégies durables méritent de devenir plus populaires.

 

Ce dont nous avons tous deux besoin, c'est d'une infrastructure de premier ordre. Cela inclut les routes et les rails qui nous aident à maintenir nos liens avec le monde entier, ainsi que les barrages et les digues qui améliorent notre gestion de l’eau et nous protègent de la ruine.

 

Avant tout, nous devons combiner résilience et foi. Nous devons rester déterminés à traverser les pires moments, sachant que le meilleur des temps peut encore nous attendre.

 

Les agriculteurs voient une version de cela chaque année. Dans le Midwest, nous nous réjouissons de voir le sombre hiver se transformer en un printemps vibrant. Pour nous deux, c’est l’énergie et la résolution renouvelées qui nous animent alors que nous entamons une nouvelle campagne. Malgré toutes les frustrations que l’agriculture peut engendrer, c’est peut-être sa grande joie qui revigore : nous avons toujours la chance de voir et d’expérimenter une nouvelle vie.

 

_____________

 

* Cet article a été publié pour la première fois dans le Des Moines Register.

 

Source : https://globalfarmernetwork.org/2019/03/farming-through-extreme-climate-events-is-a-global-challenge/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

douar 29/04/2019 08:54

Entièrement d'accord avec Hbsc.
Nous avons un énorme biais de sélection des informations.
Et même à notre échelle locale, nous oublions vite les accidents météo qui ont pourtant eu lieu récemment (sécheresses de 1976, 1990...).
Plus loin de nous, plus grand monde ne se souvient de la terrible sécheresse de 1913 racontée par Amadou Hampaté Ba, dans le pays peul?

Hbsc Xris 28/04/2019 22:08

Je m'inscris en faux sur cette article catastrophiste.....

En raison des couvertures médiatiques, il existe aujourd'hui un "véritable mythe international" d'une augmentation des catastrophes naturelles et événements climatiques extrêmes en relation avec le réchauffement climatique.

Un autre biais existe, celui des bases de données sur "les catastrophes liées aux climats : cyclones, inondations, sécheresses, etc..." sur lesquelles il m'est arrivé d'aller.
Si l'on remonte au delà des années 1970, voir 1960, il n'y a plus grand chose, tout simplement parce que les statiticiens de ces bases, n'étant pas historiens, n'ont pas su où chercher et n'ont rien entré. Il est facile de dire ensuite que tout a empiré, puisqu'aucune donnée n'a été entrée !

Pour quelqu'un qui fait de l'histoire, rien ne confirme ce mythe. Le passé est simplement tombé dans l'oubli, pire, des événements parfois dramatiques n'ont pas attiré l'attention de ceux qui les vivaient pour qui les caprices de la nature étaient normaux.

Un exemple parmi tant d'autres :
Quelle est la pire sécheresse en France (et en Europe du nord) depuis un peu plus d'un siècle ? Celle de 1911 absente de tous les livres d'histoire
https://www.cairn.info/revue-annales-de-demographie-historique-2010-2-page-105.htm
Il existe des articles similaires sur la catastrophe de 1911 en Belgique et GB, mais je n'ai pas le temps de les chercher.

Il est à noter que les bases de données des grandes sociétés d'assurances de part le monde ne relèvent pas d'aggravations récentes des événements climatiques extrêmes.
Et il y a fort à parier, que si il y avait une telle augmentation, ces sociétés s'empresseraient de l'annoncer pour faire monter les primes d'assurances.
https://www.climato-realistes.fr/evenement-naturels-extremes-rapport-aon-2017/