Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Apiculture : en Allemagne on agit, en France on progresse

23 Avril 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Abeilles

Apiculture : en Allemagne on agit, en France on progresse

 

 

 

L'Association Rhénane des Agriculteurs distribue aussi des panneaux annonçant les bandes fleuries. Texte :

« Votre agriculteur s'engage pour la biodiversité

Aidez-nous, SVP – ne dérangez pas les plantes et les animaux vivant ici.

Ne pénétrez pas dans la parcelle, SVP.

Gardez votre chien sur les chemins !

 

 

En Allemagne, le nombre de colonies et d'apiculteurs croît

 

Un lecteur assidu d'Agrarheute m'a mis sur la piste de « Imkerbund zählt mehr Bienenvölker in Deutschland » (l'association des apiculteurs recense davantage de colonies d'abeilles en Allemagne).

 

En bref, le nombre de colonies a « encore » augmenté en 2018 selon le Deutsche Imkerbund (DIB) : plus 23.000 ou 2,9 %.

 

Le nombre de ses membres a aussi progressé de 5,4 % avec une augmentation du nombre des petits apiculteurs (le nombre moyen de colonies a baissé de 0,1 pour s'établir à 6,8). Environ 96 % des apiculteurs ont moins de 25 ruches ; 1 % plus de 50.

 

Cet article fait aussi la part belle au parrainage de « pâturages pour abeilles », organisé par l'Association Rhénane des Agriculteurs, avec une opération « Bienenweide statt Blumenstrauß » qui incite à offrir le parrainage d'une prairie que l'on laisse monter à fleurs, plutôt qu'un bouquet. Les agriculteurs se félicitent de l'écho positif renvoyé par cette opération.

 

Voici deux graphiques sur le nombre de colonies et la production de miel en Allemagne.

 

 

 

 

Petite question : pourquoi, sur la base des statistiques de la FAO pour 2017, la production de miel par ruche a été environ le double en Allemagne par rapport à la France ? Voir aussi ici.

 

 

En Bavière, une pétition « Sauvez les abeilles, les oiseaux et les papillons » aboutit

 

Le petit parti écologiste et conservateur Ökologisch-Demokratische Partei (ÖDP) avait lancé une pétition en Bavière. Selon les règles en vigueur, elle devait recueillir 25.000 signatures collectées « dans la rue », puis celles de 10 % des électeurs déposées en mairie. Elle a abouti avec 1,75 million de signatures.

 

Le Ministre-Président de Bavière Markus Söder a annoncé que le gouvernement sauterait l'étape du référendum et passerait directement à l'étape législative.

 

Parmi les demandes : passer de 10 % d'agriculture biologique aujourd'hui à 20 % d'ici 2025 et 30 % d'ici 2030. Au moins 10 % des espaces naturels devront être convertis en prairies fleuries. Et bien sûr, tout cela nécessite un important programme d'incitations et de soutien.

 

 

En France, des progrès dans le réalisme?...

 

En France, des chiffres sur la mortalité hivernale commencent à circuler, alors que la Montagne écrit le 3 avril 2019 que « L'enquête sur la mortalité des abeilles est ouverte dans le Puy-de-Dôme », cette fois-ci avec des questionnaires qui permettront (peut-être) d'en savoir un peu plus. Mais, selon le journal, « les premiers retours font espérer "une situation moins critique" qu’au printemps 2018 en termes de mortalité ».

 

Le chiffre de 30 % est assez fréquemment avancé à ce stade. Phénoménal ! La saison apicole vient juste de commencer et on sait déjà...

 

Mais, surprise : il n'y a presque pas de gesticulation. Maxisciences déclare cependant avec emphase le 16 mars 2019 qu'« Un tiers des colonies d'abeilles ont disparu l'hiver dernier en France ». C'est fondé sur une enquête de l'Union National de l'Apiculture Française (UNAF) auprès de 14.000 apiculteurs. Bien sûr, les pesticides sont mis en cause. Mais cela porte sur l'hiver... 2017-2018.

 

Pourquoi donc communiquer sur ces chiffres au printemps 2019 ?

 

En fait, on pourrait percevoir les signes d'un réalisme bienvenu. Dans le lot d'articles, nous avons trouvé :

 

 

 

 

...mais la chienlit à l'ITSAP...
 

C'est à lire ici. Petit extrait... mais le reste est tout aussi cinglant :

 

« Ce qui nous gangrène toujours, c’est l’instrumentalisation sans limites des abeilles et de l’apiculture par ces élus, au profit d’idéologies dogmatiques qui dépassent les seuls intérêts apicoles, et cela au mépris de la stabilité de structures techniques régionales et nationales vouées à améliorer les conditions du développement de l’apiculture française. »

 

 

...et toujours les réflexes pavloviens

 

On accordera un accessit à France 3 Bretagne et son « La population d'abeilles augmente en Bretagne » du 20 mars 2019. Mais les partis pris et réactions pavloviennes restent de rigueur. Qu'on en juge (l'ortograf, c'est eux) :

 

« Ce regain de population des abeilles serait-il dû aux efforts de certains pour protéger la planète ? La réponse est oui pour certains observateurs.

 

Des apiculteurs rassurés

 

Pour les apiculteurs bretons, c'était inespéré. Dans les ruches, ils ont observé que les colonies étaient plus populeuse que les années passées. Une nouvelle rassurante pour ces professionels, très engagés contre les pesticides qui ravagent les insectes.

 

Le premier d'entre eux : les décriés néo-nicotinoïdes. Ces pesticides ont été interdit le 1er septembre dernier. »

 

Comme si la situation pouvait fortement évoluer en un an du fait des « efforts de certains pour protéger la planète » ou de l'interdiction des néonics au début de l'automne dernier...

 

Mais le journal – ou plutôt ses interlocuteurs – insiste :

 

« Mais les apiculteurs gardent les pieds sur terre. Ils sont persuadés que ce sont les pesticides qui ont provoqué ces chutes massives de population les années précédentes.

 

[…]

 

Aujourd'hui, le syndicat des apiculteurs professionnels de Bretagne a commandé une étude scientifique à un laboratoire indépendant pour établir le lien entre épandage de produits chimiques et mortalité dans les ruches. »

 

 

 

 

Encore une « étude scientifique » commandée « à un laboratoire indépendant » dont la conclusion semble prédéfinie...

 

 

L'ANSES recommande un renforcement de la protection des abeilles et autres butineurs

 

Le 5 février 2019, à la suite d'une expertise, l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES) a recommandé d’élargir l’interdiction d’appliquer des produits insecticides et acaricides en pulvérisation pendant les périodes de floraison et/ou périodes de production d’exsudats :

 

  • à l’ensemble des produits phytopharmaceutiques utilisés en pulvérisation pendant ces périodes,

     

  • à tous les produits contenant des substances actives systémiques utilisés en pulvérisation et traitements de semence avant floraison, y compris les produits à base de micro-organismes.

 

Elle a également recommandé que l’octroi des dérogations à l’interdiction d’application soit soumis à la réalisation de nouveaux essais, dès lors que les méthodes le permettant sont disponibles :

 

  • sur le développement du couvain, les effets chroniques d’une intoxication aiguë et, pour tout produit contenant un insecticide neurotoxique, sur le comportement des abeilles (test de retour à la ruche),

     

  • sur la toxicité aiguë orale et par contact sur bourdon.

 

En outre, les produits en cause ne devraient être utilisés qu’après l’heure de coucher du soleil (telle que définie par l’éphéméride) et dans les trois heures suivantes, dans des conditions permettant d’assurer la sécurité et la santé des opérateurs.

 

 

À voir jusqu'au 28 avril 2019...

 

Sur le site d'Arte, « Miel de Sicile, le nectar des abeilles noires ». Ce n'est pas une annonce de l'Apocalypse... c'est un documentaire allemand.

 

 

 

 

 

Apiculture française et Chine

 

Alerte Environnement a publié un bref mais percutant « La magouille apicole ».

 

Il y a, d'un côté, la « francisation » du miel (plus ou moins adultéré) de Chine. Et de l'autre l'ambition, frustrée, de Famille Michaud Apiculteurs de vendre du miel français en Chine. « Laisserons-nous encore longtemps la Chine tuer l'apiculture européenne ? » est une tribune à lire dans les Échos.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

1011 12/07/2019 14:17

Petit partage, plasticienne je débute une nouvelle série sur le sujet de la pollution par les pesticides . Une série de dessins au crayon de couleur évoquant, par une suite d'abeilles mortes, la pollution par les substances chimiques et les pesticides utilisés dans l'agriculture. A découvrir :
https://1011-art.blogspot.com/p/vous-etes-ici.html
Cette série sera présentée dans le cadre des Rencontres Philosophiques d'Uriage en octobre 2019 répondant à la question "L'art peut il changer le monde ?"

Seppi 13/07/2019 15:32

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Vos dessins sont vraiment superbes.

En revanche, je pense que vous devriez vous informer un peu plus sur des sites rationalistes et informés comme celui-ci (aïe, mes chevilles enflent) sur les origines de la "mortalité" des abeilles.

Les abeilles meurent comme tous les êtres vivants ou presque. Les colonies (ruches) meurent aussi naturellement. Les mortalités anormales ont des causes multifactorielles et les études sérieuses montrent que les pesticides sont loin d'être la cause principale (n'en déplaise à certaine association d'apiculteurs qui s'est fait le supplétif du mouvement altermondialiste et anti-pesticides).

Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de cas où la cause évidente d'une mortalité anormale est un usage inconsidéré d'un pesticide.