Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

« Je bois un verre de glyphosate ??? », de M. Eugène Matadon sur Youtube

23 Mars 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Glyphosate (Roundup), #critique de l'information

« Je bois un verre de glyphosate ??? », de M. Eugène Matadon sur YouTube

 

Glané sur la toile 324

 

 

 

 

C'est un peu du René Dumont, avec son verre d'eau, mais dans l'autre sens.

 

 

René Dumont ? Agronome, professeur à ce qui fut l'Institut National Agronomique (INA) et est maintenant AgrosParisTech, auteur prolifique avec près de 70 ouvrages dont « L'Afrique noire est mal partie » en 1962 et « L'Utopie ou la mort ! » en 1973, premier candidat « écologiste » aux élections présidentielles en 1974 (1,32 % des votes).

 

Eugène Matadon ? Doctorant en amélioration des plantes, sur le mode moléculaire.

 

En un peu plus de 20 minutes, s'étant versé un verre de glyphosate, allusion à une autre vidéo que nous ne commenterons pas, il délivre un cours de toxicologie complet. Vraiment complet, documenté (les sources sont indiquées dans le commentaire sur la vidéo.

 

 

Le débit est rapide, peut-être trop pour les gens qui découvrent une réalité méconnue et soigneusement occultée par le militantisme. Si cela était possible, ce serait bien d'en publier le texte.

 

Une série de commentaires sur Twitter :

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
La premier commentateur sur Twitter ne doit pas connaitre les vidéos très pédagogiques de la série "understanding science » de l’EFSA.
Répondre
G
L‘avenir du glyphosate parait en effet sombre. Parmi les reliques on peut penser par exemple à l’entretien des voies ferrées. A mon sens si les exploitants pratiquant l’agriculture de conservation des sols (maintien d’un couvert végétal durant l’hiver suivi de semis direct) pouvaient être exemptés de l’interdiction du glyphosate, ce serait un acquis modeste mais significatif. Mais peut-être suis-je déjà immodeste dans mes espérances !
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Vous êtes peut-être bien immodeste dans vos espérances :

https://www.change.org/p/0-pesticide-sur-toutes-les-zones-non-agricoles

Cela ne s'arrêtera pas, par idéologie, dogmatisme et aussi intérêt : ces "organisations" doivent avoir un fond de commerce.

Quant à l'agriculture de conservation, j'espère vivement qu'elle fera mieux que se maintenir : s'étendre.
J
Maintien du glyphosate=pérènité de l'agriculture de conservation sous la forme de semis directs sous couvert végètal=grosses pertes d'argent pour l'agrobusiness, pertes de taxe pour l'état est...
Répondre
S
@ Joubert le ‎lundi‎ ‎25‎ ‎mars‎ ‎2019‎ ‎12‎:‎50

Bonjour,

Merci pour votre commentaire, auquel je réponds avec grand retard, et je vous prie de m'en excuser.

Votre témoignage est très important.

Pour l'observation finale, je pense plutôt que la mauvaise volonté gouvernementale est le fruit de l'incompétence et du dogmatisme. Quand je vois que certains militants « écologistes » sont profs à AgroParisTech... Quand je vois les contributions de l'INRA aux débats et aux politiques...
M
Comme Seppi je crois que la position du gouvernement n'est pas inspirée par les lobbies de l'industrie (pétrole, tracteurs) mais par des considérations électoralistes. Il serait suicidaire pour tout homme politique de déclarer que le glyphosate est inoffensif pour le consommateur ainsi que pour l'agriculteur respectant de bonnes pratiques. L'opinion est tellement formatée par Elise Lucet, MM Robin, Michèle Rivasi, Corinne Lepage, Karima Delli et maintenant JL Mélenchon que la cause est perdue. Qui se souvient d'avoir vu à la télé de brillants chercheurs en biotechnologies tel Marcel Kuntz, personne! J'ai même vu sur certains blogs des commentaires demandant la traduction des industriels et d'agriculteurs utilisateurs de glyphosate devant la CPI pour crime contre l'humanité.
La cause est entendue, les esprits sont formatés:
- les OGM sont des poisons
- le glyphosate est un poison
- hors du bio point de salut
- et j'ajouterai les centrales nucléaires vont nous péter à la figure
On se prépare des lendemains qui déchantent!
J
Pour être praticien du semis sous couvert végétal (SCV) je peux vous affirmer que je n'utilise plus d'engrais de fond (PK) depuis 8 ans et cela sans épuiser les sols (jusque là!)
Pour le fuel on peut facilement diviser la consommation par 3.
Pour l'acier, c'est également considérable. Les tracteurs tournent donc moins et il y'a moins de matériels utilisés et surtout presque plus de pièces d'usures à renouveler.
Pour finir, lorsque l'on pratique les SCV, on est aussi soucieux de ses utilisation de produits phytosanitaire.
Pour ma part j'ai répondu à l'objectif de Ecophyto 2018 en baissant ma consommation globale de 50% et cela en se formant (via une boite privée!) à l'optimisation des produits Phytos et en bénéficiant des services écosystemique rendu par le système SCV.(ce qui n'a pas empêcher l'Elysée d'utiliser mon expérience pour en faire un faux témoignage sur leur site de sortie du glyphosate!)
Ce qui me fait malheureusement penser que la mauvaise volonté des gouvernements successifs de mettre en avant ce type d'agriculture ( la 3ème voie!), contrairement à la reconnaissance qui est faite de l'AB, est dû à la perte d'argent que pourraient connaitre certains gros industriels, ainsi que l'état via les taxes sur les ventes de pétrole et d'acier.
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

D'accord sur la première partie. Pour la deuxième, en l'absence de références, j'ai quelques doutes. Mais c'est sûr que l'interdiction du glyphosate bénéficiera aux producteurs de gazole (encore largement détaxé pour l'agriculture).
J
il suffit de lire les commentaire pour constater que cette vidéo tape à coté de la plaque..en terme de public...de temps à autre on lit un commentaire incongru.. .. ne vous y trompez donc pas.si la decision sur l'interdiction se base sur la démocratie ce sera interdit, car le travail de propagande a marché.
Répondre
D
glyphosate condamné?
Autant, il y a quelques mois, je le pensais, autant aujourd'hui, j'en suis moins sûr: l'apparition médiatique (cf le canard enchainé) des cas d'intoxication au datura montre bien que les agriculteurs n'utilisent pas des désherbants totaux pour le plaisir, mais par souci de santé publique.
J'ose espérer que dans les ministères (santé par exemple), on suit ça de près.
Et politiquement, devoir assumer des intoxications futures du fait d'interdiction intempestives, ce n'est pas vendeur:à mon avis, les politiques vont jouer la montre.
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Je crains que le glyphosate ne soit condamné, au mieux sous réserve d'usages reliques. Mais ce n'est pas "à cause de" la démocratie mais plutôt "faute de" démocratie, d'une démocratie qui mette tous les arguments sur la table.
M
Lorsque j'enseignais en collège, le programme de 5eme de physique/chimie comportait une partie sur le "cycle de l'eau".

En fin de chapitre, je présentais alors la fameuse vidéo de René Dumont qui boit son "verre d'eau précieuse" et explique « qu'avant la fin du siècle nous allions en manquer ».
Puis je demandais à mes élèves de calculer le temps qu'il reste avant la fin du siècle. Invariablement, ils basaient leur fin de siècle sur… 2100 !

Quand j’expliquai alors que la vidéo datait de 1974, j’avais des regards étonnés et une remarque d’un élève qui m’est restée : « Mais c’est un vieux c… ! »…. C’est pas moi qui lui ai soufflé, promis.

Pour revenir au glyphosate, j'aime bien la naïveté de la personne qui se demande pourquoi les agences de sécurité sanitaires ne font pas ce "genre de vidéo"...
AMHA avec des gouvernements qui entretiennent le populisme à coups d'arguments pseudo-scientifiques c'est le meilleur moyen de se faire mettre à pied. Y qu'à voir le site de l'Elysée à propos de la sortie du glyphosate...
Répondre
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Jolie, la petite histoire. Elle pose bien un problème d'internet : beaucoup de documents ne sont pas datés, certains sciemment. Dans ce cas précis, il faut bien lire le petit commentaire sous la vidéo, ce que de nombreux internautes ne font pas.

Bien d'accord avec votre second commentaire. Ou plus simplement : si on veut faire carrière, mieux vaut ramer dans le sens des attentes gouvernementales. Exemple caricatural : l'INRA.