Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Farmer’s Daughter : cinq conseils pour parler à quelqu'un qui s'inquiète à propos des OGM

26 Mars 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM

Farmer’s Daughter : cinq conseils pour parler à quelqu'un qui s'inquiète à propos des OGM

 

Amanda Zaluckyj, AGDAILY*

 

 

 

 

Parfois, la recherche scientifique semble, disons, inutile. Comme la conclusion est parfois si évidente, nous ne nous attendons probablement pas à ce que quelqu'un dépense le temps et l’argent nécessaires pour la faire. C'est le cas d'une étude récente publiée dans Nature Human Behavior. Les chercheurs ont constaté que les plus opposés à la biotechnologie en savaient le moins, même s'ils pensaient en savoir le plus.

 

Quiconque traînant sur Internet aurait pu le signaler, mais au moins nous avons maintenant des preuves.

 

L’énigme est la suivante : ceux qui ont le plus besoin d’entendre notre message sont ceux qui risquent le moins de se rendre compte qu’ils ne savent pas tout sur le sujet. Et comment pouvez-vous convaincre quelqu'un de quelque chose alors qu'il pense tout savoir ?

 

Il est vrai que nous ne pourrons tout simplement pas atteindre tout le monde. Ce n’est pas possible. Il y aura toujours des personnes en marge de n'importe quelle question qui refusent d'écouter la raison. Très franchement, si quelqu'un pense toujours que les objectifs de Monsanto sont de contrôler l’approvisionnement alimentaire mondial et que son rachat par Bayer n’est qu’une couverture, il n’y a pas grand chose à faire pour aider cette personne.

 

Pourtant, il y a des personnes préoccupées par la biotechnologie qui ne sont pas totalement dingues. Je ne dis pas que la conversation est toujours facile, surtout lorsque l’identité et les valeurs personnelles sont en jeu. Mais nous pouvons essayer.

 

Alors, comment pouvons-nous atteindre les plus fidèles, les vrais croyants ? Voici quelques suggestions :

 

 

Instaurer la confiance

 

Cela vaut pour chaque conversation que vous avez avec quelqu'un à propos de l'agriculture. Ou, plutôt, pour tout sujet sur lequel vous voulez convaincre. Vous devez absolument établir une relation de confiance. Votre interlocuteur doit comprendre que vos motivations sont authentiques, que vous partagez les mêmes valeurs et que vous avez les mêmes préoccupations. Construisez la conversation sur le terrain commun que vous partagez.

 

 

Comprendre les bases

 

Un adage veut que vous ne savez pas vraiment quelque chose avant d’être capable de l’enseigner à quelqu'un d’autre. C’est particulièrement le cas ici. Avant de tenter de convaincre quelqu'un que vous avez raison en matière de biotechnologie, il est probablement utile de comprendre vous-même les bases. Je ne dis pas que tout le monde a besoin d’un diplôme d’études supérieures pour avoir cette conversation. Mais préparez-vous en lisant des articles, en révisant des ressources et en apprenant à parler le jargon. Vous devez comprendre si vous voulez en parler.

 

 
Ne perdez pas votre sang-froid

 

Je serai la première personne à admettre que rester calme et ne pas se fâcher n’est pas la chose la plus facile à faire. Pour toute personne étroitement liée à la production alimentaire, ces sujets peuvent être si personnels. Nous sommes passionnés par les plantes et les animaux dont nous nous occupons. C'est une bonne chose. Mais ne laissez pas votre enthousiasme gâcher vos conversations avec les consommateurs moyens. Gardez les choses en perspective : leur point de vue ne vous concerne probablement pas personnellement. Et crier ne va pas faire avancer la conversation ou faire changer d’avis.

 

 

Ne soyez pas trop critique

 

Beaucoup de personnes méfiantes vis-à-vis de la biotechnologie pensent probablement que leur position fait partie de leur êtret. En d'autres termes, être anti-OGM fait partie de leur identité plus large. Il peut dès lors être extrêmement difficile de mettre un pied dans la porte car la conversation devient immédiatement personnelle. Veillez donc à ne pas trop critiquer la position anti-OGM. Alors, ne dites pas des choses comme : « C'est vraiment de l'ignorance » ou : « Vous ne savez pas de quoi vous parlez ». Dites plutôt des choses comme : « Je comprends pourquoi vous vous inquiétez pour la nourriture que vous mangez » ou : « En tant qu'agriculteur, laissez-moi partager les informations que j'ai sur ce sujet. »

 

 

Reconnaître l'objectif général

 

Une conversation est peu susceptible d'influencer complètement quelqu'un. Donc, ne prenez pas la conversion comme objectif final. Au lieu de cela, vous devriez vous efforcer d’ouvrir un canal de communication. Planter une graine, si vous voulez. Concentrez-vous sur une conversation qui construit une relation, instaure la confiance et permet un suivi. Jouer à un jeu à long terme. La plupart des gens ne sont pas devenus anti-OGM du jour au lendemain. Et beaucoup d’entre eux ne changeront pas d’idée après une conversation.

 

_____________

 

* Amanda Zaluckyj blogue sous le nom The Farmer's Daughter USA. Son objectif est de promouvoir les agriculteurs et de lutter contre la désinformation qui tourbillonne autour de l'industrie agroalimentaire américaine.

 

Source : https://www.agdaily.com/insights/tips-talking-about-agriculture-gmos/

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article