Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Alerte à la bêtise : le glyphosate fait augmenter le taux de phosphore dans les sols et les milieux aquatiques

18 Mars 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #Glyphosate (Roundup), #Article scientifique

Alerte à la bêtise : le glyphosate fait augmenter le taux de phosphore dans les sols et les milieux aquatiques

 

 

 

 

 

Il faut se frotter les yeux à la lecture d'un communiqué de presse de l'Université McGill, « Le glyphosate inquiète à plus d’un égard ».

 

Le sous-titre est explicite : « Cet herbicide fait augmenter le taux de phosphore dans les sols et les milieux aquatiques ».

 

Tremblons, braves gens, à cette nouvelle annonce de l'Apocalypse (au conditionnel toutefois, après deux indicatifs péremptoires) :

 

« Selon une nouvelle étude de l’Université McGill, le glyphosate, herbicide très répandu, pourrait avoir un effet jusqu’à présent insoupçonné sur l’environnement.'

 

Il aura fallu que

 

« les auteurs d'une étude publiée récemment dans la revue Frontiers in Ecology and the Environment, de l’Ecological Society of America, s’intéressent non pas aux éventuels effets directs de cet herbicide sur la santé, mais plutôt à un effet largement négligé jusqu’à maintenant : l’augmentation des niveaux de phosphore dans l’environnement. »

 

L'étude, c'est « The overlooked impact of rising glyphosate use on phosphorus loading in agricultural watersheds » (l'impact négligé de l'utilisation croissante du glyphosate sur la charge en phosphore des bassins versants agricoles).

 

Il paraît que :

 

« "Personne ne s’était encore véritablement soucié de l’effet du glyphosate sur les apports en phosphore dans les zones agricoles, fort probablement parce que les pesticides ont toujours été considérés comme une source négligeable de nutriments", fait observer MariePier Hébert, auteure principale de l’étude et doctorante au Département de biologie de l’Université McGill. »

 

Effectivement, les auteurs ont calculé que

 

« Aux États-Unis, les apports moyens de P dérivé du glyphosate ont augmenté de 1,6 kg P.km−2 en 1993 à 9,4 kg P.km−2 en 2014, avec des valeurs dépassant fréquemment 20 kg P.km−2 dans les zones plantées de cultures résistantes au glyphosate. »

 

C'est vraiment grave... 200 grammes de phosphore par hectare quand il y a des OGM... 460 grammes de P205, le composé qui sert souvent pour calculer les quantités d'engrais. Cela représente l'exportation de quelque 75 kg de maïs grain. Ce n'est certes pas négligeable... il suffit d'en tenir compte dans les calculs de fertilisation... pas de quoi agiter des inquiétudes.

 

 

 

 

L'article scientifique produit une avalanche de chiffres. Dans le lot : avant l'interdiction des phosphates dans les détergents, les apports de phosphore représentaient en 1971 pour le sous-bassin du Saint-Laurent (canadien ?) 8,54 kg/km2.

 

Il semble donc que le problème actuel du glyphosate soit du même ordre que celui des phosphates dans les détergents. Erreur ! Le glyphosate (et le phosphore issu de sa dégradation) se retrouve dans le sol et est peu mobile (il est essentiellement transporté par les particules du sol érodées), alors que celui des détergents passait directement dans les rivières.

 

La comparaison est fallacieuse et on peut se demander quelle est la finalité de cette recherche.

 

En résumé, un article qui n'est pas inintéressant mais largement hors-sol et qui, en témoigne l'échange suivant, illustre le difficile dialogue entre agronomie et écologie. Et un communiqué de presse bien excessif.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
n'importe quoi En france le ministère de l'environnement se félicite du remplacement des phosphates par le phosphanate.celui ci ne contient qu'un P .les rivières vont mieux ,son résidu l'AMPA ne mérite pas de suivi dans les stations d'épurations et les boues (commentaires de fin des annéees 2000 a 2010.Or cet ampa des lessives est le même que le résidu du glyphosate qui serait cancérigéne mais pas celui des lessives.400.000 tonnes de lessives en france ,imaginons a 4 % de phophonates :16000 tonnes soit bien plus que les 360g contenu dans les 8000 tonnes de glyphosate !!!!!!!<br /> excusez moi je ne suis qu'un paysan.
Répondre
S
Bonjour,<br /> <br /> Merci pour votre commentaire.<br /> <br /> Il y a là de la matière à creuser !<br /> <br /> Cela me semble une bonne référence :<br /> <br /> http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/media/user/File/ExtraitRevuePDF/revue_132_Ete_2005Phosphore.pdf