Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Une étude prédit que le niébé et le riz génétiquement modifiés stimuleront l’économie du Ghana

9 Février 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #OGM, #Afrique

Une étude prédit que le niébé et le riz génétiquement modifiés stimuleront l’économie du Ghana

 

Joseph Opoku Gakpo et Reuben Quainoo*

 

 

 

 

Selon une nouvelle étude économique, une nouvelle variété améliorée de niébé génétiquement modifié mise au point par des scientifiques ghanéens développera le secteur national du niébé de près de 10 % par an au cours des six prochaines années.

 

L'étude prévoit que le nouveau niébé résistant à des insectes ajoutera 52 millions de dollars US (230 millions de GH) à l'économie de production du niébé d'ici 2025, s'il est commercialisé comme prévu l'année prochaine.

 

Ce chiffre implique que la nouvelle variété de niébé ajoutera environ 8,6 millions de dollars US (environ 38 millions de GH) par an à l'économie de production, qui est actuellement évaluée à environ 94 millions de dollars US (environ 415 millions de GH). Cela indique que toutes choses étant égales par ailleurs, la nouvelle variété pourrait aider à développer le secteur de la production de niébé en moyenne de 9,15 % par an si elle était adoptée.

 

Toutefois, si les procédures réglementaires retardent l’introduction du nouveau niébé de cinq ans, le Ghana risque de perdre environ 35 millions de dollars US (152 millions de GH₵), selon l’étude.

 

« On sait de l'histoire et de l'expérience sur le terrain que l’adoption ne se produit pas simplement », a déclaré le Dr Paul Boadu, qui a dirigé la recherche économique. « Les agriculteurs voudront généralement voir que la variété fonctionne vraiment et que leurs voisins l'adoptent et engrangent des gains, avant qu'ils le fassent eux-mêmes. Ainsi, en fonction des tendances en matière d’adoption et des opinions des experts, l’analyse a été réalisée sur une période de six ans. »

 

Des scientifiques de l’Institut de Recherche Agricole Savannah (SARI), un institut du Conseil de la Recherche Scientifique et Industrielle du Ghana (CSIR), ont mené à bien des essais sur le terrain de la nouvelle variété génétiquement modifiée appelée niébé Bt. Ils devraient présenter une demande de mise en circulation commerciale à l'Autorité Nationale de Biosécurité, après quoi les agriculteurs pourront l'obtenir s'il est approuvé.

 

L'étude – menée conjointement par l'Institut de Recherche sur les Politiques Scientifiques et Technologiques (STEPRI) du CSIR, l'Institut de Recherche Statistique Sociale et Économique (ISSER) de l'Université du Ghana et l'Institut International de Recherche sur les Politiques Alimentaires (IFPRI) – a évalué les impacts potentiel s sur les producteurs et les consommateurs de la commercialisation du niébé et du riz génétiquement modifiés sur la base de données secondaires et de l'utilisation du modèle du surplus économique.

 

Les gains attendus proviendront principalement des rendements accrus liés à la protection contre les insectes conférée par la nouvelle variété. Après avoir pris en compte tous les autres facteurs, y compris la réduction des traitements insecticides, le coût de la main-d’œuvre lié aux traitements et d’autres avantages, l’avantage en valeur actuelle nette de l’adoption du nouveau niébé GM atteindra 131 millions de dollars US (578 millions de GH) sur une période de six ans.

 

 

Le niébé GM réduit l'utilisation de pesticides

 

Les insectes nuisibles restent un défi majeur pour la production de niébé au Ghana et en Afrique. Le foreur des gousses du niébé (Maruca vitrata) peut détruire jusqu'à 80% des champs de niébé. Pour lutter contre l'organisme nuisible, les agriculteurs doivent traiter toutes les semaines pendant les trois mois de culture, ce qui affecte leurs finances et nuit à leur santé et à l'environnement.

 

La nouvelle variété GM a été produite en introduisant un gène de Bacillus thuringiensis (Bt), une bactérie naturellement présente dans le sol, dans une variété locale de niébé, 'Songotra', afin d’obtenir une résistance intrinsèque au ravageur. Le Dr Mumuni Abdulai, chercheur principal du projet sur le niébé Bt, a déclaré que des essais sur le terrain comparant les niébés GM et traditionnels montrent que la nouvelle variété réduit l'utilisation des pesticides d'environ 75 %.

 

« Avec le niébé classique, les agriculteurs traitent environ huit fois », a-t-il déclaré à l'Alliance pour la Science lors d'un entretien. « Avec la nouvelle variété, ils ne traitent que deux fois. » Les essais au champ ont également montré que les parasites causaient beaucoup moins de dégâts (environ 28,6 fois moins) dans le nouveau niébé OGM que dans la variété traditionnelle.

 

Les essais montrent également que la nouvelle variété peut produire presque le double du rendement des variétés conventionnelles en raison de la diminution des dégâts causés par les ravageurs à la culture. Le rendement a été de 9,25 quintaux par hectare pour la variété traditionnelle, contre 19,25 quintaux par hectare pour la nouvelle variété GM.

 

Le Dr Paul Boadu du CSIR-STEPRI, l'un des chercheurs qui a dirigé l'étude économique, a expliqué que « la production implique des coûts et que le produit qui en résulte procure des avantages à la fois aux agriculteurs et aux consommateurs. Sur la base d'un scénario de surcoût des semences de 0 à 50 %, la nouvelle variété apporte une réduction proportionnelle des coûts d'au moins 4,7 % avec des avantages nets supérieurs sur la période d'estimation, par rapport aux variétés traditionnelles. »

 

 
Nouvelle variété de riz GM

 

La nouvelle étude économique montre également que l'adoption du riz OGM en cours de développement à l'Institut de Recherche sur les Cultures du CSIR au Ghana pourrait ajouter jusqu'à 75,7 millions de dollars US (334 millions de GH₵) à l'économie de la production de riz au cours des six prochaines années si elle était diffusée en 2019. Cela représente en moyenne environ 6,3 millions de dollars US (28 millions de GH₵) de bénéfices supplémentaires chaque année – un montant équivalent à environ un dixième de la facture annuelle des importations de riz du Ghana, qui s'élève actuellement à plus de 47,4 millions de dollars US (209 millions de GH₵).

 

Alors que les 75,7 millions de dollars US (334 millions de GH₵) représentent un gain pour les producteurs découlant de l’adoption de la nouvelle variété, la valeur actuelle nette de la culture de la nouvelle variété au cours des six prochaines années, si elle est adoptée, sera de 196 millions de dollars US (863 millions de GH₵).

 

Depuis plus de cinq ans, les scientifiques du CSIR travaillent sur le riz NEWEST (Nitrogen Efficient, Water Efficient, Salt Tolerant), qui devrait être plus efficace dans l’utilisation de l’azote et de l’eau et bien tolérer les sols salés. À ce jour, les scientifiques n'ont pu que progresser sur l'aspect des recherches portant sur le riz NUE (Nitrogen-Use Efficient), efficace dans l'utilisation de l'azote. L'azote est le nutriment le plus important nécessaire à la croissance du riz. Il contribue à améliorer la croissance et le développement du grain, ce qui se traduit par une augmentation de rendement.

 

Mais la plupart des sols n’ont pas assez d’azote pour assurer la croissance du riz. Le riz NUE a été développé en introduisant un gène dans le riz 'NERICA4' local pour le rendre plus efficace dans son utilisation de l'azote afin que les plantes produisent de meilleurs rendements. Des essais au champ confinés comparant la nouvelle variété GM aux variétés traditionnelles ont montré une augmentation de rendement de 14 à 25 % en faveur de la variété GM. Les engrais azotés étant également coûteux, les variétés qui les utilisent plus efficacement aident les agriculteurs à réduire les coûts des intrants.

 

« Nous avons pu effectuer de nombreux essais sur de nombreuses lignées et nous avons identifié celles qui sont les meilleures », a déclaré le Dr Maxwell Asante Darko, chercheur principal en charge du projet de riz GM. « Nous nous sommes fixé comme objectif d’obtenir un rendement supérieur de 15 %. Et celles que nous avons identifiées l'ont atteint bien que, dans certains des essais, c'était mieux. »

 

Actuellement, les essais sur le terrain pour le riz biotechnologique ne sont pas terminés et il est peu probable que la variété soit commercialisée d'ici 2019. L'étude prévoit que si les processus réglementaires retardent de cinq ans l'introduction du nouveau riz, le secteur du riz perdra 45,3 millions de dollars US (200 millions de GH₵).

 

Des scientifiques ghanéens s’efforcent d’introduire des OGM dans la chaîne alimentaire du pays depuis que le Parlement a adopté la loi sur la biosécurité en 2011. Mais aucun n’a encore été mis sur le marché. Malgré les assurances répétées des scientifiques selon lesquelles les cultures génétiquement modifiées sont sûres et potentiellement bénéfiques, certains groupes de la société civile se sont opposés à leur introduction, affirmant que les agriculteurs n'auraient plus le contrôle des semences. Certains des groupes ont poursuivi le gouvernement en exigeant un arrêt des processus d'approbation.

 

Mais Boadu a déclaré que ces craintes étaient infondées. Il a souligné que les scientifiques ghanéens avaient mis au point les variétés GM afin de les diffuser conformément aux lois locales. « Les agriculteurs ne perdront pas la souveraineté sur les semences et nous ne dépendrons pas d’étrangers pour produire les variétés pour nous », a-t-il expliqué à l’Alliance. « Ces variétés pourraient être replantées par les agriculteurs, mais nous recommandons aux agriculteurs d'acquérir de nouvelles semences après environ trois ans de replantation, comme ils le font habituellement aujourd'hui. »

 

_____________

 

Source : https://allianceforscience.cornell.edu/blog/2018/12/study-predicts-gmo-cowpea-will-boost-ghanas-economy/

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article