Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Une « étude » bidon sur les aliments biologiques et les pesticides dans l'urine publiée par les Amis de la Terre (USA)

1 Février 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Activisme, #Pesticides

Une « étude » bidon sur les aliments biologiques et les pesticides dans l'urine publiée par les Amis de la Terre (USA)

 

Alex Berezow*

 

 

Crédit : Storyblocks

 

Comment savoir quand une « étude » n'est pas vraiment une étude ? Lorsque les personnes qui l'ont exécutée ont produit une brochure présentant ses résultats avant de prendre la peine de publier un article scientifique.

 

Le coupable n'est autre que Friends of the Earth États-Unis d'Amérique, les Amis de la Terre. Très enthousiastes à propos des résultats de leur « étude » (nous en parlerons ci-dessous), ils se sont pris les pieds dans le tapis et ont publié un « rapport » (qui n'est en réalité qu'une brochure fantaisiste) et un résumé analytique. L'article scientifique original ? Eh bien, il n'est pas encore disponible. Désolé, les scientifiques !

 

 

 

 

Les détails de « l'étude »

 

Les détails méthodologiques [ma note : la page a été supprimée mais il y a encore, au moment où j'écris, la page en cache – début ci-dessous] disponibles prouvent définitivement que cette « étude » n’est rien de plus qu’un coup marketing. Les Amis de la Terre (FoE) ont recruté 16 personnes (oui, comptez-les : 16 personnes entières !) pour passer de l'alimentation conventionnelle à l'alimentation bio. Mis à part la taille ridiculement petite de l'échantillon, leur méthodologie pose de nombreux problèmes.

 

 

 

 

Premièrement, lorsque des scientifiques effectuent de telles études, il est important d’obtenir des échantillons indépendants. En d'autres termes, vous ne voulez généralement pas que les volontaires soient liés les uns aux autres ou coopèrent d'une manière ou d'une autre. Mais FoE a fait exactement le contraire. Ils ont recruté quatre familles, ce qui signifie que la taille de leur échantillon est plutôt de 4 au lieu de 16.

 

Deuxièmement, la conception de l'étude n'avait aucun sens. Il s'agissait de voir si la consommation de produits biologiques, issus d'un système de production qui interdit arbitrairement certains pesticides, ferait que l'urine d'une personne contienne moins de ces pesticides. Bien évidemment, la réponse est oui. Vous n'avez même pas besoin d'effectuer une étude pour parvenir à cette conclusion. Ce serait comme concevoir une étude pour déterminer si le fait de refuser de boire du café ou des sodas provoque une diminution de la caféine dans l'urine d'une personne. Bien sûr ! Mais cela ne nous apprend rien. (La question pertinente est de savoir si les pesticides sont nocifs et la réponse à cette question est un « non » ferme et définitif.)

 

Troisièmement, ils ne se donnent pas la peine de mesurer les niveaux dans l'urine des pesticides utilisés en agriculture biologique. On parie que ceux-ci ont augmenté ?

 

 

(Source)

 

 

Quatrièmement, les scientifiques ne prennent pas de photos des participants à une étude pour les exposer dans une galerie « Rencontrez les familles ». Et ils ne publient certainement pas de témoignages sur la formidable qualité de leur étude. C'est ce que font les spécialistes du marketing ou les activistes, pas des scientifiques sérieux.

 

 

(Source)

 

 

 

Et voici la plus grande blague

 

Dans la brochure publiée par FoE, vous trouverez un lien vers un site appelé OrganicForAll.org pour le cas où vous souhaiteriez obtenir les « résultats complets, les méthodes d'étude et les moyens d'action ». J'ai donc cliqué sur le lien. Voici ce que vous obtenez:

 

 

 

 

Oups !

 

Encore une fois, ce n'est pas de la science. C'est Marketing & PR 1.01. Et les Amis de la Terre ne peuvent même pas le faire correctement.

 

_____________

 

* Le Dr Alex Berezow a rejoint l'American Council on Science and Health (conseil américain des sciences et de la santé) en tant que Senior Fellow pour les sciences biomédicales en mai 2016. Il est un auteur prolifique dont les articles ont paru dans de nombreuses publications. Il est l'auteur ou le co-auteur de trois ouvrages : The Next Plague and How Science Will Stop It (la prochaine épidémie et comment la science l'arrêtera, 2018), Little Black Book of Junk Science (le petit livre noir de la science poubelle, 2017), et Science Left Behind (la science laissée pour compte, 2012).

 

Source : https://www.acsh.org/news/2019/01/29/sham-study-organic-food-and-pesticides-urine-published-friends-earth-13768

 

 

Mon addition

 

Au moins un site a repris l'« information », pour supprimer ensuite la page (encore visible en cache).

 

 

 

 

La rhétorique est grandiose !

 

 

 

 

L'« étude » sera peut-être publiée un jour. Les coordonnées sont ci-dessous.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

max 01/02/2019 12:04

On pourrait aussi conclure que cette "étude" "prouve" que les pesticides de synthèse ne s'accumulent pas dans le corps. Ce qui serait plutôt un argument en leurs faveurs.

Seppi 05/02/2019 16:04

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

C'est ce qu'a déjà écrit le BfR allemand en réponse à une manipulation médiatique du même type.

Mais vous ne convaincrez pas les Amis de la Terre, etc. etc.