Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Agriculture, alimentation, santé publique... soyons rationnels

Glyphosate : ça Walecks la peine de fact-checker le fact-checkeur AFP Factuel

14 Février 2019 , Rédigé par Seppi Publié dans #critique de l'information, #Activisme, #Glyphosate (Roundup), #Monsanto

Glyphosate : ça Walecks la peine de fact-checker le fact-checkeur AFP Factuel 

 

 

D'accord, le jeu de mots n'est pas terrible... mais il annonce le sujet... et attirera peut-être des badauds.

 

M. Tristan Walecks rue dans les brancards pour défendre sa prestation (indéfendable) de l'Envoyé Spécial sur le glyphosate, ou lyncher ses critiques que sont Mme Emmanuelle Ducros et Mme Géraldine Woessner, ou les deux.

 

Il instrumentalise un fact-checking d'AFP Factuel que notre propre fact-checking trouve fort problématique, pour le moins.

 

Hep, les « décodeurs » et autres « fact-checkeurs » ! Décoder ou fact-checker sélectivement, c'est aussi contribuer à la désinformation !

 

 

Torrent de boue sur Twitter

 

Nous y sommes arrivé par le biais du compte Twitter de M. Tristan Walecks, l'un des auteurs de l'« enquête » sur le glyphosate qui a fait l'objet de l'Envoyé Spécial très spécial du 17 janvier 2019... signalé plus de 500 fois au CSA, Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, pour, essentiellement, ses malfaçons et infractions à la déontologie journalistique.

 

Intéressant, ce compte... on peut se demander à quoi est due cette hargne mise à dézinguer Mme Emmanuelle Ducros et Mme Géraldine Woessner.

 

Réaction quelque peu infantile d'un égo surdimensionné blessé ? Escalade d'engagement ? Ou produit d'une campagne orchestrée pour museler, voire éliminer du paysage médiatique, les empêcheurs de désinformer en toute tranquillité et impunité (allo ! Le CSA !) ? Ou plutôt les empêcheuses, car ce (nouveau) mur de gazouillis ne vise pas, par exemple, M. Mac Lesggy (mais celui-ci n'a peut-être pas utilisé les mots qui suscitent l'ire et le courroux).

 

« Procès Monsanto : l'élément de langage de Bayer, repris massivement sur les réseaux sociaux (après avoir été lancé et répété avec insistance par une poignée de journalistes), est bien... FAUX, après fact-checking de l'@AfpFactuel #EnvoyeSpecial #glyphosate https://twitter.com/AfpFactuel/status/1093589688437350400 …

 

 

 

 

Journalistes prête-plume ou porte-voix ?

 

Très intéressant aussi le raisonnement : voici une expression, « défaut d'information », utilisée par nos redresseuses de désinformation à différents moments entre le 13 août 2018 et le 15 janvier 2019 érigée en « élément de langage de Bayer »...

 

On peut se dire perplexe devant cette saillie : la logique pure implique que l'expression était déjà un élément de langage de Bayer quand nos deux superwomen s'en sont servi... l'insinuation étant qu'elles sont des prête-plume ou des porte-voix. La psychologie – pour rester poli – peut inciter à penser que l'auteur a disjoncté...

 

La première thèse se déduit, sur le même fil, d'un gazouillis de Bunker Dvous savez, l'un de ces « centaines de comptes anonymes, récents et avec très peu d’abonnés, [qui] ont systématiquement répercuté sur Twitter les éléments de langage de certains lobbys, créant un effet de masse et un effet d’entraînement impressionnant » (ironie) :

 

« En réponse à @tristanwaleckx @AfpFactuel et 4 autres

 

Vous voulez dire que @GeWoessner et @emma_ducros reprenais en 2018 un “élément de langage” tenu par Bayer en 2019 ? Vous réalisez que c'est du grand n'importe quoi ? ? L'erreur a été commise et reprise, c'est pas pour autant que toutes ses occurrences remontent à Bayer. »

 

 

 

 

La deuxième... est aussi partagée :

 

« Alors autant il est bon de pointer les erreurs du doigts, autant il convient d'éviter de déduire tout et n'importe quoi selon un raisonnement proche du complotisme.

 

Et ces attaques acharnées contre deux journalistes pour vous avoir critiqué parfois à tort, c'est juste minable. »

 

Et :

 

« Allez, je me mouille un peu : oui, c'est minable. »

 

 

 

 

Et elle peut se déduire de cet autre gazouillis qui fait immédiatement suite à celui reproduit plus haut – une explosion de joie à la lecture du gazouillis de l'AFP Factuel :

 

 

 

 

« Incomplet = faux » ? Banco !

 

Pour faire court, notre journaliste d'investigation nous démontre une nouvelle équation : « incomplet = faux ».

 

Nous pensons également qu'une demi-vérité est un vrai mensonge... et nous ne somme pas le seul. Dans le même fil :

 

 

 

 

Le picorage d'un seul sujet par l'AFP Factuel

 

 

Mais tout cela incite à visiter ce site de fact-checking qu'est AFP Factuel. Une petite recherche avec « envoyé spécial » pour mot clé révèle qu'il n'y a qu'un seul article – celui signalé par M. Tristan Walecks – sur le sujet.

 

Cet article, c'est en titre : « Glyphosate: Monsanto aussi condamné parce que son "Roundup" a "considérablement" contribué à la maladie d'un plaignant ».

 

Cela pose d'importantes – et inquiétantes – questions : le site aurait-il fait du picorage (cherry picking) ? Jeté un voile pudique sur tous les sujets issus d'Envoyé Spécial qui auraient mérité un fact-checking ? Contribué sciemment à la curée sur le glyphosate, Monsanto et Bayer ? Allumé un contre-feu en soutien de l'équipe d'Envoyé Spécial ? Participé au lynchage de Mme Emmanuelle Ducros et Mme Géraldine Woessner ?

 

 

Picorage à l'intérieur du sujet picoré

 

L'auteur de la – prétendue – mise au point s'est donc limité à « Envoyé Spécial, ce que nous souhaitons vous dire » de Bayer France... et à un seul point de cette communication (disons-le tout net : pas terrible) : une affirmation faite dans une courte vidéo selon laquelle Monsanto a été condamné aux États-Unis d'Amérique pour « défaut d'information ».

 

M. Franck Garnier, PDG de Bayer y répond à la question suivante, auto-posée :

 

« Monsanto fait l'objet de nombreux procès aux Etats Unis, cela ne confirme-t-il pas que le glyphosate est dangereux pour la santé ? »

 

Le « fact-checkeur » prend donc ombrage de :

 

« Concernant le procès aux Etats-Unis, il a jugé Monsanto pour défaut d'information. »

 

Il reproduit certes l'ensemble de la réponse... mais ne s'attarde pas sur les autres éléments, sur le fait que le jury du tribunal californien a :

 

« pris en compte un seul avis d'une entité de l'OMS qui raisonne sur la dangerosité du produit. Il a négligé l'ensemble des avis des autorités de par le monde qui font l'évaluation et l'autorisation du glypho et qui a confirmé après avoir examiné plus de 800 études la non-dangerosité du glypho dans les conditions qui sont recommandées »

 

Vrai ? Faux ? Les Décodeurs du Monde, par exemple, se seraient vraisemblablement attachés à évaluer ces affirmations.

 

Ici, le seul objectif est de prendre Bayer en faute.

 

 

Le gloubiboulga est servi

 

Et pour évacuer ces arguments dérangeants, on sert un gloubiboulga : le CIRC (hue !), l'EFSA et l'EChA européennes (dia !), « des » députés européens qui critiquent le BfR allemand (hue !), « plusieurs médias [qui] avaient rapporté qu'une partie importante du rapport de [l'EFSA] semblait être un copié/collé d'un document déposé en 2012 par Monsanto, au nom d'un consortium d'entreprises commercialisant du glyphosate en Europe » (hue !)...

 

C'est ni fait, ni à faire, et c'est aussi en partie la régurgitation de ragots.

 

 

 

 

Et c'est faux ! Ce n'est pas l'EChA, mais l'EFSA qui s'est fondé sur le travail préparatoire de l'Institut Fédéral Allemand pour l'Évaluation des Risques (BfR).

 

Notre ANSES nationale est aussi mentionnée :

 

« L'Agence de l'environnement française Anses a annoncé mi-janvier l'interdiction avec effet immédiat de l'utilisation du Roundup 360 à la suite d'un jugement annulant son autorisation de mise sur le marché. »

 

En février 2016, notre ANSES nationale, tout en faisant preuve de jésuitisme politique, avait aussi, en résumé, invalidé le classement en cancérogène probable du CIRC. Mais le fact-checkeur de l'AFP Factuel doit avoir la mémoire courte...

 

 

« Substantial » = « considérable » ?

 

Ce n'est pas tout. Voici l'attaque principale :

 

« Mais le tribunal a aussi estimé que les désherbants grand public Roundup et professionnel RangerPro de Monsanto avaient "considérablement" contribué à la maladie de Dewayne Johnson, 46 ans, qui est en phase terminale, ce que n'a pas dit M. Garnier. »

 

C'est l'interprétation – reprise sans examen critique d'une dépêche... de l'AFP... – de la réponse à la question 4 qui a été posée au jury du tribunal californien :

 

« Was the Roundup Pro® or Ranger Pro® design a substantial factor in causing harm to Mr. Johnson? »

 

« Substantial » se traduit-il par « considérable » ou « considérablement » ? Absolument pas !

 

Nous vous l'avons démontré dans « Dewayne « Lee » Johnson (avocats charognards) c. Monsanto : la curée continue, mais que dit le verdict ? », y compris par recours au texte pertinent du droit californien :

 

« La notion de "substantial factor in causing harm" a un sens précis en droit californien :

 

"Un facteur substantiel en causant une atteinte est un facteur qu'une personne raisonnable considérerait comme ayant contribué à l'atteinte. Il doit être plus qu'un facteur lointain ou trivial. Il ne doit pas nécessairement être la seule cause de l'atteinte."

 

C'est traduit au plus près du texte original pour bien en refléter le sens, au mépris des impératifs et de l'élégance de la langue française.

 

« Substantial »... cela s'applique dès que l'on sort du « lointain » et du « trivial ».

 

 

En résumé : nous avons un gros problème avec nos médias

 

Hep, les « décodeurs » et autres « fact-checkeurs » ! Décoder ou fact-checker sélectivement , c'est aussi contribuer à la désinformation !

 

En plus, en l'occurrence, c'est mal vérifié et bourré de désinformation qui ne cesse d'être ressassée dans les médias.

 

Entendons nous : écrire que « plusieurs médias avaient rapporté [...] », c'est une information (exacte). Mais une information sur quoi ? « [...] qu'une partie importante du rapport de [l'EFSA] semblait être un copié/collé [...] » ? C'est de l'infox.

 

Au total, on peut se demander si ce fact-checking n'a pas eu des motifs inavouables, comme maintenir la pression médiatique sur le glyphosate, Monsanto et Bayer – ainsi que les agences d'évaluation et le monde politique – et venir en soutien des désinformateurs d'Envoyé Spécial.

 

C'est d'autant plus grave que cela vient de l'AFP, qui devrait être un parangon de la déontologie journalistique.

 

Emmanuelle, Géraldine, Mac, gazouilleurs rationalistes, don't give up the fight !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Je conçois tout à fait qu'actuellement le glyphosate est le meilleur rapport/qualité prix, conservation du sol pas de labour toussa toussa on a compris. C'est génial, j’habite une parcelle proche d'une culture, avant on avait les odeurs d’épandage, le labour, mais depuis quelques années, plus d'odeurs de fumier, plus de papillons ni de sauterelles dans le jardin, par contre ma grand mère a du la quitter pour soigner une leucémie. Je vais pas jouer le Dr Bayer ou Pr Lucet mais ça pose quand même des questions.
On a encore le droit de rêver d'agriculture bio, saine et qui ne stérilise pas tout ? Je sais pas mais le couvert végétal peut pas remplacer le glypho ? Comment on faisait avant Monsanto ?
La campagne déjà rasée au propre par les agriculteurs est maintenant jaunie à la saison du RoundUp, sans rien qui dépasse, plus un coquelicot, seulement des semences labellisées ça fout vraiment la gerbe.
Bon on vous laisse gérer ça les mecs, nous on se tait, on s’assoit, on bouffe, quant à l'argument qui consiste à dire "vous ne pouvez jamais avoir tort", si je viens lire et discuter ici c'est pour avoir des contre avis, mais visiblement les firmes ricaines vous tiennent tous en levrette, j'espère qu'ils vous payent au moins un pins ou un porte clés quand ils livrent les bidons, ou qu'il font un Paypal contre un article.
Répondre
S
@max le ‎samedi‎ ‎16‎ ‎février‎ ‎2019

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

Langage fleuri, mais pas immérité.

S
Bonjour,

Merci pour votre nouveau commentaire.

Cela s'appelle, entre autres, un sophisme du mille-feuilles argumentatif.

Mais vous avez le droit de rêver à une agriculture bio… une agriculture bio qui n'est pas forcément saine… demandez aux victimes encore vivantes des germes de fenu grec allemandes, dyalisées pour le reste de leur vie, ou du datura dans la farine de sarrasin.

Vous qui prétendez avoir travaillé avec des agriculteurs, vous pouvez vous interroger sur le couvert végétal censé remplacer le glypho…

Mais continuez à visiter ce site, et quelques autres, si vous vous intéressez vraiment et de bonne foi à la problématique agricole et agro-environnementale. Vous apprendrez… peut-être.
Y
ben vous commenciez bien,(en posant des questions) mais vous finissez très mal puisqu'on comprend que vous n'aurez rien a faire des réponses et que vous etes déjà sur que :""mais visiblement les firmes ricaines vous tiennent tous en levrette, j'espère qu'ils vous payent au moins un pins ou un porte clés quand ils livrent les bidons, ou qu'il font un Paypal contre un article.""
la réponse a vous faire est donc bien en retour celle de max:(....)et je rajouterai quand plus vous êtes heureux de payer la vaseline!!grand bien vous fasse!
M
Une agriculture bio, saine et qui ne stérilise pas tous ? Vous voulez dire celle qui utilise le sulfate de cuivre qui lui stérilise vraiment les sols ou celle qui cause des intoxications alimentaire ? De plus les coquelicots ne sont pas entrain de disparaitre et puisqu'on est dans l’anecdote j'en ai vue dans les champs près de chez moi l'année dernière (quand ils poussent, pas comme maintenant en hivers), les insectes n'ont pas disparue de chez moi et j'ai aussi un proche qui à un cancer, c'est triste mais je n'accuse pas les pesticides.
"mais visiblement les firmes ricaines vous tiennent tous en levrette" puisqu'on est dans l'insulte gratuite, il semble que génération future (porte-voix du bio-business) vous encule à sec et que vous les suciez en retour. Si vous étiez vraiment la pour discutez et avoir des contre avis vous n'auriez pas lancez ça alors que personne ne vous à insulté.
B
C'est quand même marrant cette profusion d'articles qui deminent les enquêtes a charge et defendent le glyphosate, votre site en est plein, contrepoints également, pourtant vous êtes pas agriculteurs les gars, simple levée de boucliers pour la sacro sainte exemplarité journalistique ? Franchement on vous voit arriver avec vos debunkage en mousse...
Répondre
S
@ lemiere jacques le ‎samedi‎ ‎16‎ ‎février‎ ‎2019‎ ‎09‎:‎05

Bonjour,

Merci pour votre commentaire. Belle tentative mais, je le crains, vaine.
S
Bonjour,

Merci de votre réponse du 16‎ ‎février‎ ‎2019‎ ‎08‎:‎26 (si, si...).

Vous prétendez avoir travaillé avec des agriculteurs et proférez une opinion extrêmement désobligeante et fondamentalement fausse ?

Vous insistez sur le "pigiste Bayer" ? Accompagné d'un commentaire désobligeant ?

Savez-vous ce qu'est la "protection des obtentions végétales" ?

Jeune homme -- je suppose que vous êtes jeune --, vous ne savez pas le bonheur que vous avez de vivre dans un pays où des agriculteurs vous nourrissent, en quantité, en qualité, en sécurité et en variété.
L
ok où sont les erreurs?
il y a un problème essentiel dans ce que vous pratiquez qui est que vous ne pouvez jamais avoir tort.
ainsi vous accusez mais ne vous souciez pas d'apporter la preuve...attaquer la qualité de l'argumentation de l'accusation contre monsanto revient bel est bien, à défendre monsanto, mais c'est bien plus que cela , c'est vous obliger à revenir sur le terrain de la raison..

premier point...la démonstration d'un risque alors inconnu associé à l'sage de glyphosate est un point intéressant ..mais en rien une raison de l'interdire..

car n'oublions qu'u final..ce qui importe est bel et bien de trouver la "meilleure" façon de désherber...
Pour déterminer de façon non ambigu un mieux il faut que ce soit mieux dans toutes les dimensions de la question, santé, coût , environnement...

je cite
"En effet je connais le mode d'action du glyphosate, j'ai travaillé avec des agriculteurs et je sais combien ils aiment utiliser la moindre merde légale qui leur promet ou qui garantit un gain de production, élevés pour produire et "nourrir le pays" cocorico... "
relisez vous..expliquez le merde légale...le reste est ridicule..

je vous rappelle en outre que pour la santé humaine..le risque qui semble mis en évidence est pour les usagers!! donc les agriculteurs...qu'il est qualifiable de dérisoire m^me si il est réel...

on voit le bancal de votre "accusation..

les gens qui travaillent accidentent de prendre des risques liés spécifiquement à ce travail parce que ça a des avantages d'avoir un salaire!!!!
des gens descendent dans les égouts et les mines..

dans le cas spécifique du glyphosate vous trouverez au mieux que le risque est une augmentation possible de la probabilité de développer des lymphomes non hodgkinien ..avez vous une idée de ce que ça représente sur la longévité des agriculteurs : que dalle....
vous proposez avec arrogance aux agriculteurs de se passer d'un produit efficace et peu coûteux...pour en pratique rien...
vous trouverez sans doute des tas de conseils à donner aux gens pour des effets plus important.s..

le jeu est d'avoir déplacé la question sur un point absurde qui serait un danger du glyphosate dans l'absolu...qui prouverait que vous aviez raison de partir en croisade contre lui....
et c'est complètement idiot...n'importe qui sait que à peu près n'importe quelle pratique usage ou produit est associé à un risque...
B
Merci de votre réponse,

En effet je connais le mode d'action du glyphosate, j'ai travaillé avec des agriculteurs et je sais combien ils aiment utiliser la moindre merde légale qui leur promet ou qui garantit un gain de production, élevés pour produire et "nourrir le pays" cocorico...
En ce qui vous concerne, comment ne pas vous prendre pour un pigiste Bayer ? D'après votre premier article vous avez baigné dans les phytos puis a l'heure de la retraite avez décidé de communiquer sur les bienfaits et les mechants ennemis du glyphosate.
J'espère que le complément de revenu est intéressant au moins.
S
Bonjour,

Merci pour votre commentaire (si, si...).

Vous ne faites pas erreur sur le contenu de ce blog, qui accorde une place importante à l'actualité à décrypter selon un mode qui n'est pas habituel dans les médias moutonniers… et le glyphosate revient régulièrement sur le tapis.

Le glyphosate… un excellent produit qui rend de distingués services à l'agriculture et à l'environnement (si, si… il suffit de sortir de sa chambre d'écho médiatique et de voir les choses en face). C'est même le seul herbicide vendu (hélas plus) aux particuliers sous une forme prête à l'emploi… aucune manipulation autre que le "pschitt, pschitt", comme des produits de ménage anti-calcaire bien plus dangereux.

Quant au "debunkage en mousse", vous me soulignerez mes erreurs éventuelles… je ne suis pas comme les gens d'Envoyé Spécial...